28 juin 2017

Congrès et peine-à-jouir de droite et de gauche

Je vire progressiste. J'ai fait mon premier afterwork avec la boite. Le changement, c'est maintenant : j'ai bu de la bière assis. 


Toujours est-il que j'ai eu peu de temps out suivre l'actualité politique du jour. Et en plus, le gars dans le fond, juste à gauche de la giraphe est mon seul contact professionnel à me suivre dans Twitter (ou les autres le font en cachette). 

Le truc de Ciotti qui a raté la questure est à mourir de rire. Le seul élu PS aux législatives a été viré du PS. Nous avons donc la droite et la gauche les plus bêtes du monde. 

Parmi mes copains blogueurs que je ne félicite pas, signalons Olympe et Jeff. Ce dernier a fait un billet sur Rugy le nouveau Président du truc sous prétexte qu'il est noble. Ou du moins issu de la noblesse. Se prétendre de gauche et critiquer les gens en fonction de leurs origines. C'est mal. Quant à Olympe, éminente blogueuse féministe, elle crie artoit au scandale parce que les femmes députées (si je puis me permettre cette orthographe) n'ont pas voté pour une femme au perchoir. C'est n'importe quoi. Une femme devrait voter pour une femme parce que c'est une femme. Pour ma part, je connais des gonzesses qui n'ont pas voter pour la femme au second tour de la présidentielle. 

Je ne plaisante pas. J'ai moi-même défendu des thèses féministes dans ce blog, mais trop, c'est trop. Les quatre principaux personnages de l'Etat sont des hommes. C'est mal. Basta. Cela étant, les quatre principaux personnages de ma vie sont :
- ma mère, pour des raisons relativement précises,
- la patronne du Nouveau Monde à La Défense,
- Trublyonne qui va m'accueillir un jour où deux cet été,
- Cécile, la serveuse du 1880,
- Catherine Goux qui, au fond, pourrait inviter Tonnégrande et moi à dîner,
- Odette qui repasse mes chemises avec amour ce qui lui permet de payer ses frais médicaux (billet à venir),
- Ambre, patronne de la Comète quand elle n'est pas enceinte ou jeune mère,
- ma cheffe,
- ma DRH,
- ma conseillère financière au Crédit Agricole, 
- mes collègues Berthe et Esther,
- mes copines Fabienne et Karine,
- Miranda,
- Styven et Gaël. 

Cela étant, la polémique du jour n'est pas là. Figurez-vous que Macron, notre Président, va faire un discours devant le Congrès, la veille du discours de Machin, le premier ministre, devant l'Assemblée. 

Notons bien que je m'en fous à peu près autant de la fois où j'ai vu la culotte d'Odette au bistro suite à un pari idiot. 

J'ai défendu Hollande pendant cinq ans parce que j'étais d'accord avec sa politique, que je l'aime bien et que je n'aime pas les polémiques débiles. Je vais défendre Macron et Machin pour cette dernière raison. Leurs textes m'importent peu : des abrutis commencent à lutter contre sans savoir ce qu'il y a derrière, sans savoir ce qui sera proposé. Par exemple, on a le PS qui vire le député socialiste de Bretagne pour des raisons diverses sans se poser la question des prochaines échéances électorales : les exécutifs locaux. Il vaudrait mieux les gagner avec LREM que les perdre seuls. Laissons donc voir ce qui sera fait ou proposé. 

Macron parlera donc avant Machin et nous avons un tas de types, professionnels de l'interprétation politique, qui interprètent. Genre : Macron veut montrer qui est le patron. Ou Macron veut montrer que la droite est laminée. 

Macron s'était engagé à parler tous les ans devant le Congrès. Il a choisi ce jour. Machin devait faire un discours de politique générale. C'est con. C'est le lendemain. Basta. Ils vont faire la une de la presse pendant deux jours. Et on polémique. 

La routine. 

En plus, on a des cons qui polémiquent parce que le Président des Etats-Unis sera présent pour les cérémonies du 14 juillet pour célébrer les 100 ans de l'aide de l'Amérique à la France. 

Des peine-à-jouir. 



8 commentaires:

  1. Tu m'etonnes que je peine a jouir si tu me colles à Styven :)

    RépondreSupprimer
  2. Pourtant tu ne sais pas ce que tu rates !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me rappelle une soirée que j'ai oublié de raconter danslz blog.

      Supprimer
  3. Tu as trouvé le mot : des cons de bornés de peine à jouir. ce qui en fait quatre.

    RépondreSupprimer
  4. Que l'on ne puisse pas comprendre que dans une assemblée aussi profondément renouvelée, il n'est pas simple de trouver beaucoup de personnalité capable assumée un tel poste. Qui plus est, si une candidate l'était pensez vous que l'on se serait privé de l'élire et profiter de ce symbole ?..
    vincent
    vincent

    RépondreSupprimer
  5. Tant qu'à vous inviter Tonnégrande et toi, il me semble bien que Mme Goux pourrait aussi me convier, ce qui me donnerait l'occasion :
    1/ De goûter sa (pas la sienne) joue de bœuf dont il paraît qu'elle est succulente.
    2/ De rencontrer M. Goux, cet homme m'intrigue au plus haut point depuis plusieurs années.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.