18 septembre 2008

3600 milliards, et moi, et moi, et moi ?

Sortir de la crise en chantant qu’ils disaient ! 3600 milliards de dollars… voilà le montant de la chute des capitalisations boursières depuis le début de la semaine, selon France Info, ce matin.

Ca veut dire quoi ? Le montant total de la valeur des actions de toutes les actions cotées en bourse au monde a baissé de 3600 milliards de dollars en trois jours. Ca parait énorme mais c’est possible, avec toutes ces banques américaines qui dégringolent bêtement.

3600 milliards.

J’entends déjà mes milliards de lecteurs à moi s’écrier : « Non ! Ce con ne va pas oser ! ». Si. Pourtant, je ne suis pas en train d’écrire un tract de la LCR mais un billet pour PMA.

3600 milliards. 600 dollars par habitant de la planète : largement de quoi manger pendant un mois. 22 millions de maisons à 160 000 euros (le prix de la maison à 15 euros par jour de Christine Boutin). Mon Excel n’en croit pas ses yeux tellement je refais mes calculs pour vérifier que je ne vais pas écrire trop de conneries.

3600 milliards. Trois fois la dette de l’état français. 400 fois le trou de la sécu. Presque 100 ans de déficits de l’état. Deux mois de RMI à l’ensemble des habitants de la planète. Soixante fois la valeur de BNPParibas.

3600 milliards. Voilà ce qu’ils sont prêts à perdre en trois jours pour avoir voulu en gagner des dizaines de fois plus.

Et on nous fait chier pour des bricoles, on nous explique que le RSA coûtera presque 2 milliards et on débat, on débat, on débat, … Alors que le système financier mondial perd bêtement 3600 milliards de dollars. Perdu ? Bof… Parti en fumée… Ces financiers n’ont probablement qu’une piètre valeur de l’argent : ils oublient juste que c’est cet argent qui nous permet de bouffer les jours.

Je ne rédige pas un tract de la LCR… Je pense jusque qu’il faut relativiser TOUT. Y compris les braves gens qui triment tous les jours pour tenter de récupérer 1000 euros par mois et à qui on explique que travailler plus leur permettra de gagner 1000 euros de plus par an…

3600 milliards de dollars. De quoi boire 10 demis par jour à la Comète pendant 400 000 ans. Je n’aurai jamais la patience. Ni la soif.

56 commentaires:

  1. 1000 euros de plus par an, Tu en es sur ?

    RépondreSupprimer
  2. Et puis avec tout ce déficit, ça ne vaut même plus la peine de travailler...

    RépondreSupprimer
  3. non, c'est pire : ces 3600 milliards n'existaient que dans leurs têtes.

    ce ne sont qu'un peu du mirage boursier qui s'envole.

    RépondreSupprimer
  4. Christie,

    Estimation à la louche puisque le slogan était "l'équivalent d'un 13ème mois".

    Pour ton deuxième com, la réponse est "si ! il faut bien manger", mais la vraie réponse est "non, ça ne sert à rien de bosser : les revenus du capital sont tellement démesurés...".

    RépondreSupprimer
  5. Dedalus,

    Oui, c'est bien de l'argent fictif... C'est pour ça que je parle de respect.

    RépondreSupprimer
  6. Les 900 milliards de dollars dépensés par l'État américain sont bien pires que ces 3600 milliards de capitalisation. Et ce n'est pas fini.

    Cela représente déjà plus de 6% du PIB annuel des États-Unis, dépensés par le seul état fédéral, et qu'il faudra bien récupérer d'une façon ou d'une autre dans l'avenir. De quoi obérer fortement la future croissance.

    RépondreSupprimer
  7. Très bien. Bravo.

    D'autres viendront t'expliquer que tu n'as rien compris à l'économie, que l'autorégulation du marché gniagniagnia.

