17 juin 2008

A voile et à vapeur d'alcool

« Allons-bon ! » me suis-je dit en lisant le billet de mon pote Didier Goux. Déjà que mon autre pote Sarkofrance fait dans le porno ! « Qu’est-ce qu’il nous fait encore le vieux ? ». Le voilà qui tape sur les bobos Parisiens. Quand il dit ça, ça veut dire qu’il parle des copains des left_blogs ou des vigilants.

Dans son billet d’hier soir, il nous reproche de taper sur les camionneurs et les pêcheurs qui bloquent le pays. N’ayant vu aucun billet dans ce sens, je commente distraitement, de type : « ben alors, qu’est-ce qui vous prend ? ». Et je poursuis ma revue des blogs que j’ai eu la flemme de lire la veille. Le suivant dans la liste : mon pote Antoine. Lui, ce n’est pas par flemme que je ne lis pas avant de quitter le boulot mais parce qu’il a « hard » dans son nom de famille. Les proxis du boulot croient que c’est un site Porno. En fait, il s’appelle Besnehard…

Bref. Je tombe sur ce billet. « ha ha ! me dis-je » car je me parle tout seul. Surtout ce matin, je vais le raconter sur un autre blog : la Comète a réouvert ses portes, je souhaitais aller y prendre un café plutôt que de réfléchir à ces bêtises. « Voilà ce qui a inspiré Didier ».

C’est beau le hasard.

Pourtant, je suis totalement d’accord avec Antoine… et avec Didier car si un blog de gauche avait tapé sur les manifestants maritimes ou routiers ça aurait été lamentable. Et personne ne l'a fait (enfin... je n'ai vu personne).

Donc, si je ne me trompe pas et si c’est bien Antoine qui a inspiré Didier, il faut que je relise Didier consécutivement à Antoine. Vous me suivez ? Bon. Ca ira pour cette fois.

Antoine ne tape pas sur les gens en question. Il fait juste remarquer qu’il y a une pénurie de pétrole et de poisson. Didier dit qu’ils veulent continuer à pécher et à rouler et qu’ils ont bien le droit de le faire. On est d’accord ! Ils peuvent continuer à revenir bredouilles et à la voile.

On peut rester dans sa campagne à raconter des belles histoires sur son clavier, ce n’est pas ce qui va résoudre le problème du transport et le vidage des mers. Le problème du transport n’est pas de résoudre la circulation des camions mais l’acheminement des marchandises.

Antoine fait donc remarquer qu’il est temps de subventionner le fret ferroviaire plutôt que le transport routier. Le coût du gazole ne concerne pas uniquement les professionnels de la route mais aussi les braves gens qui vont travailler et toutes les professions qui ont besoin d’une voiture.

Je propose que les vendeurs de vérandas se mettent immédiatement en grève.

Ils auront droit à une subvention. Ca m’étonne d’ailleurs que l’Europe ne se soit pas préoccupée du sujet. Comment les vendeurs de vérandas peuvent-ils survivre à une augmentation du coût de l’essence ?

Il faut donc lutter contre l’augmentation du prix du pétrole sans toutefois déclarer une guerre aux producteurs de pétrole. Pour ce qui concerne les poissons et le renouvellement du stock, je vois deux solutions : pêcher moins ou encourager une politique nataliste au fond des océans par l’octroi, par exemple, de prestations familiales dignes de ce nom.

Encore que… Quand il n’y aura plus de poisson au fond des mers, les pêcheurs pourront « se faire gardien dans le joli écomusée voisin consacré à la pêche en mer à travers les âges ! »

Pour le prix du carburant, il y aurait bien une solution. Diminuer les taxes. C’est ce qu’avaient fait les socialos en instaurant la TIPP flottante, supprimée par la droite dès son retour au pouvoir.

Et c’est pour ça que se battent les bloggeurs bobos.

(photo)

33 commentaires:

  1. Ben Didier Goux ne sait plus lire ?
    il est trés bien le billet d'Antoine !

    RépondreSupprimer
  2. A noter la colère des infirmiers, médecins et autres professions para médicales qui se plaignent de la hausse du carburant et veulent augmenter les forfaits déplacements : c'est le monde à l'envers quand on connaît leur spécialité à escroquer la sécurité sociale : rendre visite à 4 personnes dans le même bâtiment et facturer à toutes un déplacement entre 3 et 15€...

    RépondreSupprimer
  3. Gaël,

    Si ! Mais il aime bien provoquer (et son texte est bien écrit aussi).

    M.,

    Y'a pas de petits profits. Ces gens qui défendent le libéralisme mais vivent de la solidarité Nationale m'ont toujours fait rigoler.

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas,

    Merci pour ce chouette billet.

    RépondreSupprimer
  5. Bon résumé...
    Cela dit, il y a un problème avec les subventions. Par exemple, l'état surtaxe les clopes puis arrose les buralistes. Quel est le sens d'un truc pareil.

    Ou.

