21 juin 2008

Ma mère à l'hôpital en crise

C’est amusant. Dans le temps, quand vous sortiez de l’hôpital, vous sortiez avec dix kilos de moins ou une maladie amusante dont vous pouviez vous vanter fièrement au bistro avec les copains. Maintenant vous sortez avec un CD-ROM qui vous permet de dire des conneries sur les blogs.

Cette illustration est une capture d’écran que j’ai faite avec le logiciel fourni et représente une IRM de la colonne vertébrale de ma mère. Je suis le seul blogueur zinfluent à diffuser la photo de l’IRM de ma mère. N’allez pas croire que les zautres blogueurs zinfluents n’ont pas de mères. Ce sont juste des fils indignes.

Je ne comprends rien à cette IRM. Il y a un tas de toubibs qui comprennent, c’est pour ça qu’on les forme. Moi, j’ai compris en trois secondes comment marchait le logiciel, c’est pour ça qu’on m’a formé.

« Madame, il faut qu’on vous opère en urgence, peut-être dès demain matin, la situation est grave ». Voilà ce qu’a dit le rhumatologue à ma mère, qui n’était pour tant pas enrhumée, en observant ses clichés. Vous imaginez la tête de ma mère ! « Heu, docteur, l’IRM date du 6 novembre et on est le 15 mai ». « Ah oui ! Tiens ! Ca a du se remettre en place tout seul ».

Le service de l’hôpital qui avait fait les examens en urgences n’avait pas transmis le dossier au toubib de ma mère qui avait donc jugé que les conclusions de l’examen étaient bonnes. Alors qu'il fallait une opération en urgence.

Avec l’appui de la rhumatologue, ma mère avait réussi à récupéré le dossier le jour même de la consultation, soit six mois après l’examen. Les pochettes contenant le CD Rom ont d’ailleurs encore l’agrafe et un bout de papier où étaient probablement rédigées les conclusions du radiologue. Le secrétariat de l’hosto l’a sans doute arraché juste avant de donner les dossiers à ma mère.

Ca ressemble beaucoup à une faute lourde. Ma mère devait être opérée en urgence mais elle ne l’a pas été à cause de conneries des secrétariats. Ca m’arrive de faire des bourdes dans mon boulot, mais je ne joue pas avec la santé des gens.

Flash back.


Début novembre, ma mère n’arrêtait pas de tomber car elle perdait le contrôle de son genou. Comme son toubib craignait un truc neurologique, il l’envoie aux urgences toutes affaires cessantes. Batterie d’examens, y compris par la rhumatologue qui imagine – à raison - qu’il s’agit de ce que je vais appeler une hernie discale (un espèce de nerf coincé entre deux vertèbres). Elle lui dit donc : « Madame, il s’agit probablement d’un bout de nerf coincé, nous allons vous opérer, Ce n’est rien. on ouvre, on replace le nerf et hop ! Dix minutes tout au plus ».

La toubib partait en congés pour un mois et a transmis les consignes à un collègue. Dans l’attente, elle a prescrit cette IRM pour vérifier. Autant ne pas opérer pour rien et pendant que l’opérateur fait l’IRM, il n’est pas au bistro. Par contre, il va au bistro juste après l’IRM et oublie de dire à sa secrétaire : « Hop ! Vous me tapez ça et vous l’amenez fissa au service de neurologie ».

Au bout de quelques jours dans le service de l’hôpital, ma mère s’impatiente. On lui répond « Mais madame, si ça avait été urgent, on vous aurait appelé ». Elle finit par avoir l’autorisation de rentrer chez elle et se remet progressivement tout en ayant du mal à faire certains trucs. Les mois passent. La rhumatologue la convoque à une visite de routine… et découvre la bourde !

Elle prescrit à ma mère de porter un « lombostat », c’est une espèce de corset lourd et chiant.

Dimanche dernier, ma mère rejoignait sa fille qui n’est autre que ma sœur, son gendre qui ressemble à mon beauf et sa petite fille qui, par le plus grand des hasards, se trouve être ma nièce. Elle ripe sur des graviers dans le chemin qui mène à la plage. La malléole n’est pas malléable, elle casse. C’est ce qui s’est produit. Bi facture de la malléole, je n’ai pas trop compris. Le « tibia un coup » et le « père René Atlantique », les deux os y sont passés.

