17 juillet 2007

Qu'est ce qu'on fait maintenant ?

Ségolène Royal croit avoir commencé à tirer des conclusions. Mais dans cette dépêche, je crois lire pas mal de conneries.

Surtout : « il y a en particulier tous les concepts nouveaux, telles que la nouvelle façon de faire la politique avec la démocratie participative et la reconquête d'un certain nombre de thèmes qui avaient été abandonnés par la gauche comme la valeur travail et l'ordre juste ».

Non. La démocratie participative, je n’ai toujours pas compris ce que c’est et il est probable que la moitié des Français sont dans mon cas. Ca veut dire quoi : on débat et on écoute les gens ? « Dites moi ce que vous voudriez entendre ! ».

Non ! C’est aux politiques de faire des propositions et si le candidat du Parti Socialiste avait fait plus de propositions, avait mieux affirmé son programme, l’élection aurait pu être gagnée !

La valeur travail ? Ca ne va pas ? Travailler plus pour que le patron gagne plus, peut-être ! C’est exactement le contraire qu’il faut. Si les dirigeants de gauche nous expliquent maintenant qu’il faut travailler plus pour lutter contre la mondialisation autant voter directement à droite.

L’ordre juste ? Encore un slogan creux. La gauche ne doit pas faire campagne à droite : ça ne marche pas.

« ayant une idée bien précise de ce qu'il faut impérativement améliorer pour que le PS devient attractif ». La première chose serait de faire campagne avec le PS, pas à côté !

Jean-Louis Bianco : « On travaille, on réfléchit, on prépare l'avenir, on fera la synthèse le moment venu, à soumettre au débat collectif du PS ». Ca continue ! On discute en dehors du PS et après on rentre dans le collectif. Non !

Ca doit partir du collectif.

34 commentaires:

  1. en fait , rien de nouveau sous le soleil
    ça devient franchement lassant cette politique de merde
    que des mots , et creux la plupart du temps
    et il faudrait qu'on se passionne et qu'on y croit !

    RépondreSupprimer
  2. Ca nous fait des sujets pour le blog !

    RépondreSupprimer
  3. d4ACCORD AVEC TOI SUR LES CRITIQUES sur l'ordre juste et la valeur travail. Des orientations stratégiques trop droitières. Mais, rappelons que 80% des gens au PS étaient d'accord avec ça. Seul fabius proposait une ligne "à gauche".

    En revanche, je pense que la démocratie participative est une bonne chose. Mais sur le long terme, pas en quelques mois, comme ça a été fait. Ou alors au niveau local, sur des trucs ponctuels, comme ça existe déjà.

    RépondreSupprimer
  4. Comme 100% du PS a perdu les élections, les 80% n'avaient pas totalement raison.

    Pour la démocratie participative, je ne sais toujours pas ce que c'est par rapport à ce qui se faisait avant. Les militants du PS étaient consultés et tout le monde pouvait adhérer au PS ! Tout le monde peut écrire à son maire ou à son député.

    Comme tu dis, ça existe déjà au niveau local.

    Au niveau national, il s'agit de faire la synthèse entre 60 millions de gugusses !

    Et la démocratie représentative a du bon.

    RépondreSupprimer
  5. 'Au niveau national, il s'agit de faire la synthèse entre 60 millions de gugusses !'

    faut pas exagérer, le chiffre de 3 millions avait été avancé..et encore, ça m'avait surpris. 100.000, peut-être..et encore..

    sinon, qu'y avait-il dans le programme de Royal qui était issu des débats participatifs ? juste un exemple..

    RépondreSupprimer
  6. La démocratie participative, si tant est que ça existe, en tout cas, ce n'est pas ce que ségo fait et essaie de nous faire passer pour de la démocratie participative :
    C'est en fait une belle mise en scène : elle fait une réunion, elle demande si quelqu'un a quelque chose à proposer et là, trois gus dans la salle, qui sont en fait venus avec elle, disent deux ou trois trucs et le tour est joué. Voilà sa démocratie participative... Du guignol, oui !

    RépondreSupprimer
  7. Loïc,

    Quels 3 millions...
    Par mes 60 millions, je voulais dire qu'il fallait un projet politique pour l'ensemble des Français.

    Pour ta question, ce n'est pas à moi qu'il faut la poser !