    L'état vante le commerce de proximité et quand il y a cinq bouchers dans la même rue, il faut aider les plus mal lotis même si ils ont ouverts leur truc au mauvais endroit.

    Faut savoir, on est capitaliste ou pas ?

    Plus sérieusement, on nous bassine avec le pétrole, et le Grenelle de l'environnement mais personne n'a encore dit à ce jour. "Bon, on va droit dans le mur, c'est quand qu'on tourne ?"

    Parce qu'il est temps...

    RépondreSupprimer
  6. Ant,

    De rien !


    Dorham,

    Oui ! C'est ce que je voudrais bien expliquer... On va droit dans le mur (pour la pêche comme le pétrole) mais personne ne veut bouger.

    RépondreSupprimer
  7. Faudrait passer des films de cul sous marins, ça inciterait les poissons à se reproduire un peu plus sérieusement.

    RépondreSupprimer
  8. Heureusement qu'il n'y a pas de hublot à nos valeureux sous-marins nucléaires.

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : vous me faites trop d'honneur ! (Et surtout, vous prenez des risques en faisant de la pub pour des billets réactionnaires. M'enfin, c'est vous que ça regarde, n'est-il pas ?)

    Je reconnais que l'élément déclencheur de mon message d'hier était en effet celui d'Ant. Mais il n'a été que l'étincelle : je le trouve tout à fait pertinent sur un certain nombre de points. C'est juste l'histoire du "recyclage massif" qui, par son irréalisme tranquille, m'a fait sourire.

    Il se trouve que j'avais lu, il y a quelques semaines, un autre billet sur ce thème, beaucoup plus dur à l'égard des pêcheurs (à qui je renouvelle ma sympathie et mon entier soutien). Il y a donc eu "convergence" dans mon esprit.

    D'autre part, je ne visais pas spécialement les "vigilants" ou les "left blogs", mon angle de tir s voulait plus large. (Du reste, vous aurez remarqué que, quand je veux titiller un peu les vigilants, je n'hésite jamais à les nommer : réac peut-être, mais pas faux derche...)

    Sur le fond, disons que je ne trouve pas innocent de stigmatiser l'«assistance» (et non l'assistanat...) dont seraient bénéficiaires les routiers ou les marins pêcheurs, surtout lorsque l'on prend fait et cause pour la moindre «revendication d'immobilisme», pour peu qu'elle émane du corps enseignant ou des cheminots (exemples entre autres). Je maintiens que si les deux premières catégories citées votaient "mieux", elles seraient davantage soutenues.

    Mais bon...

    RépondreSupprimer
  10. Autre chose : comme le titre du billet me paraît contenir une allusion perfide à mon égard, je propose que mon message d'hier soir a été arrosé uniquement à l'eau minérale non coupée...

    RépondreSupprimer
  11. Didier,

    "Vous prenez des risques en faisant de la pub pour des billets réactionnaires". Pas du tout ! Aucun risque. Je maitrise...

    "à qui je renouvelle ma sympathie et mon entier soutien". Moi aussi. Enfin, aux ouvriers... pas nécessairement aux patrons qui exploitent des gugusses avec des horaires incroyables...

    "réac peut-être, mais pas faux derche". Je ne l'ai jamais pensé ! D'autant que vous savez qu'une partie d'entre nous vous lit (il faut connaitre ses trolls !).

    "comme le titre du billet me paraît contenir une allusion perfide à mon égard". Pas du tout. J'ai relu mon billet pour chercher un titre, j'ai trouvé le mot "voile" : le titre du billet m'a sauté aux yeux... C'est APRES que j'ai pensé à vous. ;-)

    Et c'est la preuve que quand vous buvez de l'eau minérale, vous dites des bêtises.

    RépondreSupprimer
  12. S'il fallait attendre d'être bourré pour dire des conneries, la vie serait d'un triste !

    RépondreSupprimer
  13. La solution : ne jamais désouler.

    RépondreSupprimer
  14. Il faudrait peut-être réfléchir rapidement à améliorer les bagnoles électriques et à les vendre moins cher...

    ps je sais ! ça fait café du commerce. mais depuis le temps que les bagnoles électriques existent,le constructeurs français (et les autres) auraient peut être pu penser à les améliorer pour qu'elles soient rentables ...

    RépondreSupprimer
  15. Elmone,

    Ils y travaillent ! Je ne suis pas un spécialiste (je n'y connais même pas grand chose) mais j'avais vu un dossier là dessus, assez récemment, dans sciences et avenir, je crois.

    En conduite rurale, il y a un problème d'autonomie (ou de poids et de taille des batteries ce qui revient au même). En ville, ça commence à se développer. Quelques administrations commencent à l'en équiper... Mais je crois qu'elles avaient fait fausse route en se pachant sur les carburants biologiques (on pense maintenant que cette orientation est mauvaise, ça crée d'autres problèmes écologiques... et alimentaires).

    RépondreSupprimer
  16. "Mais je crois qu'elles avaient fait fausse route en se pachant sur les carburants biologiques (on pense maintenant que cette orientation est mauvaise, ça crée d'autres problèmes écologiques... et alimentaires)."

