12 octobre 2006

Etranglons les déclinistes

Depuis hier, ça débat fort sur un blog d’un ami de droite. Très politique gauche-droite. La droite avance toujours les mêmes arguments, en reprochant à la gauche, peut-être à raison, de faire de même…

A l’heure où j’écris ça commence à voler de moins en moins haut (j’ai même envoyé un mail au proprio du blog pour m’excuser d’avoir envoyer ch… quelques individus).

Parmi ces arguments, un revient périodiquement l’immobilisme de l’état Français qui nous met à la ramasse dans le monde entier. De la faute à un état qui s’inspire des grandes heures du marxisme composé par des énarques qui, quand ils ne sont pas hauts fonctionnaires, sont ministres ou députés. Vieille rengaine, pas totalement fausse, mais ça me fait marrer quand ils expliquent que seul Sarkozy peut changer ça.

Nous avons aussi les méchants syndicalistes poilus qui empêchent les administrations et entreprises publiques de bouger en faisant de la propagande communiste auprès des travailleurs de base. Travailleurs de base qui votent toujours à gauche pour éviter de se voir supprimer leurs avantages.

Ceci est la moitié de la pensée d’une partie des blogueurs de droite. L’autre moitié concerne les méchants immigrés qui viennent profiter de notre bonne vieille santé au risque de la mettre en danger et qui viennent travailler chez nous pour envoyer de l’argent au bled.

Sur ces deux sujets, il n’y a évidemment aucun moyen de débattre. J’ai essayé de parler chiffres. Sur l’immigration par exemple. Je leur demande à quel montant se chiffrent le montant des allocations diverses touchées par des immigrés qui abusent. Rien. Aucun réponse. Aucune argumentation. Rien. Juste cette haine sur ses immigrés qui vivent sur le dos du travail. Par contre, si on leur parle des autres motifs de difficultés des organismes sociaux : rien. Aucune réponse.

Ce qu’il y a d’amusant c’est leur anonymat le plus complet : signer d’un prénom ou d’un surnom banalisé n’est pas faire preuve d’un grand courage. Il est plus facile de dire (dans des commentaires de 20 ou 30 lignes !) que les fonctionnaires sont tous des fainéants et les immigrés tous des voleurs quand on ne dit pas qui on est.

Je prends donc immédiatement une résolution : si je tombe dans un blog sur un commentaire de plus de trois lignes, je vérifie immédiatement que l’auteur signe effectivement ou met un lien sur son propre blog. Sinon : je ne lis pas.

Je parlais donc de l’immobilisme qui aboutit à un déclinisme qui sera fatal si on ne vote pas immédiatement pour Nicolas Sarkozy, qui est un homme de renouveau puisqu’il n’a jamais été ministre en France et qu’il n’a jamais utilisé les moyens de l’état pour ses propres campagnes électorales.

L’immobilisme. Essayons de démontrer le contraire !

Je commence presque par du hors sujet, puisqu'il ne s'agit pas de la fonction publique ou de ses satellelites.

Les banques mutualistes qui avaient une structure de capital incompréhensible de tout étranger et quasiment unique au monde. Le Crédit Agricole, le Crédit Mutuel, les Caisses d’Epargne et les Banques Populaires. Premier changement : elles ont toutes maintenant ce qu’on appelle bêtement un « véhicule côté » en bourse qui leur permet d’aller à la conquête du monde, de manger des concurrents ou de se faire manger.

A propos de banque, embrayons immédiatement sur La Poste qui a réussi à créer la sienne il y a moins d’un an.

L’immobilisme des sociétés nationales probablement ?

Ce n’est pas la seule révolution qu’a connue La Poste. Petit 1 : le courrier a changé. Avant c’étaient les gens qui écrivaient. Ils ne le font plus. L’essentiel du courrier part des entreprises, et arrive par lots immenses, presque déjà trié, dans les centres de tri. Le métier de ces gens là a été complètement changé en 20 ans, et personne n’a rien vu. Petit 2 : la révolution dans les centres de tri, avec par exemple, ces nouveaux centres géants en périphérie parisienne et ces nouvelles machines.

Les fonctionnaires ne savent pas bouger ?

Après La Poste, il est légitime de parler de France Télécom. Il y a des types qui sont meilleurs pédégés que ministres… Rappelons juste qu’il y a une quinzaine d’années France Télécom faisait partie des PTT.

Ca me rappelle la fois où j’ai installé le haut débit chez ma mère : ça a marché du premier coup ! Alors que les fils qui arrivent à la maison ont été installés il y a plus de 40 ans, et que la dernière intervention d’un technicien de France Télécom à la maison date de plus de 30 ans.

Incompétentes ces grandes institutions nationales !