    RépondreSupprimer
  8. Je rejoins Christie sur cette réflexion, à quoi bon bosser ? Déjà qu'on bosse pour bouffer, payer le loyer et l'essence !Que veux tu qu'il nous reste ? Travailer plus pourquoi ? Pour dépenser plus ? Tout le monde a compris et moi la première, je mets pendant un an mon taf en parenthèses, ras les cahuètes que ce soit toujours les mêmes qui en profitent !
    Consommer moins pour les faire tous tomber.

    Preuve que le capitalisme arrive à sa fin, et bientôt à la faim.

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour la traduction en valeurs concrètes de 3600 milliards, c'est un peu plus palpable maintenant.
    Qui est ce qui va ramer une fois de plus ?
    Va falloir trouver des recettes pour cuisiner les patates en 2009 !

    RépondreSupprimer
  10. Hervé,

    On en revient toujours au même : ces 3600 milliards sont "fictifs". Le pognon dépensé pour éviter de les perdre... à perte... ne l'est pas !

    Ant,

    Arrête d'en vouloir aux libéraux...

    M.,

    Oui... il touche à sa fin (enfin, c'est plutôt le libéralisme que le capitalisme qui tombe).

    Dodue,

    Ca devient "palpable" mais ça n'en est pas moins fictif !

    RépondreSupprimer
  11. Démonstration à couper le sifflet et l'envie d'écluser le moindre demi aujourd'hui !
    Mais il y a peut-être du bon dans ce gaspillage virtuel : vous rendez-vous compte que ces 3600 milliards de pertes auraient pu nous permettre de garder
    Sarkozy président pendant 15 519 114 ans (à 231972€ l'an) ? Si mon calcul mental est exact, du moins —il m'arrive de me tromper au-delà de dix doigts + beaucoup. (Ah! et puis vive la crise qui me vaut votre intérêt, Nicolas! Merci)

    RépondreSupprimer
  12. Le coucou,

    Tout m'intéresse ! Surtout les blogs sympas...

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas

    Non, j'aime bien manger un libéral le matin au petit déjeuner. C'est physiologique chez moi, il me faut ma dose.

    RépondreSupprimer
  14. Ant,

    Je ne peux pas manger ça : trop sec.

    RépondreSupprimer
  15. @Nicolas

    S'ils sont bien engraissés à coups de subventions publiques et d'allègement de charges, ça passe.

    Du coup, de n'est même pas du canibalisme, c'est de la réappropriation.

    Mangez un libéral, c'est un acte politique !

    RépondreSupprimer
  16. "Manger un libéral c'est unacte politique"mais c'est ce qu'on fait tous les jours Ant !
    Regarde même Nicolas se mange Autheuil au passage !

    RépondreSupprimer
  17. Comme tu l'as souligne, cet argent perdu est virtuel, il ne pouvait pas permettre de construire des maisons ou de manger pendant un mois, donc les comparaisons ne sont pas forcement pertinentes.

    RépondreSupprimer
  18. Si c'est très pertinent justement. Car le trou causé par les banques and co n'est pas virtuel. Le beau pognon que les états vont devoir mettre pour boucher le trou, il va venir de ta poche et de la mienne. Et ça, c'est salement concret.

    RépondreSupprimer
  19. excellent ton article.
    j'aime bien ce genre de stats.
    3600 milliards, c'est aussi 2 fois le PIB annuel de la France...
    en gros c'est violent

    RépondreSupprimer
  20. Tim,

    Merci.

    Tim et Ant,

    C'est "à moitié" pertinent. Ca relativise les chiffres et les emmerdes diverses.

    Par contre, ça n'est qu'une perte de capitalisation boursière. Un comme un bagnole qu'on achète 13 000 euros. Un an après, elle ne "vaut" plus que 10 000 euros... Mais elle conserve la même valeur : elle est toujours propre et belle et roule à la même vitesse, avec la même puissance, la même capacité de t'emmener en vacances...

    RépondreSupprimer
  21. Tiens, prenez l'exemple d'EADS. En mars, il y a deux ou trois ans, elle a perdu un tiers de sa valeur en quelques semaines à cause d'un pb informatique en Allemagne.