    C'est pour ça que j'ai parlé de bagnoles électriques et non celles qui roulent au bio carburants.

    RépondreSupprimer
  17. Elmone,

    Ce que je voulais dire c'est que les administrations avaient d'abord pensé aux biocarburants puis se penchent maintenant vers l'électrique, d'où le retard...

    RépondreSupprimer
  18. Je vous rappelle que, pour produire de l'électricité, il faut avoir soit du pétrole (pour faire tourner la centrale), soit... de l'énergie nucléaire. Or, voilà plus de trente ans que la gauche de la gauche braille contre le nucléaire.

    Dans ce cas on fait quoi ?

    Quant à la foutaise des carburant biologique, ils ont été prôné durant le même temps par tous les écolos de la planète. Aujourd'hui qu'on se rend compte des effets secondaires désastreux, signalés plus haut par Nicolas, on attend encore que ces mêmes écolos reconnaissent publiquement avoir fait fausse route et avoir raconté n'importe quoi.

    Je crois qu'on peut attendre encore un peu...

    RépondreSupprimer
  19. Pour la voiture, j'ai vu sur dailymotion le principe du moteur à eau.
    Et à la télé un truc qui montrait que la voiture pouvait (en roulant à l'essence) engranger de l'électricité pour ensuite "switcher" sur le mode électrique et ne plus consommer pendant un certain temps.

    Ne reste plus qu'a combiner les deux, et avec un litre de pétrole et un litre d'évian, on fera 100 bornes.
    Sinon, je propose la voiture à voile.

    RépondreSupprimer
  20. Oui, on peut attendre.

    Pour le nucléaire, le problème est que tout le pognon part dans la construction de centrales alors que la part pour la recherche est dérisoire.

    RépondreSupprimer
  21. Benjii,

    Oui le moteur à eau... un jour peut-être.

    Le truc des voitures à essence ET électricité existe déjà (je crois que c'est vendu par Toyota, sur la Prius).

    RépondreSupprimer
  22. Le moteur à eau existe mais n'est pas commercialisé et, j'ai vu également un reportage sur les moteurs à hydrogène.

    RépondreSupprimer
  23. Christie,

    Il existe peut-être mais il n'est pas industrialisable ! Sinon, tu penses bien que tous les écolos brandiraient des pancartes. Je crois qu'il faut compter au minimum 10 ou 15 ans de recherche pour avoir des vrais prototypes.

    Néanmoins, je me répète : je ne suis pas du un connaisseur du sujet.

    RépondreSupprimer
  24. Le moteur à hydrogène existe, mais ne fonctionne de façon otpimale qu'en conditions de laboratoire. Le stade industriel n'est pas encore pour maintenant. C'est ce que m'a expliqué un collègue qui travaille dessus.

    RépondreSupprimer
  25. Je ne pensais pas lancer un tel débat. Tant mieux !

    Didier Goux,
    J'aime bien votre billet sur votre propre blog, mais comme vous ne me mettez pas de lien, je viens le commenter ici. Bien fait pour vous. :-)

    RépondreSupprimer
  26. on pourrait revenir au cheval... c'est sympa le cheval, ça fait du crottin pour amender les terres. Et puis monter en amazone, j'ai toujours trouvé ça trop classe. A la place des parking, on fait des écuries. Sincèrement, je suis sur qu'on mettrais autant de temps pour aller au boulot en cheval qu'en voiture. Et puis les emboutaillages sur le périph' serait beaucoup plus riant, entre les calèches, les carosses et les grosse berline revisitées néo-victoriannisme.

    RépondreSupprimer
  27. T'aurais un look d'enfer en Portos, façon trois mousquetaires ;)

    RépondreSupprimer
  28. Gaëlle,

    Je vais faire suivre ton message à la direction du Modem. Ils seront probablement ravis.

    Le Modem propose... On est dans une belle phase de la démocratie Française.

    RépondreSupprimer
  29. Je parlais pas d'un moteur a hydrogène, mais d'un type qui fout de l'eau avec son gazoil.

    Et comme les voitures hybrides existent, ya plus qu'a faire une voiture hybride et mettre un peu de flotte dans le moteur, et on n'utilise presque plus d'essence.

    Pas besoin d'attendre 15ans, les shémas sont disponibles sur wikipédia (par contre, faut être un peu bricolo, et avoir un moteur sur lequel sa fonctionne).

    En fait, il faudrait juste que les moteurs hybrides soient compatibles avec le mélange essence/ eau (ce qui n'est pas le cas, il me semble).

    RépondreSupprimer
  30. L'Etat continue de même de subventionner grassement l'achat de voitures toutes neuves qui brûlent de l'essence. Il y a des logiques étranges...

    RépondreSupprimer
  31. sur le tipp flottante, c'est vrai que depuis les camionneurs nous détestent moins

    www.romainblachier.fr

    RépondreSupprimer
  32. De là à parler du grand amour...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...