12 septembre 2008

Tiens ! V'là l'pape au Kremlin-Bicêtre

Je n’aime pas ce type-là. En fait, je m’en fous. Mais comme je suis un blogueur consciencieux, je DOIS faire un billet sur le sujet. Je pourrais d’ailleurs faire un billet avec plein de liens : des centaines de milliards de blogs politiques traitent du sujet, y compris à gauche.

Je suis tellement anticatholique que j’habite une commune, le Kremlin-Bicêtre, où le port de la soutane est interdit depuis 1900. 108 ans et deux jours... Voir en illustration (cliquez dessus !) l’arrêté municipal d’Eugène Thomas, premier maire de la commune (séparée de Gentilly en 1896). Eugène Thomas ne nous a pas laissé que ça mais aussi l’Avenue Eugène Thomas qui nous permet d’aller à l’Aéro ou à l’Amandine quand la Comète est fermée.

Tant que nous sommes dans la géographie sud-Parisienne, je vais appeler la police. En effet, il est fort probable que l’avion du pape atterrisse à Orly, s’il ne vient pas en mobylette. Or, pour venir d’Orly à Paris, il est presque obligé de passer par le Kremlin-Bicêtre.

J’imagine d’ailleurs la tête de Jim, le loufiat, si le pape s’arrête à la Comète vers 10 heures pour se taper un Muscadet seule boisson tolérée pour les hommes honnêtes à cette heure-là. Pourtant, il n’y a pas de Muscadet à la Comète mais un excellent Chablis consommé sans modération par Didier Goux hier soir. Je ne sais pas si le pape bois du Muscadet mais avec la tête qu’il a (voir l’autre illustration), il ne doit pas être étranger à nos petits pinards Nantais. Oups ! Ce n’est pas parce que je suis anticatholique primaire que je dois raconter des conneries secondaires. Il n'empêche qu'il n'y a aucune raison valable pour que le pape ne s'arrête pas boire un coup dans un des bistros les plus connus de la blogosphère francophone du sud de la Seine.

Je disais donc que j’allais appeler la police. Je vais lui proposer d’organiser un barrage sur la Nationale 7 et sur l’A6b pour arrêter tous les véhicules outrageusement vitrés et vérifier que le type, à l’intérieur, n’est pas habillé en soutane.

Et hop ! Au gnouf, le pape et sa clique. Ils n’avaient qu’à s’habiller normalement, par exemple d’une cravate à chier.

Ca leur apprendra à venir faire hurler les blogs de gauche avec le Président qui reçoit le pape qui n'est qu'un chefaillon d'un état microscopique. Vous savez ? Les mêmes qui gueulaient parce que le Président en question refusait de recevoir le Dalaï Lama sous prétexte que ce n'est pas un chef d'état...

43 commentaires:

  1. C'est du Benoît 16° sur la photo, non ?
    :-))

    [Cela dit si l'arrêté est encore en vigueur, la police doit intervenir !!!].

    RépondreSupprimer
  2. Franchement excellent ! Un arrêté bien sympathique. J'imagine en gloussant la scène de l'arrestation. Oh oui fais-le, stp !

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ^^ Il fallait le dénicher cet arrêté !

    RépondreSupprimer
  4. Bravo !!! Longue vie au Kremlin-Bicètre !

    J'espère que le maire actuelle ne profitera pas de ce billet pour annuler cet arrêté...

    RépondreSupprimer
  5. Je connaissais ce truc depuis longtemps mais je suis passé à la mairie, récemment, et j'ai vu l'arrêté (une copie) affichée sur les murs.

    RépondreSupprimer
  6. Tiens je me demande : il est tout nu sous sa soutane le pape ???

    RépondreSupprimer
  7. Comme je suis très polie, je ne dirai,pas ce que je pense ni, surtout, comment je le pense mais j'ai entendu par-ci, par-là le discours du sieur Sarkozy.. je n'ai pas tout écouté tellement ça me faisait hurler....

    RépondreSupprimer
  8. Trublyonne : non ! Ce sont les écossais qui sont nus sous leur jupe ! Tu confonds, c'est ballot !!!
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Le pape est infiniment habillé sous ses habits, un peu de respect ! Comme la fille sur les paquets de chips Vico.

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  11. Personnellement, j'aime beaucoup Sa Sainteté Benoît XVI, qui rend un peu de leur fierté oubliée aux chrétiens authentiques, et la conscience qu'ils sont la seule vraie religion.

