29 juillet 2017

Partageons mon avis (et rigolons)

Dans Facebook, hier, je m’amusais d’avoir fait deux publications successives contre Macron et LREM. J’ajoutais qu’il était temps que je recommence à taper sur les insoumis et les socialos pour équilibrer. Un commentateur – que je ne connais pas – a répondu : « tu es vraiment un drôle de type ». Je ne sais pas ce qu’il veut dire, il ne comprend sans doute pas qu’on peut ne pas choisir formellement un camp quand on milite.

Quand Hollande était président, j’étais d’accord avec suffisamment de sujets pour ne pas trop taper quand j’étais en désaccord. J’avais fait sa campagne et je me devais d’être fidèle jusqu’au bout. J’ai seulement tapé sur quelques trucs, comme l’augmentation de la TVA. Cette fois, avec Macron, j’ai retrouvé ma liberté. Je dis ce que je veux. J’ai toujours été – du moins depuis la fin des années 80 – de centre gauche, je peux donc naviguer aisément entre le PS radicalisé et En Marche. C’est vous dire : seul le projet de Benoît Hamon me paraissait sympathique, et je l’ai dit dans Facebook et dans mon blog, mais j’ai quand même suggéré aux braves gens de voter pour Emmanuel Macron, ce que j’ai moi-même fait, car il me paraissait le plus à même de faire barrage à une droite dure et que je pensais que l’autre n’avait aucune chance. J’ai même écrit que j’aurais voté pour Jean-Luc Mélenchon si j’avais pensé qu’il avait une chance. Je fais partie des 600000…

Je pense que beaucoup de militants ont perdu leurs repères, c’est une évidence, mais ils s’expriment de plus en plus sur le net et se croient obligés de soutenir mordicus un « camp ». Hier, j’ai vu un insoumis qui publiait un article d’une officine d’extrême droite bretonne (je ne lui jette pas la pierre, j’ai fait pareil « en mon temps », mais le contenu était différent). Ce machin disait que Facebook avait supprimé 70000 publications opposées à Macron. L’insoumis, piqué au vif, a diffusé cela pour dénoncer un scandale ! Macron a été par la finance internationale et tout ça. L’article expliquait pourtant que Facebook n’avait supprimé que des tweets ouvertement islamophobe (ce qui scandalisait évidemment le torchon en question). Et l’insoumis relayait…

Didier Goux a publié son journal de juin ce matin. Je le cite : « Ce qu'on a appelé la blogosphère [,,,] est en train de mourir de sa belle mort, si tant est qu'il y en ait de belles. Que ce soit à gauche ou à droite, c'est un territoire exsangue, un champ de ruines que nul n'a envie de visiter. » Il parle évidemment de la blogosphère politique. Et je vais relativiser : ça fait des années que l’on parle de la mort des blogs. En outre, il y a plein de blogs plus ou moins nouveau mais j’ai toujours la flemme de rafraîchir ma blogroll. Mais il a raison : parmi les blogueurs actifs vers 2012, la plupart ne font presque plus rien et les quelques écrits sont proprement à chier (et je plaide coupable : je ne fais plus que des billets à partir de mon iPhone – sauf ce matin – plein de fautes d’orthographe, qui ne font qu’exprimer un sentiment que j’ai à un moment, racontant n’importe quoi, souvent, et ne travaillant pas le fond. En fait, j’écris des trucs sur Facebook en buvant mon indispensable bière de sortie du bureau et, quand le contenu est long, je recopie dans le blog en changeant deux ou trois virgules).

Ce qu’il y a d’idiot – et je ne jette toujours aucune pierre – c’est qu’on trouve tellement de lecture dans Facebook que les blogs sont désertés, d’une part, et que les gens diffusent tellement de trucs dans les réseaux que la part d’écriture par des particuliers est en forte baisse. Les internautes publient, en plus, beaucoup sans ajouter quatre ou cinq lignes de commentaires pour expliquer leurs opinions. On l’a vu avec cette histoire d’APL diminuées de 5€. Les remarques étaient du genre « c’est de droite », « ceux qui à gauche défendent ça ne sont pas de gauche », « c’est faux que ça fait augmenter les loyers » et rien de plus. Aucun fond.

