14 juin 2008

L'Europe par la fenêtre pour revenir par la grande porte

« L’Europe manque d’Eire » : c’est le titre que j’avais imaginé pour ce billet. Il n’est probablement pas original mais il m’amuse car il m’a sauté au nez comme mon copain Djibril saute une ménagère de plus de cinquante ans pourvu qu’elle dispose de suffisamment de chair pour en assurer la pitance.

C’était en lisant les quelques analyses du partisan de ce traité sur internet qu’il m’est venu. « Ils ne manquent pas d’air ! Ils n’ont toujours pas compris ». Il en reste en effet quelques uns qui continuent à parler d’un non « populiste » alors qu’il s’agit d’un non « populaire ». Laissons les rêver. Trois ans après le non Français, ils n’ont toujours pas analysé.

Tiens ! J’entendais François Bayrou sur France Info vers 18h15 hier. Lui a analysé et pourtant on peut difficilement la qualifier d’antieuropéen. Ca me fait mal de dire du bien de lui, mais tant pis. A un moment, il a interpellé le journaliste qui l’interviewait en ces termes (à peu près, faut pas déconner non plus) : « Vous, vous êtes un journaliste politique important, vous faites parti des 50 ou 100 français les plus informés, sur 60 millions. Hé bien, vous savez quels sont les sujets en cours de discussion à Bruxelles et à Strasbourg ? ». « Heu… non ».

C’est résumé. J’ai envie de rajouter « tout est dit » mais il y a d’autres raisons. Toujours est-il que le résultat est simple : l’Europe, on ne sait pas ce que c’est, ce qu’elle fait, à quoi ça sert…

Pendant la campagne présidentielle, Ségolène Royal avait dit « Il faut faire l’Europe par la preuve ». Elle avait parfaitement raison (ce que je disais déjà fin 2006) mais les eurotechnocrates se foutaient de sa gueule. Ils sont cons et nous ont pondu un texte encore plus incompréhensible que le précédent sans éclaircir le fonctionnement de l’Europe.

On lit souvent que les Irlandais sont des ingrats de voter non alors que l’Europe a assuré leur prospérité. Je rappelle que les Irlandais ne sont pas les seuls à avoir voté non, il a aussi les Hollandais et les Français même si ça me fait un peu mal au cul de dire du bien des Pays-Bas ce matin après la raclée d’hier soir.

J’entends maintenant des zozos indiquer qu’il faut un referendum Européen avec tous les électeurs qui votent le même jour et que c’est la seule solution pour refaire passer le traiter. Ca ne tient évidemment pas la route puisque aucune Constitution Nationale ne prévoit ça et c’est donc grotesque mais ça n’est qu’un détail. Il est surtout grave que ces Eurandouilles ne se rendent pas compte que le résultat serait le même. Plus de 50% des Européens diraient « Non ». La seule solution pour que le oui passe serait que les électeurs ajoutent au bulletin non « et vous commencez à nous les gonfler ». Ca rendrait nul ces votes.

Je vais donc leur expliquer calmement. Déjà, la moitié de la population s’en fout royalement ou n’y comprend strictement rien. Il y a donc 50% de votants. Les partisans du non sont nécessairement plus mobilisés que ceux du oui. C’est logique car dans les partisans de oui, la plupart (un peu comme moi, d’ailleurs, en 2005) pensent « bon, d’accord, prenons cette constitution puisqu’il en faut bien une pour sortir du merdier et le jour du vote, je préfère avoir le prétexte du vote pour éviter d’aller bouffer chez la belle-mère ». Alors que ceux du non pensent : « Ils commencent à nous les briser avec leurs trucs, ce n’est pas ça qu’on veut, la belle-mère ira se faire foutre, ce jour là, je vais voter pour freiner leurs délires ».

Pour résumer, il n’y a pas 10% de la population qui veut vraiment ce texte en pensant benoîtement « Oui, il n’est pas mal, c’est un bon compromis entre les désirs de toutes les nations » dont la moitié pense « Bon, on aurait quand même pu trouver mieux ».

