30 septembre 2006

Titre

Il y a une lutte d’influence dans la blogosphère, c’est rigolo.

Le blogueur le plus influent est Loïc Le Meur, probablement d’origine bretonne, comme d’autres. Dont moi.

Je l’aimai bien, mais il y a une quinzaine de jours, il a montré sa préférence pour Nicolas Sarkozy, ça m’a déçu mais chacun fait ce qu’il veut.

Il y a un autre blogueur influent, Versac qui, quand on l’appelle, répond au doux prénom de Nicolas, je crois.

Imaginons que la terre s’arrête. On est trois dans le monde. Sarkozy, Versac et moi. Trois Nicolas.

Deux bretons, trois Nicolas, ça fait trop.

Sur le blog de Versac, ce soir, on a assisté à une prise de bec entre Versac et LLM pour des trucs dont je m’en fous un point incroyable, mais j’aime bien le blog à Versac mais je n’aime pas LLM, rapport à son penchant pour Sarkozy.

Passant par là par hasard, je laisse mon avis sur le blog (à Versac, j’espère que vous suivez !), et je signe « Nicolas ». C’est probablement une erreur stratégique de ma part… Mais c’est comme ça que je m’appelle.

Là-dessus, LLM répond à Versac, qui, je le rappelle a un très joli prénom, et l’interpelle par son prénom : « Nicolas », alors que le dernier commentaire venait de moi.

Que fais-je dans cette histoire ?

12 commentaires:

  1. Non, ne t'inquiète pas Nicolas. Llm répondait au billet de Versac, pas à ton commentaire (Versac signe ses commentaires "Versac"). Quand il te croisera, il ne te collera pas un coup de boule, d'ailleurs il est très gentil.

    J'ai aussi laissé un com' chez Versac (j'étais le prems' comme on dit chez Guy Birenbaum)où je qualifiais LLM de M. une-polémique-par-semaine (méthode marketing éprouvée chez les blogueurs américains (et belges)). Mais Versac m'a répondu non. Parce que lui aussi voulait polémiquer. Ils sont comme ça les blogueurs influents, les Vinvin, les Natacha, les Embruns... Ce sont les nouveaux aristocrates, eux aussi, comme les appelle Lionel Jospin (tu te souviens, cet homme du passé, aujourd'hui parti sans espoir qu'on le rappelle...) Et donc, pour revenir à Versac, il voulait pas parler de ça, il voulait vraiment se friter avec LLM, à propos de Bayrou. Sont comme ça les centristes, comme Bayrou, tout excités et prêts à se friter: "libres" qu'il dit Bayrou! Et l'UMPiste, lui, est sans inspiration, sûr de sa force mais sans génie, prêt à tout pour que l'UDFiste lui lâche la grappe. "Je ne sais pas, moi, j'ai dit du bien de Nicolas Sarkozy parce que mes lecteurs m'y ont poussé, pas parce que je suis un entrepreneur qui fait plein de pognon et qu'avec la politique de Nicolas Sarkozy on en fait encore plus..."

    RépondreSupprimer
  2. c'est bien cette idée de billet sans titre. Pourquoi?

    RépondreSupprimer
  3. Pour le titre : j'ai oublié.

    Je ne suis pas inquiet. Hier soir j'étais plié de rire. Faut dire que c'était la Saint Michel et qu'on a arrosé ça.

    Enfin, heureusement que je ne suis pas un blogueur influent. Je peux continuer à me friter pour le plaisir.

    RépondreSupprimer
  4. Et j'ai bien vu qu'il répondait au billet de Versac, j'ai juste trouvé rigolo de me trouver au milieu.

    RépondreSupprimer
  5. Finalement, j'ai rajouté un titre, sinon il n'y avait aucune séparation avec l'autre article.

    RépondreSupprimer
  6. Juste pour dire. LLM est de père breton mais il est né et a vécu à Perpignan.
    Voir ici

    RépondreSupprimer
  7. C'est pas grave, mon père aussi était breton.

    Mais il n'était pas sarkoziste.

    RépondreSupprimer
  8. La conclusion, c'est qu'un blogueur influent perd de son influence quand il se met à vouloir influencer en prenant parti !!!
    (j'aime bien cette notion vague de "blogueur influent", je trouve ça surréaliste !) :-]

    RépondreSupprimer
  9. Et on peu pas en dire autant de tout le monde.

    RépondreSupprimer
  10. Tu parles pour Tonnegrande, qui accuse une légère surcharge pondérale depuis qu'il me connait ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.