30 septembre 2008

Obèse quand on veut

Le Gouvernement nous prévoit un joli texte pour nous prémunir de l’obésité. Madame Roselyne Bachelot, Ministresse de l'Alimentation, semble avoir supprimé les volets fiscaux : j’approuve ! Surtout que les diététiciens changent d’avis à peu près tous les six mois et prônent généralement n’importe quoi.

Par exemple, ils demandent régulièrement de manger 5 fruits et légumes par jour. On ne sais pas s’il s’agit de pastèques ou de petits pois…

Aujourd’hui, les barres chocolatés sont montrées du doigt parce qu’elles font grossir. Je doute. Je suis « relativement enveloppé » alors je n’en mange jamais ! Dans six mois, une nouvelle étude nous prouvera que les barres chocolatées sont bénéfiques à la croissance des appendices caudaux. Alors nous monter une usine à gaz fiscale complémentaire : non merci.

Bien que n’ayant pas de mômes, je vais donner mon avis sur l’obésité infantile. Quand on était gamins, on passait notre temps à faire les cons en foret, à faire du vélo, à jouer au docteur avec la voisine : autant d’activités saines qui évitaient de rester vautrés pendant des heures à regarder des conneries télévisuelles. Le midi, on se prenait une torgnole si on refusait de manger les épinards et le soir les parents nous faisait – à la main – une soupe de légume reconvertie le lendemain dans une soupe aux vermicelles et le surlendemain dans du tapioca, suivi d’un filet de poisson ou d’une tranche de jambon. La pizza était réservée aux jours de fêtes !

Voilà ce que je pense de l’obésité infantile au risque de passer pour un odieux réactionnaire avec du poil dans les narines, m’étant épilé les oreilles ce matin.

Les pizzas ! En face de la Comète, on a, tous les mardis et jeudis, un vendeur de pizza ambulant qui reste là deux ou trois heures. C’est incroyable le nombre d’imbéciles heureux qui, en sortant du métro, se précipitent sur son camion pour acheter la pitance du soir. Quatre d’un coup souvent : de quoi nourrir toute la famille ! Je vous passe l’aspect économique : payer neuf euros pour se taper un machin qu’on pourrait faire à la maison pour trois euros. Je sais, c’est chiant et les pizzas de la place de la Comète sont excellentes.

Revenons à Roselyne Bachelot. « Il faut apprendre aux Français à maîtriser leur apport calorique et à le gérer par rapport à leur activité physique", a-t-elle expliqué, soulignant que "la sédentarité est au moins aussi responsable de l'obésité que la mauvaise alimentation". »

Tiens ! C’est à peu près ce que je viens dire. Ca n’empêche pas, non plus, de taper un peu sur les industriels qui nous rajoutent du sel dans les produits pour faire croire qu’ils sont meilleurs. « Pas question non plus pour Mme Boyer de "stigmatiser l'industrie agro-alimentaire". "Il faut accompagner les industriels pour qu'ils proposent des produits qui soient beaucoup plus positifs pour la santé", a-t-elle souligné. »

Accompagner les industriels ? Ca veut dire quoi ? Leur donner des subventions ? Ah ! Enfin un sujet de désaccord.

« Parmi elles, des propositions "très concrètes", comme la promotion de l'allaitement maternel ». D’accord. Juste pour voir des jeunes mères de famille donner le sein à leurs poupons sur les bancs publics, bancs publics, bancs publics, …

Des propositions très concrètes ? La « promotion de l’allaitement maternel » est la seule citée dans la dépêche, à part les trucs sur la fiscalité, refusés par Madame Bachelot.

Encore un sujet prioritaire (?) qui va vachement avancer…
Edit : deux minutes après publication, je trouve ce dossier de l'Insee sur l'évolution de l'alimentation depuis les années 1960 dans ma boite à lettre, aimable déposé par Ant.

18 commentaires:

  1. En grèce il y a des salles de sport municipales accessibles pour 10 euros par mois. Y'a ça en france ? (bon pas pour les enfants)

    La piscine gratuite non ? C'est pas bien comme idée concrète ça aussi ? Comme les bibliothèques...

    Et des cours de cuisine à l'école. (pour garçons et filles, je suis pas sectaire, si les parents sont pas fichus d'apprendre à cuisiner à leurs gosses.)
    En plus manger ( fruits et légumes par jours ça veut strictement rien dire. On peut le faire et s'envoyer un paquet de chips. )
    Elle a couté combien la campagne à la con mangerbouger machin chose ?

    RépondreSupprimer
  2. du sport ? pouah !

    t'aurais pu mettre ma vache a grossi pour agrémenter la lecture

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que c'est une question d'éducation, on ne sait pas comment manger équilibré en France.
    Éduquons les gamins! Cours de diététique au collège...
    Mathieu va être content.

    RépondreSupprimer
  4. Nef,

    Pas facile. Et oui, on dépense beaucoup trop de pognon.

    Gaël,

    Je parle de sport dans le billet ? Je ne sais plus. Toujours est-il que quand on allait faire youkaidi youkaida dans la foret, on n'était pas assis bêtement.

