02 septembre 2006

Il est saoul Bayrou ?

Bayrou revient. On a beaucoup parlé des autres ces temps-ci mais lui on l’avait un peu oublié. Ce gars-là a beaucoup de mérite. Je ne parle pas du fait que je lui dois ma première participation à une grande manifestation dans Paris en 1994, mais du fait que n’ayant aucun existence politique il cherche à nous faire croire qu’il serait capable de gouverner avec Rocard et Barnier. Je me demande bien ce qu’ils font là d’ailleurs. A la limite, Barnier pourquoi pas ? Mais Rocard, je l’ai connu avec une autre grandeur !

Les militants de gauche sont déboussolés et ceux de droite commencent à se demander une nouvelle fois si ses idoles ne se foutent pas un peu de sa gueule. Et voilà l’autre qui s’engouffre au milieu, tel une anguille, à expliquer qu’il y a des gens compétents partout et qu’il veut les réunir pour former un projet de gouvernement.

Quelle horreur ! Avec Ségo et Sarko, on se demandait déjà pourquoi les personnes viennent avant les idées, voilà l’autre comique qui nous explique qu’on peut réunir toutes sortes de personnes compétentes pour faire un ensemble cohérent.

Ben non ! Camarades ! N’oubliez pas que Bayrou est un type de droite et qu’on ne peut pas tout mélanger. C’est un peu comme si on mélangeait le poulet frite de ce midi avec le tiramisu qui devrait lui succéder. Ca peut être bon mais je n’ai pas envie de prendre le risque : ça n’a aucun intérêt.

Bayrou a eu un mérite : celui de refuser de diluer l’UDF dans l’UMP. N’étant pas électeur de ces gugusses, je devrais m’en foutre, mais compte tenu de la traditionnelle diversité française, il me parait important, pour la démocratie, que les grands « côtés » politiques aient plusieurs partis. La gauche avait quand même une meilleure tronche quand le PC réunissait 15 % des électeurs. Et pas que la gauche, toute la classe politique. Le parti ouvrier n’était pas associé au parti xénophobe, mais je m’égare.

Finalement, je ne m’égare pas tant que ça, j’ai réussi à faire 5 paragraphes sur Bayrou. Pour un type aussi insipide, c’est pas mal : je suis très fort. Il me reste juste quelques trucs à dire avant d’aller chercher une jolie photo de François pour illustrer mes propos.

Il est né le 25 mai 1951 à Bordères, entre Pau et Lourdes. Il est le fils de Calixte Bayrou, un petit cultivateur, et d'Emma Sarthou, agricultrice. Il suit des études à l'Université Bordeaux III où il obtient son agrégation de lettres classiques à 20 ans, après avoir échoué au concours de l'École normale supérieure. Il s'était marié deux ans plus tôt. Son père meurt d'un accident du travail, et, tout en enseignant, il aide sa mère à tenir l'exploitation. Il réussit à vaincre son bégaiement. Il est l'auteur d'une biographie d'Henri IV, qui a remporté un grand succès. Grâce à ses droits d'auteur, il s'est lancé avec un certain succès dans l'élevage de chevaux, ce qui lui permet également de « se ressourcer » loin du monde politique. Avec son épouse Elisabeth, il a six enfants (Hélène, Marie, Dominique, Calixte, Agnès, André) et huit petits-enfants.

Merci Wikipedia ! A noter que ce n’est pas la première fois que je diffuse sur le même sujet – ou presque – qu’Eric, mais là, c’est le hasard ! Les photos sont probablement d'Olivier Roller, photographe. Je les ai pompées sur le gogole . Je ne suis pas le premier.

10 commentaires:

  1. Tu exprimes un point de vue classique en France: il y a une droite et une gauche, le centre ça n'"existe" pas. Ou tout du moins ça n'existe pas assez. Et, c'est vrai qu'en un sens, tôt ou tard, il faut choisir. Glace au chocolat ou museau vinagrette. Couscous ou choucroute. Mélanger les deux, c'est vite indigeste.

    L'expérience centriste a été tentée. Grande Koalition en Allemagne: warum nicht?

    J'en reviens à une remarque mitterrandienne. L'homme au labrador noir disait qu'en France l'électorat se divisait en 5 (et pas en 2 comme beaucoup pensent): 2 droites, 2 gauches et 1 centre. Souvent le centre est inexistant.