    Zab,

    On est d'accord ! Dans le temps, les politiques appelaient ça une "réunion publique". Maintenant c'est un débat participatif !

    RépondreSupprimer
  8. Mais, pour revenir sur la démocrzatie participative: il faut ouvrir les yeux. Nous sommes en 2007. Et comment gouverne Sarkozy? Avec les sondages. C'est de la démocratie d'opinion. 3identité nationale", répression accrue des mineurs délinquants et "paquet fiscal", tout ça a émergé d'une forme de démocratie sondagière, donc participative, à sa façon.

    Ta "démocratie représentative" n'est qu'un vieil idéal. (Marxiste? à l'époque les élites savaient, le peuple suivait).
    C'est pourquoi la démocratie participative me semble être une bonne tentative d'intégrer le peuple dans les décisions. C'est mieux que les sondages...

    RépondreSupprimer
  9. oui, mais Eric, quel peuple ? le peuple de gauche évidemment.
    C'est de la démocratie à moitié représentative..

    (que je sache, les électeurs de droite ne se sont pas rendus à ses débats..)

    RépondreSupprimer
  10. Loïc,

    Arrête de polémiquer avec Eric dès qu'il dit un truc. C'est bien sûr tout le peuple. Y compris celui qui vote pour le type qui a le pire programme économique jamais vu. Tiens ! Voilà un machin qui fait l'unanimité entre les économistes.

    Eric,

    Loïc a raison en partie : ça ne concerne que les gens qui viennent aux réunions. La démocratie représentative (qui n'est pas la mienne mais celle de tous les pays démocratiques) fait que le peuple vote pour des personnes qu'il juge compétentes pour diriger l'état.

    En l'occurrence, la démocratie participative est bien plus élitiste. Seuls qui savent bien parler et surtout ceux qui savent écrire bien dans un blog branché sont représentés.

    RépondreSupprimer
  11. Je suis d'accord avec Nicolas.

    Mais tu sais, Nicolas, je suis parfois d'accord avec Eric : il avait dit il y a quelques jours des élections que quel que soit le choix des français, il serait le bon..ça m'avait marqué car j'ai trop entendu dire que les français 'se trompent' en votant Sarko..

    RépondreSupprimer
  12. et puis, um peu dans la lignée de ce qui dit Nicolas, il y a très peu de gens qui sont capables de prendre la parole en public, encore moins nombreux quand il s'agit d'émettre une idée politique.
    Perso, je suis incapable. trop timide...et ça tombe bien, vous me direz, à l'ump, on me donne pas la parole -)))))))))))))

    RépondreSupprimer
  13. Loïc,

    Avant dernier commentaire : je ne suis pas d'accord avec Eric ! Les français qui ont voté sarko se trompent !

    Dernier commentaire : moi aussi, ça me pose problème. C'est particulièrement gênant pour le boulot. C'est l'écrit qui me sauve (et les compétences techniques !). Je suis capable de sortir des rapports techniques ou des notes d'information aussi rapidement que des billets dans les blogs !

    RépondreSupprimer
  14. et bien alors, Nicolas, on est copain!! j'espère que tu ne fais pas autant de calembours au boulot !! (au fait, aujourd'hui c'est Soler qui a gagné l'étape..c'est normal, en montagne, il y connait un rayon Soler - source yahoo...)

    Pdt la campagne des législatives, un ami coco m'invite à venir avec lui à une réunion d'un candidat communiste.
    On était, quoi, 15. J'ai eu envie de prendre la parole (sans polémiquer, tu me connais) et rien qu'à l'idée que j'avais envie de prendre la parole, mon coeur a commencé à battre anormalement, je suis devenu rouge..du coup, j'ai rien dit..
    J'ai quitté la réunion frustré.
    Et toute ma vie, ça n'a été que ça, de l'école à mon boulot de comptable. Encore que ces dernières années, je me suis amélioré.

    c'était le quart d'heure psycho.

    mais Nicolas, tes notes sont excellentes (forme, ton, humour, recul..)..je t'envie pour ça.
    Par contre, tes idées, pas mon truc..c'est la vie.

