04 juin 2008

La gauche et moi

Depuis hier, je rumine ce billet de Peuples.net. Le taulier est, comme moi, un vieux "vigilant" : à l’échelle des blogs, ça veut dire que nous trainons tous les deux depuis près d’un an dans le top 30 des blogs politiques. Nous fréquentons nos blogs mutuels depuis longtemps.

Ce billet, je l’ai lu avec un regard spécial chez Agoravox. J’étais tombé dessus par hasard (ou presque) car mon blog y est cité. Je me disais bien l’avoir déjà lu mais je ne savais plus qui en était l’auteur. Curieux de savoir ce qu’un anonyme disait du fond du cœur après avoir dit du bien de mon blog, j’ai lu à fond… jusqu’à la signature, qui m’a valu un éclat de rire trouvé suspect par mes collègues de bureau.

C’est un peu comme si vous tombiez sur ce billet chez Cozop.

Je voulais faire comme le taulier et parler de mon rapport avec la gauche. Mais l’inspiration ne vient pas. En fait, je vis les débats au sein du Parti Socialiste d’assez près maintenant que je connais assez bien les militants blogueurs : ça nous vaut quelques engueulades mais l’amitié et le respect restent intacts. Mais c’est fatigant. On se chamaille pour des conneries alors qu’on partage un idéal de société, exprimé avec des mots différents mais c'est bien le même idéal.
Par exemple, les débats de l’autre jour sur le libéralisme suite à la sortie de Delanoë étaient presque ubuesques. Nous sommes tous partisans des libertés à la condition qu’aucun citoyen ne soit laissé de côté : la vie économique doit donc être encadrée et les moyens mis en commun par la solidarité nationale importants.

Ca se traduit par différents propos… mais les résultats sont généralement les mêmes. Je pense que la plupart des électeurs de gauche sont à peu près d’accord avec moi mais les militants du PS (et surtout les dirigeants) l’oublient souvent ce qui aboutit à des querelles dévastatrices dans l’opinion. C’est d’autant plus grave qu’on en arrive à des querelles de personnes. Quand on tape sur Martine Aubry, Ségolène Royal, Jean-Christophe Cambadélis, Bertrand Delanoë, Benoit Hamon, François Hollande, Pierre Moscovici ou les autres (sauf Manuel Valls), c’est sur le PS qu’on tape.

Cela dit, il faut bien que le débat se fasse mais, auparavant, il était uniquement au sein des partis et nous n’en savions que ce que les médias voulaient bien nous en dire. Maintenant, il se fait sur les blogs, c'est-à-dire que les méchancetés diverses sont ouvertes à tous. Ce n’est pas catastrophique. Les blogs politiques sont lus, tout au plus, par quelques milliers d’individus, chaque billet est, quant à lui, lu par, au plus, quelques centaines de personnes, toutes politisées (le billet n’aura donc aucun impact « électoral »).

« Les méchancetés diverses sont ouvertes à tous » disais-je. Mais je suis parmi ces « tous » et ça m’énerve…

Il y a deux autres principaux sujets qui nous unissent.

Le premier est la lutte contre la droite Française qui, non seulement mène une politique complètement contreproductive pour l’économie, presque dévastatrice, mais se fait un malin plaisir à revenir sur des années, voire des siècles de progrès social. Ils nous expliquent qu’ils font ça au nom de la modernité mais j’ai du mal à comprendre en quoi c’est moderne de travailler plus ou de « payer » des franchises médicales.

Dévastatrice ? Oui. Je ne vais pas m’étendre mais quand GDF et Suez seront totalement la propriété de fonds de pension Américain, je ne vois pas comment on pourra rebâtir une industrie nationale…

Le deuxième est la lutte contre le style de gouvernance qui se fait dans un total mépris de la République et de ses institutions. Nicolas Sarkozy s’est ressaisi en début d’année après un mauvais cap (la réception de Kadhafi, l’annonce de sa relation avec Carla Bruni chez Mickey, …) mais le fond n’y est toujours pas.

Un bel exemple est la prestation et l’arrogance de Rachida Dati devant l’Assemblée Nationale. On n’avait pourtant pas besoin de ça pour se demander si son maintien au gouvernement est légitime. Jugez par vous-même. Sarkofrance nous donne la vidéo.

J’en profite pour lui piquer l’illustration de ce billet qui nous fournira un deuxième exemple qui ne nécessite pas de commentaire. Le Monsieur dans le joli fauteuil compte les expulsés. La politique : des chiffres. Ce n’est pas de ça dont nous voulons.