    Ca n'est que virtuel. Ce n'est pas parce qu'AIRBUS perd six mois sur un projet de 10 ans que ça remet en cause sa capacité à produire des gros avions ni le nombre d'avions qu'elle vendra dans les 3 ans.

    RépondreSupprimer
  22. Ca fait dans les 3000 milliards d'euros, donc dans les 600 Jérôme Kerviel... (merci de garder dans le coeur cette unité de mesure).

    On peut payer en trois fois avec la carte Champion ?

    RépondreSupprimer
  23. Ant, personne ne va payer ces 3600 milliards, ce n'est pas un deficit ou "trou" a combler mais une perte de valeur.
    La BCE va peut etre encore injecter de l'argent, mais ca ne leur coute rien, ni a eux, ni a toi, ni a moi, ni aux etats. Enfin si a nous ca nous coutera peut etre sous la forme d'inflation, mais c'est pas le probleme principal ici.

    RépondreSupprimer
  24. Nicolas, je te cite, si ce que tu dis est vrai "Ca n'est que virtuel. Ce n'est pas parce qu'AIRBUS perd six mois sur un projet de 10 ans que ça remet en cause sa capacité à produire des gros avions ni le nombre d'avions qu'elle vendra dans les 3 ans"

    Explique moi pourquoi alors ils (dont EADS) prennent cette excuse "virtuelle" pour licencier à tour de bras ?

    RépondreSupprimer
  25. "12h48: La Banque centrale européenne (BCE) injecte 25 nouveaux milliards d'euros sur le circuit bancaire de la zone euro. Parallèlement, la BCE alloue comme prévu 40 milliards de dollars dans le cadre d'une vaste action concertée avec la Réserve fédérale américaine. Depuis lundi, la BCE a mis 125 milliards d'euros à disposition des banques." (libé.fr)

    Ce fric vient bien de quelque part. Je suppose qu'il vient des réserves de la BCE, non ? Et qui l'y a mis, sinon les états membres ? Et qui finance les états membres en payant ses petits impôts ?

    On m'a toujours apppris qu'il ne faut dépenser que ce qu'on a. Là, les banques ont joué avec du vent, mais ce sont les états qui renflouent. Si je me gourre, faut m'expliquer gentiment :-)

    RépondreSupprimer
  26. Ant: Je suis pas un as en economie, mais je sais quand meme que l'argent de la BCE ne provient pas des etats. La BCE cree l'argent elle meme, ils ont l'equivalent de la "planche a billets". Quand ils disent "injecte 25 milliards d'euros", je suppose qu'ils creent l'argent pour ensuite le preter aux banques (a verifier).
    En tout cas cet argent ne viens pas des impots, et si jamais les etats paye quoi que ce soit, ca sera antiliberal.

    RépondreSupprimer
  27. S'ils font marcher la planche à billet ils créent de la monnaie de singe. Et donc ça ne sert à rien.
    Enfin bon, chaipas trop, j'avoue ma limite là.
    Retour à la linguistique.

    RépondreSupprimer
  28. 85 714 286 exemplaires de la nouvelle de Jean-Louis Ruffel chez filaplomb !
    Et je ne palre même pas de ses droits d'auteur !!!

    RépondreSupprimer
  29. Ant et Ptibulbe,

    Je ne suis pas un as non plus mais il font effectivement fonctionner "la planche à billets" (c'est aussi virtuel) ce qui reviendrait à diminuer la valeur de l'euro et donc à créer de l'inflation... C'est donc de nos poches que ça va sortir.

    M.,

    Justement, ça n'est qu'un prétexte. J'en parlais justement avec une collègue ce midi qui n'était pas d'accord avec les méthodes de la boite.

    EADS n'existe pas pour construire des avions mais pour que les actionnaires gagnent de l'argent. De même que ma boite n'est pas là pour... mais pour que les maisons mères gagnent du pognon.

