02 décembre 2017

Le naufrage des réseaux sociaux

Cette nuit, j’errais dans les réseaux sociaux et je voyais des gens qui parlaient encore de l’émission politique avec Jean-Luc Mélenchon. Qu’ils soient insoumis ou non, ils étaient ridicules. Les fans de Mélenchon dépassaient évidemment les bornes. Attention ! Ma critique ne porte pas sur un camp particulier. Ils se trouvent que ce sont toujours les sympathisants de la personne qui passe à la télé qui sont les plus ridicules. Ceux qui s’efforcent de critiquer sont, généralement, plus des peine-à-jouir.

Tenez ! Cette fois, on a même un type qui va se plaindre au CSA que les journalistes en face de Méluche ne lui étaient pas favorables. C’est évidemment grotesque mais que des guignols, opposants ou non, le relaient est pitoyable. La chose n’a évidemment absolument aucune importance n’y même l’émission en question qui n’est regardé que par des fans absolus de Mélenchons ou des opposants du même métal. Peut-être quelques sympathisants hamonistes ou écolos se sont-ils égarés devant leur poste de télévision parce que le bistro du coin a fermé plus tôt que d’habitude à cause de la neige.

Pendant mon café, vers 14h30, j’ai ouvert Twitter. Le débat continuait, une quarantaine d’heures après la fin de l’émission. Les gens oublient que ce monde de la politique spectacle n’intéresse que quelques clampins qui tournent en rond. Je voyais des andouilles critiquer la presse qui ne parle que des petites phrases et pas du fond. Vous connaissez la dernière ? Il paraît qu’après la fin de l’interview, Mélenchon a dit à une journaliste d’aller se faire foutre ce qui, il faut bien le connaître, n’est pas d’une grande amabilité. Voir des hurluberlus défendre de tels propos est stupéfiant.

Alors je suis retourné à ma sieste. Là, mes douze ans de militantisme en peau de fesses me sont revenus en mémoire. Après un an ou deux d’apprentissage, j’ai fait cinq ans dans l’opposition farouche puis cinq ans dans le fanatisme absolu. Depuis six ou douze mois, j’erre. Je n’ai plus personne à soutenir, tant pis, et la critique systématique me fatigue. De toute manière, il nous reste 4 ans avant la prochaine campagne présidentielle, 4 à avoir cette équipe de bras cassés au pouvoir et on va faire avec. Pas le choix.

Mais les innocents vont continuer à agir. Rien que pour avoir fait ce billet où je critique Méluche (alors que je ne le prends que comme exemple) et où je dis que j’accepte de supporter LREM pendant encore 54 mois, je vais passer pour un vil macroniste auprès d’imbéciles, un vil macroniste de droite car, en plus, ils n’ont rien compris, ces ânes. Les Rep sont morts. Le PS n’a qu’une faible chance de se relever (voir l’interview d’un politologue dans le Télégramme, ce matin – pas de lien : il m’arrive de lire des journaux imprimés…). Une partie des anciens du PS a d’ailleurs annoncé un truc aujourd’hui « Génération.s » avec Hamon comme chef.

Ils ne se rendent pas compte à quel point c’est nul, parce que ça ne prendra jamais dans l’opinion alors que les idées d’Hamon sont souvent les plus intéressantes sur le plan économique avec la mutation du travail et tout ça. Il faudra que, un jour, nous débattions dans les blogs du « pourquoi ça ne prendra jamais » (ou du « pourquoi ça prendra », je veux bien concevoir qu’on ne soit pas d’accord avec moi).

5 d’opposition. 5 ans de majorité. Et maintenant. Et si on se remettait à faire de la politique dans les blogs et pas seulement du militantisme voire de la propagande ou du coup de gueule à la petite semaine en oubliant tout recul ou toute objectivité, voire tout fond. Et je veux bien qu’on me dise que je n’ai pas de recul, pas d’objectivité et que je n’aborde jamais le fond.


Mais de la part de zigotos qui ont critiqué les propos de Macron quand son homologue burkinabé est parti liquider les affaires courantes, ça m’amuse.  

16 commentaires:

  1. Vous êtes dur avec nos amis socialistes ! La chère Élodie, pas plus tard qu'aujourd'hui, nous explique que le PS a décidé de se vouer corps et âme au féminisme de salon, en prenant à bras-la-corps la primordiale question des violences fêtofames (« Vous venez souvent danser ici, Mademoiselle ? » Et paf ! une violence fêtofame, une !) Il y a donc de l'espoir, puisque le parti s'attelle de nouveau à une grande et belle cause. Je ne désespère pas de les voir enfin lancer la grande croisade que j'appelle de mes vœux, celle contre le staphylocoque doré, encore trop souvent protégé par une insupportable omerta des puissances de l'argent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour nous empêcher de la faire changer de cause qu'elle a fermé les commentaires ?

      Supprimer
    2. Mais ils ne sont pas fermés du tout !

      Supprimer
    3. Exact mais ils faut cliquer sur un truc au dessus du billet. Avec l'iPhone, j'avais pas vu.

      Supprimer
  2. J'en apprends une bien belle, Mélenchon a causé dans l'étrange lucarne. Je comprends mieux pourquoi ma zapette a refusé de prendre en compte une chaîne (je ne sais plus laquelle).

    RépondreSupprimer
  3. Être sérieux et faire de la politique avec ces fanatiques qui ressemblent plus à un ultra de l'OL qu'à un militant politique est impossible.

    Le coup de l'âne qui se plaint que les journalistes qui interrogent le ducé Melenchon soient objectifs et fassent leur boulot plutôt que de lui relire les roues à la peau de chamois est extraordinaire. Une autre preuve, s'il en fallait une de plus, que l'on n'a pas à faire à un militantisme très intelligent.
    Finalement ca rendrait presque le Vieux militant Lepeniste fin et raffiné...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pris Mélenchon comme exemple parce qu'il est passé à la télé jeudi mais les fans des autres ne sont pas mieux.

      Supprimer
  4. À propos du transfuge peluche, j'ai apprécié un article ou il était écrit qu'il s'est fait dessouder par la fille Debray. J'ai trouvé cela raffraîchissant et bien dans l'époque.
    Sinon Twitter devient chiant.tout les primo dépendants sont d'accord la dessus.
    Et Didier n'écrit pas assez sur Charlus, il se laisse allez le père. Du coup il radote sur Élodie, j'ai remarqué,il AIME bien lui chercher des totos. Ça doit être un toc.
    Voilà.@+

    RépondreSupprimer
  5. Effrayant
    À cette heure ci mon Twitter est encore vérolé de cette connerie.

    RépondreSupprimer
  6. Et merde ! encore une fois, je partage à 100%.
    Jégoun is the master of blogs :)

    RépondreSupprimer
  7. A la fois, être favorable à Mélenchon, cela me semble extrêmement périlleux !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.