07 octobre 2006

Je suis candidat. Voilà mon programme.

Je vous l’avais promis, le voilà le joli programme. Nous allons aborder beaucoup de sujets sans concession et sans don d’abrutis. Ce billet sera fatalement long, très long, mais la tâche est rude. Il est 7 heures, ce samedi matin.

J’avais promis de faire long. J’ai réussi. Vous pouvez lire en plusieurs fois, un peu comme j’ai fait avec le programme socialiste.

Je commence.

Le premier point à traiter est la dette dont au sujet de laquelle le cassage de couilles devient trop fréquent : il est temps de la résorber tout en se moquant bêtement des riches qui auraient pu le faire grâce à la capitalisation boursière qui est supérieure à la dite dette de plus de 50%.

Nous allons créer une société d’économie mixte, la Société Autonome de Gestion de l’Emprunt. Nous allons immédiatement lui transférer un certain nombre d’actifs de l’état, dont, je cite : la cathédrale de Chartres, le château de Versailles, le musée du Louvre, Notre Dame de Paris, le Palais de l’Elysée, Montmartre, l’église de Loudéac, le Centre Pompidou, Madame Pompidou et M. Valéry Giscard d’Estaing, le cimetière de Colombey les deux églises (mais je ne sais pas comment ça s’écrit) et celui de Jarnac.

Nous allons l’évaluer et l’introduire pour pas grand-chose. Pardon. Nous allons en introduire 49% en bourse pour une valeur légèrement sous-estimée. Une telle introduction massive, telle que seule mon pote Djibrill pourrait la pratiquer, déstabilisera la bourse de Paris provoquant une chute massive des cours des entreprises du CAC 40. Les petits porteurs méfiants se réfugieront derrière la seule valeur refuge : notre nouvelle SAGE.



Au fur et à mesure de cette privatisation discrète, l’emprunt de l’état sera remboursé sur les marchés, ce qui provoquera un afflux de liquidités que les gens ne pourront qu’investir en bourse histoire de faire remonter le CAC 40. Ni vu ni connu.

Tout ça pour rembourser la dette ET montrer que ces histoires de pognon c’est bien des conneries. Je me demande pourquoi je m’y attarde.

Nous allons ensuite nous attaquer au trou de la sécu, trou tellement profond que mon ami sus-nommé Djibrill ne pourrait le combler à lui tout seul. Nous allons nous y attaquer par différents moyens que je vais citer par la suite, mais je vais d’abord m’attaquer à la politique étrangère.

Nous allons créer une instance regroupant les pays riches que nous n’appellerons pas le G5, c’est déjà pris, mais le G soif. Entre nous, nous allons décider d’être les maîtres du monde, mais des maîtres du monde gentils. Nous transfèrerons massivement des fonds vers les pays pauvres en paix qui aspirent au développement sympathique et atomiserons les autres en visant bien entre les deux yeux, afin d’éradiquer la guerre, le terrorisme et le saumon fumé dans les cocktails.

Ceci étant réglé, revenons au trou de la sécu. Nous allons décider de supprimer les charges sociales et les cotisations patronales pour la santé. Dorénavant, la santé des salariés sera à la charge des entreprises puisque c’est bien elles qui en profitent. La santé des autres sera à la charge de l’état, donc payée par l’impôt, ce qui est déjà plus ou moins le cas avec cette histoire de CSG. En fait, cette mesure ne change pas grand-chose. Le taux de CSG sera calculé automatiquement de manière à prendre en compte les charges réelles et à boucher le trou de l’année précédente.



Tant que j’y suis nous allons modifier radicalement l’assiette et les couverts des cotisations sociales. L’assurance chômage sera à la charge exclusive des salariés, il n’y a pas de raison que les patrons qui embauchent payent plus pour le chômage. Nous allons appeler ça la justice sociale. Par contre, les retraites seront à la charge exclusive du patronat. C’est totalement contraire à toutes les solutions proposées et ça va faire sauter au plafond bon nombre de citoyens.