La voilà dans le même hôpital qu’en novembre à se faire poser des bouts de ferraille un peu partout dans Guy mollet. Ce n’est pas très grave mais c’est très chiant. 5 ou 6 semaines de plâtre, obligée d’aller pendant toute cette période dans un truc de convalescence car sa baraque est pleine d’escaliers…

Elle arrive à se déplacer un peu avec un déambulateur mais pas plus de cinq ou dix mètres. Le premier jour, elle m’a dit qu’elle avait beaucoup de mal. Je lui ai répondu « Ca te fera de l’entraînement pour quand tu seras vieille ».

Je vais la voir aujourd’hui et elle me fait part de son inquiétude. Je vais faire un schéma pour être sûr que vous compreniez : elle avance le déambulateur de 15 cm puis s’appuie sur ses bras pour faire avancer sa jambe valide. Elle marche à cloche pied, quoi !

J’ai essayé, je confirme c’est chiant. En outre, j’ai failli me casser la gueule et bousiller le bordel. Ce déambulateur n’était visiblement pas conçu pour un frêle gaillard de 104 kg comme moi.

Ainsi, pour avancer, elle est obligée de sauter sur une jambe ce qui provoque un remous dans son dos compressé par son lombostat de merde. Ca lui fait mal au dos. Son kiné la force à marcher, ce que je conçois, mais elle s’inquiète. Elle en a parlé au chirurgien qui assure que « non, Madame, tout va bien ». Elle rétorque néanmoins que le rhumatologue travaille dans le même hôpital et pourrait venir la voire, juste cinq minutes. Refus catégorique du toubib.

Un vrai con ! D’ailleurs je l’ai croisé.

Je m’apprêtais à quitter les lieux et me penche vers elle pour recevoir la bise qui m’est due. Un type rentre dans la chambre, me voit, il me dit « vous pouvez nous laisser ? » Je sursaute. Un type en jean et en polo. Je le regarde, ma mère me dit qu’il s’agit du chirurgien. Je marmonne que j’allais partir et me penche à nouveau pour finir l’embrassade. « Bon ! Je vous ai demandé de nous laisser, vous pouvez attendre dans le couloir ».

Quel con !

J’ai donc attendu dans le couloir… J’ai pu lire la charte de l’hôpital affichée sur deux murs. J’étais plié de rire. Ils y parlent de l’accueil des patients… en insistant sur les efforts faits pour les malades en fin de vie. Je suppose que les employés les plus courtois sont ceux de la morgue !

Je suis également tombé sur un panneau avec les tarifs journaliers, un peu comme dans un hôtel. Chambre simple. Chambre simple avec toilettes, … Non ! Ca s’est l’hôtel. Là « Médecine 450 €, cardiomachin 600 €, réanimation 900 €, chirurgie 800 € » (je donne des chiffres au hasard, je n’ai pas noté).

Moi, si l’allais dans cet hosto, je choisirais la médecine, c’est moins cher !

Juste à côté, il y a une affiche avec tous les documents qu’il faut présenter en arrivant à l’hosto. Ils sont forts. Vous croyez vraiment que ma mère avait pris avec elle sa carte de la mutuelle pour aller jouer dans le sable avec sa petite fille ? Remarque, elle n’avait pas non plus de brosse à dents… et l’hôpital n’en fournit pas.

Mesdames, Messieurs, la prochaine fois que vous irez à la plage, n’oubliez pas votre carte de mutuelle et votre brosse à dents.

C’est d’un grotesque !

L’imbécile bureaucrate qui a fait en sorte que ce panneau soit là, avec les consignes a tout simplement oublié que le patient n’a pas demandé à être là. Celui qui a fait en sorte que les tarifs soient affichés pour les clients est fou ! Et nécessairement mauvais gestionnaire. Il ne s’agit pas du COUT de la chambre mais du montant perçu par l’hôpital pour faire occuper cette chambre. C’est délirant ! Qu’il y ait une personne de plus ou de moins ne change rien aux charges de l’hôpital (à part le repas !). Il n’y a pas une infirmière en plus ou en moins…

Il y a deux ou trois mois, j’avais écrit : « C’est ainsi que notre belle droite compte orienter le secteur hospitalier ! Toujours une logique comptable : aucune réflexion sur les besoins globaux de la santé en France ou sur son financement ! Une question de rentabilité… ». Dans cet autre billet de fin janvier, je parlais de trois exemples de cafouillages hospitaliers mais n’en citais que deux. Le troisième est ma mère… mais j’ignorais qu’il y aurait une suite.

