20 janvier 2017

La dernière primaire de la Cinquième

Les deux derniers sondages donnent Valls et Hamon au second tour. Ce ne sont que des sondages et tout peut arriver patati patata. Si ça arrivait (ce que je crois et souhaiterais si je n'aurais préféré une élimination directe de Valls), je serais tristes pour mes copains qui suivent Montebourg (ce que je ne comprends pas mais la question n'est pas là). 


Ce résultat (putatif) ne me surprend pas. Il est même très logique. Une grande partie des électeurs de gauche vote, heu..., pragmatique. Valls. Celui qui, sur le papier, a le plus de chances de gagner en mai. Le plus de chance parce qu'une élection se gagne au centre et que Montebourg et Hamon ne peuvent pas gagner. Montebourg, comme beaucoup, sert de repoussoir pour des raisons logiques mais aussi pour l'incohérence politique de son programme (que j'ai encore revu aujourd'hui sur le blog de Jeff). J'ai bien aimé le discours d'investiture de Trump. Il faut produire américain. 


Alors Hamon va arriver devant. 


Et Valls n'a aucune chance de gagner la présidentielle. Alors Hamon va gagner la primaire. Il va être au centre de la recomposition de la gauche, sur la base d'un constat. La mutation du travail.


--------


J'ai publié cela sur Facebook mais ça mérite un billet. Alors je vais continuer. 


--------


Ce qui devait arriver arrivera. Le candidat que je préférais va gagner la primaire et je vais en soutenir un autre à la présidentielle, a priori. A priori seulement parce que je sais toujours pas ce qu'il y a à défendre chez Macron à part deux points. 


Le premier est qu'il me paraît être le seul à empêcher la droite de gagner. Le deuxième est qu'il va torpiller la gauche voire toute la classe politique. Tiens ! Une adjointe LR de Tours vient de démissionner pour le rejoindre. Macron va torpiller le PS et LR. C'est rigolo. Attention ! Je ne parie pas encore sur sa victoire. 


Mais il va réussir où, par exemple, Montebourg et Mélenchon ont échoué. Torpiller la Cinquième et son fonctionne de partis. Bicéphale au début. Tricéphale avec le succès du FN. 


C'est très bien et c'est rigolo. 


La destruction de la Cinquième a commencé par celle du septennat puis la mise en œuvre des primaires dans les partis. Regardez ces guignols d'EELV qui ont éliminé dès le Premier tour la seule personne connue qu'ils avaient en stock et la possibilité de peser sur la politique. 


Hamon, pur appareil du parti, va réussir un truc surprenant, qui serait passé pour surréaliste il y a six mois. En tuant le PS, il va le sauver. 

13 commentaires:

  1. Rigole pas je fais parti des guignols qui auront voté successivement contre Duflot, Sarkozy, Valls. Reste l'incertitude de la présidentielle : voter contre Fillon ou Le Pen au second tour.

    RépondreSupprimer
  2. Et si les primaires étaient une fausse bonne idée? Qui pour croire qu'il y aura demain une réconciliation sincère entre les candidats PS à la primaire? Après une courte unanimité de façade, les écuries des présidentiables retentiront de nouveau des minables imprécations des éternels frondeurs. François hollande en a fait les frais tout au long de son quinquennat. et je frémis à l'idée qu'il aurait pu y participer et ainsi être obligé de s'abaisser à répondre à des nains ambitieux. Hollande n'a pas réussi à imposer sa vision d'un PS démocratique et réconcilié avec l'économie. Le PS est moribond et le Parti de Gauche ne servira qu'à sauver un Parti communiste irréaliste et sa filiale, la CGT. Maintenant, la seule offre politique pour un électeur de gauche est celle proposée par Emmanuel Macron...

    RépondreSupprimer
  3. Les anonymes : je me torche le cul avec vos avis.

    RépondreSupprimer
  4. "J'ai bien aimé le discours d'investiture de Trump..."

    Moi aussi, mais surtout il était vécu par Trump.

    Ici, je ne vois personne qui est habité par les idées qu'il véhicule.

    De droite à gauche je n'entends que paroles sans conviction ... sans doute l'effet pervers de l'Europe sur les politiques Français, trop habitués depuis des années à obéir.

    Cette année, je suis comme Anne (ma sœur Anne). Je ne vois rien à l'horizon, que le soleil qui poudroie et l'herbe qui verdoie.

    Hélène dici



    RépondreSupprimer
  5. Billet cousu de bon sens,je le partage .
    vincent

    RépondreSupprimer
  6. Macron va faire ceci, Macron va faire cela… Mais Macron ne va peut-être rien faire du tout ! Exploser en vol comme tant d'autres avant lui. Après tout, je vous rappelle qu'il y a encore deux mois, pratiquement tout le monde voyait Juppé déjà installé à l'Élysée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dit que je ne pariais pas sur lui. Restons calme.

      Supprimer
  7. Rien à dire à ton billet, à part passer par là pour un salut. Je sais que je passerai une soirée intéressante demain pendant mon apéro du dimanche soir sur BFMTV à suivre les résultats...

    (sinon pas de paris : je les loupe tous depuis 2014...)

    RépondreSupprimer
  8. En acceptant un transfert de souveraineté vers l'Europe, la 5e était déjà agonisante. Les lois Deferre et Chevènement, le redécoupage des régions, la disparition à venir des départements, un changement profond sur le bloc communal ont célébré sa mort clinique.

    Sinon, belle analyse. Hamon, le plus à gauche, vainqueur de la primaire, comme en symétrie à la victoire de Fillon. Puis, la Présidentielle qui se gagne au centre ! Ni Mélenchon, ni Fillon, ni Hamon ont vertu à drainer l’électorat centriste. Et Bayrou, une fois de plus en faiseur de roitelet, comme en 2007, 2012.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.