41 commentaires:

  1. J'ai vu la prestation de Dati à la télé. Elle a éffectivement pêté les plombs. Pourtant, ce que je retiens c'est les mugissements des gens de la gauche et surtout l'absence de réaction de la droite devant une collègue seule et attaquée...
    Ca doit être mon côté vieille France ...

    RépondreSupprimer
  2. bravo !

    puisse tu être entendu car apparemment Valerio Motta avec son joli logo "pas taper, réfléchir ensemble" ne l'est pas

    pour moi le pire scénario serait celui qui se déroule aux USA où les primaires n'ont pu que fortement perturber les élect(eu)rices du camp démocrate (moi en tout cas je le serais ! près de 20 milliards de dollars dépensés pour départager deux candidats du même camp !)

    RépondreSupprimer
  3. Elmone,

    Attaquée ? Elle est huée parce qu'elle bouffonne les mêmes insultes contre la gauche alors que le sujet n'est pas "droite gauche".

    Gaël,

    Merci. Effectivement, Valério n'est pas entendu... Ou plus exactement certains ne retiennent qu'une partie de son appel.

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas, je sais (j'ai dit qu'elle avait pêté les plombs), mais quand même .....

    RépondreSupprimer
  5. A propos de l'appel de Valerio, je trouve que chez beaucoup de socialistes, et particulièrement chez les royalistes, on retient de l'appel 'Pas taper' surtout le 'Pas taper sur nous'.
    Evidemment, c'est une perception perso, vu de l'extérieur du parti. N'empêche que les royalistes gagneront en crédibilité le jour où ils arrêteront de transformer Royal en Sainte Blandine souffrant le martyr.
    Et ça ne fait pas de moi un Delanoïste, rontidjuuuu. :-)

    RépondreSupprimer
  6. Elmone,

    Elle s'adressait en tant que Ministre devant les élus du peuple. Elle les insulte. Il est normal qu'ils s'offusquent. On a vu des députés quitter une séance pour moins que ça.

    Ant,

    Dans mes bras !

    RépondreSupprimer
  7. @nicolas
    Faudra qu'on se reoncontre un de ces jours, on semble avoir bien des points communs.
    Une tite bière pour faire glisser la discussion, et on est encore capables de fonder un nouveau parti politique :-D
    (joke)

    RépondreSupprimer
  8. Ant,

    C'est ce que je constate aussi. Par contre je ne bois jamais de bière. Sauf quand j'ai soif.

    RépondreSupprimer
  9. parler avec Antoine doit donner soif !

    RépondreSupprimer
  10. En fait, j'ai rarement pas soif. Ca doit provenir de la pollution à Paris.

    RépondreSupprimer
  11. Ecouter Nicolas dois donner soif aussi.

    RépondreSupprimer
  12. Je ne m'attendais pas à quelqu'un de si drôle, de si vivant. Son physique, son charme, son intelligence m'ont séduite. Il a cinq ou six cerveaux, remarquablement irrigués. Je n'ai pas connu de crétins auparavant, ce n'était pas mon genre. Mais lui, ça va très, très vite».
    Et voilà, maintenant nous savons que si le prochain leader de la gauche n'a pas un minimum de 7 cerveaux, les tops model qui chantent ne voteront jamais à gauche!

    RépondreSupprimer
  13. Moi qui suis de gauche sans vouloir être militant de quelque parti que ce soit, je ne peux qu'approuver tes propos. C'est désolant de faire ainsi le jeu de la Droite, mais on n'a pas fini d'en voir le bout à mon avis...

    RépondreSupprimer
  14. Superpado,

    De qui tu parles ? "chanter" ?

    Dominik,

    Je suis un peu comme toi... mais sans choisir (et sans adhérer) j'ai choisi ma famille : le PS... Le bout du tunnel me semble en effet assez loin.

    P.S. : Merci pour le lien dans ton billet (mais j'ai un problème technique avec over-blog où je ne peux que rarement commenter).

    RépondreSupprimer
  15. Juste un problème pour moi :
    on ne se bat pas contre la droite, mais contre ses idées conservatrices et ses idées anti-progressistes (en fait, on se défend surtout, c'est eux qui attaque notre progressisme ^^).

    Pour le reste je suis plutôt d'accord.

