14 mars 2017

Recomposition en vue

Ce ne sont pas les errements de Manuel Valls qui me feront basculer « chez Macron ». Il n’empêche que son refus de soutenir Benoît Hamon, bien compréhensible malgré son engagement lors de la primaire signifie la fin du PS. Comme de l’autre côté, nous avons aussi la disparition du grand parti de gouvernement de droite, cela est assez rigolo, finalement.

Cette disparition est à relativiser. Tout d’abord, on verra le 23 avril au soir, qui n’est pas que le jour de mon anniversaire. Ensuite, il reste à « LR » un socle d’environ 20% d’électeurs, socle que n’a même plus le PS… Qui sont ces 20% ? Il est quand même incroyable que des gens continuent à donner leur confiance à François Fillon. Comme disait l’ami Romain Blachier, dans ces Facebook, Fillon serait pris dans un réseau de pédophiles, il garderait ces 20%... Ce sont des gens qui sont à droite, sans être à l’extrême droite, parce qu’ils savent bien que les gens de gauche mangent les enfants et n’ont aucune valeur, alors que, à droite, il reste des valeurs. Quelles sont-elles ? C’est la question que je me posais au saut du lit, ce matin.

C’est important, les valeurs. Moi-même qui n’ai envie de voter pour aucun candidat officiellement de gauche, je finis par me demander quelles sont les valeurs de gauche. Je suis allé voir sur Wikipedia. Cette encyclopédie me dit que le libéralisme est une valeur de gauche dans certains pays, notamment aux USA. Tant mieux ! Moi-même, je suis libéral. Par exemple, je suis contre l’Etat quand il impose des horaires de fermeture des bistros quand il n’y a pas de tapage public, de trouble à l’ordre du même métal. C’est bien un truc de droite, ça ! Imposer une heure de fermeture à un commerce. Je suis de gauche et libéral. C’est prouvé.

C’est compliqué la droite et la gauche avec (ou sans) Wikipedia. A droite, nous avons comme valeur : liberté, justice, nation et tolérance. J’ignorais que la tolérance était de droite. Ca me parait totalement le contraire en France. Remarque, si on observe les militants politiques de gauche dans les réseaux sociaux, on peut difficilement de dire que la tolérance est de gauche. Pour moi, la justice est une valeur de gauche. Cela étant, vu le temps que passe la droite dans des affaires juridique, on ne peut qu’en déduire qu’ils aiment les juges. La liberté me semble être une valeur de gauche, aussi. Je vais laisser la nation à la droite. Ils ont d’autres valeurs, toujours selon notre encyclopédie en ligne : mérite, ordre, sécurité, tradition et conservatisme. Je le leur les laisse mais il faudrait interroger les électeurs de droite pour savoir ce qu’ils en pensent. A gauche, on a : « égalité, solidarité, progrès, insoumission ». Très bien. A mon avis, l’insoumission a été ajoutée récemment par un facétieux supporter de Jean-Luc Mélenchon.

Figurez-vous que j’étais au bistro, dimanche midi, ce qui n’est pas une information en soi mais j’étais avec des gens de droite. Un type qui se prétend Gaulliste mais je ne sais pas s’il sait pour quoi. Un autre qui et dans la grande descendance du RPR. Une dernière qui votera Marine Le Pen mais qui défend François Fillon dans cette période de tourmente. C’était le jour où a éclaté l’affaire des costumes. Aucun de nous n’avais lu le JDD mais on avait tous eu vent de l’information. Ces trois individus défendaient à fond le vainqueur de la primaire de droite. C’était très drôle. Les autres copains, pas de gauche mais moins à droite, étaient pliés de rire. Le deuxième s’est même mis en colère qu’on ose dire que son candidat pouvait être malhonnête. C’était faux criait-il ! On n’arrivera jamais rien à prouver. Tant pis, lui ai-je répondu, avec toutes les casseroles, il y a bien une part de vérité.
Etrangement, on trouve moins de militants de gauche au comptoir. Du moins, ceux qui viennent boire l’apéro font un peu profil bas. Mais dans les réseaux sociaux, ils deviennent abjects. Je ne vais pas citer trop d’exemple mais un seul. Un militant socialiste de vieille date qui s’était déjà « éloigné » d’Hollande l’a traité de « pauvre type », hier. Je vais lui rappeler qu’on est un certain nombre à avoir soutenu pépère pendant cette période et qu’il ferait mieux de nous donner des raisons à continuer à défendre le PS, outre que certains ont un peu trop le monopole de la connaissance de ce qu’est la vraie gauche et que « ça commence à bien faire ». Revenons à 2012. François Hollande a eu environ 27% au premier tour. Il reste environ 12% des électeurs qui envisagent de voter pour Hamon. On suppose que les « 15% » restants font partie des 15 ou 20% des Français qui sont contents de Hollande, dans les sondages de popularité, et qu’ils sont partis ailleurs. Tout cela est de l’arithmétique.

Mais Benoît Hamon, de sa faute ou pas, a perdu ces « 15% ». S’il a gagné la primaire ce n’est pas lié à son positionnement politique mais c’est aussi purement arithmétique. Les votants souhaitaient éliminer Valls et Montebourg. La primaire n’était pas un congrès… Le Parti Socialiste n’est plus le grand parti qu’il a été parce que son candidat n’a pas su faire l’ouverture à tous ses sympathisants alors qu’une majorité, une large majorité, était dans l’aile droite de ce mouvement.

Il y aura une refondation à gauche si Emmanuel Macron gagne, autour des élus de gauche qui le soutiendront, ceux dont on dit souvent qu’ils font partie de la gauche de gouvernement. Je ne vais pas développer : je n’ai aucune idée précise de ce qui se passera. A droite d’ailleurs non plus. Je ne vois pas une refondation de LR s’ils ne redeviennent pas réellement à droite, c’est-à-dire sur une idéologie réelle mais supportable que nous pourrons combattre joyeusement.

Cette idéologie réelle mais supportable n’est pas tout ce qu’a pu défendre la droite depuis 2010 avec ce rapport à l’islam par la stigmatisation et tout. Je ne vais pas leur donner de piste, qu’ils se débrouillent. Mais la droite n’est bien fait que ça depuis bientôt 10 ans. Elle a de la chance : les élections locales sont gagnées par les partis dans l’opposition au niveau national. Mais, pour la première fois depuis 1978, elle risque bien de perdre une deuxième série d’élections nationales consécutives. Ce parti, dit de droite de gouvernement, va probablement passer 10 années consécutives dans l’opposition. Nous, à gauche, on est habitués…

Bon courage,

Bonne recomposition à tous.

Pendant ce temps, je vais continuer à raconter des conneries dans mes blogs.

On apprend aujourd’hui la mise en examen de François Fillon (qui n’est pas une surprise mais on aurait dû l’apprendre demain). C’est le même jour où on a confirmation que Manuel Valls ne devrait pas soutenir Benoît Hamon. Les gars, vous n’apprenez rien des faits ? Macron va être élu avec une ligne politique proche de celle d’Hollande mais encore plus centriste. Donc à droite, je vous l’accorde…

5 commentaires:

  1. Bonne recomposition à tous. ça s'arrose !

    RépondreSupprimer
  2. Hamon se cache derrière le résultat des primaires pour légitimer sa position de frondeur minoritaire en le qualifiant de "vote ds militants" ce qui est absolument faux. Ils sont cuits et c'est tant mieux.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.