27 juin 2008

Un Président, une télé publique et des blogs de droite

Tiens ! Les nouvelles économiques sont mauvaises. La dette publique continue d’exploser, la croissance ce casse la gueule et le chômage repart à la hausse, indexé sur le cours du pétrole qui bat de records en records


Après on s’étonne que le moral des Français soit au plus bas. Il faut dire que leur Premier Ministre dit des bêtises : « Depuis un an, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, la France est en train d'accomplir une mutation culturelle (...) Nous sortons du relativisme culturel et moral que la gauche française des années 1980 avait diffusé dans le pays ».

La mutation culturelle, c’est le bénéfice de TF1 ?

Non ! C’est de faire désigner le patron des chaînes publiques par le Président de la République.

Et voilà ! Nous avons maintenant des blogueurs de droite qui critiquent des blogueurs de gauche, voire toute la gauche, qui critiquent cette mesure. On ne serait pas objectif !

Il me faut donc leur répondre ce que je vais faire pour occuper ma pause déjeuner plutôt que de relayer des pétitions incongrues.

Tout d’abord, disons-le franchement : s’il fallait qu’ils soient objectifs, les blogs ne seraient plus rigolos.

Ensuite, la méthode utilisée par Nicolas Sarkozy est tout-à-fait condamnable et, loin du sujet de la polémique, mérite largement qu’on s’y attaque. Le Monsieur met en place une commission dirigée par une éminente personnalité politique qu’on peut ne pas aimer (d’ailleurs, je dois avouer…) mais qui est tout de même le probable futur successeur de Nicolas Sarkozy à la tête de la droite française et qui est Président du principal groupe à l’Assemblée. Jean-François Copé était entouré, dans cette grosse commission, par un tas d’individus fort compétents même si certains refoulent un peu du goulot à ce qu’on m’a dit.

Nicolas Sarkozy montrait ainsi sa volonté de pratiquer l’ouverture, de consulter large, … Le jour de la publication des résultats, il annonce un bazar qui n’a que très peu de rapport avec les cogitations de la commission. Et la gauche n’aurait pas le droit de dénoncer ça ?

C’est bien du foutage de gueule. Tout ce qu’il veut, en fait, c’est permettre au privé de gagner plus de pognon. Et la gauche n’aurait pas le droit de dénoncer ça ?

Par ailleurs, une des principales mesures consiste à rajouter un niveau de taxe pour certains industriels ce qui va l’encontre totale de la moindre idée libérale… et surtout, encore une fois, est probablement interdit par l’Europe, le machin que nous tentons de construire avec nos camarades et que Nicolas Sarkozy se prépare à montrer comme bouc émissaire quand sa mesure sera refusée.

Enfin, l’audiovisuel, en France, a une certaine histoire. Il a fallu des années et des années pour mettre en place le CSA qui donnait à peu près satisfaction à tout le monde. Rappelez-vous la Haute Autorité et la CNCL !

Ca fait à peu près 20 ans que ça tourne. Nicolas Sarkozy enlève une prérogative importante du CSA uniquement pour des raisons personnelles et obscures, sans aucune concertation et à l’occasion de l’étude d’un sujet qui n’a rien à voir, puisqu’à l’origine il s’agissait de supprimer la pub sur les chaînes publiques.

Certes, les membres du machin sont nommés par l’exécutif mais ils ne font pas leur boulot dans les bureaux de l’Elysée.

Les gugusses de droite utilisent l’argument qui tue : « Nicolas Sarkozy n’a pas le temps de tout contrôler ». Ils veulent dire que les chaînes pourront continuer à faire ce qu’elles veulent, qu’il n’y a pas de différence entre après et maintenant puisque les patrons de chaînes ne sont jamais nommés sans l’accord du Président !

N’importe quoi !

Ils n’ont justement pas compris le danger de tout ça.
Nicolas Sarkozy met des hommes à lui pour tout maîtriser et il aura probablement un cabinet quelconque qui sera chargé de donner des consignes aux chaînes publiques ! (et privées aussi, probablement, mais la question est ailleurs).

Le CSA avait un sens dans une démocratie en état de marche. Mais la France n’est plus une démocratie en état de marche… vu que le Président prend des décisions qui n’ont rien à voir avec le résultat des consultations opérées.

