16 décembre 2017

Pauvre de moi

Finissant ma sieste, je vais chez Leclerc en bas de chez moi. J'allais acheter le minimum vu que je suis en vacances vendredi mais je me suis rappelé que j'avais le repas de Noël avec les collègues. Chacun apporte une peu. J'avais promis d'acheter le fromage. Bref ! J'arrive à la caisse automatique. J'en avais pour 47 euros. 

Le suspens est à son comble. 

La machine me dis que je lui dois 47 machins et me demande comment je dois payer. Je clique sur l'image de la carte bancaire puis mets mon machin dans la fente ad hoc. Ca marche pas. Je réessaye et tout ça. Rien à faire. Je fais signe au préposé antillais qui arrive et me montre une affiche indiquant que la caisse automatique n'accepte pas la carte. 

Ah merde, dis-je. Et je fais comment ? Il me dit désolé monsieur il faut que vous passiez à une autre caisse. Ca me cassait les couilles, avec mon assortiment de fromages. Alors je lui dis : ah ben je vais payer en liquide. 

Il me répond (ça ne s'invente pas) : vous, vous avez assez de liquide pour payer ça ?

(Je sors du magasin et vais à La Comète, je commande une biere et vais au distributeur en face pour compenser les cinquante euros et avoir de quoi payer mes notes de bistro. J'en ai pris 200 au cas où. Arrêtons de se faire stigmatiser par des antillais en temps que pauvres à la caisse de Leclerc). (D'ailleurs je vais retourner au magasin pour lui montrer que je peux avoir 200 euros en liquide). 

7 commentaires:

  1. Ha ha ha ha, putain de toi !

    Ah ahahahaha… pauvre de moi….

    RépondreSupprimer
  2. Je hais les caisses automatiques des usines à bouffe ! Presque autant que les dites usines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant on n'a pas besoin de parler à une conne.

      Supprimer
  3. La répétition du pronom indique bien que ce préposé antillais s'étonnait que la personne qu'il avait devant lui puisse avoir les liquidités nécessaires au règlement de ses achats et non sur le contenu de son porte-monnaie . Ce vécu montre que tu es non seulement intelligent ce que nous savions mais qui plus est pas du tout raciste car, imaginons un préposé "Souchien" Oh l'horrible mot de Finkielkraut !!! et un "Nonsouchien" susceptible ?....
    Vincent

    RépondreSupprimer
  4. Les antillais sont des " de souche" , et ce depuis Toussaint L'ouverture et Alexandre Dumas ... Ah lala ;) Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.