22 novembre 2006

Revirement (de moi)

Contrairement à ma promesse, je fais un commentaire vite fait sur le blog aujourd'hui.

Lionel Jospin a annoncé aujourd'hui son soutien à Ségolène Royal. C'est sympathique et c'est la moindre des choses.

Néanmoins, comme les deux anciens partenaires de Ségo dans la primaire, dans l'apport de son soutien, il a mis l'accent sur la nécessité de battre la droite.

Ca me fatigue...

Il serait temps de parler de faire gagner la gauche pour qu'elle puisse appliquer son projet, faire repartir le progrès social (qui passe par le progrès économique, ...) et tous ces trucs là.

Parmi les sceptiques notoires dans les cadres du parti, à ma connaissance, seul Bertrand Delanoë a apporté son soutien d'une manière positive !

8 commentaires:

  1. Tu fais la fine bouche. Un soutien de Lionel Jospin à la candidate, exprimé clairement, haut et fort* sur son blog, c'est très loyal de sa part.
    Il a d'ailleurs choisi de grossir la police de caractère pour l'exprimer: http://lioneljospin.parti-socialiste.fr/

    Mais en politique, comme dans la vie, le yin succède au yang. Droite divisée gauche unie pourrait bien être suivie, au printemps, de gauche déchirée droite unie.

    Et j'ajouterai: quelle gauche et quel programme?



    *;)

    RépondreSupprimer
  2. Quoique, à y regarder d'un peu plus près, le soutien de Jospin n'est pas si clair que ça!
    C'est un soutien, mais en fait il ne cessera, pendant toute la campagne, d'exprimer des points de vue différents.
    Premier exemple:
    Les jospinistes craignent une campagne "multi-régionale" de Ségolène Royal

    "Ce qui a le plus inquiété c'est la dimension régionale, voire multi-régionale, de la campagne de Ségolène Royal, car une campagne présidentielle ne peut pas être une adjonction de campagnes régionales", a précisé ce militant.


    http://fr.news.yahoo.com/21112006/202/les-jospinistes-craignent-une-campagne-multi-regionale-de-segolene-royal.html

    Autrement dit, Jospin et ses amis se démarquent déjà sur un point important de la stratégie: le rôle des régions.
    Et ça risque d'être comme ça à chaque fois.

    Jospin se rêve en joueur de curling. L'objet (pardon, la candidate) est lancée sur sa trajectoire et lui il joue avec sa balayette (pas fraîche)...

    A l'UMP on joue à d'autres jeux: pistolets, couteaux, sarbacanes, matraques, poupées vaudous...

    RépondreSupprimer
  3. Une curiosité: à l'article "visite présidentielle", le gars qui a mis 10 fois le même commentaire...

    http://jeanyves.hautetfort.com/

    RépondreSupprimer
  4. Un type du 18ème arrondissement de l'ile de Ré.

    RépondreSupprimer
  5. Je reviens sur ma remarque "c'est qui Jospin". Parce que maintenant tout a changé. L'un est écarté du Parti alors que l'autre est choisie par les cartés du Parti.
    Comme DSK qui, bien que battu à plates coutures lançait à Ségolène un appel pour être choisi comme premier ministre. Honte de rien le gars…
    Bref, le positionnement de Mme Royal est le renouvellement de la méthode de gouvernance et elle oeuvre donc aussi (pour l'instant ?) à mettre de la distance avec ses nouveaux éléphants (les néo-pachydermes, j'hésite pour le nom)…
    Enfin, c'est bien que Jospin le dise son soutien. Ca doit lui donner l'impression d'avoir une uilité, une influence ! :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.