20 juin 2007

L'ouverture ? La ferme !

Avec l’arrivée de Jean-Marie Bockel au gouvernement, ce n’est pas le PS qui est le plus gêné, mais l’UMP !

Surtout Arlette Grosskot qui vient de le battre aux législatives trouve assez cavalier cette trahison. Elle vient d’ailleurs de quitter le groupe UMP à l’Assemblée Nationale.

Avec les collègues et les copains, quand on parle de cette histoire, l’expression qui revient le plus souvent est « Quel con ! ». Se faire virer du PS en expliquant que ça fait 10 ans qu’il se bat au sein du PS pour que le PS chavire à droite, il faut le faire ! Tout ça pour accepter le poste de Secrétaire d’Etat en charge de la Coopération et de la Francophonie. Il va travailler sous les ordres de Brice Hortefeux ?

Bravo…

Et Fadela Amara, c’est bien la peine de gâcher une vie de militant de gauche pour les droits de la femme pour devenir Secrétaire d’Etat à la Ville après avoir fait la campagne à gauche ? Sous les ordres de Christine Boutin, la brave dame qui se battit durement contre le PACS !

Bravo…

Mesdames, Messieurs, vous avez profité d’une stratégie d’ouverture pour sortir de votre clan politique. Vous croyez être les futurs dieux d’une stratégie pour remettre la France sur les rails… et vous finissez par n’être que des motifs de franche rigolade dans les bistros.

François Bayrou voulait mettre en œuvre une gouvernance qui dépasse les clivages droite-gauche en faisant travailler les gens ensemble. Je n’y croyais pas mais la démarche était respectable. D’ailleurs 18% des Français ont voté pour.

L’ouverture à la François Fillon et Nicolas Sarkozy, c’est à peu près le contraire. Il s’agit uniquement de donner des strapontins inutiles à des types de gauche et un poste important à un type parmi ceux de l’ex. UDF qui s’affirment à droite.

Comment ? Bernard Kouchner n’a pas un strapontin ? Non, bien sûr, il a juste un poste ou le rapport droite-gauche n’est pas important.

Heureusement que pour l’ouverture on a Laporte.
Pardon.

24 commentaires:

  1. tu aurais pu faire une photo culinaire avec A.Grosskot,aussi?

    RépondreSupprimer
  2. Cat,
    J'ai essayé de trouver des jeux de mots sur les noms (pour Laporte c'était facile, mais pour deux des dames citées, ça manquait franchement de respect, j'ai donc évité... Mais il est resté la photo...).

    RépondreSupprimer
  3. Et voilà ! Avec tes commentaires, c'est maintenant que je trouve un angle pour le jeu de mot !

    En exclusivité, je te la livre :

    Avec la nomination de son concurrent, la moutarde est montée au nez de Madame Grosskot de Maille.

    RépondreSupprimer
  4. Je déplore ce qui se dit sur ce blog....

    RépondreSupprimer
  5. Bob,

    Je n'ai fait aucun jeu de mots sur Amara.

    Par exemple, heu, ... il amara son bateau à gauche mais il dériva à droite.

    RépondreSupprimer
  6. Quand on est sincèrement de gauche, qu'on est dans la pleine force de l'âge et qu'on constate que son parti, incapable de gagner les élections nationales sera dans l'oppostion pdt 10ans, ne peut-on pas se dire 'voilà, j'ai envie de servir mon pays mais je ne suis pas de droite, alors entrons dans ce gouvernement pour lui donner une petite couleur de gauche ou pour tenter d'infléchir, ne serait qu'un chouya sa politique libérale et sécuritaire'.
    Plutôt que de faire dans la critique systématique dans l'opposition, c'est honorable d'avoir ce raisonnement, non ?

    Je suis d'accord qu'en général, ils ne sont pas forcément à des postes stratégiques mais le simple fait d'être au gt leur permet de cotoyer les ministres, voire le président et éventuellement de tenter de les raisonner.
    Si ça rate et qu'au bout du compte, ça ne sert à rien, tant pis, au moins ils auront essayer.
    Dans ce même temps, qu'auront fait Hollande ou Dray à l'échelle nationale ?

    En conclusion, je comprends que d'un point de vue idéologique que quelqu'un de gauche ne veuille pas s'associer à un gt de droite mais je comprends le contraire aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, ce qui est important, c'est que ces postes sont quasiment sans contenu. C'est purement de la com'.
    Quand à Amara je dirai: Ni pute ni soumise, mais quand même un peu maso. Et Yade, chargée des Droits de l'Homme, c'est le pompon. Elle va protester contre les ZAPI (zones dans les aéroports où on reconduit à la frontière les zétrangers...) et plus généralement contre l'action de Brice Hortefeux?