Alors ? Soit c’est un surhomme, soit on fonce à la catastrophe…

Chers blogueurs de droite, on se titille, on s’engueule, mais avant de critiquer l’opposition quand elle s’oppose (d’ailleurs, sur le sujet, l’opposition va jusqu’au Nouveau Centre, voire une partie de l’UMP), réfléchissez donc à vos propos. Vous dites ne pas marcher dans les jambes de Nicolas Sarkozy et prétendez garder un libre-arbitre !

Alors faites-le aussi quand Nicolas Sarkozy s’attaque à la démocratie.

30 commentaires:

  1. t'es de gauche tu peux pas comprendre.. ça dépasse notre intelligence ...

    RépondreSupprimer
  2. C'est donc vrai, il y en a qui trouvent que c'est du progrès ??

    Si c'est ça la rupture ...

    RépondreSupprimer
  3. Euh... Il y a un truc que j'ai remarqué dans le bordel sur la télévision, une sorte de rengaine : Le président veut nommer le président de France Télévision pour mettre fin à l'hypocrisie.

    C'est drôle non ? La rupture, finalement, c'est faire comme avant, mais sans se cacher et ça devrait nous rassurer et surtout faire taire les opposants.

    C'est vrai qu'une dictature honnête, c'est mieux...

    RépondreSupprimer
  4. Marc,

    Ah ?

    Elmone,

    Oui !

    Didier B,

    C'est beau.

    Nicolas J,

    Tu pourrais te crever un peu le cul pour tes réponses aux commentaires.

    RépondreSupprimer
  5. Tu oublies sciemment de parler du 3/5e au parlement... Peut-être parce que çane t'arrange pas.

    En tout cas je préfère te lire parler de fond, comme ici, plutôt que de balancer comme hier cette absurde comparaison avec l'ORTF. Qui encore une fois, ne doit pasmasquer le reste!

    Personnellement,puisque tu me vises implicitement, j'ai écrit que j'en avais assez de lire des choses pas justifiées, répétées comme un seul homme sans réflexion derrière. Il y a un type qui parle de l'ortf, et hop! on parle tous de ça.

    Je n'ai jamais dit que le projet global sur la télé publique était bon. En tout cas, l'état actuel du service public audiovisuel n'est pas bon. C'est un fait.

    Et je suis très étonné qu'à gauche, sans doute par plaisir de s'opposer, on n'agrée pas à la suppression de la pub. La pub, c'est la consommation, c'est un symbole de capitalisme, et ça ne vous embête pas? ;)

    Franchement, entre écouter inter, info, ou europe 1, tu ne ressens pas un plaisir particulier sur les deux premières, oùil n'y a peu ou prou pas de pub?

    RépondreSupprimer
  6. Chafoui, ce que tu écris est intéressant.

    Mais reconnais que dans le contexte (TF1 pro sarkoziste, journaux appartenant à des membres de l'UMP ...), la décision de nomination "par le Président" du PDG des chaines publiques, fait mal ...

    RépondreSupprimer
  7. d'ailleurs le chafouin donne un argument massue "vous hurlez au loup sans le début d'une preuve c'est tout !"

    Ca te crucifie sur place non ?

    et lui il n'est toujours pas de droite il soutient sarko sur 95% unique parce qu'il est lui objectif. c'est tout !

    RépondreSupprimer
  8. Le Chafouin,

    Je ne te vise qu'à moitié, il y a Authueil aussi et surtout d'autres qui ont commenté hier moi et quelques trucs que j'ai lus sur Cozop. Quand je vise quelqu'un, je mets des liens sauf quand je suis en colère...

    Par ailleurs, avant de répondre à ton com., sur l'ORTF je ne suis pas le seul. Parler du fond ne nécessite pas de faire une dissertation de 5 pages. Dire en trois mots qu'on n'est pas d'accord avec la décision du Président parce qu'elle nous fait faire un retour en arrière de 40 ans suffit largement... Enfin... aurait du suffir puisque je dois maintenant faire un deuxième billet.

    Si on parle tous de l'ORTF, c'est parce que ça saute aux yeux et c'est Nicolas Sarkozy himself qui a mis le sujet sur la table. C'est d'ailleurs à peu près son seul mérite : donner des sujets pour les blogs.

