04 novembre 2006

Mes 100 premiers jours


Inutile de vous rappeler que je suis candidat à la présidentielle, j’ai déjà fait cinq billets sur le sujet (ma candidature, mon programme, mon style, mes engagements et ma méthode).

Il est de tradition républicaine d’annoncer ce que l’on compte faire dans les 100 premiers jours. Le présent billet en est l’objet.

Ca va être court : je ne compte pas faire grand chose.

A vue de nez, l’élection est début mai. La passation de pouvoir mi-mai. Cent jours, ça nous fait en gros mi-août. Il est absolument hors de question que je bosse réellement l’été.

Donc, avant septembre ou octobre on ne fera quasiment rien.

La première action sera de nommer un gouvernement. Ce premier gouvernement sera réduit au minimum nécessaire. Vous qui avez tout suivi, j’ai annoncé dans un précédent billet que j’étais absolument contre les gouvernements réduits. Vous vous dites donc, je cite approximativement « Le con ! A peine élu, il revient déjà sur ses promesses ».

Pas du tout !

Déjà, je ne suis pas encore élu donc vous chipotez un peu. En plus, ce premier gouvernement ne sert à rien, sauf à gérer les affaires courantes. Après il y aura des élections législatives. C’est à partir de ce moment là qu’il faudra un gouvernement sérieux. J’y reviendrai dans un prochain billet. Toujours est-il qu’il est :

Petit 1 : inadmissible de faire croire aux français qu’on a commencé à réformer alors qu’on n’a pas la majorité au parlement.

Petit 2 : inadmissible de nommer des gens ministres en sachant qu’on peut très bien les virer un mois après pour donner le poste à des alliers politiques si on n’a pas une majorité trop forte.

Mon septennat de cinq ans sera placé sous le signe du respect.

Ce premier gouvernement sera donc composé du strict minimum de ministre qu’il faut pour ne rien faire tout en assurant les affaires courantes et à préparer l’après législature : justice, intérieure, extérieur, défense, finances et budget.

A la limite, si les autres ministères sont utiles, je garderai les anciens ministres le temps qu’il faut. Même Borloo s’il passe chez le coiffeur. En effet toutes ces personnes sont en place depuis quelques temps. Elles ne sont forcément pas totalement incompétentes. On n’est pas à un mois ou de près avant de les foutre dehors, avec tous les désagréments connus : recherche d’un appart, d’un nouveau job, … Le respect, je vous dit !

Outre la gestion des affaires courantes, ce gouvernement sera en charge de préparer les dossiers prioritaires qui devront être traités en urgence par le parlement, après l’élection législative de mi-juin et avant la fin de la session parlementaire fin juin.

Il va falloir faire vite (surtout si on compte l’aller-retour avec le sénat pour un des deux dossiers). Et il est hors de question de faire une session extraordinaire en juillet. Le respect, toujours le respect. Non seulement le respect des parlementaires mais aussi de la démocratie : il est hors de question de traiter en urgence une majorité de dossiers, contrairement à certains…

Cette période est d’autant plus courte, qu’elle correspondra à celle de formation d’un gouvernement. Ce gouvernement ayant vocation à rester en place cinq ans, autant le composer sérieusement.

J’annonçais deux sujets prioritaires à préparer par le premier gouvernement réduit, pour faire passer à l’assemblée.

Pour le premier, il s’agit de faire une espèce de « collectif budgétaire » pour corriger la partie recette du budget. Si on le fait en urgence c’est uniquement pour permettre aux gars qui bossent aux impôts de le prendre en compte avant d’envoyer les machins d’imposition aux contribuables… Le respect.

Ce qu’il y aura dedans. Je ne sais pas. Voir le programme. Mais je pense que si on pouvait supprimer tous les avantages fiscaux accordés à certains, ça pourrait être pas mal. Tiens ! Supprimons d’emblée toutes les niches, nom d’un chien !

Pour le deuxième, il s’agit de préparer le référendum de fin 2007 sur la réforme de la constitution. Le contenu ? On s’en fout, j’ai promis une réforme. C’est tout. Le respect. On aura bien le temps de la présenter avant les élections cette réforme. Ca fera d'ailleurs un très joli motif de billet, je vais me le mettre de côté.

Si l’opposition fait de l’obstruction ; nous leur cracherons dessus et passerons par le 49.3 s’il faut, en leur rappelant que deux mesures annoncées 7 ou 8 mois avant des élections, et répétées par la suite ont la légitimé nécessaire. Contrairement à la privation de GDF ou au CPE, par exemple.

Nous voilà arrivés début juillet. On peut partir en vacances à Brégançon. Il faut maintenance que je recherche des jolis photos pour illustrer ce billet.

6 commentaires:

  1. "Cette période est d’autant plus courte, qu’elle correspondra à celle de formation d’un gouvernement. Ce gouvernement ayant vocation à rester en place cinq ans, autant le composer sérieusement."

    Et ce sera un gouvernement restreint, comme dirait l'autre...

    RépondreSupprimer
  2. Non, pas restreint !

    Rappelle toi les 64 ministres... C'est un échiquier qu'on a à mettre en place !

    RépondreSupprimer
  3. Oui, j'oubliais. Et la parité, on oublie?

    RépondreSupprimer
  4. On n'oublie pas la parité. Il faut une paire de c. pour rentrer au gouvernement !

    Mesdames, je plaisante !

    RépondreSupprimer
  5. Borloo, tu le changes de coiffure, OK, c'est justifié. Mais il reste aux affaires sociales ? Pour quoi faire puisqu'ils ont tout réglé ! :-)

    RépondreSupprimer
  6. Il reste... Jusqu'aux législatives.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.