18 décembre 2017

J'ai regardé Delahousse sous la couette

À part le dimanche midi sur France 3 en prenant l'apéro, parfois, ça fait probablement près de 10 ans que je n'avais pas vu d'interview d'une personnalité politique, et donc d'un Président, à la télé. Mais hier soir, j'ai oublié d'aller au bistro. 

Dès l'émission terminée, je suis allé voir dans Twitter. Les réactions étaient "normales". Les lascars critiquent. C'est la routine. Les Twittos politiques s'imaginent que le Président doit s'adresser à eux et dire ce qu'ils veulent entendre. Comme si Macron en avait quelque chose à cirer. Ce matin, c'était plus drôle, avec les propos, les leçons de Bourdin. Le pire a été obtenu, je crois, par un article de Télérama. Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu ce torchon. 

Sur les critiques envers Delahousse, c'est Desgouilles qui les casse le mieux :


Désolé pour le jeu de mot idiot que tu dois entendre à longueur de journée, David. Mes mêmes excuses à Laurent pour mon titre. 

Delahousse était là pour servir la soupe, pas pour insulter le Président. Laissons la presse vérifier les faits et les internautes relayer les potentiels mensonges. Par exemple, Lolo ne peut pas être un spécialiste des centrales thermiques pourtant Macron nous a un tantinet bourré le mou (z'avez vu : je critique le ton des détracteurs, par leurs propos). 

Macron a déroulé son message. Il a de la chance, il est un des seuls à pouvoir le faire clairement, sans haine et tout ça. Les détracteurs en question oublient que quoiqu'il arrive, ils sont dans l'opposition et seront opposés au type qui parle dans le poste en oubliant ce que les auditeurs sont prêts à entendre. C'est con, ils auraient voulu qu'il dise : "oui, je mène une politique injuste mais vous pouvez allez vous faire mettre !"

Il a dit ce qu'il voulait dire et a choisi un journaliste qui le lui permet. Vous pouvez gueuler. 

Sur la forme, les gugusses qui causent debout de pièce en pièce, j'ai bien aimé. Ca dépoussière l'interview solennel du PR derrière une table ou le face à face à la Bourdin avec des spectateurs qui attendent le clash ou la connerie. Certes, je ne suis pas un expert compte tenu du nombre d'émission que je regarde. 

Je lisais des critiques sur des détails comme le coup des deux bureaux ou autres trucs propres au fonctionnement du palais. Pourtant, j'aime bien ce genre de détail. Et je pense que je ne suis pas le seul. Je ne suis pas "people", pourtant. Mais je ne suis pas non plus un éternel brailleur comptant sur les réseaux sociaux pour exister. Même si mon blog politique frise les 12 ans. J'aime bien y décortiquer les erreurs de communication des politiciens, pourtant. J'ai bien tapé sur Sarkozy et je me suis probablement planté avec Hollande. 

Hier soir, Macron n'a pas fait de faute. 

J'aime bien aussi le fait que l'émission ne soit pas en direct mais dans ses conditions (et bravo aux caméramans, au fait !). Elle aurait été en direct, les deux acteurs auraient été obligés d'aborder l'actualité immédiate, l'accident de car, les festivités à Chambord,... 

Les commentaires de l'opposition de droite étaient aussi ridicules. Tiens ! Le type qui remplace Fillon, le pauvre, Retailleau, je crois qu'ils s'appelle. Il gueulait parce que Macron n'a pas parlé de la dette. Or, il faut bien reconnaitre que les Français s'en foutent, même si c'est mal, et qu'il est le premier à gueuler quand les dotations de l'Etat baissent. 

Bah !

Continuez. Je vais continuer à ne pas regarder la télé et à raconter des conneries dans Twitter pendant l'interview. Pour ma part, je n'arrive pas à regarder une interview en twittant car je suis consacré sur les propos, sur ce que peuvent en penser les auditeurs et pas sur les âneries que je pourrais dire en direct pour assurer ma gloire. 

Macron est très fort : il a réussi à parler dans le poste le jour où j'étais pas au bistro. 

3 commentaires:

  1. J’aurais vu autre chose pour “consacré sur les propos”… Tout en gardant le même préfixe.

    RépondreSupprimer
  2. En octobre dernier, plus de 11 millions de téléspectateurs pour l'écouter,
    Le 17 décembre ...5,7 millions.

    Rassure moi, les 5 millions absents n'étaient pas au bistrot quand même ! 🤔

    Hélène dici

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.