Ben voilà. Le chef de la chirurgie orthomachin refuse d’appeler sa collègue rhumatologue pour des raisons qui m’échappent bêtement mais probablement liées à la rentabilité d’un patient comme la dernière fois : la chef de service rhumatologie demande au service neurologie d'aller faire une IRM. La guerre des services. Ma mère, qui sort de l’hosto mardi, pour rentrer en « maison de convalescence » à Loudéac contactera dès mardi le cabinet de la rhumatologue qui fera certainement une consultation privée dans son cabinet en ville… ce qui nécessitera un aller-retour en ambulance… Le tout aux frais de la sécu !

J'étais en pleine réflexion sur le sujet quand le chirurgien est sorti de la chambre sans un mot pour moi. On ne va pas non plus se faire chier à informer la proche famille des patients… Il y a une charte de l’hôpital mais rien dedans pour vérifier que les malades ont des proches pour s’occuper d’eux à leur sortie ! Et leur apporter des brosses à dents…

Je suis rentré dans la chambre. Le toubib était venu voir la colocataire de ma mère, une petite dame qui s’était cassé une jambe la veille. Son mari était là, aussi, mais n’avait pas eu à sortir. Ils m’ont confirmé. Ils étaient atterrés par le chirurgien. Comme seule consolation pour la dame, il avait dit « Ah oui ! Il vaut mieux être riche et en bonne santé ».

27 commentaires:

  1. En fait, ce sont les infirmières salariées qui font fonctionner l'hosto.
    Les pontes viennent entre une partie de golfe et leurs consultations privées (qui ont d'ailleurs parfois lieu dans l'hôpital).
    Tu m'étonnes que sarko veut tout pêter. Le pb c'est qu'il ne va pas casser le bon côté...

    RépondreSupprimer
  2. PUTAIN! J'ai presque vécu ça! En pire!
    On se retrouve à attendre poliment des médecins qui vous méprisent et ne vous disent rien...
    Je remercie en revanche les infirmières de nuit qui m'ont dit vers minuit que ma mère allait mourir, et qui m'ont laissée seule avec elle. Et qui ont été d'une gentillesse et d'une humanité qu'on ne trouve certes pas chez les médecins!
    Grâces leur soient rendues ici, c'est elles que j'admire: sous-payées, mais humaines!
    Merci pour ce post, criant de vérité!

    RépondreSupprimer
  3. Pas d'amalgame, tous les médecins ne sont pas comme ça.

    Par ailleurs, il faut dénoncer ces pratiques contraires au code de Déontologie.

    C'est le rôle de l'Ordre des Médecins dont voici le numéro : 01.53.89.32.00

    Il y a des instances pour ces problèmes là. Mais elles ne sont pas assez utilisées.

    @Elmone et Anne :
    Sans médecins, les infirmières ne feraient pas grand chose non plus... Les deux sont indispensables, c'est bien pour cela que les deux existent ;)

    RépondreSupprimer
  4. Bah, si tu es sage, je te montrerais les métastases de mon père, je dois avoir les CD quelques part.

    Et je te raconterais comment certains médecins se montrent très très loin des images de TF1.
    Ils sont parfois imbus de leur personne, ne communiquent pas, ne donnent aucune explication sur la maladie, n'indiquent pas comment prendre correctement les traitements et se permettent d'engueuler le malade ou sa famille si il y a une erreur de faite.

    Mais, heureusement, ces gros cons sont largement minoritaires. Mais on ne se souvient que d'eux.

    RépondreSupprimer
  5. Salut Nicolas, tu as "encore" la chance d'avoir ta maman, moi, je n'ai plus ma maman ni mon papa.
    Les hopitaux… ! Snif !!!…

    RépondreSupprimer
  6. Désolé, tu m'as fait pleuré, ce soir !
    Demain est un autre jour…

    RépondreSupprimer
  7. Elmone,

    Oui, il a déjà commencé à casser à l'envers.