    Mais je suppose que ça ne surprendra personne.

    RépondreSupprimer
  12. Quelqu'un qui consomme du Chablis ne peut être entièrement mauvais ! ;o)
    Ben quoi, je peux aussi faire la promo de ma région, non ? Qui c'est qui a commencé en parlant du Kremlin-machin ? ;o)))

    RépondreSupprimer
  13. Mais euh, de toute façon, il est déjà fiché sur Edvige, non ?

    RépondreSupprimer
  14. Vous êtes cruels avec ce brave pape qui ne fait, après tout, que ce font tous les chefs d'états en déplacement officiel : la promotion de son business.
    On dit qu'il a l'intention de négocier l'installation d'un pipe-line d'eau bénite entre Lourdes et le Vatican… Il y aura sans doute des retombées pour notre économie. Alors, un peu de respect !

    RépondreSupprimer
  15. Quelle Commune que voilà! Elle interdit le port de l'uniforme sinistre des adeptes d'une mythologie grotesque: les chrétins .

    Pendant ce temps,le maire de paris va faire des courbettes devant ce chef de secte: Brrr et Grrr.

    RépondreSupprimer
  16. @Dagrouik
    allons, allons, c'est pas Ségolène de Donrémy qui aurait fait ça, bien sûr...

    RépondreSupprimer
  17. Heureusement, dans ce monde où tout bascule, M. Dagrouik demeure ce qu'il fut de toute éternité.

    Un glorieux con.

    RépondreSupprimer
  18. Bienvenue au Pape !.. très bon discours ce midi en tout cas.

    RépondreSupprimer
  19. Bon ben vous voyez que je peux pas faire leftblogs, je suis catholique...(enfin, sauf quand le pape vient, à l'heure du déjeuner, c'est trop de cloches pour un seul homme)...

    RépondreSupprimer
  20. Ah, sinon, très drôle billet Nicolas...

    Malgré tout...

    RépondreSupprimer
  21. Tiens, sur cet arrêté il va falloir que je me penche, enfin, pas trop quand même....
    Hé, Hé ... sous la soutane ???
    une cravate non ????
    Jeffanne

    RépondreSupprimer
  22. Le Catholicisme du XX°XXI siècle ont poussé les adeptes dans les bras des sectes et on se demande toujours pourquoi !

    RépondreSupprimer
  23. @ M : vous dites n'importe quoi ! C'est principalement le protestantisme qui a nourri les sectes, non le catholicisme.

    RépondreSupprimer
  24. Aujourd’hui, en France, nous voyons de plus en plus souvent le drapeau de l’Union Européenne, à côté du drapeau français. Mais connaissez-vous l’histoire du drapeau de l’Union européenne ?

    Le drapeau de l’Union européenne est le drapeau de la Vierge Marie !

    Tout commence le 18 juillet 1830. A Paris, une jeune femme de 24 ans, Catherine Labouré, voit apparaître la Vierge Marie dans la chapelle située au 140, rue du Bac.

    « Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparaît de nouveau à Catherine Labouré dans la chapelle. Cette fois, c'est à 17 h 30, pendant l'oraison des novices, sous le tableau de saint Joseph (emplacement actuel de la Vierge au globe). D'abord Catherine voit comme deux tableaux vivants qui passent, en fondu enchaîné, et dans lesquels la Sainte Vierge se tient debout sur le demi-globe terrestre, ses pieds écrasant le serpent.

    Dans le premier tableau, la Vierge porte dans ses mains un petit globe doré surmonté d'une croix qu'elle élève vers le ciel. « Cette boule représente le monde entier, la France et chaque personne en particulier » entend Catherine.

    Dans le deuxième tableau, il sort de ses mains ouvertes, dont les doigts portent des anneaux de pierreries, des rayons d’un éclat ravissant. Catherine entend au même instant une voix qui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent ». Puis un ovale se forme autour de l’apparition et Catherine voit s’inscrire en demi-cercle cette invocation en lettres d’or : « O Marie conçue sans péché priez pour nous qui avons recours à vous ».

    Alors une voix se fait entendre : « Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle. Les personnes qui la porteront avec confiance recevront de grandes grâces ».

    Enfin le tableau se retourne et Catherine voit le revers de la médaille : en haut une croix surmonte l’initiale de Marie, en bas deux cœurs, l’un couronné d’épines, l’autre transpercé d’un glaive. »

    http://www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com/FR/C2.asp

    Cette médaille de la Vierge Marie est à l’origine du drapeau de l’Union européenne !

