13 juin 2008

Prout, les libéraux

Hier, PMA a été pris en exemple par un blog libéral pour taper sur la gauche Française. Il est de bonne guerre que je fasse un billet pour me foutre de leur gueule. Il faut dire qu’ils sont d’autant plus risibles qu’ils se donnent amoureusement des bâtons pour se faire battre.

Déjà, il faut noter qu’ils soutiennent Nicolas Sarkozy. Nous ne remercierons jamais assez ce dernier de nous démontrer que le libéralisme ne fonctionne pas en faisant racheter par l’état Français une partie du capital des Chantiers de l’Atlantique. L’économie a besoin d’un état fort sinon tout part en vrille.

Dans un de ces derniers commentaires (je viens d’y répondre, il est 8h20), le taulier du blog prend en exemple les réformes libérales menées par l’Irlande. L’Irlande ? Vous connaissez ? Ce petit pays qui pourrait faire échouer la ratification du traité Européen parce qu’il est trop libéral.

Dans un autre commentaire, une petite dame nous explique que je suis contre la privatisation de la SNCF, un des meilleurs systèmes ferroviaires mondiaux, par idéologie.

Le taulier nous disait qu’ils allaient pouvoir sauver la sécu et la retraite en permettant à ceux qui ont du pognon de cotiser ailleurs.

Non ! Vous vous trompez ! Ils ne sont pas des humoristes. Mais vous pouvez aller lire pour rigoler. « Où ? » ne manquerez-vous pas de me demander, perfides comme vous êtes car je n’ai pas mis de lien. Ben non. Un type fait un article pour me dézinguer, je ne vais pas lui faire de la publicité. Prenez Google et cherchez. Il s’appelle Lomig. Tiens ! A propos de lien, ça me fait penser que j’en ai promis un à Eric. Le voilà. Ne lisez pas le billet (Eric, je plaisante), le premier commentateur est Lomig. Vous pouvez cliquer et rechercher le billet où je suis pris à partie.

C’est ça un libéral. Ca va draguer un blogueur zinfluent et ça fait un billet pour se foutre de la gueule des copains. Il voudrait peut-être un lien en retour ? Pouf pouf. Quand un type qui fait ami ami avec moi me chie dessus, je ne vais pas me réjouir.

Ce dernier paragraphe suffit à peu près à définir ce qu’est un libéral. Néanmoins, quand ils vont me lire, ce qu’ils ne manqueront pas de faire car je vais faire un titre pertinent si je m’en rappelle au moment de la publication (du type « Prout les libéraux »), ils ne comprendront pas. Car ils sont des théoriciens. Des purs. Des idéologues.

Idéologues ? C’est le mot qu’ils emploient pour qualifier toute personne qui fait une proposition quelconque. J’en parlais à l’instant. Le problème est qu’ils ne se rendent pas compte qu’ils ne font eux-mêmes aucune proposition et se contentent de théoriser tous les discours sans rien mettre de concret.

C’est bien évident. Le libéralisme qu’ils proposent, aucun pays du monde n’a réussi à le faire… ni même essayé. Ils se gaussent des communistes mais au moins, eux, ils ont essayé.

De temps en temps, ils prennent en exemple les USA, vous savez, nos amis qui arrivent à subsister en empruntant des sous à la Chine et à faire marcher leur économie en multipliant les budgets militaires. La dernière fois, ils ont fait une gaffe. A force de respecter leurs principes tordus, ils ont retenu Airbus pour leur vendre des avions ravitailleurs. Maintenant, ils sont obligés de tricher pour faire machine arrière !

Je veux bien aller chercher un exemple chez Lomig, mais le dernier qu’il cite en commentaire est la Nouvelle Zélande. Nous n’allons pas nous étendre sur la pertinence et l'exemplarité mais juste nous remémorer la dernière Coupe du Monde de rugby quand ils ont pris un objet sympathique où il faut.