    Anne,

    De rien ! Oui, les infirmières sont très bien.

    Etienne,

    Je ne fais pas d'amalgame. Je ne critique pas les médecins, juste l'organisation de l'hôpital.

    Didier B,

    Oui, ils sont minoritaires... mais il suffit d'en rencontrer un.

    Jean,

    Du calme ! Il n'y a pas de quoi pleurer, juste de pester !

    RépondreSupprimer
  8. Bon courage, la charte, je l'ai lue dans des circonstances telles que j'avais envie de la faire avaler à un spécialiste, l'un de ceux qui te font sortir fissa de la chambre du patient.

    RépondreSupprimer
  9. Bon…
    Surtout bon courage à ta mère !

    On ne parle jamais des médecins qui prennent en otage les patients ; c'est pourtant visiblement fréquent !
    Dans les hôpitaux, il n'y a guère que le "petit personnel" qui soit proche des gens. On dit souvent que ceux qui choisissent chirurgie, c'est surtout pour ne pas avoir de rapport avec le patient éveillé !
    :-)

    RépondreSupprimer
  10. Tu comprendras pourquoi les gens sont très réfractaires et ne veulent plus aller à l'hosto.

    Le problème est le manque de personnel dans ces hostos et la comptabilité, un truc que je n'ai jamais compris : une même chambre facturée la peau des f..peut être facturée jusqu'à 4 fois dans la journée, n'est ce pas là une dérive du système ?

    RépondreSupprimer
  11. Mtislav,

    Bon appétit !

    Poireau,

    Merci !

    M.,

    C'est surtout un problème de budget.

    RépondreSupprimer
  12. Je débarque ne pleine urgence dis donc.
    Je ne sais pas si te souviens mais j'avais relaté, à l'ouverture de mon blog l'intervention de mon fils, les soins qui en découlait et la grosse bourde qui s'en est suivie (un truc comme une nécrose qui a nécessité mois de soins en plus, à retardé les soins de kiné de moins en plus et a fait perdre à mon gamin presque tous les bénéfice de l'intervention)
    Et les bourdes continuent plus ou moins au centre spécialisé..
    Mais à part ça, tout va bien dans notre beau pays..

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  14. bon courage à ta maman !

    le truc de convalescence c'est pas chez toi ? elle serait bien au KB...

    RépondreSupprimer
  15. @ Etienne b. Je confirme, il y a l'ordre des médecins ... j'ai testé ...
    J'ai dénoncé un rapport de médecin expert établi sur mon compte sans que celui ci ne m'ait jamais vue, en ayant occulté sciemment quelques ordonnances et posologies.
    Devinez qui a eu raison ?

    RépondreSupprimer
  16. Je me suis sentie un peu mal, avec pareil sujet, de rire à la lecture des contradictions que tu relèves. Mais c'est vrai que c'est d'un ridicule !
    (@ Anne : moi aussi, la même chose !)
    J'ai eu la chance d'être reçue par une gentille infirmière alors que j'avais débarqué au service réanimation en courant, hors horaires de visite, limite en pleine crise de nerfs, pour voir ma mère. Heureusement qu'il y a aussi plein de gens bien à l'hosto. On finit quand même par dire qu'ils coûtent trop cher et qu'il pourrait y en avoir (encore) moins, c'est ça qui est formidable...

    Prompt rétablissement à ta maman.

    RépondreSupprimer
  17. Christie,

    Je m'en souviens... et tout va bien...

    Gaël,

    Tu as oublié comment c'est, chez moi ?

    Pomme,

    L'ordre des médecins n'y est pour rien... Ils respectent les consignes de mauvaise gestion...

    Marie-Georges,

    Merci !

    RépondreSupprimer
  18. Nicolas, j'avais bien compris.