    RépondreSupprimer
  16. C'est vrais, susurrer aurait été plus juste!
    http://www.lefigaro.fr/politique/2008/06/04/01002-20080604ARTFIG00321-les-nouvelles-confidences-de-carla-bruni.php

    RépondreSupprimer
  17. Etienne,

    Je suis totalement d'accord avec toi. Quand je regarde mon blog, y compris avant la présidentielle, je constate que je passe plus de temps à taper sur la droite qu'à défendre les idées de gauche.

    C'est aussi pourquoi il est temps que le PS se remette au boulot !

    Superpado,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  18. Un des plus gros problèmes de la gauche en ce moment, c'est d'arrêter de se défendre et donc de faire le jeu de la droite puisque c'est elle qui maitrise "l'ordre du jour".
    Vivement les propositions pour un programme politique qu'on puisse respirer un peu !
    :-)

    [Cela dit, y'a du boulot pour tout reconstruire maintenant !]

    RépondreSupprimer
  19. Poireau,

    J'imagine qu'il y a des gens qui s'occupent à reconstruire mais leurs propos sont occultés.

    RépondreSupprimer
  20. Défendre les idées de gauche plutôt que de simplement attaquer la droite, ça me parait évident.

    Mais au même titre que la recherche fondamentale à besoin de la recherche appliquée pour que les gens comprennent que la recherche, c'est bien, les idées de gauche ont besoin qu'elles soient transformées en propositions.

    Par exemple, "il faut réguler le capitalisme"... Ok, c'est très bien, ça me parle. Et ?
    Comment on fait ? Quelle est la proposition concrète ?

    RépondreSupprimer
  21. Euh... j'ai appuyé sur le bouton trop tôt.
    Enfin, bref, pour conclure...

    Défendre des "idées", c'est bien. Lutter pour des propositions concrètes, ça me parlerait plus.
    C'est ce qui fait la force de la droite aujourd'hui : même si leurs solutions aux problèmes sont nulles, elles existent.
    De l'autre coté, on a des idées. Et ce n'est pas suffisant pour les français, qui ont besoin de concret.

    Sinon, vive la gauche, envers et contre tout.

    RépondreSupprimer
  22. Didier,

    Oui, il faudra bien, un jour, débarquer avec des propositions concrètes.

    Vive la gauche !

    RépondreSupprimer
  23. Quand on tape sur Martine Aubry, Ségolène Royal, Jean-Christophe Cambadélis, Bertrand Delanoë, Benoit Hamon, François Hollande, Pierre Moscovici ou les autres (sauf Manuel Valls), c’est sur le PS qu’on tape.

    Et gros +1. Et même +2, pour la parenthèse.

    RépondreSupprimer
  24. Benjii,

    Il y a des parenthèses importantes.

    RépondreSupprimer
  25. Au PS : d'évidentes querelles de personnes emballées par de la théorie...

    Les militants marchent à fond, j'ai l'impression, kiké le plus libéral, kiké le plus social, le libéralisme contre la mort, etc.

    Comme si le programme du PS allait être décidé par Royal ou Delanoë seuls !

    RépondreSupprimer
  26. 'tain ça cartonne ici...
    Puissent nos amis soc' vous entendre, mes camarades... (wishful thinking, comme on dit chez les chapeaux-melons-à-la-balmeyer)

    RépondreSupprimer
  27. Yes !

    On devrait monter un nouveau parti rien qu'à nous.

    Je serai le chef pour éviter les problèmes.

    RépondreSupprimer
  28. Ouais allez tiens, mais bon, organisons des primaires, quand même.

    RépondreSupprimer
  29. @balmeyer tu te doutes bien qu'il sera le seul candidat !

    RépondreSupprimer
  30. Balmeyer,

    Avec des engueulades publiques pendant 4 ans ?

    Gaël,

    Tu crois ?

    RépondreSupprimer
  31. Au fait, nicolas tu as combien de cerveaux toi?

    RépondreSupprimer
  32. Mais c'est bien sur, si sarko boit pas , c'est qu'il a un cerveau à la place du foi. La question est de savoir s'il a un coeur.....

    Pour fêter cette découverte, c'est ma tourné!

    RépondreSupprimer
  33. on est vraiment trop démocratique à gauche. regarde un Chirac ou un sarko comment ils ont "volés" le parti. Si cela se passait au PS...Il y'aurait immédiatement 6 partis générés dans la foulée.

    Bref un an de blogosphère ça use, ça use...5 ans ......

    RépondreSupprimer
  34. Kévin,

    J'attends ta tournée...

    Peuples,

    Il reste du boulot !

    RépondreSupprimer
  35. En fait ce qui fédère la gauche c'est le côté "contre", c'est pas rassurant pour relevé un partie.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.