Hop, une autre : la SNCF. On a probablement un des meilleurs réseaux grandes lignes du monde, et notre TGV est admiré (je ne parle pas des TER, j’ai une dent contre depuis que le train qui me permettait d’aller en week en Centre Bretagne a été supprimé). www.voyages-sncf.fr est la plus grande agence de voyage en France, voire ailleurs.

Pendant qu’on est dans les transports, il y a une quinzaine d’années, nous avions deux compagnies nationales. Une des deux a sauvé l’autre et maintenant Air France est un géant mondial, voire le numéro 1.

Ca me fait penser à Airbus. Ce n’était pas une société nationale (internationale serait plus juste !) il y a quelques années ? Et qui figure parmi les 2 seuls constructeurs survivants en prenant de temps à autre la première place pour se moquer des ricains ?

Parlons deux minutes de la sécu et des services fiscaux, qui, respectivement avec la carte vitale et la transmission électronique des feuilles de soin et les déclarations d’impôt par internet, ont réussi à permettre l’automatisation du boulot, et donc un changement radical des conditions de travail. Qui aboutira fatalement à la suppression de dizaines, voire de centaines, de postes de travail, avec toutes les économies qui vont avec.

Je ne parle pas de Renault, qui a réussi à sauver Nissan par un rapprochement approprié et est maintenant appelé pour sauver des géants américains (GM ou Ford, qui va gagner ?). Les salariés de Renault ont réussi à assimiler des nouveaux moyens de production pour faire un des constructeurs automobiles les plus rentables.

Pourquoi je parle de Renault ? Vous avez oublié la régie Renault ?

Alors, Mesdames, Messieurs les déclinistes, arrêtez de nous chauffer les oreilles avec votre argumentation ridicule sur la France, ses salariés et ses fonctionnaires qui sont incapables de changer à cause du syndicalisme ringard, des fainéants qui y travaillent et des idiots qui les dirigent !

Attention, il s’agit uniquement d’un catalogue, je ne tiens pas à entamer un débat sur chaque sujet. Il ne s’agit pas de dire quels gouvernements, quels dirigeants ont fait les changements. Il ne s’agit pas non plus de décrire les bons et mauvais côtés de chaque opération. Juste de voir ce qui a changé en 10, 20 ou 30 ans, dans ces histoires typiquement françaises.

17 commentaires:

  1. Un truc que je me demande en lisant les trucs dont tu parles, les commentaires (de blog ou de télé ou de journaux) de ces gens qui sont persuadés que la France est en train de tourner tiers monde, c'est le degré de sincérité des auteurs.
    Ils y croient à leur conneries, ou c'est tout ce qu'ils ont trouvé pour déguiser leur haine et leur jalousie ?

    RépondreSupprimer
  2. Haines et jalousies, pardon. Le pluriel adoucit et complète.

    RépondreSupprimer
  3. Il y croient, je crois.

    Il y a des gensses qui ont l'esprit si tordu qu'ils ne voient que le mauvais côté des choses.

    Quand je leur dis ça, ils me traitent de "doux rèveur". Ma position a été qualifiée, une fois, d'angélique.

    En plus, ils focalisent en permanence sur des détails. C'est le cas, souvent, des gens de droite. Ils sont des accrocs aux faits divers et n'arrivent pas à voir le quotidien dans une globalité.

    C'est pareil au bistro que dans les blogs.

    L'histoire des bébés congelés (un pur fait divers) fera couler plus d'encre et de salive que les millions d'enfants qui meurent de faim chaque jour.

    En petit vieux assassiné pour son argent scandalisera les gens alors que les milliers de types qui meurent chaque année à cause de types qui conduisent bourrés me parait plus grave.

    RépondreSupprimer
  4. C'est un peu comme ton histoire de plongeur décédé "naturellement" l'autre jour et le fait que le Télégramme en parle.

    RépondreSupprimer
  5. Voilà un exemple d'illustration de commentaires dans les blogs :
    http://doelan.blogspirit.com/archive/2006/10/12/travail-famille-patrie.html

    (Loïc, désolé de te citer)

    Loïc a fait un billet sur "travail, famille, patrie", slogan qui nous rappelle quelques heures sombre de notre histoire, mais dont chaque terme reste important.

    J'ai voulu faire une intervention sur le thème "attention au mot patrie, tout le monde ne voit pas la même chose derrière, mais dans l'ensemble tu as bien raisons Loïc"...

    Je vous laisse lire la suite !

    RépondreSupprimer
  6. Dans ces commentaires, vous retiendrez comment ils nous définissent, nous, les opposants : "les naïfs manipulés par les idéologues; naïfs auxquels on bourre le crane de l'école à l'université, des médias publics à la majorité des médias écrits, en passant les assocs. et autres trucs infiltrés."

