13 mai 2017

Dernière nuit à l'Elysée

L'autre jour, Mélenchon a tweeté quelque chose comme « Ce soir s'achève la présidence la plus lamentable de la Ve République ». Il a oublié le quinquennat de Sarkozy, celui de Chirac et son septennat. Il ne se rappelle pas que la gauche était laminée en 1993, que le Front National est entré à l'Assemblée en 1986 deux ans ce fameux tournant de la rigueur. Le ridicule du septennat de Giscard lui est sorti de l'esprit tout comme la fin de la carrière politique du général de Gaulle. Sans compter que le Centre Pompidou est particulièrement laid.

La Cinquième République est grotesque. Des zozos voulaient en faire une sixième, qui aurait probablement été pire. La plupart des changements se sont traduits par des fiascos. J'espère qu'Emmanuel Macron, ton successeur, et pas nécessairement seulement à l'Elysée, réussira quelque chose : s'affranchir des travers de la Cinquième et faire ce que voulait peut-être de Gaulle : c'est lui le chef. Qu'il aura les coudées franches pour diriger et mettre en place ce pour quoi il a gagné le premier tour, dans la logique de sa pensée politique, pas forcément éloigné de la tienne alors que tout a été fait pour t'éliminer. Belle réussite de tes opposants.

Peut-être que dans dix ans ou dans vingt ans, on dira que tu as été, François, le meilleur président de la Cinquième. Je ne sais pas. C'est très difficile d'être objectif mais encore plus de reconnaître qu'on puisse ne pas l'être.

Toujours est-il que je t'aime bien depuis notre rencontre brutale du 23 août 1996, quand je t'avais traité de connard. C'était lors d'une manifestation contre l'expulsion des sans-papiers de l'église Saint Bernard. Gaël avait réussi à m'y traîner mais il était absolument hors de question que je me promène sans faire quelques bistros. A la sortie de l'un deux, tu ne regardais pas où tu marchais, dans le sens inverse à la manifestation, et tu avais failli me rentrer dedans. Je t'avais copieusement insulté. Gaël m'avait dit « t'es con, c'est Hollande ». Qui ça ?

Je ne vais pas parler de politique dans ce billet. Disons que depuis que je te connais mieux, vers 2011, je suis à peu près d'accord avec toi sauf sur la politique du logement mais on s'en fout. Pendant le quinquennat, je n'ai pas eu grand chose à redire. L'augmentation de la TVA m'est resté en traverrs de la gorge et ton entêtement à propos de la déchéance de nationalité ne fut pas une bonne idée.

Dès ce jour d'août 1996 tu avais toute ma sympathie. J'ai appris ensuite que lorsqu'on connais physiquement une personnalité politique, nos rapport avec elle change. Je l'ai appris à mes dépends en 2008, alors que mon blog devenait un peu connu, tous les candidats aux municipales venaient me sucer la bite (si je puis me permettre) au comptoir de la Comète. De fait, je n'ai jamais dit du mal de l'un d'entre eux. Seul Bernard n'était pas passé...

Ainsi, à l'été 2010, de mémoire, tu as fait un régime, sorti un livre et j'y ai prêté une attention particulière. Vers octobre, j'ai compris que tu pouvais gagner la primaire du Parti Socialiste, que tu pouvais battre DSK, contrairement à ce que tu pensais. Après, il est arrivé ce qu'il est arrivé. J'ai alors hésité entre Martine et toi mais, à l'été 2011, elle a commis une énorme bourde ce qui m'a fait comprendre qu'elle n'avait aucun sens politique, comme beaucoup de militants... Alors j'ai décidé de te soutenir, Romain m'a fait entrer, en tant que blogueur, dans ton équipe web, le deuxième cercle, hein !

Et je suis toujours là.

Je vais raconter une deuxième anecdote, la dernière je vous jure. Et elle a d'autant moins d'intérêt que je me souviens l'avoir déballée deux fois dans mon blog. Au moment des primaires de 2011, tu avais reçu une quinzaine de blogueurs dans une annexe de l'Assemblée. A la fin, des copains étaient discuter dans le hall, j'étais allé attendre qu'on se décide à trouver un bistro dans la rue avec d'autres. Tu étais alors sorti et nous avait serré la main pour nous saluer. Tu avais fait une vingtaine de mètres puis demi-tour et tu étais venu nous saluer une deuxième fois et nous remercier chaleureusement. Je t'avais répondu : « mais c'est à nous de vous remercier, vous êtes le prochain président de la République ».

C'est pour ça qu'on t'aime.

Il y a eu beaucoup de « Hollande bashing » pendant ce quinquennat (avec des potes, on avait créé le site stopbashing.org qui n'a pas connu le succès interplanétaire que nous escomptions, lâchés par certains, l'éternel problème des socialistes). Mais il y a eu autre chose, en plus, qui t'a beaucoup nui. Qui nous a beaucoup nui. Une espèce de connerie généralisée, liée aux réseaux sociaux et à l'information en continu. Prenons l'affaire Cahuzac. Tu as été parfait. Tu ne pouvais pas virer le lascar sur les allégations d'un journal qui t'était opposé, ne serait-ce que par respect pour la justice. Dès que les soupçons ont été très fort, il a avoué, tu l'as viré et basta. Pourtant, cela a fait un foin hors du commun. Les commentateurs de la vie politique ne se rendent même pas compte du mal qu'ils font.