    RépondreSupprimer
  15. Je ne fais pas trop de calembours au boulot, mais j'arrive à faire des notes gratinées (quand elle ne sont pas destinées à l'extérieur), notamment les mails à chefs directs ! Mais c'est plus fin que sur le blog (le grand chef n'aime pas du tout les histoires salaces et ma chef directe est... MA chef).

    RépondreSupprimer
  16. @Nicolas,

    D'accord. Tu préfère la démocratie d'opinion. On verra bien ce que sera une France gouvernée par les sondages.
    Les sondages donnent l'opinion du peuple à un instant t. Si un fait divers vient d'avoir lieu, Le Figaro fait un sondage. Ensuite on fait une loi.

    Mais, je suis aussi d'accordavec toi sur le fait que les débats participatifs n'ont pas convaincu.
    Comment aurait-il fallu faire?

    RépondreSupprimer
  17. Je pense que le PS est bien là où il est, à travailler tout seul dans son coin et à se sous-diviser pendant que l'UMP règne…
    L'impression d'un parti en dehors de la société…
    :-)

    RépondreSupprimer
  18. Eric,

    Non, je ne préfère pas la démocratie d'opinion ! Je voudrais des gens qui me proposent une vision de la France, de l'Europe, de l'Ile de France, de la Bretagne, de la Comète...

    Je ne sais pas comment il aurait fallu faire (c'est moche comme mot, fallu) !

    Si ! Peut être ! Je n'étais pas candidat, mais défendre un projet aurait été bien. Alors que l'inverse (venez discuter sur mon blog, on verra après) n'est pas spécialement bandant.

    Fil,

    Je suis 100% d'accord avec toi ! Le PS se bat hors du monde ! La lecture des dépêches AFP (ou Reuters, je m'en fous) nous en apporte la preuve jour après jour.

    RépondreSupprimer
  19. bordel de merde : combien de fois faudra t'il le dire :

    1/ DDA est composé à 80% de militants PS et donc n'est pas en dehors : Sauf dans les coins où les connards de responsables de sections empêchent certains de parler.

    2/ DDA fait un bilan de la campagne, et des propositions => ça ne se fait pas en un claquement de doigt comme un billet de blog.
    Personnellement je suis dans ce process et je n'ignore pas le PS. Par exemple, demain soir AG de section et on va en discuter.

    3/ tout ça sera donné au PS une fois terminé.

    Ca commence a faire chier : on ne fait rien : GNAAAA GNAAAA, on fait quelque chose : GNIIIIII GNIIIIII , on annonce autre chose : GNNNNNNUUUU GNNUUUUUU

    L'ordre juste qui fait couiner les bobos , ça veut dire : la justice pour tout le monde, et plus de bordel au sommet de l'état. Instaurer des TIG pour punir les conneries des gamins plutôt que de les envoyer en tôle, ou de les revoir 2 mois plus tard.
    Est ce de droite ? de Gauche ? la géniale solution que vous proposez c'est quoi ?

    Finalement, à force de dénigrer. Les gens ont voté pour Sarko qui va les envoyer directement en tôle ( allez voir les comparutions immédiates pour savoir ce que ça veut dire), et en faire des durs.


    Fabius une ligne à gauche ? ça sous-entend que Ségolène est de droite ? alors là, je rigole d'avance.

    Plus ça va, plus ma liste des blogeurs à inviter à ces réunions diminue.

    RépondreSupprimer
  20. Dagrouik,

    Tu finiras tout seul à tes réunions de blogueurs.

    Tu peux expliquer maintenant, mais c'est avant qu'il fallait convaincre.

    Tu te plantes bêtement. L'ordre juste, ça ne veut pas dire ce que tu dis, c'est juste un slogan...

    Il n'a pas percuté ! Il n'a pas fait que 50,01 des français ont voté pour Ségolène Royal.

    Tu te plantes (Royalement !) dans ton discours : mon blog est fréquenté par des types de gauche (sauf Loïc) qui ont voté pour Ségolène Royal aux deux tours.

    On ne dénigre pas, on constate.

    RépondreSupprimer
  21. Ce que je ne comprend pas, c'est le terme 'démocratrie participative'

    En même temps, je suis nulle en politique, hein !

    Enfin pour moi, la démocratie, c'est le peuple qui participe et là, ça sonne pléonasme.

