31 mars 2017

La vraie gauche et le PQ


Ayant bu deux ou trois bières ce qui me me vaut une légère ébriété bien naturelle un vendredi soir, je suis allé pisser un coup. En descendant vers les toilettes, je me suis heurté à un truc mou. Je pensais connaître assez bien le chemin vu que je pisse ici à peu près tous les soirs depuis 21 ans. Personne ne m'a jamais fait la moindre résistance quand j'allais pisser. 


À moitié dans le coma suite à ce choc, j'ai réussi néanmoins à remplir ma mission ou ma miction. C'est en remontant que j'ai compris. J'étais entré en collision avec les rouleaux de PS achetés par le cuisinier de la Comète dans la une quantité qui me laisse rêveur mais je suppose qu'il a une famille à torcher. Ou qu'il fait ses courses pour un an. 


La question est importante. Pour ma part, je dois acheter 8 rouleaux par an. Je préfère en effet chier au bureau même si récemment je publiais une publication (que pourrait-on publier d'autre ?) expliquant que je m'étais retrouvé en panne de papier. Il avait fallu que je prenne une deuxième douche le matin. Ni Macron ni Fillon n'abordent ce sujet. Je compte sur Mélenchon. 


Toujours est-il que remontant des toilettes, j'ai vu l'objet du délit. Photo jointe. Il n'empêche qu'on ne réfléchira jamais assez au problèmes de l'employé a la cuisine d'une brasserie qui est obligé d'acheter du PQ à côté du boulot parce qu'il rentre trop tard dans son quartier. Mélenchon, au boulot. 

6 commentaires:

  1. Je trouve fort amusant que votre inconscient vous ait poussé à écrire : “les rouleaux de PS”…

    RépondreSupprimer
  2. Ah enfin, un vrai billet politique !
    8 rouleaux par an ... y a pas de petites économies, hein !

    RépondreSupprimer
  3. Un beau billet comme on aimerait en lire plus souvent :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.