02 mars 2020

Les gauches irréconciliables et morales me les cassent

Depuis hier, je ferme ma gueule sur cette histoire. A chaque fois qu’il y a un sujet de ce genre, on se fout sur la gueule, à gauche. Pour une publication, on passe pour un salopard. Non, je ne défends pas Polanski. Oui, c’est un criminel, un pedophile et je ne sais quoi. Mais j’attends d’avoir la preuve, cela étant. 

Ce matin, j’étais exaspéré par les copains qui publiaient un texte de Mme Despentes, écrit avec ses pieds, tout comme la chronique qu’elle avait fait en 2015 pour montrer sa compréhension du geste des frères Kouachi. Aujourd’hui, elle critique le système. Elle dit que tous les hommes blancs sont des salopards par définition. Alors qu’elle est elle-même en plein dans le système. 

Mais ne pourrait-on pas arrêter de s’envoyer ce genre de truc au travers de la gueule et poser les éléments calmement ? Je ne sais pas comment. C’est dommage. 

Je ne suis pas un salopard défendant un violeur pedophile. Je ne fais pas partie d’une caste qui défend des salopards. D’un autre côté, je ne suis pas allé au cinéma depuis plus de 20 ans. Je n’ai pas regarde les César depuis 30. 

Vous, si. 

J’essaie de défendre ma notion de la justice qui n’a rien à faire dans les réseaux sociaux (la justice, pas ma notion). Dans les réseaux sociaux on peut faire connaître ces histoires, encourager les femmes à se défendre, a parler,... À faire tomber un système où les mâles blancs se protègent entre eux. On peut aussi rigoler des filles qui ont couché pour avoir un poste même si c’est le système des mâles blancs qui pousse cela. Promotion canapé. Encore un film. 

Par pitié, laissez moi vivre. Arrêtez vos leçons de morale. L’industrie du cinéma n’a aucun pognon qui vient de la poche à part sans doute une part de la redevance télévisuelle que je paie sans avoir la télé. 

Et arrêtons, à gauche, de nous fâcher pour ce genre de truc. Il y a un tas de fractures à gauche. Mais il y a plus important. La gauche est incapable de se reconstruire mais plonge dans chaque polémique débile même si je ne minimise pas l’importance du truc. 

Pour ma part, j’essaie de défendre la justice en tant qu’institution. Faites comme vous voulez.

17 commentaires:

  1. il sont devenus complètement cons avec cette histoire.

    RépondreSupprimer
  2. Perso je propose qu'on remplace les césar par le "Grand Bingo des césar". On ne jugerait une oeuvre plus la qualité, mais le contenu : votre film est réalisé par une femme : un point ; un trans : 3 points (une note non binaire). Il est interprété par des noirs (même si c'est un drame du moyen-age en suède) : autant de points que d'acteurs.

    C'est simple, rapide, et ça nous épargnerait ce spectacle annuel affligeant qui n'est jamais que la mauvaise copie française des mêmes conneries américaines des oscar (bonjour l'exception culturelle)

    De gauche comme de droite, faudrait surtout que ces gens arrêtent de croire qu'on en a quelque chose à battre de leur avis.

    Gadebois

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vous réveiller, mon vieux ! Votre "Grand Bingo", il est déjà en place depuis au bas mot dix ans…

      Supprimer
    2. je sais pas. J'avoue que le cinéma français et moi ça fait deux depuis la mort de Truffaut (j'attends celle de Godard pour m'y remettre)

      J'ai toujours pensé que les thèmes à la mode ces dernières années étaient du style "je gère au quotidien mon chômage et mes penchants incestueux envers ma soeur/mère dans mon F2 parisien grisâtre"

      Merci pour la correction.

      Gadebois

      Supprimer
  3. C'est le triomphe, en Franve, du manichéisme et du politiquement correct américains. Comme si on ne pouvait pas être à la fois un criminel et un grand réalisateur de cinéma, comme si c'était a l'académie des Césars de juger de la mortalité de Polanski et aux tribunaux de ses qualités de cinéaste.

    RépondreSupprimer
  4. D'autre part, à quoi ça servirait de choisir réalisateur, comme métier, si c'était pas pour s'envoyer toutes les petites salopes qui sont prêtes à sucer tout ce qui passe pour décrocher un rôle et faire croire qu'elles sont réellement comédiennes ? Autant entrer aux PTT, à ce compte-là !

    Vive Polqanski ! Soutien total et inconditionnel aux peloteurs de starlettes à la con !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi, les PTT ? En quel millénaire êtrs-vous né ?

      Supprimer
    2. C'est mon côté réac sentimental…

      Supprimer
    3. Sinon, pour les plus jeunes des lecteurs de ce blog, les PTT étaient une administration qui se chargeait, pour une somme modique, de transporter n'importe quel courrier d'un bout à l'autre de la France en 24 heures. Quand elle est devenue incapable de le faire et que, parallèlement, ses tarifs se sont mis à augmenter inconsidérément, elle s'est soudain fait appeler La Poste. Histoire, sans doute, de cacher la merde au chat.

      Supprimer
    4. Oui, c'est pour ça qu'on les appelait "les cachés de La Poste" (ceux qui faisaient foi)

      Supprimer
  5. Quant à vous, le taulier, arrêtez de dire du mal de la Despentes, sinon vous allez vous retrouver crucifié dans le prochain opuscule de votre ami Birenbaum, qui la trouve très bien, vraiment très bien, la petite Vaginie…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit chercher à s'occuper...

      Supprimer
    2. Pour avoir envie de s'occuper avec Vaginie, il faut vraiment avoir du cœur au ventre, moi j'dis.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.