Ceux qui restent (quoi, 5% ?) sont tous impliqués fortement dans la politique, se convainquent mutuellement de leurs idées et ne vont jamais discuter avec les gugusses au bistro. Ils ne comprennent pas. On ne va pas voter pour un non projet qui nous enfonce dans un système à bout de souffle auquel on ne comprend rien.

J’imagine quelques lecteurs hilares arrivés à ce stade de la note se préparer à écrire un commentaire « Ha ha ! Pauvre con ! C’est justement parce que le système est à bout de souffle, qu’il faut le changer ! ».

C’est ce qu’on me répondait déjà à chaque fois que le sujet est abordé. Mais le NON progresse. Ils n’ont rien compris.

Ca me rappelle samedi dernier. Une petite dame m’a appelé. C’était une vendeuse de fenêtres. Si ! Ca existe. Il y a des gens payés pour appeler des quadragénaires rondouillards pendant qu’ils bloguent pour tenter de leur vendre des fenêtres. Je lui ai dit : « Merci Madame, mais mon appartement n’a que vingt ans, mes fenêtres sont comme neuves ». « Vous savez, avec les nouvelles technologies, patati, patata, … » « Heu, Madame, je vais rester poli car je ne vous en veux pas mais, mais au revoir, bonne journée ».

Je suis probablement un connard de ne pas avoir voulu changer mes fenêtres pour bénéficier des progrès fabuleux de la science des fenêtres dans les vingt dernières années mais je n’ai pas que ça à foutre.

Les Eurandouilles pensent probablement que les électeurs sont des connards mais ça ne change rien au fond du problème. Il faut leur vendre du réel ! Mes fenêtres dureront encore bien 10 ou 20 ans avant qu’il faille réellement les changer.

Ce billet serait fini. Mais j’ai dit du bien de François Bayrou et des Hollandais. Il faut aussi que je dise du bien de Nicolas Sarkozy : il nous avait vendu un mini-traité qu’avait pu revendre ses partisans dans les commentaires des blogs. Ce mini-traité s’est transformé en usine gaz et a été recalé. On est encore plus dans la merde qu’avant. On n’a plus aucune légitimité pour faire de nouvelles propositions puisque les dernières ont abouti à un fiasco gigantesque mais parfaitement prévisible.

On assure la Présidence de l’Europe et notre TGH arrivera bien à nous sortir de ce bourbier.

Mais la prochaine fois, il faudrait réussir à le faire intelligemment, c'est-à-dire sans imaginer un texte presque cuit à l’avance, ce qui nous fait perdre deux ou trois ans à chaque fois.

Cette fois, ça va en prendre 10 ou plus car il n’y a probablement plus 36 solutions…

Il faut commencer par faire de la pédagogie. C’est un mot qui me fait toujours rire dans la bouche des politiciens. L’autre jour, un ministre, voire Nicolas Sarkozy lui-même, je ne sais plus, disait que la loi TEPA ne s’était pas accompagnée de suffisamment de pédagogie. C’est grotesque. Elle n’a pas marché car elle était nulle. Néanmoins, quand on a le carburant qui augmente et qu’on dit « on va baisser la TVA » puis, deux jours après, « On ne peut pas, c’est Europe qui nous en empêche ». Ce n’est pas une bonne pédagogie. Comment voulez-vous que les braves gens adhèrent à l’Europe quand on leur dit que c’est à cause d’elle que le budget carburant empêche de boucler les fins de mois ?

Après avoir compris ça et en espérant que les soutiens actuels de la droite Française se rendent bien compte que c’est une des grandes causes des échecs successifs (vous vous rappelez la TVA sur la restauration ?), il faut faire de la construction Européenne le principal enjeu de la prochaine élection… Européenne, dans un an. Je ne sais pas comment, mais il est temps que les Elections Européennes servent à quelque chose et c’est bien à nos élus de décider des textes qui seront présentés aux peuples, pas à d’obscures commissions de technocrates.

