09 avril 2018

Feue la laïcité


Enterrée en un discours par ce qui nous sert de president. 


Nos ancêtres avaient "supprimé" les liens entre l'église et l'Etat, ce dernier devant garantir la liberté de conscience. 

C'était avant Macron. 

9 commentaires:

  1. Oui carrément à côté de la plaque... Attendre quelque chose de l'église catholique, il faut y croire et c'est sûr, il n'y aura pas de miracle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il ne fait que bouffer a tous les rateliers en tentant d'amadouer les électeurs de la droite tradi dudure il en a besoin alors que l'offensive actuelle vient surtout de sa gauche Il nous refait du sarko (l'instituteur ne peut pas toujours remplacer l'éveque ou le pretre)Et puisque notre époque est (ultra)communautaire, les cathos restent une communauté (le fait qu'elle soit ultra minoritaire et en déclin n'entre pas vraiment en ligne de compte puisque par ex les juifs sont dans la meme situation et pourtant ils continuent a faire parler d'eux pour des raisons évidemment liées a l'histoire et l'actualité)

      Supprimer
  2. Il est difficile de faire autrement. Il ne fallait pas laisser les autres religions prendre une telle place sur des sujets politiques.
    Voilà le retour des communautés. "Li sian maï" dit on en provençal ...
    Je vais vite enfiler mon uniforme de guides, béret foulard houlette et rv à l'Ass. Nat.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  3. Rien que pour ce plaisir raffiné, de voir frétiller comme asticots à l'hameçon, les dévots de la laïcité qui traînent ici ou là, je ne puis qu'applaudir les déclarations de notre Grand Syndic (de faillite). Même si, évidemment, ce ne sont que phrases creuses qui n'auront, bien entendu, aucune conséquence pratique. Bref, les Croisés laïcards hurlent dans le vide. Et, pendant qu'ils regardent ailleurs, l'islam continue de pousser gentiment ses pions les uns après les autres. Tout baigne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut voir le bon côté des choses. Quand mes potes du Printemps Républicain et moi tapons sur l'islamisme, on passe pour des racistes islamophobe fascistes toussa. Cette fois, toute la meute de gauchistes nous suit. C'est rigolo.

      Supprimer
    2. Nicolas, un bel exemple de la dichotomie qui existe entre le ps et le ps :-))

      Hélène dici

      Supprimer
    3. En route vers la République Islamique de France, à moins que le bourbier syrien ne finisse par mettre tout le monde d'accord, sous la forme de macchabées.

      Supprimer
  4. Après Sœur Emmanuelle, vive Frère Emmanuel !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.