Expliquons-nous. D’une part, ce qui nous intéresse, nous, braves salariés, c’est le salaire net qu’on touche. D’autre part, tous les économistes sont plus ou moins d’accord là-dessus, si nous voulons conserver la retraite par répartition, il n’y a que le travail qui peut la payer. Or s’il y a du travail, c’est de la faute aux patrons. Actuellement, on sépare la part salariale de la part patronale. Ca n’a que très peu de sens. La mesure ne changera rien à notre salaire net et au montant total payé par le patron. Et hop. Et peu de simplification.

J’en étais donc aux réformes fiscales. En marge de tout cela, nous allons imposer une Déclaration Impérative du Travail Employé et Salariés. Dites-vous bien que ce n’est pas très compliqué, la plupart des gugusses étant en CDI avec des horaires plus ou moins fixes. Ceci est fait pour lutter contre le travail au noir, et c’est très simple.

Avant de faire travailler un type ou une typesse, le patron devra le déclarer (par exemple par internet ou par SMS) auprès de services ad hoc. Nous allons embaucher massivement des contrôleurs, que nous appellerons « douaniers », puisque le terme est libre depuis l’Europe et c’est bien au Ministère du Budget de payer ça. Ces contrôleurs pourront débarquer un peu partout où les gens bossent et vérifier qu’ils sont bien déclarés.

Les patrons qui n’ont pas déclaré leurs salariés auront le choix entre deux peines : celle de mort et la lecture intégrale de tous mes billets.

Les recettes supplémentaires de l’URSAF engendrées par cette mesure seront immédiatement déduites des cotisations patronales. On peut faire chier les patrons d’un côté, mais il faut bien leur apporter quelque chose. Les recettes supplémentaires du fisc (impôt sur le revenu) seront consacrées à payer ces contrôleurs. S’il reste un peu de sous, on le dépensera au bistro : il ne s’agit pas de faire des bénéfices, juste de lutter contre le travail au noir qui pénalise les quelques patrons honnêtes en faussant la concurrence tout en privant la collectivité de revenus.

Parallèlement, nous allons renforcer les pouvoirs de la CNIL. C’est bien beau de faire un fichier centralisé des employés, mais il ne faudrait pas que ça serve à des bêtises.

Pour le reste, côté politique fiscale, juste quelques bricoles, comme ancrer la progressivité de l’impôt sur le revenu et de la CSG dans la constitution, ça suffit comme ça de jouer avec une des bases de la solidarité nationale.

La culture.

Je vous rappelle que nous avons nommé M. Jack Lang à ce poste. Il sera chargé de continuer le travail qu’il a déjà entrepris par le passé, en créant différentes fêtes et en faisant en sorte que toutes les communes puissent créer des écoles de musique, des bibliothèques et des bordels.

J’y tiens. La prostitution n’a pas à être gérée par le Ministre de l’Intérieur et de la Police, mais bien par le Ministre de la Culture. Ou alors celui de l’Education, mais je réserve à ce dernier quelques tâches difficiles comme l’alphabétisation des clients des bistros.

L’éducation. Et l’enseignement supérieur. Et la recherche.

Nous y voilà. Je n’ai pas trop d’idées sur le sujet, mais je tiens quand même à dire quelques bêtises. Par exemple, nous allons supprimer l’enseignement des langues étrangères. Dans 10 ou 20 ans la technologie sera telle que des gadgets permettront de faire des traductions instantanées et de suivre une conversation entre un anglais et un serbo-croates sans bouger les oreilles. Dès lors, pourquoi faire chier dès à présent des gamins avec l’apprentissage des verbes irréguliers propres à une culture qui n’est pas la leur ?

Ou alors nous allons faire en sorte que l’utilisation des langues étrangères soit réservée à la culture et pas au travail.

Nous allons rétablir un enseignement optionnel d’instruction civique, qui sera axé sur le fonctionnement des institutions et la politique économique, sociale, culturelle et internationale. Ceux qui auront moins de 10 à l’examen final n’auront pas le droit d’aller voter. Ceux qui auront moins de 15 n’auront pas le droit de tenir des conversations politiques dans les bistros.

Sports

Ce domaine n’est pas ma spécialité. Je propose néanmoins de réviser la loi ou la constitution ou la bible pour faire en sorte que les clubs de foot des Côtes d’Armor et du Morbihan, et seuls eux, puissent être côtés en bourse. A la limite, le club de Créteil aussi.