    Ca n'est pas que négatif : il faut aussi que EADS fasse des beaux avions pour satisfaire des clients pour que ces derniers en achète d'autre pour faire gagner de l'argent aux actionnaires. Pareil pour moi et ma collègue : il faut qu'on bosse bien pour que nos maisons mères puissent vendre des prestation de qualité à nos clients.

    Mais le principe est bien. Dans notre cher monde libéral, une boite n'est pas là pour satisfaire des employés et des clients mais pour gagner de l'oseille.

    RépondreSupprimer
  30. Une tournée générale de demis pour 40 millions de personnes à la Comète ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  31. Fil,

    Tu as oublié 3 chiffres ! Ca fait 85 milliards de nouvelles à 4,2 pas 85 millions !

    RépondreSupprimer
  32. Poireau,

    Tu comptes aussi mal que Filaplomb.

    RépondreSupprimer
  33. ant: ca ne sert pas a rien, mais ca n'a rien a voir avec les 3600 milliards de perte en question. D'ailleurs les montants sont sans commune mesure. En creant de l'argent pour ensuite le preter, le but de la BCE n'est pas de faire remonter les cours, mais d'augmenter la liquidite afin de faciliter les prets entre banques je crois. Ce dont je suis sur en tout cas, c'est que ces 3600 milliards de "perte" ne seront a combler par personne. Ce n'est pas de l'argent "gaspille" ou "perdu", c'est des actions dont la valeur a chute.

    RépondreSupprimer
  34. nicolas: oui exact pour l'inflation. ceci dit, je me demande si cet argent cree n'est pas compense par la quantite d'argent qui a ete detruit dans toutes ces histoires ? Je n'en sais rien.

    RépondreSupprimer
  35. Nicolas : rho !
    Mais on s'y perd avec de tels montants !
    85 milliard !
    et un tas de clients à la Comète jusque sur le trottoir !
    Boudu...
    :-)

    RépondreSupprimer
  36. "Boudu..."

    Ah, c'est là qu'on reconnaît que Monsieur Poireau est toulousain :-D

    Variante : Bouducooooon...

    RépondreSupprimer
  37. Haha, Balmeyer aussi !

    Et si tu veux pas avoir l'air con en commandant un crème, demande une noisette. :-D

    RépondreSupprimer
  38. Je ne suis pas doué en économie, mais il y a quelque chose qui cloche dans ce que vous dites de la BCE, à mon avis. Comme toute banque, elle ne s'est pas financée à l'origine par l'usage de la planche à billet, mais par des apports en capitaux venus des différents pays de l'Union. J'ai essayé de piger la question, mais je m'endors irrésistiblement sur ce genre de chose. Si vous êtes vaillants, vous pouvez trouver des infos sur le capital de la BCE à cette adresse : http://www.ecb.int/ecb/orga/capital/html/index.fr.html
    Sur les pertes financières des derniers jours, je crois qu'il y a des erreurs aussi : prenez un boursicoteur qui avait, allez… 300 € d'actions avant hier… Ce matin, son bazar ne vaut plus que 50 cts. Et il se trouve qu'il a besoin de 50 cts en liquide pour compléter le prix de son demi au bistro. Il vend ses actions, récupère 48 cts, et il a réellement perdu 299, 5 €.
    Je ne dis pas ça pour le plaindre, mais pour remarquer que tout ce qui a fondu ces jours-ci n'était pas virtuel.

    RépondreSupprimer
  39. C'est l'inflation des commentaires !


    (désolé, je n'aurai probablement pas le temps de répondre à tout le monde avant ce soir)

    RépondreSupprimer
  40. lecoucou: les frais de fonctionnement (salaires, locaux, etc.) de la BCE sont peut etre finances par les etats, mais pas l'argent qu'elle injecte. Dans le liens sur ecb.int, on parle du capital de la BCE, qui est de 5 milliards. Pas de quoi injecter des centaines milliards, c'est bien de l'argent qui est cree pour l'occasion.

