29 novembre 2006

Arlette Laguiller

J’ai entendu Arlette à France Info ce matin. En cette anniversaire de Jacques Chirac, ça paraît sympathique de ce renseigner sur wikipedia sur cette dame, qui était déjà candidate à la présidentielle avant ma naissance. Ou presque.

Arlette Laguiller est une femme politique française d'extrême gauche, appartenant au mouvement Lutte ouvrière.

Rien à redire. Par contre, si elle n'avait pas été une femme, ni une politique, ni une française, elle mériterait assez peu sa place dans wiki.

Famille

Arlette Yvonne Laguiller est née le 18 mars 1940 à Paris, dans une famille ouvrière des Lilas marquée par la guerre et les bombardements. Sa mère, catholique, lui fait faire sa première communion.

Ca commence mal. Elle a fait ses débuts aux JOC ?

Son père manœuvre et athée, aimait à se définir anarchiste et lui transmet son goût pour la lecture : enfant elle s’invente des maux de gorge pour pouvoir rester à la maison avec un livre.

Ca va mieux. C’était juste la mère qui était un peu louche.

A cette époque, elle forge ses premières notions politiques. Elle obtient un BEPC au collège des Lilas avant de commencer à travailler dans une agence du Crédit lyonnais à 16 ans comme mécanographe.

Mécanographe ? Elle veut être présidente et fait un métier que personne ne connaît.

En 1963 elle est mutée au siège central et y reste durant toute sa vie professionnelle en tant qu'employée et militante syndicale. Elle part à la retraite en 2000.

37 ans au siège et toujours à la recherche d’un trône.

Carrière politique

En 1960, elle a 20 ans et participe à sa première action, contre la guerre d'Algérie.

Elle n’a pas commencé très jeune à lutter contre la guerre.

Elle adhère au PSU avant de rejoindre l'organisation trotskiste Voix Ouvrière. Elle milite à la CGT dans les années 1960 et en est écartée pour ses idées révolutionnaires.

Ecartée de la CGT pour des idées révolutionnaires. Il faut le lire pour le croire.

Après la révolte étudiante et la grève générale de mai-juin 1968, les organisations d'extrême gauche dont Voix Ouvrière sont dissoutes par décret du Général De Gaulle.

C’est normal. Pour dissoute, t’as plus rien.

Elle participe à la formation de Lutte Ouvrière le 26 juin 1968 puis elle est choisie à 33 ans pour en être la porte-parole nationale aux élections législatives de 1973. L’année suivante éclate la grève qui de février à avril s’étendra à tout le secteur bancaire. Avec ses camarades elle convainc la majorité des grévistes du siège à l’idée de la grève active, dirigée par les employés combatifs eux-mêmes, organisés au travers de comités de grèves qu’ils ont eux-mêmes élus. La grève sera un succès.

Ca s’arrose.

Ce même mois d’avril, à nouveau comme porte-parole de Lutte Ouvrière, elle deviendra la Première femme candidate à l'élection présidentielle.

Ca s’arrose aussi. Mais si ça continue, elle sera aussi la dernière.

Militante syndicale, militante révolutionnaire, militante politique, elle est reconduite chaque année dans ses fonctions de porte-parole de Lutte ouvrière et représente le mouvement à toutes les élections. Elle ne donne pas de consigne de désistement au 2ème tour pour "ne pas cautionner la politique des gouvernements de gauche".

C’est ce qu’il y a de con avec l’extrême gauche.

Toutefois il y a eu des exceptions "sans réserves mais sans illusion" pour le deuxième tour du 19 mai 1974 puis du 10 mai 1981 qui a vu la victoire de François Mitterand.

Il y a une faute dans Wikipedia : il faut 2 « r » à Mitterrand. Comme ça il ne manque pas d’air. Il faut tomber sur des révolutionnaires d’extrêmes pour corriger des encyclopédies issues des NTIC mais pas des pieds.

Députée européenne de 1999 à 2004, ses interventions au Parlement Européen se sont tournées contre les mécanismes capitalistes et la loi du marché, contre la diminution des salaires et des minima sociaux.

Tant qu’elle fait ça, elle n’est pas au bistro.

Elle y a appartenu au groupe Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique (GUE/NGL) et était membre de la commission de l'emploi et des affaires sociales, membre suppléante de la commission de développement et de la coopération, et membre suppléante de la délégation à la commission parlementaire mixte UE-Lituanie.


Elle restera suppléante.

8 commentaires:

  1. Virée de la CGT pour trop de révolution, pas mal !!! Elle me plait ta jeunette !
    Tu as vu les acronymes à la fin, ça vaut les tiens, finalement…
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. "Virée de la CGT pour trop de révolution"

    La CGT étant en général assez réac, celà ne m'étonne pas du tout.

    Par contre la présence de l'extrème gauche aux élections présidentielles me parait quand même assez pénible. Se dire d'extrème gauche et participer à cette mascarade est bien ridicule.

    RépondreSupprimer
  3. C'est pour ça qu'il y a plein de candidat. Pour qu'aucun ne dépasse 5% et ne bénéficie d'un financement public.

    RépondreSupprimer
  4. _ Olivier Besancenot, qu'est-ce que vous voulez faire dans la vie?
    _ Révolutionnaire fonctionnaire, comme Arlette.

    RépondreSupprimer
  5. ben je pars demain en pays liberal
    je peux t'aider dans le domaine des aides et idées extérieures mais je ne manquerais pas de te conseiller!

    coquille : anniversaire c'est masculin!

    mentions speciales :
    aux amstrong's réparties!
    paco rab'!
    thierry breton des cheveux!

    RépondreSupprimer
  6. Olive,

    Tu me signales des fautes que j'ai déjà signalé ailleurs.

    merci.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.