Ce qui me déprime c'est que, à l'heure où tu t'en vas, ça continue. Tu verrais Twitter et Facebook s'exciter sur des conneries, comme cette histoire de parachutage d'un de tes collaborateurs en Ille-et-Vilaine. Les internautes dénoncent en ne se rendant même pas compte que cela aura totalement été oublié dans trois jours. Mais ne parlons pas de cela, sauf en ce que ça illustre ce qui t'es arrivé. On parlait plus de ta cravate de travers que de la baisse de ton salaire.

Pour ce qui concerne ta vie privée, je m'en fous. Je n'ai jamais admis que l'on puisse te taper dessus parce que tu étais allé « voir ta poule en mobylette ». Si les internautes, toujours les mêmes, avaient quelque chose entre les oreilles, ils auraient tapé sur la France qui a dévié au point de s'intéresser à ces conneries et pas sur le fait que ça ne soit pas digne d'un président.

C'est digne d'un président normal. Et c'est pour ça qu'on t'aime.

Je vais laisser d'autres andouilles faire un bilan objectif du mandat et l'histoire juger. Mon titre est n'importe quoi : je me fous totalement d'où tu vas passer la nuit.

Il paraît que tu vas gagner plein de pognon maintenant et que tu auras du temps libre. Tu sais que je connais un bistro où tu seras toujours bien reçu pour le dépenser avec les copains, des gens qui te respectent, qui te soutiennent toujours.


Et il y a du monde. Je vois le nombre de tweets de mes billets de blog quand je dis du bien de toi.



Et tous les amis qui ont bossé avec toi ou tes ministres auront toujours mon amitié, bravo à eux !

21 commentaires:

  1. Merci Nicolas pour ce bel hommage. Je vous lis toujours et je suis generalement d'accord avec vous. Merci

    Rose

    RépondreSupprimer
  2. Quand je pense que ce qu'on lui reproche le plus ; la déchéance de nationalité qui fut applaudie par le parlement par une "Standing Ovation "... Et cette fameuse loi dite "D'inversion des normes " pour donner plus de poids à cette "Trahison" ... Je parle de la loi Macron qui rend responsable de son destin le travailleur dans son entreprise pour le meilleur et surtout pour le pire quand l'horizon s'assombrit... Je me dis quel gâchis .
    vincent

    RépondreSupprimer
  3. moi aussi j'aime cet hommage franc et sympa.
    j'espère que ce ne sera pas le dernier billet!
    nivobode

    RépondreSupprimer
  4. Il restera pour moi un de mes albatros préférés du même niveau que le fut le grand Baudelaire! J'espère continuer de suivre ses actions auprès de "la France s'engage"!Dans le fond ses hommes d'exception simples et authentiques participent à changer le monde en toute humilité et humanité!On reconnait la valeur de quelqu'un à sa façon de traiter les petits gens avec le Coeur! merci Monsieur le président d'être resté tel que vous êtes sans fioritures, sans excès avec honnêteté en toute sincérité! Un homme comme les autres sans arrogance, ouvert et plein d'humour! Je vous souhaite le meilleur libéré de cette lourde ingratitude que vous inflige les français!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand vous avez envie de fumer, je crois que vous devriez vous cantonner aux trucs qui sont en vente libre…

      Supprimer
  5. Je me demande si ce n'est pas ton meilleur billet....
    J'en suis même émue, mais comme toi, je ne suis pas objective.
    J'ai aimé moi aussi ce président. Combien de fois je me suis dit "heureusement que c'est lui qui gère ça...." (y compris l'histoire "de la poule en mobylette")?
    J'en profite aussi pour te dire MERCI pour ces 5 dernières années.
    Tu m'as appris beaucoup de choses et souvent fait sourire.
    Et continue, évidemment !
    @Myale


    RépondreSupprimer
  6. Merci à tous !

    Et je continue. Évidemment.

    RépondreSupprimer
  7. La fidélité en politique c'est si rare, il aurait du se représenter !
    Bel hommage, l'histoire lui rendra justice.
    P.Castor

    RépondreSupprimer
  8. Je rappelle tout de même que le président Hollande n'est jamais allé voir sa poule en Mobylette (avec un M majuscule car il s'agit d'une marque et pas d'un nom commun), mais bien à Mobylette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans vouloir jouer la mouche du coche, « mobylette » est un nom commun, selon certaines sources lexicographiques.

      Supprimer
    2. Vous voulez savoir où je me les mets, vos sources lexicographiques ?

      Supprimer
    3. Oui. C'est une antonomase ou un truc comme ça. Comme Klaxon et Durit mais plus encore (je me comprends : mon iphone met automatiquement une majuscule à ce deux là mais pas à mobylette).

      Supprimer
    4. Eh bien, je me mets votre iPhone au même endroit que les sources lexicographiques de notre ami !

      Une Mobylette est un cyclomoteur, épicétou.

      Supprimer
    5. (Cela dit, je dois confesser que je ne mets jamais de majuscule à Klaxon…)

      Supprimer
    6. Il me semblait egalement que le nom commun était "pétrolette".

      Supprimer
    7. Moi les sources lexicographiques je les range bien sagement sur une étagère. Quelle idée.
      Il y a aussi « sopalin », « frigidaire »...

      Supprimer
  9. Beau billet, il y a eu des vrais bons moments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila ! Et ils me font chier avec des histoires de mobylettes.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.