16 octobre 2006

Royal !

Pour ou contre l’entrée de la Turquie dans l’UE ?

Heu…

Je suis comme Ségolène Royal, je n’ai pas d’avis.

D’un côté, je vois l’UE comme une association de pays qui partagent des mêmes valeurs et je ne vois pas pourquoi on empêcherait un pays d’y participer, à la limite qu’il soit européen ou non. Surtout si ça peut être une chance pour tous.

De l’autre côté, peut-on dire que la Turquie partage nos valeurs ? Heu… aussi. Du même côté, je crois que faire rentrer un pays aussi gros dans l’UE risque de faire pencher la balance et baisser le poids de nos braves démocraties occidentales.

Alors, par pitié, ne me demandez pas mon avis : je n’en ai pas. D’ailleurs, je ne sais même pas pourquoi j’en parle.

Au début, je voulais faire un billet sur l’ouverture des débats à l’Assemblée Nationale et vous inviter à les suivre. Il suffit de mettre ceci dans ses liens (http://www.assemblee-nationale.fr/12/cra/2006-2007/) et d’y consacrer une bonne demi-heure tous les matins pour voir ce qui s’est dit la veille. J’en parlerai un autre jour.

Après je voulais parler des escarmouches entre Jean-Louis Debré et le fan club de Nicolas Sarkozy. Bof.

Je fais donc un billet sur Ségolène Royal, d’autant que c’est la prochaine présidente, c’est marqué . Je fais un billet pro Ségolène. Non pas que je vais voter pour elle (il faudrait que je sois membre du PS), non pas que je vais militer pour elle. Il appartient aux membres du PS de choisir leur candidat. Ce n’est même pas elle que je préfère parmi les candidats, sauf d’un point de vue strictement sexuel. Laurent Fabius n’a pas une jolie coupe de cheveux et Dominique Strauss-Kahn a des cernes sous les yeux.

Mais Ségolène a avoué que, sur l’adhésion de la Turquie, elle n’a pas d’avis. Elle l’a dit maladroitement (de type : « j’ai la position des français ») (je ne sais d’ailleurs pas de quelle position elle parle. Celle du missionnaire ?) (deux parenthèses consécutives, c’est pas joli).

Mais elle l’a dit. Bravo. Les pieds nickelés des deux autres candidats à la candidature ont sauté sur l’occasion pour dire que se doit d’avoir un avis. N’importe quoi.

"Je suis frappé de la violence avec laquelle on traite la candidature de Ségolène Royal", s'insurge M. Montebourg qui y voit "un procès permanent en illégitimité". "Elle est constamment mise en cause de façon injustifiée. C'est un procès en interdiction de se présenter", souligne-t-il. C’est marqué .

Je me demande s’il n’a pas un peu raison.

17 commentaires:

  1. Eh bien moi, Monsieur, je préfère un candidat qui a un avis sur tout. Par exemple, quelqu'un qui est contre la privatisation de GDF, comme Nicolas Sarkozy. Et qui le dit. Et va même jusqu'à l'inscrire dans la loi. Et quelques mois plus tard oublie qu'il l'a dit et trouve que c'est très bien de privatiser GDF.

    Le courage politique c'est d'avoir un avis. Et c'est de s'opposer à Jean-Louis Debré.

    RépondreSupprimer
  2. Elle a un avis, elle est pour l'entrée de la Turquie dans l'Europe.

    Sur la supposée violence des propos, as-tu des exemples à nous fournir pour qu'on puisse juger sur pièce de leur réalité?

    RépondreSupprimer
  3. Gérard,

    Je ne fais que reprendre une partie d'une dépêche AFP avec les mots de Montebourg.

    Et j'ai trouvé les commentaires à son propos sur la Turquie disproportionnés, ce week-end.

    Eric,

    Faut faire attention ! JLD est un ancien ministre de l'intérieur !

    RépondreSupprimer
  4. On est pas obligé de prendre tout ce que dit Montebourg pour argent comptant.

    A quels propos ce week end tu fais référence?