Il faut travailler dans le bon sens. La constitution doit vernir des peuples, des nations, … Ca me fait toujours mal de parler de nations mais c’est indispensable : c’est la souveraineté qui est en jeu. Donc le boulot pour préparer les nations à franchir le pas (je ne sais pas lequel et elles non plus, le débat reste à mener) doit être fait par les nations pas par l’Europe.

Ca veut dire que préparer un nouveau texte Européen ne sert strictement à rien. Il faut que les nations aient modifié leurs constitutions avant pour admettre pouvoir perdre un peu de souveraineté, ce qu’elles ne feront sans certaines précautions, j’espère ! C’est pour ça qu’il faut que les peuples voient le travail de leurs élus au Parlement Européen (notons d’ailleurs que les guignols qui ont transformé les élections Européennes en élection « super régionales » méritent des baffes, puisque ça éloigne encore plus le peuple de l’Europe) et qu’ils puissent décider de renforcer le pouvoir de ces élus. Pas des technocrates.

Ca prendra 20 ou 30 ans. Je sais. Je ne suis pas pressé. Ca ne m’empêchera pas d’aller prendre l’apéro avec les copains ce midi car je vous rappelle que la Comète rouvre aujourd’hui. Il est d’ailleurs fort probable qu’on y bouffe. Le Monde et l’Europe ne s’arrêtent pas de tourner contrairement à la Comète qui a stoppé 15 jours.

Pendant ces 20 ou 30 ans, ces technocrates pourront travailler pour sortir du pétrin dans lequel ils nous ont fourrés… qui nous oblige à insérer des putains de textes à caractère législatif (les traités, les directives et autres singeries) dans un truc qui se voudrait constituant.

Un dernier mot. On va sûrement avoir des gugusses qui vont trouver des solutions pour décoincer ça et nous faire bouffer un nouveau truc qui sera probablement encore refusé…. Mais s’il ne l’est pas, ça ne changera rien au problème de base… On ne construit pas l’avenir des peuples sans eux. C'est le problème de la démocratie...

Peut-être existe-t-il aussi d’autres solutions que la force ou une constitution pour permettre à différents pays de bosser ensemble dans la joie et la bonne humeur.


51 commentaires:

  1. Merde : je voulais être prem's ! Ouvrez-moi un compte à La Comète, et prenez une mousse ou deux dessus...

    RépondreSupprimer
  2. Le principe du "droit des peuples à disposer" d'eux-même devrait peut-être être inséré dans la Constitution Européenne.

    Cela nous permettrait peut-être d'avoir le droit de disposer de nous-même...

    ps je sais c'est exagéré ou provocateur. Pourtant, quel déni de démocratie au sein de l'UE. On n'est plus très loin de Brazil !

    RépondreSupprimer
  3. Didier,

    Je supprime le commentaire avant le vôtre, vous êtes prem's.

    La Comète a bien changé, ils ne veulent plus en faire un bistro (au sens où je l'entends) mais un resto. Je vais donc probablement changer de QG.

    Elmone,

    Oui. Déni de démocratie, c'est de la folie. Et c'est incroyable que nos dirigeants (de tous bords) ne s'en rendent pas compte.

    RépondreSupprimer
  4. En ce qui concerne l'Europe, je suis sidéré, depuis hier soir, d'entendre des journalistes et des représentants politiques expliquer tranquillement qu'il faudrait sans doute faire REVOTER les Irlandais. C'est la démocratie new style : ils ont mal voté ? Pouf ! un petit coup d'ardoise magique et on recommence. Et vous irez aux urnes jusqu'à ce que vous donniez LA bonne réponse, tas d'abrutis !

    On peut difficilement dire plus clairement en quel mépris on nous tient désormais.

    RépondreSupprimer
  5. Didier,

    Oui. Mais je n'en ai pas encore parlé, cette histoire est louche (une précédente fois, le nouveau vote semblait assez légitime).

    Mais vous avez raison : rien qu'oser le dire est à gerber.

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas, tu sais que je suis allé à Lille pour questionner Jouyet avec Marc Vasseur et Luc Mandret. J'avais vu un "européiste beat" nous expliquer que pour que l'"Europe" passe dans les esprits, il suffisait d'organiser une journée de l'europe. Avec de tels bouffons, on ne peut que s'étonner du résultat.

