21 juillet 2017

Au cul, la charge mentale !

J'ai laissé un commentaire long chez Laurent Bouvet. Autant en faire une publication. 


"Je refuse de regarder. Je me prétendais féministe, sans doute pour faire plaisir à mes copines de gauche. Ou par bonne conscience. Depuis qu'on parle de charge mentale, ça me gonfle. Je n'ai pas à penser à faire mon lit le matin. Je peux très bien le faire le soir ou dormir dans un lit pas fait (avec une couette, qu'est-ce que ça peut foutre ?). Est-ce qu'une femme pense à ce que je prenne ma carte bancaire quand je vais au bistro ? Ou à m'essuyer les lunettes quand je regarde une touriste chinoise en robe blanche visiblement (justement) sans culotte dans le metro (véridique) ? Pourquoi vider le lave vaisselle dès que la vaisselle est propre alors que je peux attendre le fait d'avoir besoin de faire une vaisselle parce que je n'ai plus d'assiette propre ? Mais je m'égare et suis hors sujet. " 


C'est mon côté réactionnaire de gauche mais aussi hollandiste (le bon sens et tout ça)(sans compter son profond respect de ses compagnes...). 


Je pense que tout ça est à repenser. Vive l'égalité des droits, des rémunérations, de l'accès à tous les boulots et tout ça. Mais arrêtons les conneries. 


Il y a quelques années, il y a eu un débat au bureau sur le détartrage de la machine à café. Ce n'est qu'un exemple. La secrétaire en avait marre de le faire ce que je comprends. C'est une Nespresso et c'est un bordel à faire. Toujours est-il qu'il a fallu se répartir les tâches. Et tout le monde a admis que les hommes devaient participer autant que les femmes. Je suis d'accord, hein ! Mais je pense qu'avec mon salaire, le PDG ne serait pas d'accord pour que je passe ne serait-ce qu'une heure par an à détartrer une cafetière. 


Pendant le quinquennat d'Hollande, je défendais l'égalitarisme et tout ça mais ça finit par me gonfler. 


Le week-end dernier, j'étais chez ma mère. Je ne sais pas si c'est un réflexe de femme ou de mère, mais elle m'a "engueulé" parce que j'avais des traces noires sur la manche gauche de mon blouson et que je ne lui avais pas donné mon blouson à laver. Il a fallu que j'argumente. Petit 1 : je peux laver mon blouson moi-même mais dès lundi je prends le metro et il sera degueulasse à nouveau. Petit 2. Je l'ai payé 49 euros dans un machin de discount. Il ne supportera pas un lavage. Je le foutrai à la poubelle en octobre et on parlera d'autre chose. Mesdames, continuez à faire les fières. Je veux bien comparer mon budget bières et vos budgets fringues. 


Je veux bien comprendre que ça n'est pas inné et que c'est lié à l'éducation et tout ça. Mais admettez que ce n'est pas la peine de passer le balais avant l'arrivée de la femme de ménage pour qu'elle ne rentre pas dans une maison salle. 


Chacun sa charge mentale. La mienne est d'en faire un billet de blog. 

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Faut pas chercher à comprendre, c'est de la pensée complexe, comme chez Macron.

      Ça veut rien dire, c'est imbitable et tout le monde baisse son froc.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.