09 avril 2017

Si j'étais candidat de droite

Candidat posant avec un honnête citoyen.
"C’est parce qu’elle réalise des bénéfices qu’une entreprise peut investir, innover, gagner des parts de marché, et donc créer des emplois." Voilà le genre d'inepties que l'on peut lire dans la programme de François Fillon : les électeurs n'étant pas tarés, ils lire voir les dépêches AFP voyant le flot de délocalisations, les bénéfices croissants des grandes entreprises et tout ça. Ainsi, le programme de FF est raté. C'est comme son histoire de suppression de 500000 fonctionnaires alors qu'on annonce pas où ils seront supprimés et que l'on voit qu'il manque du monde à l'Education Nationale, dans la police, l'armée, les hôpitaux,... On peut ne pas être d'accord mais il faut parfois rassurer l'électeur.

FF garde un socle d'électeurs de droite républicains à peut près au même niveau que Jacques Chirac lors des premiers tours à toutes les présidentielles auquel il a participé en sachant qu'il a fini par en gagner une parce qu'il avait mené campagne à gauche (la fracture sociale et tout ça) et l'autre grâce, disons, à l'éparpillement de la gauche.

Soyons sérieux. Le camarade Noix Vomique est un blogueur réactionnaire avec du poil qui lui dépasse du nez mais est fort sympathique. Dans son dernier billet, il présente le programme qu'il aurait s'il était militant de gauche. Il est très convainquant à un point où on se demande si c'est une parodie ou s'il croit réellement en une partie de ce qui pourrait être les valeurs de gauche tout en conchiant suffisamment le reste notamment le progressisme neuneu. La lecture du premier commentaire d'une cliente de droite me conforte dans mon opinion que je n'ai pas mentionnée parce qu'elle ne vous regarde pas et sur la capacité des militants politiques à prendre ceux qui ne pensent pas comme eux pour des cons. C'est pour ça qu'ils perdent.

Dans Twitter, parce que je suis un blogueur de gauche très sympathique aussi mais déboussolé par mon camp, il met met au défit de me mettre à la place d'un militant de droite. Anaphore de café, non ?

Si j'étais candidat de droite, j'étatiserais toutes les structures de la sécurité sociale de manière à renforcer l'Etat dans la préparation des évolutions nécessaires comme la fin des régimes sociaux. Je garderais néanmoins les partenaires sociaux dans les structures de gouvernance pour un tas de raison dont on se fout éperdument à ce stade. Les mutuelles et autres caisses complémentaires seraient, quant à elles, complètement privatisées avec cotation en bourse obligatoire sans que l'Etat puisse leur donner des obligations diverses sauf celles du présent paragraphe (tout en collectant, pour elles, les cotisations aux taux qu'elles auront proposées). Chaque entreprise serait obligée d'y participer.

Si j'étais candidat de droite, je créerais une nouvelle taxe sur les entreprises sur la part du chiffre d'affaire hors salaires (une entreprise faisant 1000 euros de CA pour 200 euros de salaires et cotisations, serait imposée sur les 800 euros restant). Le croisement de la TVA sociale et de la taxe sur les robots. Vue de gauche, ça peut se justifier mais vue de droite aussi, cela remet le travail au centre des valeurs.

Si j'étais candidat de droite, pour compenser, voire amplifier, la mesure précédente, je supprimerais les cotisations sur le travail (salariales et patronales) sur le salaire autres que celles liées à la vieillesse. La famille, la santé,... seraient payés par la nouvelle taxe.

Si j'étais candidat de droite, je promettrais une participation de l'Etat dans l'économie quand cela est nécessaire notamment quand des entreprises utiles à la France seraient menacées de faillite pour des raisons idiotes. Je promettrais de me battre au niveau européen pour renégocier chaque règle qui empêche l'Etat d'intervenir dans l'économie. Ne me dites pas que c'est de gauche (je suis un libéral de gauche...). Pensez à de Gaulle.

Si j'étais candidat de droite, tant qu'on parle de l'Europe, je promettrais de mettre le veto à toute nouvelle directive qui ferait que l'Europe s'occupe d'autre chose que de ses fesses et de négocier une revue des textes déjà adoptés (sans promettre n'importe en quoi et en étant très prudent ; il ne s'agit pas de faire ça par démagogie comme Sarko avec sa courbe des concombres ; je me comprends).