Jeunesse

Des l’âge de 6 ans et jusqu’à la majorité, les jeunes devront faire en continu un service civique, un service militaire ou un service trois pièces obligatoire et être hébergés dans des internats spéciaux pour éviter de gonfler leurs parents et de nous faire chier dans la rue.

Je plaisante. Nous allons faire une loi pour lâcher la grappe aux jeunes sauf s’ils font chier, et interdire toute idée de service civique dans les programmes électoraux.

Nous allons interdire les baskets, les survêtements dans la rue, les jeux vidéos, les téléphones portables, les ipods et le Coca Cola et rendre obligatoires les jeux dans les champs et les forets, la construction de cabanes, les batailles avec les jeunes de la commune d’à côté, les sorties en bal le samedi soir, le port du short pour les garçons et de culottes blanches pour les filles, la lecture de bandes dessinées, de poésie, de romans, les promenades en vélo et en mobylette, ...

Ceci n’est pas lié à mon conservatisme primaire ou à des regrets de ma jeunesse passée, mais uniquement pour éviter que l’argent de poche, les allocations familiales et le RMI partent exclusivement dans les caisses de multi-nationales étrangères.

Nous allons tolérer le port de la casquette. Même à l’envers.

Transports

Nous allons supprimer toute limitation de vitesse pour les Citroën Xsara rouge « lucifer » coupées dont l’immatriculation finit par VX 94.

Nous allons supprimer le permis de conduire à tous ceux qui utilisent plus d’une fois par semaine leur voiture pour aller au boulot alors que prendre les transports en commun ou marcher ne leur ferait perdre qu’une dizaine de minutes.

Nous supprimerons également le permis de conduire pour ceux qui utilisent leur voiture pour faire des trajets de moins de 500 mètres sans raisons valables, telles que déposer les gamins chez la belle mère ou acheter trois packs de bière.

Nous mettrons en prison tous les abrutis qui se croient supérieurs aux autres parce qu’ils se déplacent en vélo, en skate ou en rollers, et qui font chier les piétons sur les trottoirs et les voitures sur la chaussée. Nous ferons d’ailleurs pareil avec ceux qui ont des motos et des scooters qui doublent entre les files au détriment de leur sécurité en engueulant les aimables automobilistes qui prennent leur mal en patience.

Défense

Nous allons racheter le Foch que nous avons vendu aux Brésiliens et le souder au Clémenceau pour en faire un joli catamaran pour envoyer les enfants en vacances. On doit bien pouvoir en mettre 10 000. J’avais bien pensé au Charles de Gaulle Etoile, mais je ne sais pas s’il est très fiable.

Logement

Tous les terrains et immeubles inoccupés dans Paris (ou ailleurs mais j’y connais rien) appartenant à des sociétés nationales, telles que La Poste ou la SNCF seront transférés à l’état. Tous les terrains et immeubles inoccupés dans Paris appartenant dorénavant à l’état seront loués à un prix dérisoire (1 € symbolique l’hectare) pour 99 ans à des promoteurs immobiliers qui devront y construire dans les trois ans des bureaux et logements sociaux.



Rien que cette annonce devrait aboutir à l’effondrement de l’immobilier dans Paris ce qui ne serait que justice même si ça fait chier les propriétaires.

Conclusion

Quand on aura fait tout ça, on pourra aller se coucher.

24 commentaires:

  1. Votre programme me convient. Vos idées sont généreuses, altruistes, tournées vers les autres (non non ce n'est pas un truisme, il faut insister sur le sens de certains mots qui tendent à disparaître de notre vocabulaire ; bonjour M. Orwel…). En conclusion : recevez ma signature (enfin je suppose que c'est la première et je n'en suis pas peu fier !)

    RépondreSupprimer
  2. Merci Fabrice. Vous aurez le droit à un garde du corps personnalisé.