    Surtout que l'âne en question était la manager d'une chaine de TV dont le nom commence par "Euro".

    RépondreSupprimer
  7. Dagrouik,

    Oui, des bouffons.

    Tiens ! Pendant que je t'ai sous la main, on avait discuté une fois de "fédéralisme". Tu n'as pas un billet en stock où tu en parles que je pourrais resortir un de ces jours ?

    RépondreSupprimer
  8. Bah, les tchèques et les britanniques semblent être prêts à tout arrêter maintenant que les irlandais ont dit non.
    Alors, faire revoter les irlandais n'est pas le premier problème à traiter pour le moment...

    RépondreSupprimer
  9. Peut-être que simplement les peuples considèrent que l'Europe comme elle est est suffisante et qu'elle n'a pas vocation à aller plus loin.
    On a l'Euro, on peut se visiter tranquilles sans changer de monnaie mais on souhaite quand même garder son pays…
    La question de la construction européenne elle-même mérite d'être posée, non ?

    [Je rappelle que pour ma part, je suis pour une Europe des régions qui supprimerait les Etats. Y'a trop d'échelons !]

    :-)

    RépondreSupprimer
  10. @ Didier, je ne vous croyais pas capable du mot de Cambrone.Vous lachez du lest!
    Est-ce bine raisonnable?

    RépondreSupprimer
  11. pardon , est-ce bien raisonnable?

    RépondreSupprimer
  12. Christie : mais quelle image pouvez-vous bine avoir de moi ?

    RépondreSupprimer
  13. Je te jure que je ne t'ai pas plagié, Nicolas !

    RépondreSupprimer
  14. Mais je vous aime beaucoup cher Monsieur.
    J'ai de vous une image très "sympathique".

    RépondreSupprimer
  15. Dans les meilleurs termes possible !!lol

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. Il peut y avoir une raison plus simple : on peut se dire d'abord à la lecture du texte que l'on est plutôt pour le oui, et puis en avoir plus qu'assez d'entendre les arguments stupides, malhonnêtes et agressifs des partisans du oui. On finit donc par se rallier au non parce qu'on ne veut pas être dirigés par des gens qui disent que c'est ça ou rien, qui inventent un plan B pour dire qu'il n'existe pas, qui attribuent un plombier polonais à leurs adversaires sans que ceux-ci en aient parlé, qui font comme s'ils n'étaient pas responsables du désastre du traité de Nice (n'est-ce pas Moscovici ?) et qui montrent en tout temps une arrogance sans chercher le moins du monde à convaincre, mais qui se contentent de faire peur et de culpabiliser ou de diffamer en accusant tous ceux qui ne pensent pas comme eux d'être des vilains racistes ou des rétrogrades ou des nationalistes. Il y a une rhétorique technocratique qui ne passe plus.

    RépondreSupprimer
  18. Didier B,

    On est d'accord... Mais, vois ce que je disais à ton quasi homonyme : rien qu'évoquer de revoter parce que le premier vote était mauvais est une offense à la démocratie.

    Poireau,

    Je suis presque d'accord avec toi sur les régions. Le problème est de trouver le moyen que ça se fasse avec l'accord des braves gens.

    Christie,

    Didier Goux est parfois grossier. Heureusement qu'il n'écrit aucun bouquin avec des histoires de cul, ça serait odieux.

    Didier,

    Christie devait parler à Tonnegrande. C'est lui qui est réputé pour sa bine.

    Fiso,

    que fous tu là ? C'est mon blog politique ! (ce n'est pas reproche !).

    Christie,

    Tu dois mal le connaitre. Un jour, il viendra troller chez toi...

    Etienne,

    Quelle notion as-tu donc de la démocratie ? Tu es peut être pour, mais il est avéré que les peuples sont contre.

    Dominique,

    Oui, il y a plusieurs raisons et "l'arrogance technocratique" n'est pas la moindre.

