26 mars 2020

#journalduconfinement Jour 10 - Sans patate


Résultat de recherche d'images pour "michel hidalgo"Belle journée de travail pour ce dixième jour de confinement. Putain ! 10 jours. 10 jours pendant lesquels je n’ai adressé la parole « de visu » qu’à trois personnes connues (la gardienne et deux voisins de longue date). Et encore, des formules de politesse banales. Heureusement qu’il y a le téléphone et les réunions de travail. Notons que ça ne me gêne pas plus que ça. Quand je passe des week-ends à Paris, il y a des jours où je ne parle qu’à des serveurs de bistro, parfois cons comme une bite, alors, hein…

Une autre routine est prise. C’est comme ça. Je m’imaginais, pour « l’après », décider de ne plus aller au bistro en semaine. Le patron de la Comète change et seuls trois serveurs restent dont un pour quelques mois. Le bureau va déménager dans un coin où je n’ai aucune habitude… Je ne m’en crois évidemment pas capable.

Je parlais d’une belle journée de travail. Dès le réveil me voilà à préparer une réunion pour l’après-midi. A 10h30, notre point d’équipe quotidien. 11h à 12h30, un workshop avec des clients sur un problème précis. De 14h à 16h un comité trimestriel avec les clients. De 16h à 17h, un comité mensuel avec un fournisseur. Le tout en audioconférence. Je ne plaisante pas. On dit bien « en audio » et pas « au téléphone ». On dit bien « point d’équipe », « workshop » et « comité ». Et encore, je suis le seul à ne pas mettre de majuscule à « comité ».

Ça me rappelle une instance interbancaire dans laquelle je bossais il y a une vingtaine d’années. Nous tenions tous les quinze jours des groupes de travail où nous évoquions plusieurs sujets. La direction a décidé de réorganiser toutes les relations entre l’institution et les banques. Nous avions alors le droit de faire des « groupes d’experts » (avec des majuscules, hein !) sur un sujet dédié avec uniquement des gens compétents et pas que des imbéciles ne connaissant rien et ayant pour seul travail d’aller à des réunions pour se montrer importants. Ça n’avait rien changé. Sauf qu’on avait des sujets officiels pour nos réunions. Comme le chef avait remarqué que je pouvais rapidement rédiger n’importe quoi sur n’importe quel sujet, il me confiait la rédaction des documents préparatoires (à l’époque, il n’y avait pas de mails, il fallait les envoyer par courrier une semaine à l’avance).

J’étais donc en réunion de 10h30 à midi et de 14 à 17h. Je n’ai presque rien fait en parallèle (à part surveiller les mails) sauf rédiger – recopier serait plus exact – mon attestation de sortie.

Et je suis sorti de 17h à 17h20 pour faire des courses. Les trottoirs sont toujours vides, des gens ont des masques, ils respectent les distances dans la file d’attente aux caisses mais pas dans le magasin. Un mal voyant (ou aveugle, c’est comme pour les « workshops » et les « comités ») m’a demandé où était vendue l’eau. J’étais bien emmerdé pour lui répondre.

10 jours, disais-je. Vous vous rendez compte ? 10 jours sans boire de bière, moi ! Et pire : 10 jours sans manger de pommes de terre. A propos de bouffe, je me suis fait une entrecôte, ce midi. Elle n’était pas bonne. Comme mon steak de l’autre jour. J’en ai conclu une chose : que c’est mon poivre qui est périmé. On est peu de chose. J’en ai donc acheté, tout comme de la moutarde pour mon sauté de porc de demain et du beurre par la cuisine à l’huile n’est pas adaptée à tout. Plus je confine, plus il me faut du beurre salé.

Ce matin, j’ai reçu un SMS d’Orange pour me dire qu’ils avaient des problèmes de consommation de téléphonie mobile liée au covid car trop de gens sont en télétravail ou s’emmerdent à la maison. Ils donnaient des bonnes pratiques que je vais respecter, surtout une : ne pas connecter mon VPN du bureau en permanence mais uniquement quand j’en ai vraiment besoin.

Ca me fera des vacances et me permettra de traiter les sujets de fond.

Quant aux actualités. Je n’ai pas regardé depuis ce matin. Dans mes mails, j’en ai un de la SNCF. Ils arrêtent les ouigo dès demain pour la durée du confinement et ont déjà réduit le trafic.

C’est tout ce que je sais. A part la mort de Michel Hidalgo.

13 commentaires:

  1. J’en ai marre des noms à la con de réunions qui ne servent à rien...

    Demande à Falconette : fille de boucher elle est excellente pour cuisiner la,viande.

    Sinon Michel Hidalgo c’est triste. Mais les 26 Mars sont tristes : y a 10 ans j’ai perdu une personne formidable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai vu ton billet sur Hidalgo.

      Je cuisine très bien la viande ! Je ne comprends pas comment j’ai pu louper deux fois de suite un steak.

      Supprimer
  2. Je ne vois vraiment pas comment du poivre, qui ne se périme pas, pourrait donner mauvais goût à votre steak.
    II ne serait pas un peu hallal votre boucher ?

    RépondreSupprimer
  3. Si tu fais cuire ton steak a l'huile c'est ce qui explique la différence non ? La cuisine au beurre si décriée a quand même un autre goût...

    RépondreSupprimer
  4. Qu'est-ce qui vous empêche d'en acheter, de la bière ? Ça vous remettrait la cervelle d'aplomb… et vous éviterait de croire que le poivre peut se périmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ma consommation de bière en temps normal, il faudrait en transporter beaucoup...

      Supprimer
  5. Les gens, le poivre moulu s'altère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tous les steacks n'ont pas obligatoirement besoin de poivre, enfin ( en fait, je n'en sais rien... )

      Supprimer
    2. Un steak sans poivre maintenant… on aura vraiment tout entendu ici !

      Supprimer
  6. Je n'utilise le poivre qu'avec un moulin à poivre, quant à la bière je ne bois que de la Corona, comme Chirac.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.