Enfin, dans cette folie générale qui consiste à diffuser son avis, les internautes oublient qu’on peut ne pas avoir d’avis. Par exemple, pour ces cinq euros, j’ai un avis, mais surtout, je m’en fous. Donc je ne comprends pas l’agitation générale à gauche. Elle est compréhensible à droite : c’est supprimer de l’argent public qui va dans le privé. Qu’ils se démerdent, tous ! Par contre, une autre mesure passe plus ou moins inaperçue : le gouvernement va diminuer le financement de logements sociaux. Et ça, c’est bien à droite ! Et c’est scandaleux. Mais je l’ai dit sans argumenter, ça fait 10 ans que je dis dans ce blog qu’il faut augmenter la construction de logements sociaux.

Ainsi, les réseaux sont devenus des déversoirs à émotion (le plus drôle est quand une personnalité passe l’arme à gauche, les militants politiques sont battus…).

Mon blog s’appelait « Partageons mon avis » avant de baisser considérablement à partir de fin 2013 (oui, ça va faire quatre ans que je glande, que j’ai quasiment fermé 4 blogs… même si je me suis décidé à repartir sur celui-ci en changeant la façade). J’y faisais des billets avec ce que j’avais sur le cœur, en essayant d’être pédagogique, de lire, de travailler les sujets, on était quelques uns, ainsi, et tous ont disparu.

Moi, je profite d’un samedi d’août un peu morose côté ciel pour tenter d’être sérieux cinq minutes. Mais je vois, tous les soirs, des copains qui s’engueulent dans Facebook, certains militants socialistes, en particulier, deviennent odieux, parce qu’ils ont beaucoup milité pour François Hollande et sont maintenant égarés. Peut-être. Ils restent sûrs d’eux.


Je ne suis sûr de rien. Mais j’espère continuer à m’amuser dans Facebook et dans les blogs.

32 commentaires:

  1. « les internautes oublient qu’on peut ne pas avoir d’avis »

    Exactement ! Je m'aperçois que, en vieillissant (si, si : ça m'arrive !), j'ai de moins en moins d'avis sur les choses dont, au fond du fond, je me suis toujours foutu, même si je feignais le contraire. La politique est de ces sujets-là.

    (Sinon, j'ai trouvé bizarre que vous profitassiez d'un samedi d'août le 29 juillet…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (pour le 29 juillet en août, c'est parce que je ne suis pas habitué à être en congés si tôt dans l'année).

      Pour le reste oui, je crois qu'à un moment de sa vie on se sent obligé d'avoir un avis. Mais certains vieillissent et oublient qu'on s'en fout.

      Supprimer
  2. Mais pourquoi diable perdre son temps sur Facebook et Twitter?

    Paumé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi "perdre du temps" ? Chacun fait ce qu'il veut, non ?

      Supprimer
    2. Pourquoi chacun ferai- il ce qu'il veut ? Faudra que ça cesse, çà !

      Paumé

      Supprimer
    3. Je viens de découvrir votre blogue par une connaissance commune et je le trouve très bien fait, même si nous ne partageons pas les mêmes opinions.
      Par contre je suis de l'avis de "anonyme". J'avais un compte "fesse-bouc" , mais l'ai supprimé, n'y voyant aucun intérêt. En ce qui concerne twitter, j'y suis inscrit mais n'y vais presque jamais. Comme quoi, les réseaux sociaux, ne sont pas fait pour moi. Parc contre, j'aime beaucoup flâner sur les blogues et le vôtre en particulier.

      Supprimer
    4. T'en as chopé des gratinés... c'est l'été, les mouches volent bas !

      Supprimer
  3. "La contraception doit avoir ses règles" disait Kouchner... Alors pourquoi pas l'internet?

    RépondreSupprimer
  4. je vois pas le rapport avec des mouches qui se sodomisent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que dans les réseaux sociaux, ils enculent beaucoup les mouches.

      Supprimer
  5. Cette stigmatisation et attaque gratuite sur les mouches est indigne et contribue à rabaisser le débat. C'est laid.

    Sinon je pense que le goût de la discussion et de l'échange est perdu, et notre société est plus violence. Ça va au delà des blogs, et les resosocios ne sont qu'une illustration de notre société. C'est triste.

    Mais se moquer des mouches est affreux et j'espère que la vraie gauche animaliste saura te dire la vérité vraie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Mais au contraire ! Je défends les mouches qui se font sodomiser sur internet.