    RépondreSupprimer
  8. Giscard blog comme un ouf. Il a découvert les blogitexpress: http://vge-europe.eu/index.php?post/2007/06/20/Votre-avis

    RépondreSupprimer
  9. Loic,

    Bienvenue pour ton retour !

    Pour le reste de ton billet, je ne suis pas d'accord ! Faire de la politique, ça n'est pas jouer à la belote.

    Si j'ai bien suivi, Sarko a annoncé aujourd'hui ce qu'il voulait faire en matière de droit de grève.

    Si un type de gauche ne démissionne pas immédiatement devant l'annonce d'un tel recul social, c'est que ce n'est pas un type de gauche.

    Pour le reste, on peut discuter.

    Eric,

    Tu as raison, les postes en question sont sans contenu. Les cons qui se disent de gauche et qui ont accepté de participer à un gouvernement qui est contre leur engagement politique ne peuvent être que des cons.

    A la limite, Sarko débauche DSK pour être minitre des Finances, ça aurait une cohérence vis-à-vis de DSK : "les gars, faites vos réformes, mais c'est moi qui compte les sous selon ma vision de la politique". Mais des clampins qui touchent un strapontins : Beuuuuh.

    RépondreSupprimer
  10. Jamais Sarkozy n'a remis en cause le droit de grève. Ni ce soir ni jamais. Si j'avais un doute là-dessus, je lui en voudrais profondément.

    On peut faire des procès d'intention à Sarkozy, mais peu importe la raison plus ou moins fallacieuse pour laquelle il l'a fait, l'essentiel est qu'il l'a fait.

    Imaginons que Royal ait gagnée l'élection, personne ne pense une seconde qu'elle aurait pris des membres de l'ump pour son gouvernement. Ainsi, la droite se doit de s'ouvrir quand il est normal que la gauche s'enferme.

    Et puis, ministre des affaires étrangères, c'est pas rien quand même !! (tu aurais préféré qu'il mette Pasqua à ce poste ?)
    La commission des finances de l'AN, non plus..
    et rien n'obligeait Sarkozy a pratiquer l'ouverture. Vu son score, il n'y était pas obligé et perso, j'étais pas pour. Les français n'ont pas élu un mec de droite pour qu'il gouverne avec des vaincus.
    Pdt la campagne, Bayrou n'a fait que parler d'ouverture. Bcp étaient séduits..or Sarko ne la pratique que modérément (bien plus modérément que ne l'aurait fait Bayrou qui aurait composé tout son gouvernement sur ce principe) on ne parle que de 'débauchage' ou de 'traitres'.

    Enfin, je ne sais pas si c'est le hasard mais bien avant cette année, je considérais Kouchner et Bocquel comme les éléments les plus intéressants du ps.
    Quant à Besson, le fait qu'il ait piloté le livre ordurier anti-Sarko (le truc sur lequel s'est appuyé le ps en début de campagne pour diaboliser NS) m'est resté en travers de la gorge..mais faute avouée...

    Enfin (dernier enfin), on reste entre républicains et vu de haut comme ça, d'un point de vue philosophique, je ne vois rien de scandaleux à ce que nos gouvernants ayant des approches différentes de l'action politique travaillent ensemble.

    RépondreSupprimer
  11. post scriptum : pour le 2ème paragraphe, je parlais de l'ouverture (pour 'il l'a fait')

    RépondreSupprimer
  12. Ah Loïc, que de bonnes intentions pavent le chemin de l'opportunisme! quelle vision angélique et naïve de ce qu'il faut bien nommer pour ce que c'est: carriérisme et démagogie.

    Car au fond, puisque tout peut se ressembler et s'assembler, pourquoi pas un parti unique où il n'y aurait plus ni droite ni gauche ni centre ni extrême, mais, nous tous ensemble derrière Le Chef, au nom de l'Unité Nationale et de l'Intérêt Supérieur de la Nation.

    Et, à bri de ce Discours, profitent et prospèrent tous ceux qui ne sont pas dupes : c'est à dire ceux qui ont construits ce Discours lénifiant et anesthésiant

    Ca ne te rappelle rien ?

    RépondreSupprimer
  13. Tonnegrande a tout dit...

    Juste un truc sur le droit de grève. NS a dit "toutes les entreprises de transport seront obligées d'avoir un plan de transport minimum les jours de grève". Si ce n'est pas une attaque au droit de grève, c'est quoi ?

    RépondreSupprimer
  14. justement Nicolas, à partir du moment où les syndicats comme les usagers sauront qu'il y a un transport minimum, ne sera-ce pas une raison supplémentaire de faire la grève ?

    'derrière Le Chef, au nom de l'Unité Nationale et de l'Intérêt Supérieur de la Nation.'

    comme souvent ici, quelle caricature. On parle de gens pensant différemment qui travaillent ensemble, pas d'autre chose.