    Pour le boursicoteur oui en effet, si il revend maintenant il aura perdu de l'argent. Mais qu'on puisse perdre de l'argent en boursicotant ca n'est pas nouveau. Cependant tout cela n'est pas completement virtuel effectivement.

    En tout cas si on accepte que quand les actionnaires perdent de l'argent c'est une perte pour la societe dans son ensemble, on doit aussi accepter que quand ils gagnent de l'argent c'est un gain pour la societe.

    RépondreSupprimer
  41. @Ptibulbe

    Je crois que ce qui choque justement c'est que quand les actionnaires perdent de l'argent ce sont les Etats (ou la BCE) qui leur remboursent les pertes, mais que quand ils en gagnent ils le gardent pour eux, donc en fait quand un actionnaire perd de l'argent c'est la société qui perd, quand il gagne, il garde pour sa pomme.

    Par contre, quand les peuples subissent une trop forte inflation, que certaines crises bancaires mettent à la rue des milliers de citoyen, ben là y'a pas d'argent pour eux, la planche à billets est en réparation et le technicien en vacances, faudra repasser ma bonne dame...

    RépondreSupprimer
  42. fabrice, en l'occurence les actionnaires ne vont pas etre rembourse du moindre centime.
    l'argent injecte par la BCE est sous forme de pret aux banques il me semble, rien a voir avec l'affaire du credit lyonnais par exemple.

    RépondreSupprimer
  43. @fabrice: une petite note, la planche a billet par nature ne peut pas resoudre le probleme de l'inflation, elle ne peut que l'empirer.

    j'ajoute que je ne comprend pas tout les tenants et les aboutissants de ces "injections de monnaie", je notait juste qu'on ne peut certainement pas dire "nos impots vont payer ces 3600 milliards".

    On risque en revanche de payer en partie les 25 milliards injecte par la BCE via l'inflation, ca c'est bien possible.

    RépondreSupprimer
  44. Débats passionnants auxquels je ne peux pas participer.

    Une grande partie du pognon "perdu" provient de petits porteurs (comme moi qui boursicote un peu mais aussi comme ceux qui achètent des SICAV ou vont voir le rendement de leurs assurances vie baisser) et surtout de fond de pension et autres bazars qui permettent aux gens de se préparer des retraites.

    C'est ce qui s'est passé avec EADS récemment : les gros porteurs avaient vendus avant la chute (le seul gros porteur n'ayant pas vendu est l'état français donc nous...).

    Par ailleurs, un de vous parle de 25 milliards perdus avec l'inflation, ça peut être beaucoup plus, sans compter les dommages collatéraux, notamment les banques qui n'auront plus de sous à prêter aux entreprises qui ne pourront plus investir... Hop ! Chômage. et qui ne pourront plus prêter aux particuliers (hop ! plus de consommation : chômage ! plus d'achats de logement, ...).

    Les 3600 milliards de la finance, ce sont les braves gens qui les font et qui vont en patir.

    Celà dit, oui, c'est bien une création monétaire l'injection de pognon... peut-être pas payés les états mais bien par les braves gens.

    RépondreSupprimer
  45. Enfin, je remarque que le truc qui gouverne notre pognon et notre capacité à nous payer le gîte et le couvert, les trois quart d'entre nous n'y pigent que dalle.
    D'un point de vue dépocratique, je trouve ça terriblement inquiétant...
    :-)

    RépondreSupprimer
  46. Lorsque qu'une banque centrale injecte de l'argent comme dans ce cas précis elle pioche dans ses réserves pour prêter aux établissements bancaires et financiers et pallier ainsi au fait que ceux-ci ne se faisant plus confiance ne se prêtent plus ou alors moins que nécessaire. En contrepartie elle perçoit des intérêts.
    Il n'y a pas de création de monnaie, ou quoi que ce soit de la sorte : les réserves d'une banque centrale sont un des outils à sa disposition pour intervenir sur les marchés, et sont donc constituées entre autres pour ça. Dans le cas actuel la BCE essaie de "fluidifier" les marchés en faisant circuler de l'argent que les uns rechignent à prêter aux autres.

