16 mai 2017

Métamorphose politique

Le changement, c'était maintenant. Je tiens à signaler à mes honorables lecteurs (j'en ai 3 ou 4) que j'étais réactionnaire de gauche et que je suis dorénavant progressiste de droite. 

Pour un peu, je prendrais ma carte à sens commun jusqu'à ce qu'ils me virent parce que je ne suis pas baptisé. 

Les réactionnaires de droite sont limités aux électeurs de Fillon au premier tour de la primaire. C'est vous dire. Ils sont maintenant à sens commun, le truc dont au sujet duquel je parlais. 

Les progressistes de gauche sont maintenant rangés derrière un type à l'hygiène buccale limitée et jaunie pour certains. Il éructe, vomit, insulte, le tout aidé par un lascar qui déshonore les petits vins de pays qui font le charme de la France, comme le Corbières. 

Les autres sont perdus. Je le dis sans méchanceté. Ils défendent corps et ame une égalité inexistante. C'est tout à leur honneur mais un gros noir illettré en chaise roulante gagnera moins d'argent qu'un grand blond sportif ayant un bac plus cinq. Ils défendent corps et machin un droit du travail en oubliant ceux qui ne travaillent pas. Ils sont perdus en nous expliquant que toutes les recettes essayées ont échoué et qu'il faut recommencer à creuser le déficit, en tentant de démontrer qu'un État qui dépense plus que ce qu'il ne gagne depuis 40 ans pratique l'austérité. 

Il faut changer de paragdime, comme on dit (sauf quand on est correcteur orthographique sur iPhone). Essayer autre chose. La droite bête a échoué de 2002 à 2012 et la gauche intelligente a échoué ensuite à cause de sa bêtise. 

Progressiste de droite ? Bah ! Progressiste libéral, plutôt. Je me fous d'Edouard Machin. Voyons ce que ces andouilles choisies par le peuple, le vrai, celui pas représenté par des dents jaunes ou des rictus hystériques, a choisi. 

On nous moque parce que Macron a choisi un PM de droite alors qu'il l'avait annoncé. Pour un peu, on se serait fait sodomisés par le diable. 

On a fait que tourner la page. Merci. 

9 commentaires:

  1. J'ose croire que le fait de se faire sodomiser par le diable ne constitue pas à lui seul un projet politique, voire un projet de société.

    NB Mon propos est plus profond qu'il en a l'air. ;+)

    RépondreSupprimer
  2. Essayez au moins de parler de choses que vous connaissez: c'est toujours ceux qui le font le moins qui en parlent le plus..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dois reconnaitre que pour la sodomie (à part des mouches), je ne suis pas au top.

      Supprimer
  3. Et comme le disait François Ruffin ce matin : " eu...é..ee...euu....aa.. !"

    RépondreSupprimer
  4. Nico Député ! Nico Député !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ! Il y a des séances pendant les heures de bistro.

      Supprimer
    2. Il ya une buvette à l'assemblée.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.