    Pour ce qui concerne le Parlement, attendons le texte définitif... et ça ne change pas grand chose au problème.
    1. Une loi, ça se change (donc le contrôle parlement pourra sauter).
    2. Le Parlement est à la botte du Président sur plein de sujet. Les parlementaires ne vont pas s'opposer sur une broutille.
    Car ils ont mieux à faire ! Ce n'est pas le rôle du parlement de voter pour un dirigeant d'entreprise !

    "Je n'ai jamais dit que le projet global sur la télé publique était bon." Non ! Mais comme tu critiques ceux qui le critiquent, ça revient au même.

    Pour ce qui concerne la pub, j'avais donné mon avis il y a quelques temps. J'avais dit en gros que c'était une relativement bonne idée mais qu'il fallait trouver un financement qui ne pouvait qu'être l'impôt. J'avais néanmoins dit aussi que j'étais bien content car je suis actionnaire de TF1 et j'allais gagner plein de sous grace à cette mesure... En d'autres termes : encore un truc bon pour Martin Bouygues, parain du fils Sarko ou un truc comme ça.

    Enfin, j'écoute en effet beaucoup France Inter et France Info (mais les quelques pubs sont à chier). Mais je ne regarde presque jamais la télé.

    RépondreSupprimer
  9. Il y faudrait tout de même un minimum de logique ! Voilà plus d'un an que je vous entends hurler parce que les chaînes publiques seraient à la botte de Srkozy. Et, aujourd'hui, vous poussez les mêmes cris d'orfraie parce que les chaînes publiques vont bientôt être à la botte de Sarkozy !

    De toute façon, les chaînes publiques ne sont pas à la botte de Sarkozy : elles sont à la botte du pouvoir quel qu'il soit, et, plus généralement, à la botte de la pensée dominante du moment.

    Cela étant, je n'approuve évidemment pas le projet de faire nommer les patrons de chaînes directement par l'Élysée. (Même si le CSA, n'est-ce pas...)

    RépondreSupprimer
  10. Didier,

    On ne gueulait pas parce que les chaînes publiques étaient à la botte de Sarkozy mais parce que tous les médias étaient à sa botte.

    Celà dit, le nouveau truc n'est pas une "révolution" mais juste un nouveau signe d'un paysage politique qui change.

    RépondreSupprimer
  11. @Nicolas

    Depuis quand l'UMP a 3/5e des députés? On voit bien sur les institutions qu'il faut l'accord d'une vingtaine de députés PS pour arriver au but (ou pas).

    P.S tous les médias sont à la botte de sarkozy, dis-tu? C'est ce genre d'assertion hâtive que je m'élève.

    @Marc

    Je suis d'accord avec 95% de ce que dit Sarkozy? Ridicule.
    C'est marrant que tu te sentes visé alors que tu n'as pas écrit sur la question.

    @Elmone

    Je suis bien d'accord mais on ne peut pas toujours gueuler par rapport au contexte, sinon ça devient de l'opposition systématique. Je comprends qu'on puisse penser cela, mais il faut un peu justifier.

    RépondreSupprimer
  12. Cette décision en elle-même confirme une orientation autoriste du Pouvoir Exécutif...
    Et ne me dis pas que les députés UMP ont voie au chapitre (tout au moins ceux qui vouf=draient en placer une).
    Je ne sais même plus d'ailleurs où est Nicolas Dupont Aignant

    RépondreSupprimer
  13. Le Chafouin,

    Crois-tu que les 577 députés vont se déplacer pour aller voter ? Comment cela va-t-il se passer s'ils ne sont pas d'accord ? On prend qui pour diriger ? Quels article de la constitution définit cette notion de majorité qualifiée pour le vote d'une simple loi ou d'une nomination ? Quelle article de la constitution (actuelle ou future) dit que le Parlement ou les assemblées DOIVENT voter oui à la "majorité qualifiée" pour un texte autre que constitutionnel ?

    Arrête d'apporter de l'importance à une broutille ridicule qui pourra être balayée d'une simple loi...

    Ne recommençons pas le débat sur le Sarkozysme des médias. On Marianne 2 qui joue au troublions et le nouvel obs qui des fois se laisse aller. Presque tous les médias appartiennent à des groupes de presse dont les patrons sont assez proches de Sarkozy et, surtout, sont diablement opposés à la gauche... Sauf qu'elle leur fournit des lecteurs et donc des clients.