      Supprimer
  6. Mouff en effet. Et j'imagine qu'en matière politique, les Français attendent un peu ce qui va encore venir.

    Du côté des blogs de livres, en revanche, c'est très dynamique. De quoi te (re)mettre à la lecture?

    RépondreSupprimer
  7. Depuis que je suis devenu le "petit" maire d'une commune rurale, je me suis obligé à une sorte de devoir de réserve, même si j'ai pris fait et cause pour Macron à la Présidentielle. Blanc aux législatives. Faut pas déconner !

    Ton blog politique est le seul que je lise. Les autres m'emmerdent profondément. Alors, continue de t'amuser sérieusement. Et tout simplement, merci pour ton avis qu'il m'arrive de partager de temps à autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt que de ressasser éternellement que les réseaux sociaux ne contiennent que des *onneries tout en y passant votre temps, vous feriez bien d'aborder ce sujet qui va bientôt faire la une: le Conseil Constitutionnel ne va-t-il pas empêcher Macron d'augmenter la CSG des retraités pour compenser la suppression des cotisations chômage des salariés?

      Rappelons qu'en France, tout versement d'une cotisation ou d'un impôt ouvre des droits : droit à bénéficier des allocations chômage si on cotise pour elles, à des soins médicaux, des indemnités d'arrêt de travail si on est malade, des allocations familiales et une retraite de base si on cotise pour la Sécu, à bénéficier de la protection de la police si on paye l'IRPP, etc. (que certains y soient redevables mais exemptés de paiement pour revenus insuffisants ne change rien à ce principe de base).

      Or, on voit mal comment un retraité définifif ( sans cumul emploi- retraite) pourrait bénéficier un jour d'indemnités chômage... Dès lors, ce prélèvement est-il constitutionnel ? A moins que la réponse ne se trouve dans une autre réforme simultanée: l'extension des indemnités-chômage aux travailleurs indépendants... Autrement dit : " A 98 ans, même si vous êtes retraité, vous pouvez créer votre propre entreprise, et, en cas de faillite, vous aurez droit aux indemnités chômage "...

      D'autre part, autre problème : si les retraités bénéficient d'un taux de CSG minoré, c'est parce que celle-ci finance, entre autres, la retraite de base de la Sécu; aligner les taux de CSG des retraités et des actifs signifie donc :
      -faire payer la CSG à tous les actifs,
      -payer, grâce à ces sommes, leur retraite de base aux retraités,
      -sur laquelle on leur prélèvera la même CSG qu'aux actifs, pour leur verser... leur propre retraite! Un peu farfelu, non ?

      Penseur poussif

      Supprimer
    2. Je fais ce que je veux dans mon blog connard.

      Supprimer
    3. N'empêche que ça fait une semaine que vous n'avez rien pondu : on dirait mes poules…

      Supprimer
    4. Tu as bien fait de laisser le post d'Elie, tout rasoir qu'il soit, il a apporté des explications qui m'intéressent.
      J'aime bien ton caractère, des coups de poings ... virgules, jamais de points defintifs. 😉

      Hélène dici

      Supprimer
  8. Depuis que j'ai arrêté d'être un père indigne je n'ai plus le temps de débiter des conneries.

    RépondreSupprimer
  9. Bonne réflexion quant à la voracité de Facebook par rapport aux blogs...Serions nous devenus ds "anciens combattants", en évoquant le bon temps des blogs, où nous pouvions affirmer, échanger, et aussi "se foutre sur la gueule", en pensant que nous avions une relation personnelle avec le taulier du blog ? Il est vrai que mon blog est aussi en coma dépassé, car je n'y voyais plus aucun intérêt à pousser quelques coups de gueule bien argumentés...Il est vrai que c'est plus facile de relayer sur Facebook des infos qu'on ne prend même pas la peine de vérifier..Je suis venu ici par hasard ce soir...En dehors de tes analyses politiques qui demanderaient à être approfondies, content de partager la teneur générale de ton expression

    RépondreSupprimer
  10. Ben îl me semble bien reconnaître le schtroumpf à lunettes, tu sais le schtroumpf moralisateur qui dit tout le temps en levant le doigt :"comme le disait le grand Schtroumpf ...." 😄
    Bonnes vacances,
    Hélène dici

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.