Si j'étais candidat de droite, je préparerais une refonte de l'ordre et de l'éducation qui repasserait par de profonds changements à l'école. Remise en place de la notation, des punitions diverses, création d'internats gardés par des militaires pédophiles pour les enfants ne respectant pas les adultes et l'ordre à l'école avec deux étape intermédiaire : l'imposition d'un uniforme pour tout ceux qui ne respectent pas le jeu tout d'abord et, ensuite, l'obligation du port du short d'avril à novembre (un short beige, uni et court) avec des sandales et des chaussettes jusqu'au dessus du genou. Et l'interdiction du tout couvre chef.

Si j'étais candidat de droite, je refonderais tout ce qui est éducation civique par une éducation civique et morale, basée sur les valeurs chrétiennes de notre héritage national mais ouvertes sur les côtés bénéfiques des autres religions sauf celles qui interdisent l'alcool.

Si j'étais candidat de droite, je renforcerais le pouvoir de la police et surtout ses moyens tout en interdisant à la presse de parler de potentielles bavure tant que les boeufs carottes n'ont pas rédigé leurs rapports.

Si j'étais candidat de droite, je supprimerais toutes les lois relatives à la moralisation de la vie politique qui ne sont là que pour effrayer le peuple. Je compenserais par une augmentation des moyens de la justice pour enquêter sur les affaires de corruption et autres trucs louches.

Si j'étais candidat de droite, je supprimerais ces histoires d'interdiction du cumuler des mandats car les Français ont besoin de suivre des personnalités. Et tant qu'à faire, mettons la parité à trappe. Si les greluches n'ont pas les couilles pour se faire élire, c'est leur problème. Félicitons les femmes courageuses (notamment si elles ont des gros nichons).

Si j'étais candidat de droite, j'obligerais les opérateurs de télécommunication à interdire l'accès à certains sites internet qui ne respecteraient la loi de la République (et sa fiscalité) même s'ils viennent de chez Google ou Facebook. Non mais sans blague. Au cul la neutralité du net.

Si j'étais candidat de droite, j'instaurerais l'état d'urgence permanent car, il faut bien le dire, nous ne sommes pas sortis de l'auberge avec ces connards de terroristes islamistes.

Si j'étais candidat de droite, je promettrais d'assurer l'image de la France à l'international et chonchierais tous nos partenaires européens pour les relations diplomatique hors UE. Y font chier, aussi.

Si j'étais candidat de droite, en conséquent, je renforcerai le pouvoir des armées tout en assurant une meilleure répartition sur le territoire.

Par exemple, trouvez-vous vraiment normal qu'on n'ait aucun port militaire dans le Massif-Central ?

9 commentaires:

  1. Belle anaphore! Même en jouant au mec de droite, vous restez hollandien. Mais comment savez-vous que j'ai du poil qui dépasse du nez?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une des caractéristiques des réacs.

      Supprimer
    2. Je ne le savais pas ; je ne fréquente aucun réac.

      Supprimer
  2. Par exemple, trouvez-vous vraiment normal qu'on n'ait aucun port militaire dans le Massif-Central ?
    Es tu sûr qu'il n'y a pas de sous marin dans le lac Pavin ?

    RépondreSupprimer
  3. J'aurais fait une campagne totalement différente. En essayant d'être humble, d'être rassembleur, et de ne pas parler à une seule petite partie de l'électorat de droite.

    J'aurais fait ce que Juppé a essayé de faire, en se plantant car une campagne de primaire n'est pas une présidentielle

    Sinon ton billet est intéressant. Et je pense que Noix Vomique n'était pas ironique, mais qu'il a posé de véritables questions, en apportant une réponse qui me semble frappé de bien de sens

    Ca donne ton joli billet entre autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.

      Je crois que Fillon n'a parlé à personne (de toute manière avec les casseroles, il était inaudible). Ce dimanche, Mélenchon est passé devant lui dans sondages (je ne dis pas ça pour me foutre de ta gueule, je n'oublie pas le score d'Hamon).

      Non. Il n'était pas ironique, le Noix. C'est en lisant le commentaire que j'en ai eu la certitude. Il prend ce qui est bien à gauche et rejette les conneries.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.