28 avril 2007

Le candidat Nicolas Dublog pour le rassemblement

A l'heure exacte où nous sommes rassemblés pour écouter le débat entre le numéro 2 et le numéro 3 des urnes, le candidat Nicolas Dublog, qui ne doit pas avoir la TNT, appelle à la création d’une nouvelle force politique. Nous vous diffusons en avant-première le texte du discours qu’il prononcera ce soir à 20h02.

La rédaction


Mes chers compatriotes, mes bien chères sœurs, mes bien chers frères et tutti quanti.

Mon ancien collègue, François Bayrou a annoncé la création d’un nouveau parti politique à l’acronyme ridicule à se demander s’il n’est pas au centre des… risées !

Soyons sérieux !

Ce qu’il y a de bien dans cette période d’incertitude, c’est que tous ceux qui n’adhèrent pas à la droite dure de Nicolas Bayrou dont l’adhésion des propos Lepeniste a permis de faire un bon score se posent des questions. La droite républicaine, ils appellent ça ! Elle est belle la république !

Nous n’y sommes plus !

Vous le savez, afin de ne pas interférer dans le déroulement de la campagne, le 28 mars, j’ai
retiré ma candidature. J’appelle maintenant au rassemblement de toutes les forces de progrès qui veulent un projet pour la France qui n’oppose pas les Français entre eux, qui refuse la droitisation à outrance des rapports humains ! Ou inhumains !

Pour ce rassemblement, je ne demande rien pour moi ! Pas le moindre poste ministériel, pas la moindre circonscription ! Rien ! Ou alors un truc avec pas trop de boulot, mais des avantages pécuniaires et l’occasion de raconter des bêtises à la radio. Je ne sais pas. Président du FMI ? Secrétaire général du Conseil Administratif Supérieur des Anciens Nourris Individuellement au Sein ?

Je m’adresse à mon auditoire préféré.

Premièrement, les gens de la gauche de la gauche qui constatent leur échec (tout relatif : ils font un score égal à celui de Jean-Marie Le Pen), mais se demandent s’ils doivent persister aux gouvernements menés par le PS.

Deuxièmement, les gens de la gauche socialiste qui constatent leur bon score mais pensent qu’il y a de la marge avant de vaincre tout en constatant un bon espoir d’une nouvelle force politique qui pourrait permettre de retrouver le pouvoir tout en craignant de devoir abandonner des idées de gauche.

Troisièmement, les gens du centre (qui n’ont pas encore choisi Nicolas Sarkozy) se demandent s’il est bien raisonnable de travailler avec le PS.

Beaucoup constatent une refondation de la politique en France vers un bipartisme. Il est composé d’une droite dure et d’un PS qui ne peut plus gouverner tout seul. Au milieu de ça, il y a l’UDF, parti historiquement à droite mais dont une partie ne peut voir cette droite dure : ce n’est pas en passant les bornes du populisme qu’on créera cette France réconciliée et qu’on repartira vers le progrès.

Ils observent la gauche, voient bien qu’il y a des gens qui ne représentent plus l’œil de Moscou ! Ils voient bien qu’il y a d’excellents économistes, des personnalités qui ont occupé des fonctions très hautes, dont on ne peut pas remettre en cause leur vision « sociale-libérale » de la société. Je pense évidemment à Delors, à DSK, mais aussi à d’anciens « révolutionnaires » comme Cohn-Bendit ou d’autres trublions comme Kouchner.

Peut-être les pensent-ils égarés là par mégarde ? Peut-être tout simplement, n’ont-ils pas la bonne vision du socialisme, qu’ils regardent trop les mesures phares, type 35 heures et pas assez le reste ? Peut-être voient-ils des mesures de gauche comme idéologique alors qu’elles sont tout simplement pragmatiques ?