    Pour les 3 600 milliards, sachant qu'on sort d'une bulle spéculative, on est fondé à penser que les valorisations étaient surestimées donc que l'ampleur de la baisse pourrait être moindre qu'annoncé.
    Sachant qu'il ne s'agit que d'une valorisation à un moment donné et que dans 3 semaines le chiffre sera différent (à la hausse ou à la baisse).

    RépondreSupprimer
  47. kesjendi: il me semble bien pourtant qu'il y a creation de monnaie, comme lors de tout pret par une banque d'ailleurs.

    nicolas: EADS c'est encore pire que ca, si je me souviens bien lagardere c'est a la caisse des depot, l'etat francais, qu'il a vendu ses actions avant le crash. "par patriotisme" comme il dit :)

    RépondreSupprimer
  48. Poireau,

    Toute l'Europe est ainsi. Par mon boulot j'ai le "plaisir" de connaitre un peu ce qu'il y a en dessous (ECB de mémoire) mais les trucs monétaires me sont étrangers.

    Kesjendi,

    Enfin un connaisseur !

    "Il n'y a pas de création de monnaie, ou quoi que ce soit de la sorte" Peut-être, mais ça revient finalement au même : le pognon n'était pas disponible, il se retrouve maintenant sur les marchés.

    "sachant qu'on sort d'une bulle spéculative, on est fondé à penser que les valorisations étaient surestimées donc que l'ampleur de la baisse pourrait être moindre qu'annoncé" : oui et non. La baisse du marché des trucs financiers date depuis au moins un an alors que les 3600 euros datent de quelques jours.

    Mais le chiffre sera bien différent dans quelques jours...

    Ptibulbe,

    Oui, c'est pire !
    Et tout prêt de correspond pas à de la création monétaire (les banques sont contrôlées et ont droit à un certain taux de création. Du moins, je crois me rappeler : j'avais étudié ça quand j'avais fait ma série de billets sur l'inflation et le NAIRU).

    RépondreSupprimer
  49. On assimile à de la création monétaire le fait que les banques prêtent les avoirs de leurs clients sans les faire circuler, ce qui n'est pas le cas ici.

    A mon sens, le problème n'est pas dans les interventions successives des banques centrales (elles sont dans leur rôle) pour éviter que tout ne s'effondre, mais le fait que cela devrait s'accompagner politiquement d'une remise en question d'un système qui ne fonctionne visiblement pas aussi bien qu'on nous le dit.

    RépondreSupprimer
  50. et pendant ce temps là 925 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim.

    non seulement l'homme est un loup pour l'homme mais il semblerait aussi que sa connerie soit inépuisable

    RépondreSupprimer
  51. personnellement, je trouve que le système fonctionne extrêmement bien au contraire.;. la crise permet de ratisser encore plus rapidement des sommes énormes qui ont l'air de sauter de lignes de comptes en lignes de comptes , comme de l'argent qui n'existe pas.. mais sommes qui finissent par se réaliser dans les dividendes alloués aux actionnaires à un moment où à un autre... il suffit d'avoir travaillé dans une banque pour voir l'esprit de rapacité qui est cultivé comme culture d'entreprise!! et voir les coffres aussi est édifiant..

    j'aurais bien aimé qu'il y ait une faille dans le système (une BCE à sec, par exemple..;-) pour voir la tête du système en fin de course.; mais ce n'est pas pour tout de suite.. sauf si on se décide tous à réaliser ce qu'il y a sur nos comptes en argent liquide..; ou même allons, un peu d'humour.. en or..haha je me demande même s'il y a seulement la contrepartie des salaires du public dans la masse de la monnaie en France...

    c'est le même système qui -- finalement!!-- fourgue 100 millions d'euros à Tapie!! comme retraite il aurait dû avoir un smic et hop..

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.