    RépondreSupprimer
  14. Le Chafouin,

    Je reviens sur la "majorité qualifiée" et je me fais aider par le monde.

    "Enfin, le chef de l'Etat a souhaité que le futur président de France Télévisions soit "nommé par l'exécutif après avis conforme du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), et sous réserve qu'une majorité qualifiée de parlementaires n'y fasse pas obstacle". "

    Il n'y a absolument rien sur un vote des 3/5ème du parlement !

    Il y a un truc sur "une majorité qualifiée" (nulle part définie à ma connaissance) pour s'opposer à la nomination.

    RépondreSupprimer
  15. Tu mitrailles assez large. A quels blogueurs de droite fais-tu référence ? Je trouve que les arguments sont plutôt divers suivant les blogs. Pour ma part, le fantasme de l'ORTF agité par certains est à la limite du ridicule : il y a plus à craindre de la part de TF1 que de France 2 en matière de pilotage politique de l'info. Le vrai problème est ailleurs et ce que je regrette, c'est que la Gauche préfère s'égosiller sur le micro-sujet du président de France Télévisions.

    RépondreSupprimer
  16. @chafouin

    je crois que j'ai un peu écrit sur la qestion mais ... quand nicolas parle d'ortf je le trouve gentil

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  18. son excellence peut elle nous donner cet ailleurs ?

    RépondreSupprimer
  19. Personnellement, je trouve excellent le billet d'Authueil sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  20. @Nicolas

    Majorité qualifiée ça veut dire 3/5e...

    RépondreSupprimer
  21. Le président de France Télévisions sera nommé par le gouvernement sur avis conforme du CSA. Les parlementaires devront approuver ce choix à la majorité qualifiée (...) La nomination du président de France Télévisions devra être validée par les commissions des Affaires culturelles du Sénat et de l'Assemblée nationale à la majorité qualifiée des 3/5 ", lit-on dans Le Point.

    RépondreSupprimer
  22. Oups ! pardon : le billet avait déjà été lié par un commentateur à la suite de votre précédent message !

    (Sauf que, moi, je l'ai fait proprement...)

    RépondreSupprimer
  23. On le prenait pour Napoléon alors qu'il se rêve Pompidou, quelle tristesse !
    :-)

    RépondreSupprimer
  24. Toréador,

    Je fais référence à plein de blogs... qui ont décidé que c'était un microsujet.

    Didier,

    J'ai lu ! Mais votre science des liens est exemplaires.

    Chafouin,

    Tu devrais lire le Monde... et bien préciser, quand tu parles des 3/5 qu'il s'agit d'une commission, pas du Parlement.

    Poireau,

    Oui, mais Napo n'avait pas la télé.

    RépondreSupprimer
  25. deux commissions, même, où il y a des socilaistes, et où leur accord sera nécessaire!

    Il faudra 3/5e de oui pour que ça passe, je te le répète, ici ou sur ton annexe. Le monde se plante, c'est tout!

    RépondreSupprimer
  26. Jegoun, je crois ne pas t'avoir encore tagué une seule fois. C'est désormais chose faite. A toi les joies de la lecture et des livres. Et le fait de ne lire que l'Equipe ne te dispense de rien :-)

    RépondreSupprimer
  27. "sous réserve qu'une majorité qualifiée de parlementaires n'y fasse pas obstacle"

    Chafouin, je ne voudrais pas vous donner un cours de français mais le sens de cette phrase n'est pas "sous réserve qu'une majorité qualifiée de parlementaires donne son aval"

    Moi j'y verrais plutôt (mais je ne suis pas de droite, donc pas objectif...) "sous réserve qu'une minorité qualifiée s'en accorde" il faudrait donc un vote d'opposition d'une majorité qualifiée (vos chers 3/5e) pour empêcher la nomination, je sais que les socialo-communistes sont réputés pour leur être sournois et habiles politiciens mais je les vois difficilement atteindre cette influence chez les parlementaires....

    RépondreSupprimer
  28. Fabrice,

    Te fatigues pas... Il est tétu.

    RépondreSupprimer
  29. A l'entendre, même le site de l'Elysée se serait trompé (discours en pdf.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.