    « La médaille porte sur son revers une initiale et des dessins qui nous introduisent dans le secret de Marie. La lettre « M » est surmontée d’une croix. Le « M » est l’initiale de Marie, la croix est la Croix du Christ. Les deux signes enlacés montrent le rapport indissoluble qui lie le Christ à sa très sainte Mère. Marie est associée à la mission du Salut de l'humanité par son Fils Jésus et participe par sa compassion à l’acte même du sacrifice rédempteur du Christ.

    En bas, deux cœurs, l’un entouré d’une couronne d’épines, l’autre transpercé d’un glaive.

    Le cœur couronné d’épines est le Cœur de Jésus. Il rappelle l’épisode cruel de la Passion du Christ raconté dans les évangiles, avant sa mise à mort. Il signifie sa Passion d’amour pour les hommes.

    Le cœur percé d’un glaive est le Cœur de Marie, sa Mère. Il rappelle la prophétie de Siméon racontée dans les évangiles, le jour de la Présentation de Jésus au temple de Jérusalem par Marie et Joseph. Il signifie l’amour du Christ qui habite Marie et son amour pour nous : pour notre Salut, elle accepte le sacrifice de son propre Fils.

    Le rapprochement des deux Cœurs exprime que la vie de Marie est vie d’intimité avec Jésus. Douze étoiles sont gravées au pourtour. Elles correspondent aux douze apôtres et représentent l’Eglise. Etre d’Eglise, c’est aimer le Christ et participer à sa passion pour le Salut du monde. Chaque baptisé est invité à s’associer à la mission du Christ en unissant son cœur aux Cœurs de Jésus et de Marie. La médaille est un appel à la conscience de chacun, pour qu’il choisisse, comme le Christ et Marie, la voie de l’amour jusqu’au don total de soi. »

    http://www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com/FR/D3.asp

    Cent vingt ans plus tard, en 1950, Paul M.G. Lévy est premier directeur au Service de Presse du Conseil de l’Europe. Il connaît un employé au service du courrier « très artiste pour peindre et dessiner ». Il s’appelle Arsène Heitz. Paul M.G. Lévy lui demande de dessiner un drapeau pour l’Europe. Arsène Heitz est un chrétien fervent. Il choisit le bleu, couleur de la Vierge Marie. Il y rajoute les douze étoiles de la médaille miraculeuse de la rue du Bac.

    Maintenant, quand nous verrons un drapeau européen, nous penserons aussitôt à Catherine Labouré, qui a vu apparaître la Vierge Marie dans la chapelle située au 140, rue du Bac !

    Maintenant, quand nous verrons un drapeau européen, nous penserons aussitôt à la Vierge Marie !

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_europ%C3%A9en

    RépondreSupprimer
  25. Qui c'est cet allumé qui te spam? oulah il en tient une sacrée couche en tout cas.... ou alors je sais pas ce qu'il fume mais il a intérêt à faire tourner.

    RépondreSupprimer
  26. la France accumule les visites calamiteuses. Je suis opposée par principe à toute sorte de religion, mais chacun est bien entendu individuellement libre tant qu'il ne cherche pas à casser les pieds à son prochain.
    Le problème avec ce pape c'est que s'il avait plus de pouvoir il remettrait l'inquisition à la mode !
    http://www.ripostelaique.com/Les-nouveaux-soldats-du-pape.html

    RépondreSupprimer
  27. Je dis ça très gentiment, notez bien, mais ce qui est dit ici est quand même particulièrement à coté de la plaque.

    On a beaucoup parlé de Sarko, de Benoit XVI...assez peu de ce pensent les communautés chrétiennes. Au contraire de ce que l'on croit entendre ici ou là, elles sont très attachées à la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

    Moi qui suis personnellement de gauche et catholique, je suis à fond pour la laïcité, sans aucune mesure. Si je m'inquiète de la résurgence soudaine de certains intégristes catholiques, je m'inquiète également d'un intégrisme laïcard qui voudrait cantonner la religion dans les 4 murs d'une salle de bains. Ostracisme bizarroïde que seuls les chrétiens apparemment subissent d'ailleurs, soit dit en passant...

    RépondreSupprimer
  28. Dans mes bras Dorham !

    RépondreSupprimer
  29. La lutte des classes ayant échoué à libérer les travailleurs du capitalisme (cf l’effondrement du communisme en Europe de l’Est), n’est-ce pas une bonne chose que l’Eglise catholique rappelle aux politiques et aux chefs d’entreprises leurs devoirs en matière sociale ?