Les emplois-tremplins emplois-jeunes ? La mesure même du bon sens ! D’ailleurs comment explique-t-on la seule résorption du chômage par le gouvernement actuel depuis 18 mois ? Les emplois aidés (et les traficotages de listes). Tout simplement parce que le monde évolue ! Il faut des gens dans les mairies pour traiter des nouvelles normes de recyclage, il faut des gens pour s’occuper des gamins dans les cours de récré, il faut du monde pour s’occuper des vieux (ou les occuper !) dans les MAPAD…

Vous êtes tentés par les mesures libérales de Nicolas Sarkozy. Tiens ! Une bonne idée ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite. Par contre, personne ne m’a jamais dit qui ! Les 200 000 dans les services administratifs dépendant des finances ? On va peut-être les réduire à 50 000 en vingt ans… Calculez vite-fait le pourcentage d’économie pour l’état : 5 milliards par an dans 20 ans ? Sur un déficit total de 30 ou 40 milliards aujourd'hui ! Une paille ! Surtout qu’on sait que des boulots sont à créer ailleurs, dans la police, la recherche, la justice, l’éducation, la petite enfance, le quatrième âge !

Ne soient pas effrayés par le mot « socialiste » qui figure dans le nom du parti d’en face, qu’on vous a appris à haïr et à craindre parce que vous ou vos parents ont connu l’époque les atrocités des dictatures de l’est !

S’il faut créer un nouveau parti du centre, qu’il le fasse, François Bayrou !

Nous, créons un rassemblement l’ouverture, de la tolérance, du progrès social, des libertés ! Ne l’appelons pas Union pour un Mouvement Populaire car de populaire à populiste il n’y a qu’un pas.

Appelons-le Union Nationale et Internationale pour une Organisation Neutre des Partis de Rassemblement pour une Organisation de Gestion Raisonnable d’un Etat Sérieux.

Je m’adresse aussi aux personnalités de l’UMP dont l’intégrité ne fait aucun doute. Je pense à ces figures historiques, je ne vais n’en citer qu’une : Madame Simone Veil ! Vous qui avez été une des premières, sous la houlette de Messieurs Valéry Giscard d’Estain et Jacques Chirac, à défendre une grande idée progressiste de la cinquième république, que faites-vous dans cette galère !

Ce n’est pas parce que vous ne pouvez pas piffer François Bayrou que le centre n’est plus le centre. Ce n’est pas parce que le centre a connu des heures de gloire quand il était avec la droite qu’il n’est plus le centre ! Qu’en est-il resté ? La popularité de Raymond Barre en 1988 ? Trois ministères de temps en temps ?

Qu’allez vous faire avec un type qui se demande encore si l’homosexualité est génétique, qui insulte les peuples voisins ?
Rejoignez-nous dans la lutte !

13 commentaires:

  1. je n aime pas le casanis
    http://guide.journaldunet.com/fiche/1843/pastis_de_marseille_45_vol.html#avisutilisateurs
    ni la droite dure enfin celle-là je la déteste!

    allez je vais m'aérer

    RépondreSupprimer
  2. Le candidat Nicolas Dublog nous donne à lire son discours de ce soir ? Et pourquoi ? Il a un apéro de prévu quelque part ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  3. Le Parti Démocrate est un nom qui existe déjà depuis 1981. Les Radicaux de Gauche, me semble-t-il.
    Bayrou a tout de suite pensé au Parti Orange, mais on lui a dit que c'était un peu téléphoné !
    :-)

    [Rubrique : Blague du Samedi après-midi !]

    RépondreSupprimer
  4. Un nom de parti ridicule, le PDF? Parti démocrate français.

    RépondreSupprimer
  5. peut on voter pour queklqu'un qui n'a pas d'humour (et ne boit pas de vin)?
    http://fr.news.yahoo.com/28042007/290/nicolas-sarkozy-s-est-plaint-de-sa-caricature-aupres-de.html

    RépondreSupprimer
  6. UNION PROGRES/U.P: fait l'"upé",phonétiquement...j'ai lupé le coche, non,non...

    RépondreSupprimer
  7. Fil,

    Oui,

    Les autres, la réponse à fil étant oui, je n'ai pas le temps de répondre (je ne suis pas comme NS, je prends l'apéro).

    RépondreSupprimer
  8. Le Centre Uni et Libéré ?

    Ok, je sors…
    :-)

    RépondreSupprimer
  9. Le Centre Organisé Nationalement

    RépondreSupprimer
  10. Le Centre Libre et Uni avec Bayrou !
    :=)

    [un petit tour en acronymie, c'est bon pour les neurones !]

    RépondreSupprimer
  11. Centre Organisé mais Uni et Indépendant Libre mais Libéral Egalement

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.