    RépondreSupprimer
  19. J'ai remis le bon lien par contre, on peut intervenir en écrivant à l'hôpital. Mais dans ce genre de difficultés. Il faut soit avoir de la chance pour se faire entendre, soit passer par le tribunal et encore.. J'avais moi-même réclamé, ecrit plusieurs courriers et l'on m'avait envoyer balader en fin de compte.
    Signale-le à Alma (contre la maltraitantce-et le manque de soins en fait partie).
    Il y a d'autres organismes.
    Mais c'est le genre de situation qu'il faut relayer et remettre sur le tapis en permanence quitte à passer pour quelqu'un qui tourne en rond.
    Et ce n'est pas tourner en rond, c'est juste rappeler qu'il y a effectivement une charte de la personne hospitalisée. Mais ça c'est pour faire semblant.
    On peut témoigner aussi dans les commissions qui s'occupent de la qualité de la santé.
    Sur Midi-Pyrénées, je connais quelqu'un qui peut transmettre les témoignages.
    Je n'ai plus qu'un contact épisodique mais à l'occasion j'en parlerai.
    le plus grave dans tout cela est qu'il y a des êtres humains qui subissent et ça me révolte.
    Des personnes qui ont des soucis de santé comme ta mère.
    Et j'espère qu'elle s'en remettra sans trop de mal. qu'elle n'en gardera pas trop de séquelles.

    RépondreSupprimer
  20. Christie et les autres,

    Il ne s'agit pas pour moi de dénoncer un hôpital ou un toubib précis, mais de dénoncer un système qui fait qu'on aboutit à cette situation.

    Dimanche (il y a 8 jours), ma mère s'est cassée la malléole, elle a été opérée le soir même dans un hôpital proche de chez elle. Médicalement, tout s'est bien passé.

    C'est les "alentours" qui clochent, le mode de gestion, qui oblige chaque service à "vendre des nuits" et à optimiser son remplissage et le nombre d'actes pour toucher des sous.

    Dénoncer ne changera rien. Tiens ! Ce toubib que je traite de con... Au moins, il était présent un samedi après midi pour une simple consultation pour une dame opérée le matin. Moi, j'étais en week-end.

    RépondreSupprimer
  21. je suis d'accord avec toi Nicolas. Je ne dénonce pas un médecin mais le système.
    Et c'est au système que je men suis prise. A moins que tu n'aies oublié.
    je m'en prends toujours au système et c'est la raison pour laquelle je ne rentre pas dans le jeu de l'Association des Paralysées de France qui me propose à chaque fois: le procès.
    je refuse le procès et dans le cadre du centre spécialisé, c'est bien le fonctionnement global que je veux mettre en avant pas les professionnels qui ont fait ce qu'ils ont pu avec les moyens du bord.
    Sauf peut-être les 2 représentant de l'éducation nationale qui ont un peu fait comme ils voulaient.. mais là encore. Personnellement j'ai autre chose à faire que rentrer dans les procès. par contre dire que le système ne va pas bien, c'est notre devoir de citoyens.
    Pour la communauté. Et dire que ça ne changera rien... Peut-être pas aujourd'hui mais demain , ou encore après demain.
    Mais je suis une incorrigible optimiste. Et puis heureusement qu'il y a des personnes qui disent ce qui ne va pas et qui l'ont dit et qui ont bougé à chaque époque.
    C'est ce qui a provoqué le progrès social. Mais ils faut le nombre..Or si chacun reste chez soi à ne rien dire..
    Le permanent de la Maison des chômeurs et précaires du 82 me le dis souvent, nous manquons de témoins. C'est pourtant le témoignage qui amène la prise conscience et un jour ou l'autre la réaction du plus grand nombre.

    RépondreSupprimer
  22. Christie,

    Oui.

    Mais c'est maintenant aux instances politiques de se saisir du dossier pour réorienter la politique de santé en France vers un système plus juste et moins couteux.

    C'est, du moins, sur ce point là que je veux positionner PMA (dans la modestie de son influence). Mes trolls et autres libéraux me disent souvent : "tu ne proposes rien". Ben si ! Je propose de réorienté la santé en fonction des besoins des gens, pas d'un calcul de rentabilité qui, au final, est beaucoup plus couteux, puisqu'il nécessite de "facturer".

    RépondreSupprimer
  23. Sur ce plan là, je te suis.
    Moi , je fais le rapporteur de témoignages, chaque fois que je peux.

    RépondreSupprimer
  24. Excellent article... Bon rétablissement à ta mère !

    RépondreSupprimer
  25. Zut Nico,j'avais loupé cette note... en plus ce matin c'est le branle-bas suite à ce qui s'est passé à St Antoine cette nuit...
    Je peste avec toi en tout cas. Plein de pensées pour ta moman.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.