    Notre réponse : Lorsque le pape déclare qu’il faut en finir avec la famine et le travail des enfants, il ne fait que reprendre un point de vue très largement partagé, qui est le nôtre et qui est celui des progressistes depuis plus longtemps qu’il n’est celui de l’Eglise Catholique. Mais les nombreuses déclarations de ce genre sont des leurres (au sens militaire du terme) ; elles camouflent les vraies options politiques du pape et de l’Eglise. En effet, il persiste, entre autres choses :
    - à s’opposer au contrôle des naissances (sans lequel la lutte contre la famine est vouée à l’échec),
    - à promouvir en Amérique Latine les prélats les plus réactionnaires soutenus par l’Opus Dei contre ceux qui défendent la "théologie de la libération" et sont vilipendés comme "marxistes",
    - à soutenir les partis de droite (en Pologne par exemple). Ses déclarations et encycliques mettent en avant la charité (qui est tout à l’honneur du riche, même si sa richesse provient d’une exploitation honteuse, et dévalorise le pauvre), au détriment des droits sociaux conquis par les luttes politiques et sociales.

    La doctrine sociale de l’Eglise a été définie en réaction au marxisme vers 1850 avec pour objectif avoué de préserver la propriété privée et de défendre l’économie de marché, le libéralisme capitaliste et une conception de la société selon laquelle toute autorité viendrait de "Dieu" (et non des citoyens comme le veut la démocratie). Les déclarations pontificales très médiatisées ont pour objectif d’affaiblir les luttes syndicales et de présenter l’Eglise catholique comme un interlocuteur nécessaire des discussions sociales. L’Eglise avait soutenu des régimes corporatistes tels que ceux de Franco, Mussolini, Pétain et Salazar.

    Sa doctrine actuelle est pleine des ambiguïtés de l’humanitaire et du caritatif. On notera en prticulier que les concepts républicains de liberté et d’égalité sont remplacés par ceux, beaucoup plus faibles, de dignité et d’équité (plus faibles car on peut être pauvre mais digne, prisonnier mais digne, pauvre mais traité "équitablement"). Le concept de fraternité, plus ambigü, mais néanmoins dépourvu de connotation de condescendance y est remplacé par la charité. Quant à la justice sociale, à la solidarité égalisatrice (par redistribution des revenus), elle sont évoquées surtout comme caractéristiques des régimes "socialistes" honnis.

    Références : Libération du 31.5.1997 titrait : "Jean Paul II en tournée pour la droite polonaise". Golias de mai 1997 expose l’action de l’Opus Dei en Amérique Latine. (A titre d’exemple, dans les séminaires au Salvador, il est interdit de chanter des cantiques où figure le mot "pauvre", et les bibliothèques sont expurgées des ouvrages sur la "théologie de la libération".)

    De quels partis politiques êtes vous proches ?

    Notre réponse : Nous sommes progressistes donc résolument à gauche, mais aucun parti ne défend véritablement nos idées, en particulier sur la défense de la laïcité.

    Nous sommes favorables à une construction européenne au service des peuples et développée dans toutes ses dimensions : économiques, sociales, culturelles, écologiques, et non plus au service des seuls lobbys industriels et marchés financiers, comme c’est actuellement le cas.

    La pensée unique (terme introduit par Le Monde Diplomatique) est un dogmatisme politico-économique. C’est "la traduction idéologique des intérêts du capital mondial, la mise en musique des priorités des marchés financiers. [...] cette nouvelle orthodoxie cherche à soumettre tous les gouvernements de la planète à la "seule politique possible" : celle qui a le consentement des riches." (Le Monde Diplomatique, juin 1997, p. 16). Il génère un cléricalisme économique qui cherche à dominer les esprits et imposer la soumission, tout comme le cléricalisme religieux. Nous nous opposons aux deux avec la même énergie. Voir aussi les origines et les objectifs de notre mouvement.

    Préfèreriez-vous un gouvernement qui appliquerait un programme ultra-libéral "à la Thatcher" en respectant rigoureusement la séparation de l’Etat et des religions, ou un gouvernement qui appliquerait un programme social-démocrate en collaboration avec les autorités religieuses ?

    Notre réponse : Par répulsion pour le premier, nous préfèrerions le second. Les aspects inacceptables de la collaboration avec les cléricaux soulèveraient certainement (comme en Pologne) un large mouvement d’hostilité dans l’opinion publique, et nous agirions pour les faire cesser. L’acceptation d’un moindre mal devrait se doubler d’une vigilance critique et constructive.