    Es-tu sur que ta deuxième phrase est en Français ?

    Manuel,

    Il n'y a pas que l'éducation (enfin si, mais c'est trop tard puisqu'il s'agit probablement de l'éducation des parents).

    RépondreSupprimer
  5. C'est ça : éduquons les gamins ! Et, pendant qu'on y est, rééduquons les adultes ! Dans des camps diététiques pour être sûr que ces salauds n'échappent pas à la bonne pensée nutritionnelle.

    D'abord, ce ne sont pas les enfants qui sont menacés d'obésité, mais les enfants de pauvres. Par conséquent, parents, un seul mot d'ordre, à la Guizot : EN-RI-CHIS-SEZ-VOUS !

    Enfin, Nicolas, un avis personnel : quand on fait un billet sur la malbouffe, on évite de parler d'usine à GAZ...

    RépondreSupprimer
  6. Didier,

    Je parle d'éducation dans le billet, moi ? (non, juste dans une parenthèse dans un commentaire).

    Pour l'usine à gaz, vous avez raison. Ca va produire du gaz à effet de serre et ça va accélerer le réchauffement climatique.

    Pour ce qui concerne votre remarque sur les "enfants de pauvre" que je vais prendre "au sérieux" : je ne suis pas sûr que les gosses de riches n'en pâtissent pas aussi... Si la mode est à manger des hamburgers au chocolat en buvant des cocas, il faut avoir les moyens...

    Au moins, les très pauvres n'ont pas assez à manger et peuvent maigrir.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  8. On verra Rachida Dati donner le sein au conseil de Ministres et Roseline Bachelot maigrir à vue d'oeil ?
    Chouette ce gouvernement !
    :-))

    [Les pizzas, ça peut être diététique, par exemple la 4 saisons mais c'est clair que fait maison c'est plus sympa et souvent meilleur !!!].

    RépondreSupprimer
  9. Poireau,

    Oui. Je parlais plutôt des pizzas pour illustrer la manie qu'on les gens de choisir la facilité sans regarder le coup.

    RépondreSupprimer
  10. En même temps la Bachelot, je me demande si c'est un bon exemple...

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas : la première partie de mon commentaire était une réponse, ou une "glose", à celui qui me précède immédiatement.

    Quant à l'obésité des pauvres par rapport aux riches, vous trouverez sur le net des dizaines d'études socio-médicales, avec des chiffres et tout, qui vous confirmeront cela.

    RépondreSupprimer
  12. De toutes façons, sans vouloir en rajouter à cette phrase "manger 5 fruits ou légumes par jour" ....
    La plupart des gens vous répondront : "au prix où sont les fruits et légumes ??? surtout ceux aux revenus modestes...
    Pour le reste : la cuisine à l'école ??? mais qui va vouloir manger à la cantine après çà ?
    Le sport ? S'il se transforme en compétition, je vois mal les enfants y adhérer, surtout les plus faibles qui resteront sur la touche ... bon ce que j'en dis...
    Ayant été élevée comme Nicolas (en plus sévère peut-être puisque je suis plus âgée) et que l'on ne peut guère comparer les époques....
    est juge qui veut...
    Enfin il faut bien qu'ils s'occupent là-haut... n'est-ce pas ???
    Jeffanne

    RépondreSupprimer
  13. Je confirme ce que dit Didier.
    Toutes les études le prouvent.
    Ce sont effectivement les enfants de pauvres qui sont les plus gros.
    Nous avons inversé un processus.
    Au XIXème siècle être dodus, ventrus, fessus... montrait votre prospérité et votre situation sociale.
    Aujourd'hui c'est le contraire.
    N'avez-vous pas remarqué que dans les magasins hard-discount par exemple, le 1/3 du magasin est consacré aux boissons gazeuses, gateaux, chocolats, confiseries et viennoiseries alors qu'à peine 1/10ème de la surface du magasin est consacré aux fruits et légumes ?
    Pour finir sur l'allaitement maternel, faire très attention si vous habitez près d'une usine de retraitement des ordures par incinération, que vous êtes une jeune maman et que vous allaitez.
    Il a été prouvé que le lait maternel dans ces conditions est contaminé par des dioxines ....

    RépondreSupprimer
  14. C'est une nouvelle connerie. Pas le sujet qui est en effet préoccupant mais les solutions proposées. Quand on s'attarde sur la composition de ce que l'on achète c'est évident que la bouffe industrielle est très mauvaise à la santé. Il faut revenir à la cuisine maison. En plus cela fait faire un maximum d'économie.
    Au lieu de refiler une barre chocolatée au petit, donner une petite boite contenant des morceaux de pommes et des raisins secs par exemple. En plus ça fait des déchets en moins !

    RépondreSupprimer
  15. Pas perdu,

    Si. Elle semble bien nourrie.

    Didier,

    Je plaisantais.

    Ant.,

    Je lis demain. Hips.

    Jeffane,

    Ils s'occupent comme ils peuvent.

    Circé,

    A cette condition, mes parents devaient être très pauvres !

    Dodue,

    On est d'accord !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.