    RépondreSupprimer
  19. Voyons, Nicolas : je trolle très souvent chez M'ame Christie ! J'ai mon couvert mis, mon rond de serviette, il y a toujours des glaçons dans le congelo : c'est une maison fort bien tenue...

    RépondreSupprimer
  20. Ouais, mais vous êtes chiant ! Vous trollez partout ! Comment voulez-vous que je suive ?

    RépondreSupprimer
  21. Et donc la question du jour est : bon et maintenant comment on continue à leur mettre profond aux européens qui n'en veulent pas de ce traité ?
    Ca semble leur seule reflexion : comment continuer !
    Bon sang, on est dirigé par des robots ou bien ?
    :-]

    RépondreSupprimer
  22. Oui. Ils ne pensent qu'à ça.

    RépondreSupprimer
  23. Didier vient déjà "troller" chez moi mais avec "grâce". Un jour je me suis permise d'effacer un commentaire par trop vulgaire.. choking..
    Je suis une dame prude. même si je tolère un Balmeyer dénudé mais pour la bonne cause !Je n'aime pas qu'on nous ampute de joyeuse compagnie, déjà qu'on dit jaune alors si en plus il faut rire sans pincer.. c'est plus de jeux..

    RépondreSupprimer
  24. Un truc pour décoincer le merdier dans lequel ils nous mis, les gugusses comme tu dis l'ont déja trouvé.Cela dit, je ne peux m'empêcher de dire merci aux irlandais.Leur vote désavoue déjà nos gugusses de droite comme de gauche qui ont voté oui à versailles

    RépondreSupprimer
  25. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  26. Mourad,

    Oui, on peut remercier.

    Etienne,

    Prends du recul bordel ! Et ne compare pas ce qui n'est pas comparable. Tiens ! Tu parles de Mitterrand. En 1992 (si ma mémoire est bonne), il a présenté aux Français un referendum pour l'Europe. Pour l'Euro, plutôt.

    Le oui est passé. D'extrême justesse, ne l'oublions pas. Mais c'était un projet. Là, il n'y a aucun projet.

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  28. Etienne,

    Arrête de vouloir défendre l'indéfendable.

    Tu me demandes si j'ai lu le traité ! Non. Il est illisible.

    Tu me demandes si les électeurs doivent faire confiance à ses élus ry tu me fais un couplet sur la démocratie participative. Fais un sondage auprès de 10 potes à toi et demande combien connaisse ne serait-ce que 3 députés Européens.

    Tu me dis que le peuple a ratifié le truc par l'intermédiaire des élus. Non. Sarkozy avait promis un traité simplifié. Celui là ne l'est pas.

    Tu me dis que le PS a voté le truc en France. Relis mes billets à l'époque. Ca fut une grosse connerie.

    Maintenant, relis mon billet calmement. Le traité améliore peut-être le traité de Nice mais on s'en fout : l'Europe se fait contre son peuple ce qui ravive les nationalismes divers. Le nouveau traité ne fait qu'en rajouter une couche parce que les gens ne comprennent pas, ce qui n'est pas une critique sur les gens mais sur les textes.

    Il y a un dramatique déficit de démocratie, ce qui est amplifié par les zozos qui parlent de faire revoter les Irlandais.

    RépondreSupprimer
  29. Etienne : si le peuple ne comprend pas, la solution n'est pas de passer en force mais d'expliquer.
    C'est la différence entre la démocratie et la dictature, fut-elle bureaucratique !
    :-)

    RépondreSupprimer
  30. Et si elle est incompréhensible, il faut la faire autrement.

    RépondreSupprimer
  31. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  32. Non ! Il n'est pas bon pour l'Europe car il vise à renforcer un bazar technocratique ce qui va faire baisser la notion de citoyenneté dans l'esprit des gens.

    Et non ! Il n'est pas simplifié. Le précédent (pour la Constitution) était simple et lisible (mais il aurait du se réduire à la première partie), pas celui-ci !

    RépondreSupprimer
  33. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  34. "les peuples sont cons", "ils votent mal", "ils ont besoin d'être guidés"...

    What else ?