    RépondreSupprimer
  15. Loic,

    Ton argumentaire frise le ridicule. S'il y a service obligatoire, c'est qu'il n'y a pas le droit de grève. Les idées de NS, au début, n'étaient pas mal : obliger à négocier et à travailler pour avoir un service minimum : oui. Obliger les entreprises à assurer le service par la loi : non. Ca veut dire qu'elles sont obligées d'obliger des salariés à bosser. C'est probablement anticonstitutionnel.

    Pour la suite, ce n'est pas de la caricature, c'est de l'angélisme et de la naïveté de ta part ! Les mêmes qui "nous rappellent quelque chose".

    L'opposition doit s'opposer, pas collaborer, sinon on arrive effectivement au parti unique, avec un chef unique, que tout le monde est obligé de suivre. C'est la survie de la démocratie qui est en jeu ! Pas la prochaine tournée.

    RépondreSupprimer
  16. Qu'est ce qu'il ne faut pas lire comme c.... !
    Le droit de travailler est dans la Constitution au même titre que celui du droit de grève.
    Pourquoi n'y aurait-il qu'en France qu'une obligation d'assurer un service minimum dans les transports PUBLICS, payés par les contribuables toutes catégories confondues, salaires et retraites, serait une atteinte au droit de grève ?

    RépondreSupprimer
  17. Et oui Loïc, je persiste et je signe.

    Toutes les dictatures et totalitarismes se sont fondées et se fondent sur le substrat idéologique suivant: les différences revendiquées et affirmées affaiblissent l'Etat et la Nation et empêcheraient de résoudre les problèmes de la société.

    Et non je ne caricature pas : je ne dis pas que nous sommes en dictature ni sous totalitarisme.

    Je dis qu'il est sans doute envisageable de réfléchir ensemble sur des questions qui transcendent les clivages partisants ( il en existe peut-être mais lesquelles et si tu en connais, fais le savoir).
    Mais se prétendre "de gauche" le lundi et se précipiter le mercredi pour aller gouverner (c'est à dire faire des choix, prendre des décisions) , et par définition se solidariser avec ceux-là même qui eux, au moins, ont le courage et l'honnêteté de récuser et combattre les Valeurs, les Idées et les Choix défendus par la Gauche...allons donc!
    Pour être "efficace" et "agir" comme l'affirment les "transfuges"?

    Pour moi, appellons un chat, un chat et un(e) opportuniste, un(e) opportuniste :
    Définition Dico Hachette : opportunisme = attitude consistant à agir selon les circonstances, à en tirer le meilleur parti, EN FAISANT PEU DE CAS DES PRINCIPES)

    Et puis Loïc, si je puis me permettre: donne du sens aux choses et aux mots; il ne s'agit pas de "travailler ensemble" mais de "gouverner ensemble".
    C'est pas pareil au même.
    A+

    RépondreSupprimer
  18. en tout cas , j'adore le boudin noir accompagné de ses pommes revenues à la poêle, avec purée faite maison...

    RépondreSupprimer
  19. Pour tout t'avouer, je n'apprécie pas spécialement les pommes comme légume.

    RépondreSupprimer
  20. 1) Rappelons que homme politique n'est pas un métier et que si certains ne sont pas élus et se retrouvent sans occupation, ça pose le problème de la représentation. Chacun de nous est potentiellement capable de représenter la nation et peut se présenter à la députation ou à tout autre poste de gouvernement.

    2) Le gouvernement est représentatif de l'Assemblée Nationale. Ainsi, l'UMP, malgré la perte de 54 députés, se devrait être majoritaire dans ce gouvernement. L'embauche de personnes du PS ou d'étiquettes politiques différentes est donc une atteinte à la démocratie et à la volonté du peuple.

    3) Sarkozy n'a pas besoin de l'ouverture, il est légitime par le scrutin et ses 53%. Cette ouverture, cette captation de quelques recrues du camp d'en face, à quoi lui sert-elle ?

    4) Tonnegrande a raison !
    Avant le 6 mai, je qualifiais Sarkozy de proto-fasciste et par son élection, il est devenu notre Néo-Président.
    A vouloir un accord général sur tout et vouloir controler son camp et l'opposition, il s'installe bien dans une sorte de bonapartisme de bon aloi. A mon sens, il s'agit bien d'une forme primaire de fascisme…
    :-)

    5) les jours de grève, il y a déjà un train le matin un train le soir ou bien 40% des trains qui circulent. Ce serait quoi un service minimum encadré par la Loi alors ? Rien de plus que de la communication pour les crétins, vu que dans les faits c'est déjà en route.

    :-)

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas : moi j'avais souligné Besson pour les prospectives comme jeu de mot, mais je ne suis pas sûr que cela ait été compris !
    :-)

    RépondreSupprimer
  22. Fil, j'avais compris !

    Pour tes différents points : oui.

    RépondreSupprimer
  23. Nicolas : ah quand même, on est d'accord sur quelques trucs ! :-))

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.