15 avril 2017

Une élection idiote et des réseaux sociaux sur la même longueur d'onde

Décidément, cette période pré-électorale est spéciale par bien des aspects et pas seulement par la grande incertitude qui règne sur le résultat du premier tour, ce qui ne veut finalement pas dire grand chose : en 2002, on était persuadés que Jospin allait gagner.

Les deux grands partis de gouvernement et leurs candidats réciproque ont totalement loupé leurs campagnes, semble-t-il (on ne pourra statuer qu'à l'issue du vote...). François Fillon a évidemment été plombé par les affaires mais je ne suis pas persuadé que, sans elles, il aurait fait un score beaucoup plus important (mais, avec des « si »,...). Benoît Hamon, quant à lui, se plante totalement sur les raisons de sa déroute. Ca me fait de la peine car j'ai plein de copains « purs » militants du PS qui se battent.

Les supporters de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon qui se cantonnent dans les réseaux sociaux sont d'une rare bêtise. Ils n'ont rien appris des précédentes campagnes et les proches des candidats qui devraient les encadrer sont complètement à côté de la plaque. Prenez par exemple ce dessinateur trollé par les fans de Méluche... Les erreurs commises sont graves : alors que leur candidat paraît sympathique, ils le font passer pour une carne agressive. Ils dégoûtent. En 2012, nous faisions déjà une erreur en étant trop présents (et c'est toujours le cas : les militants monopolisent les réseaux sociaux, y compris Mastodon, le petit dernier) mais cette année, il y a un phénomène de trolls.

Je me suis encore frité, hier soir, avec des militants hamonistes, sur le mur Facebook de mon copain Jeff à propos du travail du dimanche. Je ne veux pas rouvrir le débat ici... mais suis bien obligé de le faire pour illustrer mes propos.

Tout d'abord, soyons bien clair : je suis contre le travail le dimanche sauf dans les quartiers touristiques (et bien sûr les transports, les bistros,...) parce que cela n'a aucun intérêt économiquement (les gens n'auront pas plus de sous à dépenser), parce que ça déstructure les familles (mon côté catholique) et la France et sa culture (mon côté réactionnaire : je n'aime pas les centres commerciaux ; ils sont utiles mais nos concitoyens ont mieux à faire qu'y traîner le dimanche).

Toujours est-il que mon copain Jeff disait que les gens ne voulaient pas travailler le dimanche. J'ai répondu que que les gens qui n'ont pas l'occasion de travailler le dimanche étaient contre le travail du dimanche mais que ceux qui avaient l'occasion de gagner un peu plus d'oseille n'étaient pas spécialement contre... Je me suis fait tomber dessus par un tas de gens qui sont contre le travail du dimanche pour plein de raison. Alors je leur demandais de reprendre mes propos « ce qui n'ont pas l'occasion de gagner plus d'argent en travaillant le dimanche sont contre le travail du dimanche ». Tout cela n'est pas méchant. Je me suis même engueulé avec une petite dame qui disait la même chose que moi.

Mais c'est inutile et contre-productif. Pourquoi ne voit-on ces gens qu'en période électorale ? Comment peuvent-ils s'imaginer que le travail du dimanche soit un enjeu de cette présidentielle, soit même un enjeu pour la France ? C'est étrange de la part de ceux qui devraient défendre le partage du travail d'oublier que des salariés sont prêts à travailler le dimanche pour gagner un peu plus...

La pédagogie, que diable !

Je ne vais pas vous citer tous mes sujets d'engueulade. Hier, j'ai eu un débat houleux avec des lascars mélenchonistes au sujet de la Guyane, sujet qu'ils ne connaissent pas mais nous sommes en campagne et ces braves sont des combattants qui ont bloqué leur bled. Moi, je connais un petit peu, ce qui est déjà infiniment plus qu'eux. Pensez donc, ça fait environ 15 ans que je passe une partie de mes soirée à refaire le monde avec un gros Guyanais qui a fait de la politique là-bas (avec Mme Taubira, d'ailleurs). Je vais vous expliquer la situation : ils n'ont aucune conscience politique mais cherchent à profiter des élections pour récupérer du pognon, ce qui est de bonne guerre.

Après plus de 10 ans de blog politique, près de 10 de Twitter et de Facebook, je suis toujours surpris par les militants qui tournent entre eux, encalminés dans leurs certitudes, complètement fermés. Le dommage collatéral est qu'ils passent plus de temps à taper sur les autres candidats et à se défendre, qu'à assurer la promotion du projet de leur poulain.

Et c'est très drôle parce que les macronistes arrivent au dessus du lot. J'ai fait le test, hier soir. Pendant que j'argumentais très sérieusement dans Facebook, je trollais dans Twitter. La plupart des macronistes ne sont pas trollables contrairement aux fanatiques d'Hamon et Mélenchon. Vous pouvez faire le test mais cela demande un peu de recul (j'ai « la chance » de n'être convaincu par aucun candidat, je peux donc taper sur tous).

Le fait qu'ils ne soient pas trollable est explicable : il y a beaucoup moins d'idéologie derrière et, comme ils disent, Macron est quand même un tantinet un produit marketing géré par des communicants...

Pour ma part, je suis comme un con, ce qui fait cette élection bien bizarre pour moi : j'ai exclu de voter pour Mélenchon, Hamon ou Macron. J'ai exclu de voter pour un autre candidat que ces trois là. J'allais me résoudre à ne pas voter mais je commence à exclure de plus en plus cette possibilité ce qui fera que je devrai voter pour Mélenchon, Macron ou Hamon.

Mal barré, le garçon...

Vivement que ça se termine, que l'on puisse recommencer à travailler sur le fond, le vrai intérêt du travail du dimanche (ou la vraie nuisance), la Guyane et ce qu'il faut pour elle plutôt que de s'imaginer ce que pensent les électeurs sans en avoir la moindre idée sauf celle que celui qui arrête de batailler dans Facebook s'est forcément rendu à ton avis.

Imbécile, va !


2 commentaires:

  1. PLongé dans un identique dilemme, j'ai décidé de votre Lassalle... Ça mange pas de pain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tous ceux qui sont devant se même dilemme en faisait autant cela ferait un postulant certain du second tour....
      Un peu de sérieux on vote pour un Président tout de même !!!! . Nicolas lui l'est; puisse qu'il n'esclut plus de ne pas choisir au 1er tour .
      vincent

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.