    Docn si quelqu'un peut m'expliquer. Merci

    Lutine, ignorante

    RépondreSupprimer
  22. @nicolas : ce ne sont pas des réunions de blogeurs, faut suivre... c'est inviter des blogeurs à suivre certains travaux de DDA à Paris. ce n'est pas pareil.

    Et les militants devaient être con, en meeting quand elle expliquait l'ordre juste.. ils montraient leur satisfaction. Il y'a eu un manque d'explication du tout, c'est certain.

    RépondreSupprimer
  23. Lutine,

    Non ! Tu réponds à Dagrouik !

    Dagrouik,

    Ce n'est pas qu'un manque d'explications.

    RépondreSupprimer
  24. Toujours avec ma nullité en politique, ce qui explique, pour moi (d'après ce que j'ai observé et entendu autour de moi) la défaite de Ségolène Royal, c'est :
    - Sa façon de parler, genre je mets des virgules et des points où il n'y en a pas (quand tu veux faire des réformes de l'éducation, c'est moyen !) et je suis super sèche dans mes propos.
    - Le besoin de gagner plus. Les gens sont aveuglés par les heures sup' non imposables. Et puis ils s'en foutent de ne pas cotiser pour leur retraite en faisant plus d'heure, ce qui compte, c'est ce qu'ils reçoivent sur leur compte en banque.
    - Le besoin d'ordre et de sécurité : les gens ont besoin de cadrage. Peu importe s'il est strict, ils ont besoin de repères, de limites, de sanctions. On est un peu tous comme des gosses, on flirte avec les limites, on cherche à se frotter à l'autorité.
    - Une femme, dans l'esprit des gens, c'est une mère. Si elle se lance dans la politique, c'est forcément au détriment de sa famille. Et la famille, quoi qu'on en dise, ça reste une des valeurs essentielles. La notion "Travail, Famille, Patrie" de Pétain ne serait donc pas si loin !

    RépondreSupprimer
  25. Lutine,

    Il n'y a pas de "nullité" en politique !

    Les causes de la défaite de Ségolène Royal, il y en a plein ! Celles que tu cites sont vraies. Interviens plus souvent en politique, ça ouvrira les yeux à certains...

    Il y en a d'autres :
    - Sarko a fait une excellente campagne et a su sortir les thèmes qui plaisaient tout en faisant marcher son truc sur la rupture,
    - le PS est parti divisé (la faute à qui, on s'en fout !),
    - Ségo n'a jamais su présenter réellement son pacte (alors que, moi, je l'ai lu et étudié - pour le blog, pas pour le plaisir - et il est vraiment bien à part deux ou trois conneries),
    - la gauche a une image ringarde (pour différentes raisons), les gens en ont une opinion complètement inverse à ce qui est la mienne quand je lis différents trucs.

    RépondreSupprimer
  26. Et je ne sais pas si le fait d'être une femme a été un désavantage. Déjà, des femmes ont voté pour elle rien que pour ça.

    Par ailleurs elle a fait le meilleur score de la gauche au premier tour depuis Mitterrant en 1988 et son score au second est le même que Jospin en 1995 (en 2002, n'en parlons pas !).

    RépondreSupprimer
  27. Puisque tu me le demandes, je m'exécute !

    NB : ce n'est pas valable pour tout ;o)

    L'image de la gauche, ça me fait penser à un remake de la pub ultra brite et des affiches avec Mitterrand.

    Sauf que c'est Mitterrand qui plonge de la falaise pour aller chercher la rose qui est tombée, on se demande ce qu'une rose fait sur une falaise !
    Et une superbe femme, genre Laetitia Casta, est sur la plage et voit le père Mitterrand s'avancer vers elle, avec ses canines pas encore rabotées qui tiennent cette rose.

    De quoi faire peur !

    Pour moi, le PS est mort avec Mitterrand. Parce qu'il n'a pas su se renouveler comme le parti gaulliste à su le faire après De Gaulle.

    Au PS, il y a eu des hommes et femmes prometteurs (Lang, Aubry,le père de la précédente) qui ont été évincés au moment où on avait besoin d'eux. Et après, pour s'en sortir, ils doivent faire des "conneries" genre pondre les 35h, qui restent fragiles, parce que beaucoup de paramètres ont été oubliés. Mais c'est comme pour une nouvelle voiture, on se rend compte de ses défauts en roulant, pas quand elle est dans un salon de l'auto en tant que prototype !

