22 août 2012

François Fillon enterre Nicolas Sarkozy

François Fillon a un nouveau site web (enfin, je découvre...) pour sa candidature à la Présidence de l'UMP. Sur une page, il retrace l'histoire de la droite Française. C'est passionnant...

"Depuis les travaux de René Rémond, il est usuel de la séparer en trois grandes familles de pensée : la droite légitimiste (ou contre-révolutionnaire), la droite orléaniste (ou libérale) et la droite bonapartiste (ou césarienne). Cette séparation, qui s’est dessinée dans les années qui ont suivi la Révolution Française nécessite aujourd’hui d’être remise à jour."

Il y a du boulot ! On n'y comprend plus grand chose...

"On peut prendre acte de la quasi-disparition d’une droite réactionnaire et contre-révolutionnaire depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Elle n’inspire aujourd’hui que quelques groupes marginaux souvent liés à l’extrême-droite." Mes copains réacs vont être déçus. Ils n'existent plus.

Je vous laisse lire...

François Fillon décrit les évolutions de la droite depuis 30 ou 40 ans... Il parle du Général, de Jacques Chirac et de Valéry Giscard d'Estaing, ce qui est bien normal.  Il arrive même à citer Jean Lecanuet et François Bayrou... Il n'oublie pas Alain Juppé.

Il n'oublie que Nicolas Sarkozy. C'est ballot.

12 commentaires:

  1. Voilà Fillon qui étiquette.
    Il a été touché par le virus.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, il pense à Sarko, quand même, la droite "césarienne", il est en train de l'accoucher.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Je rigole: je ne suis pas du tout persuadé de sa sincérité, ayant soutenu Sarkozy si longtemps

      Supprimer
  4. J'ai cliqué sur le lien indiquant la page de Fillon, page sur laquelle j'ai pu lire:
    "La création de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) en 2002, voulue par Jacques Chirac, Alain Juppé et François Fillon, a constitué un grand moment pour la droite républicaine française, en réunissant ces deux grandes familles de pensée au sein d’un même parti politique. A sa tête, Nicolas Sarkozy avait réussi à installer durablement à la première place des formations politiques françaises. Il l’a fait avec son énergie, son talent mais surtout avec sa vision moderne du débat public."
    Y a-t-il eu une modification suite à cet article?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vais pas jurer mais franchement je ne l'ai pas vu ce matin alors que j'ai relu deux fois tellement ça m'a paru gros (et tant le sujet m'intéresse : comment la droite française en est arrivée la, voir mes billets de juin et juillet).

      Désolé donc si je me suis planté.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.