Beaucoup de gens théorisent le libéralisme, y compris à gauche… On se souvient quand Bertrand Delanoë a dit des bêtises. Il faut maintenant arrêter. Les libéraux se définissent comme ni de droite ni de gauche mais ne sont que des extrémistes de la pure espèce, nananère. En fait, leur bataille « ni de droite ni de gauche » est continuelle. Dans leur billet, ils me demandent de définir ce qu’est la droite ou la gauche. Ils essaient de faire croire que le clivage n’existe pas.

Alors, on se retrouve comme un con à essayer de définir que c’est un ensemble de valeurs et on plonge dans leur jeu. Des théoriciens pur jus. Leur combat « ni de droite ni de gauche » pour faire croire que ça n’existe plus est mené pour se rendre politiquement acceptables. Après, ils rentrent dans la rhétorique : « Tu es contre la propriété et opposé à l’accroissement des libertés ? » qu’ils te demandent pour t’obliger à admettre qu’ils sont propres sur eux. Ca ne marche pas.

Ce ni droite ni gauche est aussi mené par les centristes pour faire croire qu’ils ne sont pas à droite… et par Nicolas Sarkozy qui pratique l’ouverture pour faire croire, également, que le clivage n’est plus d’actualité. Même mon troll préféré me l’a faite l’autre jour…

« La droite est souvent désignée comme conservatrice, c'est d'ailleurs à cause de cette définition que les hommes politiques de droite ont longtemps refusé de se positionner à droite, du moins en France ». Cette phrase m’a fait rigoler.

Hep ! Les gars ! Il est temps de vous assumer.

La dernière bataille des libéraux est de démontrer que la gauche ne propose plus rien. C’était d’ailleurs le principal objet du billet qui m’a pris à parti. C’est en ne proposant rien que la gauche a « gagné » les dernières municipales ? Je vais juste rappeler à ces gugusses que c’est la droite qui est au gouvernement et qui a été élue au pouvoir…

Les propositions de la gauche ont été exprimées dans le Pacte Présidentielle de Ségolène Royal qui n’a pas été retenu par les Français… qui ont préféré voter pour le type soutenu par la droite qui proposait une augmentation du pouvoir d’achat.

On voit ce que ça donne.

Vous êtes grotesques.


(illustration)

46 commentaires:

  1. Je suis d'accord sur l'essentiel. Maintenant, je ne suis pas sûr que le PS soit une force de proposition.

    Quand tu dis que les libéraux (économiques) pur jus n'ont jamais tenté de mettre en place leur système quelque part, c'est je crois inexact. Ils ont essayé.... au milieu des années 70 ... Au Chili.
    C'était Milton Friedmann et ses boys de l'école de Chicago....
    Je crois qu'ils réessaient en Irak en ce moment même ...

    On a vu ce que ça a donné

    RépondreSupprimer
  2. PS (si j'ose dire)
    Le nordiste que je suis ne peut qu'être sensible auxillustrations de ton article ....
    J'espère qu'on n'y reviendra jamais !

    RépondreSupprimer
  3. De droite = conservateur, c'est tout à fait vrai.
    Et on peut, sans aucun problème, être de droite ET libéral. Regardez Fillon ou Sarkozy.

    Libéral en économie (on casse tout le système de protection sociale pour en faire cadeau au privé, on dérégule le marché du travail, on baisse les impôts des plus riches et des entreprises)
    Conservateur pour le reste (voir réactionnaire). Adepte de l'hypersanction en matière de sécurité et de justice (sans papiers, récidive, peine minimale), opposé aux évolutions sociales et sociétales (droits des homosexuels, Internet)

    Le plus comique, c'est que quelques énergumènes rejettent le qualificatif de "Conservateur" sur la gauche, car elle ne veut pas qu'on touche à la Sécurité Sociale, au code du travail... En un mot, elle n'est pas "Moderne".

    Etre de gauche, c'est penser globalement, à l'ensemble de la société. Etre de droite, c'est penser en fonction d'intérêt particuliers.
    Etre libéral, c'est ne penser qu'à soi.

    Et je m'arrête, il faut que je reprenne ma respiration.