    RépondreSupprimer
  3. En gros, cela me convient sauf que dans votre programme, il manque un peu de photos d'hommes. Il faudrait pas oublier de rétablir l'égalité des sexes non plus!!!
    Bravo Nicolas d'avoir pris le temps non pas de critiquer, mais de proposer, cela devient si rare chez nos dirigeants.
    Recevez ma signature et non pas des moindres puisque vous avez été entendu au-delà des océans qui nous séparent sur la petite île Calédonienne.

    RépondreSupprimer
  4. La prochaine fois, promis, il y aura plus de photo d'hommes, que je vais choisir parmi les sénateurs.

    Merci pour la visite et le mot !

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien le truc sur la progressivité de l'impo dans la constitution.

    Pasale B : je ne tomberais pas dans la facilité avec l'égalité des sexes dans une société multiethnique. Non. Non.

    Et l'ile Calédonienne, la vraie, elle vient de nous niquer l'équipe de France profond. Et ça, j'aime bien.

    RépondreSupprimer
  6. Merci beaucoup NIcolas, votre offre d'un garde du corps qui plus est personnalisé me touche énormément. Une suggestion : "M'est-il possible de choisir le dit garde du corps parmi le collectif de jeunes femmes que vous avez si élégamment mis en photo dans votre article ?
    Vous aurez compris, j'en suis sûr, que ma demande repose sur le respect de la répartition des polarités propre au taoïsme qui s'exprime par le principe du Yin et du Yang. Tout autre interprétation serait déplacée et insultante !

    RépondreSupprimer
  7. Fabrice,

    Bon, ben c'est d'accord, je vais voir en réserve....

    Ha, ben voila, il nous reste celle en noir et blanc. Petit veinard, va.

    RépondreSupprimer
  8. Fabrice, d'accord, à condition que vous preniez la grosse mal rasée au millieu.

    Roi, merci.

    Franssoit, la répartition des grosses me revient.

    RépondreSupprimer
  9. Re-essai pour laisser mon "empreinte" (sic) sur ton super-blog, Nicolas... ce qui prouve qu'avec les jolies filles (et les propos allègres) l'important c'est le savoir faire!

    RépondreSupprimer
  10. voilà, je vais finir par y arriver!!!

    RépondreSupprimer
  11. "La grosse mal rasée" dites-vous NIcolas. Donc, si je comprends bien, vous me proposez une femme à poils, c'est bien ça, n'est-ce pas ?
    Je demande un délai (assez long) de réflexion…

    RépondreSupprimer
  12. Non, mais en politique, pour réussir, il faut coucher. C'est mal velu de dire le contraire.

    RépondreSupprimer
  13. Je suis d'accord avec ce programme mais je le trouve un peu démagogique : pourquoi les femmes ministres sont habillées ?
    Elles sont pas encore en fonction et,déjà, elles ont des choses à cacher.
    Le Peuple en a assez : il veut la vérité toute nue et la transparence.
    Justement pascale b. calédonienne ( là où il y a des plages de sable fin, du soleil et tout) je la verrais bien ministre, si elle compétente

    RépondreSupprimer
  14. Quand on est ministre, il faut un joli tailleur.

    RépondreSupprimer
  15. Tonnégrande: Pour la compétence, oui, si j'ai juste à choisir le paréo que je peux mettre le matin, par contre, ce qui me manque, c'est la diplomacie et vous risquez fort de supporter mes crises de nerfs face aux Sarko et autres. Alors paréo ou crises de nerfs, que choisir?

    RépondreSupprimer
  16. Je vais nommer Pascal B. ministre des Paréos et des bas résille pour faire plaisir à Tonnegrande.

    RépondreSupprimer
  17. Merci beaucoup Sieur Nicolas

    RépondreSupprimer
  18. Je me rallie à ma chère Pascale B. pour demander des hommes, des hommes et encore des hommes...
    Programme qui donne le sourire, altruiste comme le dit si bien Fabrice.
    Je signe aussi !

    Ah oui et vive l'Ecosse ! ;-)

    RépondreSupprimer
  19. pas de nouveaux textes?

    RépondreSupprimer
  20. Si quelques uns sur le thème "nicolas candidat"... Mais l'inspiration n'est pas toujours facile à trouver.

    RépondreSupprimer
  21. Il a de tout petit doigt le "pas rasee" du milieu ! :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...