    L’éthique laïque telle que nous la concevons est incompatible avec l’ultra-libéralisme.

    Laïcité et questions sociales (lundi 1er janvier 2007 par Europe et Laïcité).

    RépondreSupprimer
  30. Mr Poireau,

    je comprends pas qui répond vraiment aux questions dans ce texte...

    L'Histoire de l'Eglise est diverse, beaucoup d'actif, beaucoup de passif. L'Eglise (et ici je suis en profond désaccord avec elle) se moque du progrès social car elle considère que le pouvoir temporel est par nature inférieur au pouvoir divin ; elle n'est jamais représentée que par des hommes et le pouvoir quel qu'il soit les corrompt tout comme nos hommes politiques.

    Je pense évidemment que le monde est à faire ici et maintenant ; sans doute parce que je ne me pose pas réellement la question de la "récompense".
    fantasmée

    Mais, L'Eglise a aussi créé l'hôpital par exemple. Elle a aussi été la première à décréter les droits de l'enfance et la nécessité de sa protection. Après la rédaction des Evangiles, il faudra plus de 1900 ans aux hommes pour statuer là dessus.

    On ne peut pas non plus demander à l'Eglise de brader tous ses principes. Elle a le droit de défendre ce qu'elle considère comme la moralité. Elle a le droit de défendre le mariage, la fidélité. Et ce, même si la majorité de la société n'est pas d'accord avec cette vision. C'est une forme d'intégrité que de défendre ce qu'elle croit vrai.

    On ne peut pas lui demander qu'elle soit forcément en accord avec la société dès qu'elle change. Pourquoi d'ailleurs ? Dans quel but, donner un assentiment ? Bénir le changement des moeurs ?

    Et pourtant, tout ce qui est dit dans ton texte est tout aussi vrai. Il y a un revival intégriste, les messes en latin reviennent (c'est purement symbolique mais c'est un vrai signe politique du pape actuel), A St Nicolas du Chardonnet, on respire mieux...(et c'est là-bas qu'on réglemente les commandos anti-IVG)...Bref, je ne suis pas fan de Benoit XVI...très loin de là bien sur !

    Bref, c'est très complexe à juger, sur plus de 2000 ans d'Histoire qui plus est : qui peut tenir la comptabilité ?

    Dernier point (je suis trop long) : n'oubliez pas que l'Eglise est comme une société ; elle compte ses obscurantistes et ses progressistes. A trop la vilipender, vous découragerez tous ceux qui - à mon médiocre exemple - tentent de la faire évoluer au quotidien.

    RépondreSupprimer
  31. C'est marrant comme billet. Comment as-tu mis la main sur cela ?

    En cas d'arrestation, le pape aurait pu être extradé vers l'Alsace Lorraine, qui sont toujours sous Concordat.

    RépondreSupprimer
  32. C'est marrant comme billet. Comment as-tu mis la main sur cela ?

    En cas d'arrestation, le pape aurait pu être extradé vers l'Alsace Lorraine, qui sont toujours sous Concordat.

    RépondreSupprimer
  33. Merci à tous pour vos come ! Je suis de retour (162 mails à lire...).

    Juste une réponse : Toréador, le machin est affiché à la mairie devant le bureau du Maire.

    RépondreSupprimer
  34. Dorham : merci de ta reponse mais tu sais, sincèrement, j'ai posté sans détailler, juste un commentaire long pour embêter Nicolas !
    Pardon...
    :-)

    RépondreSupprimer
  35. "l'Alsace Lorraine, qui sont toujours sous Concordat."
    Le Lorrain que je suis ne peut laisser passer ça. En Lorraine, seule la Moselle est encore sous cette saloperie de Concordat. ;)

    RépondreSupprimer
  36. Poireau,

    mouhahahahaha,
    fais-moi passer pour un gros gloseur impénitent aussi... :)))

    RépondreSupprimer
  37. Dorham est tout sauf un gloseur... Ce qui rend d'autant plus fort son intervention, puisque ce n'est pas vraiment le genre "scout" ou "Côme fait du radeau dans les bois pour devenir un homme"... :)

    RépondreSupprimer
  38. Non, c'est Dorham fabrique un coktail molotov, mais toujours avec le souci de son prochain :)))

    RépondreSupprimer
  39. signalé par Marie-Georges, le billet est en effet excellent

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...