    RépondreSupprimer
  4. Elmone,

    Le Chili en exemple du libéralisme, ça me va...

    Didier,

    Du calme... Tu vas donner une mauvaise image du libéralisme.

    RépondreSupprimer
  5. la nouvelle zélande en exemple ? je crois que j'en avais parlé à un moment... ah oui sur la RGPP quand on nous donnait en exemple des pays qui avaient fait machine arrière sur le démantèlement des services publics !

    je suis désolé de faire des commentaires sérieux, c'est soit ça soit je repars en blogowar contre des blogueuses de moins de 50 ans !

    RépondreSupprimer
  6. David75

    Etre de droite (libéral en économie) c'est refuser d'aider ses "cons citoyens" quand c'est possible, c'est casser les systèmes sociaux par idéologie pour en faire systèmes privés.
    Le mot qu'ils préfèrent quand il veulent se défouler c'est le mot assistanat ...

    RépondreSupprimer
  7. Gaël,

    Tiens ! J'avais oublié. Merci de rappeler cet excellent billet.

    David,

    Ils aiment bien aussi "fonctionnaires", "privilèges", ...

    RépondreSupprimer
  8. Un objet sympathique ? :-))))

    Et pourquoi ce serait au PS de proposer alors qu'il n'a pas les commandes ? Pour proser des idées à un Sarkozy épuisé ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  9. Un libéral, c'est un type qui est contre la liberté de se pencher de gauche ?

    RépondreSupprimer
  10. Excellent billet, on peut le compléter en lisant celui de Maxime, ce sympathique blogueur qui est 5ème de classement de blogs.

    RépondreSupprimer
  11. Poireau,

    Oui... J'aime bien rappeler à ces gugusses que c'est à de proposer.

    Cynique,

    Il y a un peu de ça.

    Eric,

    Depuis quand tu lis mes billets ?

    RépondreSupprimer
  12. salut Nicolas, et les autres,

    c'est un peu exagéré de dire que je "te chie dessus". ceux qui iront lire le billet verront que ce n'est pas le cas. si ne pas être d'accord, et le dire (dois-je rappeler que je dis aussi quand je suis d'accord avec toi?), c'est chier dessus, alors comment peut-on discuter?

    Ce qui est étrange, mais ça n'est que mon point de vue, c'est de caricaturer à ce point les propos de quelqu'un pour pouvoir le descendre plus facilement. C'est un sophisme bien connu...

    Dans mon article, loin de m'attaque à toi, ou te caricaturer, je rappelais au contraire tout un paragraphe de ton article, et j'expliquais pourquoi, à mon sens, c'était un peu court. Bien sûr c'était provocateur, bien sûr on n'est pas d'accord. Mais je ne pense pas t'avoir manqué de respect à aucun moment.

    COmme je le dis souvent : "toutes les personnes sont respectables, aucune croyance n'est respectable." (Alain). Si on ne peut plus exprimer un désaccord, alors le débat et la discussion ne sont plus possible. Si à chaque fois que quelqu'un essaye d'expliquer pourquoi il n'est pas en accord avec toi, tu dis qu'il te chie dessus, c'est que tu n'acceptes que les lèches-boules, et les petites discussions rassurantes.

    Je crois que tu vaut bien mieux que cela, et tu le prouves régulièrement dans les discussions par blog interposés.

    à bientôt,
    cordialement,

    PS : si tu crois vraiment que j'ai fait cet article pour "récolter" un lien, détrompes toi. Je ne fais pas la chasse aux liens. Je suis content quand on me cite, et je cite bien volontiers les autres, y compris ceux avec qui je ne suis pas d'accord. Je ne demande à personne de faire de même.

    RépondreSupprimer
  13. LomIG,

    Un de ces jours, prends le temps, à tête reposée, de relire ton billet et surtout le fil de commentaires...

    Tu n'as pris qu'un extrait de mon billet en oubliant le fond et tous les commentaires étaient faits pour me mettre sur la défensive.

    Mais je n'ai eu aucune réponse et j'ai résisté. Mais un tel comportement est exaspérant.