    Seulement, quand on ne laisse pas assez de recul pour les modifications, ça clashe. Apparemment, il est plus facile pour une constructeur automobile de se faire pardonner ses options électroniques qui foutent le bordel et sont parfois dangereuses en passant à la nouvelle phase de la voiture, que pour un gouvernement de tenter de trouver des solutions aux problèmes des gens !

    RépondreSupprimer
  28. C'est tout le PS !

    Ce n'est pas qu'une question de renouvellement, mais le parallèle avec le parti gauliste n'est pas mauvais. Ils ont mis plus de 30 ans à se "renouveler".

    Mais ça n'est pas qu'une question de renouvellement. Le PS n'arrive pas à dire que ce qu'il fait est bien alors que quand la droite fait un truc mauvais, elle arrive à dire "ça n'était pas nous".

    La France marchait mieux entre 1997 et 2002 qu'entre 2002 et 2007 (ce n'est pas qu'une question de conjoncture mondiale : la position de la France a baissé), mais le PS n'a pas voulu en parler pendant la campagne alors que la droite arrive à mettre sur le dos des 35 tous les problèmes de la société !

    RépondreSupprimer
  29. Sinon, je fait partie de l'équipe internet de Ségolène Royal, ça ne m'a pas empêché un jour de mettre dans un billet mon analyse de la défaite du 6 mai 2007 .

    Et pour moi 1997, c'est un accident électoral : dissolution fortuite.
    Ensuite, il ne faut pas confondre le PS et les militants. Si nous devions voter, elle se prendrait une raclée méritée. Ca dure depuis 2002.

    RépondreSupprimer
  30. Dagrouik,

    Je viens de lire ton billet. Tu as sans doute raison sur la plupart des points. Mais il a des détails qui clochent. Par exemple, le truc du nouveau contrat de travail est une erreur de Ségolène Royal par de Julliard !

    C'est un peu ce qu'on se disait avec Lutine : les causes de la défaite sont multiples.

    Il y a un truc que tu dis et que je crois très vrai : la faiblesse de l'extrème gauche a pesé très lourd. Ca vient probablement de leurs éternelles divisions (et du comportement des médias), mais le résultat a été qu'ils ont été totalement inaudibles. Il n'y avait plus personne pour marteler que la politique de Sarko n'intéresse que les gens avec du pognon...

    RépondreSupprimer
  31. Je partage d'autant plus volontiers certaines critiques du billet, que j'ai soutenu à la présidentielle un autre candidat que Mme Royal.

    Cependant ... assimiler "le collectif" et "le PS" me laisse rêveur. Quelle peut bien être la légitimité d'un parti pour constituer l'espace de référence du débat politique, de la constitution d'un projet politique ?

    Bien sûr, c'est la définition constitutionnelle d'un parti que de contribuer à "l'expression du suffrage" populaire ; mais c'est celui-ci qui est la référence. Le citoyen dont la parole compte, c'est le citoyen autant et plus que le militant. Le militant devrait être au service de la parole du citoyen.

    RépondreSupprimer
  32. Frédéric,

    Merci pour ta visite. Mais ton commentaire me laisse dubitatif.

    Le débat politique peut bien sûr se dérouler hors des partis, mais c'est le rôle de ces derniers, à mon avis, de définir (en écoutant les avis) les projets.

    D'autant que sur le terrain, ce sont les militants du parti qui vont devoir défendre le projet. Et, concrètement, ce sont les partis qui vont présenter des candidats aux législatives.

    Le militant est là pour écouter le citoyen mais aussi pour le convaincre de la justesse de son projet.

    RépondreSupprimer
  33. Nicolas : oui, un parti a parmi ses fonctions celle de produire un projet politique cohérent ; mais quel est le but de ce projet, sinon de répondre aux attentes des citoyen(ne)s ? et pour cela, la première des choses n'est-elle pas de se mettre à leur écoute ?

    RépondreSupprimer
  34. Frederic LN,

    On est d'accord ! Mais faut-il écouter tous les Français ou seulement ceux qui ont l'envie subite de participer à un débat participatif parce qu'il n'y a rien à la télé !

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.