03 décembre 2017

La SNCF, Le Monde et moi et la vraie vie


Grosse panne à Montparnasse aujourd'hui. J'étais "victime". Je suis tombé sur un article qui m'a déplu dans la soirée. 

Le Monde raconte des conneries comme s'ils avaient rédigé leurs articles à l'avance, sans information. Pour ma part, j'étais dans un TGV bloqué à Rennes. Il était au départ de Saint Brieuc et beaucoup de gens étaient montés à Lamballe et, à Rennes, ces connards de la SNCF nous conseillaient de différer notre voyage. Comme si on avait le choix. On était bloqués à Rennes. Des familles avec des gamins. Des types qui voyageaient pour le boulot et qui avaient un avion à prendre ou des cons comme moi, en week-end chez leur mère sans la moindre brosse à dent, sans le plus petit rechange si j'avais du passer la nuit à Rennes. 

Le Monde raconte des conneries histoires de publier des trucs qui font sérieux parce que c'est un journal, le journal, de référence. 

Le Monde se focalise sur la SNCF qui ne sait pas faire partir des trains. C'est vrai que ce n'est pas simple. On tolère les incidents techniques, les problèmes d'informations et tout ça. Dans mon job, on a beaucoup appris du dernier incident de Montparnasse. Mon job n'a rien à voir pourtant mais il nous arrive aussi de foutre des centaines de milliers de clients dans la merde suite à des incidents techniques. 

Le Monde s'est focalisé sur la SNCF qui ne sait pas faire partir des trains, sans même évoquer les difficultés de communications. On les comprends. Mais...

Quand je suis arrivé à Austerlitz en provenance de Bretagne, un message à été diffusé dans les hauts parleurs - à Austerlitz, hein - invitant les clients en direction de Granville à retourner à Montparnasse. Ils nous prennent pour des cons ?

Le Monde s'est focalisé sur la SNCF qui ne sait pas faire partir des trains mais ces ânes ont complètement oublié que la SNCF ne sait pas faire arriver des trains. J'étais dans un TGV au départ de Saint Brieuc. Pas de Brest, hein !  Il y avait un arrêt à Lamballe. C'est clairement un train qui relie le Centre Bretagne à Paris. A Saint Brieuc, je savais par Twitter que c'était le bordel à Montparnasse avant le démarrage de mon train. Je ne pouvais pas ne pas le prendre (je n'étais pas en week-end à Saint Brieuc mais à Loudéac, à 40 km au sud). J'avais confiance. Mais j'ai vite compris que même les contrôleurs ne savaient rien. J'écoutais mes voisins. Ils ne savaient rien et se préparaient à un voyage paisible (depuis juin Saint Brieuc est à un peu plus de deux heures de Paris, à peine le temps de faire la sieste). J'ai su ça parce que je m'intéresse à la gauche Hollaise et que Le Foll avait twitté pour s'étonner du bordel à Montparnasse. Ça faisait rire beaucoup de gens (à juste titre) vu qu'il avait gueulé le jour même contre l'obligation des députés de conserver des justificatifs de leurs frais. 

Dites, la SNCF, pourquoi avoir laissé monter des gens dans des petites gares (Saint Brieuc, Lamballe) pour leur conseiller, à Rennes, de rentrer chez eux (ce qu'ont fait une partie de mes compagnons de route) ? 

Pourquoi ne pas nous avoir informé, à Rennes, que vous étiez désolés et tout çà mais que vous aviez la capacité à acheminer tous ceux qui avaient commencé leur voyage ou n'avaient pas d'autre solution vers Austerlitz (ce quoi était visiblement le cas, le train que j'ai fini par avoir n'était pas plein) ? Vous auriez pu annoncer un retard de deux ou quatre heures (j'ai eu la chance de n'avoir qu'un peu plus d'une heure). On s'en fout. Vous pouvez penser au confort des gens ? Je ne demande pas d'avoir de la bière pression pour patienter mais des bouteilles d'eau, ça vous écorcherait la gueule ? 

Faire partir des trains de Montparnasse peut être difficile (objectivement, un y a une sorte de goulot d'étranglement). Faire arriver des trains à Austerlitz et rassurer les gens l'est moins. 

Vous avez merdé. Et le Monde, le journal de référence, qui traite ça comme un fait divers encore plus. 

J'étais dans un train à Saint Brieuc. Sur la rangée de devant il y avait un môme d'une dizaine d'années. Son père était monté avec lui pour porter ses bagages. Je suppose que le gamin allait chez sa mère, à Chantilly. Il avait donc un métro puis un train ou un RER à prendre. Partant à 15h30 de Saint Brieuc, c'est normal. Quand on a compris que c'était le bordel, à Rennes, la dame qui était à côté de lui l'a pris sous son aile. Merci à elle (sauf qu'elle voulait le ramener chez son père à St Brieuc et lui voulait retourner chez sa mère). 

Dites, Le Monde, la SNCF, il y a des vrais gens. 

1 commentaire:

  1. expérience passée à Metz: https://undessinparjour.wordpress.com/2012/07/09/desormais-les-trains-seront-a-lheure-a-larrivee/

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.