    A force de lutter contre "les lois", vous autres libéraux, vous oubliez les usages, dont le savoir vivre. Qui devrait pourtant être la base de votre truc.

    RépondreSupprimer
  14. Super ce billet comique ! Je m'éclate !

    Dès le deuxième paragraphe "les libéraux soutiennent Sarkozy" ! Bien sûr... je le suce peut être aussi ? Sarkozy n'a rien d'un libéral : subventionner l'essence des pêcheurs, subventionner les voitures propres, aller vendre des airbus, réglementer encore le code du travail plutôt que l'alléger.

    Faudrait peut être essayer de comprendre de quoi on parle avant d'en parler.

    RépondreSupprimer
  15. Aster,

    Avant de raconter des conneries, dis nous pour qui tu as voté au second tour.

    RépondreSupprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  17. Lol, j'ai voté contre Ségolène Royal, des deux je confirme je préfère Sarkozy, mais il est autant libéral que Ségolène Royal.

    Je rajouterais que pour ce qui est de dire des conneries, tu as commencé fort !

    RépondreSupprimer
  18. Donc tu es libéral et tu as voté pour Nicolas Sarkozy. Tu l'as donc soutenu. Tu as ensuite probablement voté pour l'UMP le parti le plus conservateur de l'histoire du 21ème siècle.

    Et tu viens nous faire la morale. Ca résume un peu ce que je disais dans mon billet. Les libéraux sont à droite mais ils n'osent pas le dire car ils ont honte.

    D'ailleurs tu n'oses même pas dire que tu as voté pour Sarko ! Bravo.

    RépondreSupprimer
  19. Je t'ai dit pour qui j'avais voté, je t'ai même dit pourquoi répond à mes premier argument si tu veux essayer de me convaincre que je suis un fan du gouvernement.

    Si tu veux rentrer dans ce type de dialogue super on peut aussi parler des millions de gens morts parce que les communistes avaient le courage de faire leur petit test...

    RépondreSupprimer
  20. Quel dialogue ? Tu as déjà fini tous tes arguments, tu en es arrivé au stade des communistes qui mangent des enfants.

    Continue à jouer, j'ai une sieste à finir.

    RépondreSupprimer
  21. Donc j'en déduis que tu n'as définitivement rien à répondre à mon premier argument :

    "Sarkozy n'a rien d'un libéral : subventionner l'essence des pêcheurs, subventionner les voitures propres, aller vendre des airbus, réglementer encore le code du travail plutôt que l'alléger.".

    Bref une repartie aussi vide que la reflexion.

    Bonne sieste.

    RépondreSupprimer
  22. Ce n'est pas un argument ! Je n'ai jamais prétendu que Sarkozy était libéral juste que les libéraux me cassent les burnes profondément vu que lors de la campagne, ils soutenaient Sarkozy. Ensuite, ils ont voté pour lui, puis pour l'UMP.

    Maintenant, dans les blogs, ils attaquent la gauche et ne critiquent pas Sarkozy.

    En fait, les libéraux, en France n'existe pas hors de quelques blogs ridicules. C'est aussi bien.

    RépondreSupprimer
  23. Pour ce qui est de la critique de Sarkozy par des libéraux je te propose au hasard mon blog, par exemple :

    http://sulfureetcontreculture.blogspot.com/2008/06/survie-et-bnfice.html

    http://sulfureetcontreculture.blogspot.com/2008/05/cnn-veut-connatre-mon-avis-sur-la.html

    Bon sinon pour le sponsoring UMP, je te précise puisque mon vote semble vraiment importer, je me suis abstenu pourtant j'était bien achalandé.

    RépondreSupprimer
  24. Tu devrais pourtant voter, ça fait le charme de la démocratie.

    RépondreSupprimer
  25. Tu classes Mohamed Yunus dans quelle catégorie ? Libéral ou pas libéral ? Prout ou pas prout à ce qu'il fait ?