    Aujourd'hui on a les deux gauches. Les deux droites sont visibles. Et le centre a l'air moins inexistant que d'habitude. Mais, comme tu le dis, il se pourrait que ce centre ne soit rien d'autre qu'une droite déguisée.

    RépondreSupprimer
  2. Je peux manger du museau puis de la glace. Pas les deux en même temps.

    Je crois vraiment que l'UDF est une espèce de droite cachée, qui, en plus a oublié les valeurs du Gaulisme, mais arrive assez à se retrouver sur l'absence de valeurs du libéralisme.

    RépondreSupprimer
  3. On est enfin d'accord sur un point : Bayrou !
    On se demande tous quel est le programme de Bayrou entre celui du PS qui veut accroitre la dette et augmenter le nombre d'assistés dans le pays et l'ump qui veut diminuer la dette et favoriser l'emploi.
    Bayrou, il veut quoi ?

    son obsession est de fédérer les gens qui veulent un gouvernement d'union nationale. là, pourquoi pas ! On a besoin de quelques talents de gauche (Allègre à l'éduc par exemple).

    RépondreSupprimer
  4. Un point commun à tous. Ils veulent le pouvoir.
    Tant que nous continuerons à user des mots qui leur permettent de ne rien dire (valeurs, progrès, droite, gauche, ...isme, patrie, famille, ... etc.) Ils travailleront pour nous pourrir la retraite et continueront à creuser le déficit.
    Donc soyez efficaces !
    Je remarque que Nicolas est bien à droite d'autres. Tant qu'il ne briguera pas un mandat électif cela sera sans conséquence. Mais si jamais il tente sa chance il sera servi comme il sert les autres.
    Ton papier me déçoit Nicolas. Tu peux faire mieux que ça.
    J'apprécie Bayrou mais je préfère que le débat se polarise sur deux options pour éviter les errances de la IV République et en fin de compte, la tentation des extrêmes. Il est intelligent et aurait du le comprendre. Le bipartisme n'a jamais tué la diversité des options politiques. Regardez autour de vous.
    Donc je ne voterai pas pour lui. Il devrait négocier son entrée dans l'UMP mais ce n'est pas facile avec le retour de Dark Jupé.

    RépondreSupprimer
  5. Loïc,

    Avant d'entamer un débat chez moi, peux-tu éviter certains lieux communs (comment on écrit ça au pluriel ?)

    Allègre à l'éducation nationale, il a dit une phrase.

    Paramo,

    Ton point de vue sur moi me laisse réveur, mais tu dis "Je remarque que Nicolas est bien à droite d'autres."

    Je veux bien être critiqué, mais, en français, ça donne quoi ?

    Je vais maintenant donner mon point de vue sur Bayrou. Il n'est rien.

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas...si je puis me permettre...il a sans doute voulu dire ' bien plus à droite que d'autres'.

    RépondreSupprimer
  7. "Oui chef" dis tu Loïc ! Je dois admettre que mon avis est parfois tranché...

    Le "bien plus à droite que d'autres", qu'a peut-être voulu exprimé paramo me fait doucement rigoler.

    RépondreSupprimer
  8. Bayrou est, à mon sens, bien plus futé que tu ne sembles le penser. Il a une grande cohérence dans sa démarche. Depuis le suicide volontaire du RPR dans l'UMP, l'UDF a repris une "personnalité". Un peu plus de centre-droit que penchant à gauche, je suis d'accord.
    Mais il reprend l'axiome de Mitterrand du "rassemblement au Centre" et ça peut marquer des points. Ce week end, Bayrou débattait publiquement avec Rocard (PS de placard !) et Barnier (sportif chiraquien !). Démarche intéressante que de se montrer ouvert aux idées des autres.
    Il me semble que nous cherchons en France une "3eme voie", ni libérale ni marxiste et Bayrou essaie d'aller par là…

    RépondreSupprimer
  9. Je ne sais pas...

    Je pense surtout que Bayrou brasse de l'air pour exister.

    La troisième voie est à rechercher aussi par les partis traditionnels, et je crois en plus que l'UDF est profondément libérale (ou plutôt l'était historiquement).

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.