    L'homme qui était plus intelligent à lui tout seul que 5 millions d'Irlandais...

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. Etienne,

    Ouvre donc les oreilles. Les Français n'ont pas accepté le texte, ils ont voté pour des types qui ont voté pour, programme perdu au fond d'une campagne électorale...

    On n'en veut pas. Faut-il te l'écrire en gras ?

    RépondreSupprimer
  37. A part ça, ce n'est pas moi qu'il faut convaincre... (j'avais d'ailleurs voté pour en 2005... mais je respecte la démocratie), ce sont les électeurs.

    RépondreSupprimer
  38. et c'est toi qui me dit que mes billets sont trop long... en tout cas je constate que nous sommes d'accord.
    Bizz
    à bientôt

    Gaelle

    RépondreSupprimer
  39. Ca s'arrose ! (tu dis ça parce que j'ai dit du bien de Bayrou ?)

    RépondreSupprimer
  40. "Ce qu'on dit les Irlandais, il ne représente qu'eux même. On continu sans l'Irlande"

    Et ce que tu dis ne représente que toi même.
    Moi j'ai envie de continuer avec l'Irlande. On fait un vote ? Je parie que (une fois encore) tu seras minoritaire.

    Si j'avais pu voter, j'aurais dit non a ce traité, c'est pas pour autant que je ne veux pas de l'Europe.

    RépondreSupprimer
  41. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  42. "On ne construit pas l’avenir des peuples sans eux"

    c'est très exactement le fond de ma pensée.

    Merci de ce bel article, plus étoffé et argumenté que le mien (mais je n'ai pas le niveau 'francais csp+ qui sait que l'europe est bonne pour mes sicav', ca doit être ca)

    ErwanéBruno
    http://etmaintenantlyon.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  43. Etienne,

    "Et l'Irlande nous rejoindra, j'en suis persuadé. Ils sont septiques mais aiment l'Europe."

    Encore une fois, ça ne change rien au fond du problème. Tu es trop angélique.

    Erwanébruno,

    Je vais aller lire ça.

    RépondreSupprimer
  44. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  45. Etienne,

    Vous allez commencer à me fatiguer... Relisez mon billet... Et vous verrez que c'est justement parce que des gens comme vous ne comprennent pas, refusent de comprendre, que l'Europe ne passe pas, parce qu'elle n'est pas faite pour les gens.

    De quel droit, vous, vous pouvez dire que les peuples ont tort ? Si vous êtes contre la démocratie, dites le, ça accélèrera le débat !

    RépondreSupprimer
  46. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  47. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  48. Etienne,

    Quand j'écris "vous commencez à me fatiguer" pour commencer un billet, c'est que je souhaite mettre fin au débat.

    Vous restez bloqué dans vos positions à essayer de me convaincre que j'ai tort. Vous n'y arrivez pas et plus vous tentez de le faire plus je constate que j'ai raison : les euroconvaincus sont incapable d'écouter les proeuropéens qui veulent une autre Europe.

    Vous débarquez avec un sentiment de supériorité en prétendant que les gens ne connaissent par leur sujet et qu'ils devraient faire confiance aux élus. Figurez vous que si j'ai changé d'avoir entre 2005 et maintenant, c'est non seulement que j'ai analysé les résultats du referendum (vous pas manifestement) mais aussi qu'avec le boulot, j'ai du me pencher sur les circuits de décision (je bosse dans les "moyens de paiement" et je prépare la banque qui m'emploie à rentrer dans ce bazar).

    Enfin, c'est un peu trop facile d'accuser les autres de démagogie quand on n'est pas d'accord avec eux.

    RépondreSupprimer
  49. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  50. Etienne,

    "J'aimerais maintenant que vous me laissiez avoir le dernier mot".

    Pas du tout ! De toute manière, c'est mon blog, je l'aurai...

    Non, je pense juste que le débat est parfois stérile dont inutile, nous n'arriverons pas à nous convaincre mutuellement.

    Néanmoins, géné de vous avoir "coupé la parole", j'ai fait un autre (même deux) ce matin.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.