    RépondreSupprimer
  26. Tiens ! Un anonyme qui me questionne. Trop courageux de provoquer ainsi. Le micro-crédit est bien sur un des trucs qui pourra aider les gens à s'en sortir, mais est-ce vraiment LA solution ?

    RépondreSupprimer
  27. Cela dit avec entrain, ça n'a rien à voir avec le libéralisme et le sujet de départ... Les libéraux n'ont rien à proposer qui marche vraiment à part dire des conneries dans les blogs.

    RépondreSupprimer
  28. Je suis juste anonyme car je ne suis pas sur que le fait de savoir que je m'appelle Victor, que j'ai 20 ans et que je viens de Caen soit un plus pour cet article.

    Et je m'excuse d'être hors-sujet mais personnellement je classe M. Yunus dans la catégorie des libéraux et il appartient à la catégorie des gens qui proposent, agissent et sont utiles, nan ?

    Mais après, je crache comme toi sur Sarkozy, les multinationales et tous ces vieux cons de conservateurs, car ça nous occupe et ça nous défoule !
    et puis c'est encore gratuit ... ;-)

    RépondreSupprimer
  29. Je trouve l'exemple très bon et bien choisie. Le microcrédit est une initiative libre, humaniste et rentable. L'opposé des initiatives interventionistes : forcées, démagogistes et couteuse

    RépondreSupprimer
  30. Que tu t'appelles Victor, on s'en fout. Mon seul souhait est que tu assumes tes idées. En ton nom. Sinon, je pourrais avoir 34 connards qui commentent chaque jour. C'est trop facile, sinon.

    RépondreSupprimer
  31. Aster,

    J'ai oublié de te dire. Je te remercie. J'ai fait un billet qui a amusé mes lecteurs.

    Un samedi soir c'est bien.

    RépondreSupprimer
  32. Pour répondre à tes remarques Nicolas, les principales propositions des libéraux tendent à laisser plus de liberté au gens. Ca peut trouver un bon milliers d'application dans la législation actuelle.

    La libéralisme comme tu le sais se présente avant tout comme une non idéologie, on ne veut rien imposer tant qu'on le peut. Car chacun doit pouvoir décider de ce qui est mieux pour lui.

    RépondreSupprimer
  33. Aster,

    Je connais les propositions des libéraux et je ne suis pas loin d'en approuver une grande majorité... Mais celles qui restes sont soit immorales soit grotesques et j'en pisse de rire.

    RépondreSupprimer
  34. Tu as de la chance de t'amuser autant..
    Moi je suis obligé d'attendre de vous voir tous fiers français de gauche que vous êtes à aller chercher votre baguette muni de votre précieu ticket de racionnement...

    Et vu que malheureusement tous les entrepreneurs français n'ont pas envi de partir de france il y a encore du monde pour créer des richesses que l'état poura ensuite récupérer pour faire survivre le système. Par conséquent il va encore survivre un bon moment.

    Mais bon il faut savoir être patient dans la vie.

    PS: je suis sur que ce qui te vient à l'esprit là est de me dire que tu n'es contre l'entrepreunaria mais le libéralisme et que les deux choses ne sont pas liés. Si c'est le cas c'est que manifestement tu n'as jamais essayé de monter ta boite.

    Mais bon vu que je l'ai dit en premier on ne le saura jamais.

    encore une remarque: je trouve que tu insulte beaucoup, que tu te débrouille pas trop mal pour lancer des piques, ce qui évidement amuse beaucoup les gens qui sont d'accord avec toi (il y a les meneurs et les abrutis pas vrai?) mais lorsqu'il s'agit de se montrer un peu didactique tu t'en sors plustôt mal pour expliquer ton point de vue.

    Aller Vive l'Irlande libre et bonne nuit!!

    RépondreSupprimer
  35. Je n'ai pas besoin de lancer des piques pour faire rire mes lecteurs.

    Lire tes commentaires leur suffit.