    RépondreSupprimer
  5. Je ne prends pas tout pour argent comptant. Je soulignais juste, suite à ton commentaire, que ce n'était pas moi qui avait parlé de violence.

    Ce week end, j'ai effectivement lu différents trucs en zappant sur le net, à propos de ce qu'a dit SR récemment à propos de la Turquie.

    Ils en reparlent encore dans Libé aujourd'hui, dans un interview de Julien Dray.

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas,

    Et le Maghreb, dans l'Union, tu en penses quoi (DSK le souhaite...) ?

    RépondreSupprimer
  7. Loïc,

    Comme je le dis dans le billet : "je vois l’UE comme une association de pays qui partagent des mêmes valeurs et je ne vois pas pourquoi on empêcherait un pays d’y participer, à la limite qu’il soit européen ou non. Surtout si ça peut être une chance pour tous"

    Ca répond à ta question ?

    RépondreSupprimer
  8. Le Maghreb dans l'UE? Pourquoi pas? Elargir les coopération, c'est déjà une bonne chose.

    Mais les conditions pour rentrer dans l'UE ne sont pas remplies pour le moment, à mon avis.

    La déclaration de DSK est de bon sens, mais elle est tout de même un peu électoraliste...

    RépondreSupprimer
  9. Oui... Il faut qu'ils respectent des conditions auparavant (c'est ce que j'appelle es "mêmes valeurs").

    RépondreSupprimer
  10. La question de l'adhésion de la Turquie est aussi structurante pour l'Europe que l'a été la monnaie unique

    RépondreSupprimer
  11. Gérard,

    Oui.

    On aborde ça d'un ton badin avec Eric et Loïc, mais je sais que ce n'est pas simple et que c'est structurant.

    RépondreSupprimer
  12. oui, un ton badin...comme tu dis !

    je ne suis pas contre une extension de l'union européenne vers l'Afrique du Nord ou le proche Orient...mais il faudrait alors voir à lui changer de nom, non ?

    RépondreSupprimer
  13. On a qu'à faire une communauté mondiale, alors !

    C'est juste sur la Turquie qu'elle a l'opinion des français la Ségolène ? Ou bien y'a-t-il autre chose ?
    Sérieusement, même si c'est mal dit ici, ce ne serait pas mail, quand même, que quelqu'un nous demande notre avis sur les trucs importants, non ?
    Un peu des "votations" à la suisse, genre…

    [Filaplomb is back !]

    RépondreSupprimer
  14. Loïc,

    On peut lui changer de nom.

    Filaplomb,

    C'est ce que Ségo appelle la démocratie participative ?

    RépondreSupprimer
  15. Loïc,

    Je reviens sur le terme "badin" qui semble t'avoir fait sursauter, alors qu'il n'a rien de péjoratif.

    J'entendais par là qu'on ne rentrait pas dans le fond du dossier (les conditions d'adhésion, la définition de l'Europe, ...).

    Pour la Tunisie, le Maroc et l'Algérie, j'espère qu'ils rentreront un jour dans notre Union (qu'on aura du mal à appeler Européenne), mais ça ne se fera probablement pas avant une trentaine, voire une cinquantaine d'années !

    Mais plus vraisemblablement (c'est mon côté rêveur), on aura avant une évolution des structures mondiales (OMC, ONU, ou je ne sais quoi) qui prendront leurs responsabilités (je veux dire nos responsabilités !) pour organiser le commerce mondial avec des critères économiques et sociaux plus sérieux.

    Je ne sais pas si les types qui ont "conçu" l'Europe après la guerre ont imaginé ce qu'elle deviendrait cinquante ans plus tard...

    Probablement. C'était des visionnaires.

    RépondreSupprimer
  16. Nicolas : démocratie participative, oui, c'est bien cela.
    C'est con, c'est juste un truc ou tu demandes aux gens AVANT de faire des conneries ! :-)

    RépondreSupprimer
  17. Filaplomb,

    C'est tout à fait ça. Comme ça, quand tu fais des conneries, ce sont les électeurs qui sont responsables...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.