    1. Quand "ils" parlents ce sont des gens sensés, posés, pragmatiques. Quand "nous" parlons nous ne sommes que des idélogues.

    Bravo l'ouverture d'esprit.

    2. Les médias sont tous à gauche.

    TF1, comme la plupart des magazines, et la plupart de la presse quotienne, est bien entendu dirigé par des méchants gauchistes (encore que, cette fois, je ments : TF1 a été extrait de la liste).

    Bonjour le sens de l'observation.

    3. "l'école à l'université" : un ramassis de gauchistes.

    Ben oui, on y met des gens intelligents.

    La connerie semble ne pas avoir de limite. Ca me rappelle le sujet abordé aujourd'hui chez Eric :
    http://crisedanslesmedias.hautetfort.com/archive/2006/10/11/attention-tu-vas-faire-le-jeu-de-le-pen.html

    Peut-on discuter avec des électeurs du Front National ?

    RépondreSupprimer
  7. "Je parlais donc de l’immobilisme qui aboutit à un déclinisme qui sera fatal si on ne vote pas immédiatement pour Nicolas Sarkozy, qui est un homme de renouveau puisqu’il n’a jamais été ministre en France et qu’il n’a jamais utilisé les moyens de l’état pour ses propres campagnes électorales."

    Oui, c'est très étrange ce phénomène. L'homme qui cumule alègrement (ministre, président de parti, président d'une région, conseiller municipal (oui, je crois que c'est ça?) et aussi ami trsè proche de tous les grands patrons français (on ne le lui reproche pas, cela dit)) tous les postes et tous les avantages passe pour l'homme de la rupture.

    C'est à mourir de rire.

    Ta remarque sur les commentaires anonyme est assez juste. Mais, malheureusement, il faut se faire à cet anonymat parfois gênant.

    RépondreSupprimer
  8. Il n'est pas président d'une région mais d'un Conseil Général. Et en plus, il a été ministre du budget en 1993.

    RépondreSupprimer
  9. A propos de pseudo, il va falloir que je change le mien sur ton blog !

    RépondreSupprimer
  10. Une dépêche du jour : Reuters le 12/10/2006 17h39 Les Français jugent que l'enseignement fonctionne bien !

    Faudra encore que j'explique dans les blogs que l'éducation nationale ne va pas mal et que les profs ne sont pas tous des fainéants syndiqués...

    RépondreSupprimer
  11. Et ce qui est amusant c'est que les discours déclinistes sont tenus par des gens à qui le système bénéficie. Jamais un chômeur ou un prolo ne te dira que la France tombe. Un Bavarez (il doit être prof d'université, bien fonctionnaire), lui, voit que ça va mal.

    Si ca va mal, c'est à cause d'eux qui sont en place depuis trente ans, et ils utilisent l'argument "ça va mal" pour continuer le boulot. Parfois l'argumentation politique tient plus de la magie que de la raison.

    RépondreSupprimer
  12. Nicolas, j'ai trouvé pourquoi le n'arrivais pas à me connecter sur ton site. En fait c'est mon contrôle parental qui me bloquait mais il ne le disait pas.

    Bon c'est sur quand on va en bas de la page de ton blog, on comprends pourquoi il bloquait, encore que!!!

    RépondreSupprimer
  13. Je tiens juste à saluer ce bel élan d'optimisme.

    C'est vrai des fois on dénigre tellement la France, on se plain tellement que "tout fous le camp" que j'ai l'impression de vivre dans une féodalité du Moyen-Äge.

    Et il est rare que je puisse dire que j'aime profondément la France, je suis heureuse d'y vivre et il y a peu de pays où j'aurais préféré naitre.
    Alors je te remercie de me donner l'occasion de le dire.

    RépondreSupprimer
  14. Nicolas,

    Je ne sais pas où il y a le plus de décliniste mais il y en a à gauche comme à droite, non ?
    à droite, les gens disent que le cosnervatisme syndical, le sur-effectif de focntionnaires etc vont étrangler la France.
    à gauche, les gens disent que le capitalisme nous mène vers une impasse, que les inégalités se creusent, que la Terre se réchauffe etc.

    Heureusement, Nicolas, que des gens comme toi ou moi, pourtant pas du même bord sommes assez optimistes, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  15. Avis à tous les déclinistes: la France est le pays où il y a le plus de blogs. (et j'entends un décliniste qui répond: c'est très mauvais signe)...

    RépondreSupprimer
  16. Nous sommes optimistes.
    Mais la terre se réchauffe.

    Vive la France ! Allons enfants de la patrie... Le jour des blogs est arrivé !

    RépondreSupprimer
  17. JLS,

    Depuis que j'ai installé "postitexpress", mon site a une sale tronche sous IE mais fonctionne bien sous Firefox.

    Sous IE toutes les cochoneries de la colonne de gauche sont en bas.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.