    RépondreSupprimer
  36. Critiquer la forme évite d'avoir à se préoccuper du fond n'est-ce pas ;)

    RépondreSupprimer
  37. J'allais encore balancer une vanne mais je me calme. Je t'ai dédié un article ;)

    RépondreSupprimer
  38. je te cite :

    "A force de lutter contre "les lois", vous autres libéraux, vous oubliez les usages, dont le savoir vivre. Qui devrait pourtant être la base de votre truc."

    Voilà qui montre à quel point tu connais le libéralisme. Le libéralisme est une philosphie politique, basé sur l'Etat de droit et le respect des Lois. L'égalité des citoyens devant la loi est une valeur fondamental pour tout libéral. et le refus de la contrainte aussi.

    Quant au savoir vivre, c'est étonnant de dire cela : quel rapport avec le schmilblick ? Que sais-tu de mon savoir vivre ?

    RépondreSupprimer
  39. Qui a fait un billet pour se foutre de ma gueule ?

    RépondreSupprimer
  40. Désolé de ne pas faire partie de votre petite blogosphère, et donc de ne pas forcément comprendre toutes vos petites manies, ni les petites répliques bien senties que vous vous envoyez dans les dents par habitude. J'ai que ça à faire, je suis pas étudiant en droit mais un paresseux de maths sup, de gauche en plus, donc je vais réagir aux commentaires et pas à l'article lui-même (de toute façon on peut voir l'article comme un gros commentaire qui aurait été posté sur l'autre blog).

    Visiblement, les différents intervenants préfèrent théoriser ou s'insulter plutôt que de chercher un exemple concret de libéralisme. Je vais donc commencer par rappeler que les partisans des doctrines économico-politiques libérales actuelles sont volontairement ambigus, en utilisant un terme qui jadis a eu un sens radicalement différent de celui qu'ils lui donnent aujourd'hui. Oui, pour les Lumières le libéralisme c'était la conquête et la défense des libertés. Est-ce qu'il y a une seule idée de politique concrète que vous pourriez partager avec les gens de l'époque ? À la base, non.

    Vous aimez à faire croire que vos belles idées sont issues des leurs, et c'est presque le cas, sauf que vous ne prenez pas en compte les 200 ans (et plus) d'histoire qui se sont déroulées depuis. Le libéralisme sauvage tue, a tué, et risque de tuer encore. Combien de pays africains ou sud-américains ont été détruit par les bonnes idées du FMI ? Combien d'exemples d'abus, réalisés par des sociétés privées dans différents domaines (militaire, industriel...) pouvons nous compter, maintenant que nous avons un peu l'expérience de l'absence de règles et de contraintes que vous visez ?

    Car oui, c'est ce que vous visez. La plupart des libéraux n'ont à la bouche que des formules idiotes, du genre "il est interdit d'interdire", ce qui n'a strictement aucun sens, et ce qui n'est pas difficile à tourner en ridicule en prenant deux ou trois exemples bien sentis. Il est absolument évident qu'aucun libéral ne s'abaisse à prôner la suppression de l'appareil étatique, mais lire certains minarchistes parler de privatiser la gestion de la police laisse rêveur quant à ce qui pourrait en déboucher.

    Quant au micro-crédit, il ne casse pas trois pattes à un canard. C'est juste une preuve de l'échec du système "normal", une preuve que le capitalisme marche bien sur le plan théorique quand le système est composé de quelques acteurs, mais qu'il est imbouffable lorsqu'on atteint une complexité telle qu'on la rencontre en réalité. Une preuve de ce que disait Fourrier en somme. Cherchez encore.

    RépondreSupprimer
  41. Poulet,
    Oui, mais ne dépense pas de l'énergie pour rien.

    RépondreSupprimer
  42. Poulet, désolé mais tu parles de ce que tu ne connais pas. Le libéralisme ne vise absolument pas une "absence de règles", mais au contraire le respect net et franc du DROIT. Lequle est fondé sur le respect de la liberté individuelle et de la propriété.

    Va donc lire un livre sur le libéralisme, avant de le jeter aux oubliettes. Si possible, écrit par autre chose qu'un membre d'ATTAC.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.