12 novembre 2008

Parti de Gauche - Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez

Le PS, le MRC, le PC, le NPA ont le plaisir et la joie de vous annoncer la naissance de leur petit frère, le Parti de Gauche. Les papas, Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez se portent bien. Merci.

Le parrain, Oskar Lafontaine offrira l’apéritif pour le baptême, le 29 novembre. Je ne boirai pas de son eau.

Un des papas, Jean-Luc, déclare « J'aimerais bien que Henri Emmanuelli nous rejoigne, de même que Benoît [Hamon] et les autres ».

On n’a pas fini de rigoler dans nos blogs.

18 commentaires:

  1. La prochaine fois qu'il veut lancer le buzz autour d'un acte politique, qu'il ne s'y prenne pas 1 an à l'avance en réservant les domaines et se faire griller par les blogueurs (en plus) de son propre camp !

    C'est original comme nom tu trouves pas. Ca droitise le PS sévérement tout de même...

    RépondreSupprimer
  2. Moi je veux bien, mais par pitié, qu'on lui épile les sourcils.

    RépondreSupprimer
  3. Seb,

    Tu vas pouvoir adhérer au PS.

    Mélina,

    Et alors ? Ca te gratte les cuisses ?

    RépondreSupprimer
  4. ils n'ont pas besoin d'Emmanuelli qui siégera à la direction du PS entre le gauchiste Valls, le révolutionnaire Peillon...

    On va se marrer dès vendredi...

    RépondreSupprimer
  5. Bon... Ca me semble être l'acte fondateur de la réélection de Nicolas Sarkozy. On va faire aussi bien que les Américains !

    Enfin, si ça peut nous garantir l'élection d'un Black (ou Beur)ou d'une femme en 2016, ça ne serait peut être pas si mal ...

    RépondreSupprimer
  6. Un parti de gauche qui s'appelle PDG, nan tu déconnes Méluche!

    RépondreSupprimer
  7. Si je comprends bien, Jean-Luc Mélenchon est à Ségolène Royal ce que, naguère, Bruno Mégret fut à Jean-Marie Le Pen : on connaît les brillants résultats de ce genre de scission...

    RépondreSupprimer
  8. Est-ce qu'on ne serait pas en train d'assister, in fine, à l'explosion du PS, laquelle va entraîner sa disparition ? Je dis bien « du PS », pas de la gauche. Ce serait peut-être bien la chance de cette dernière, du reste.

    RépondreSupprimer
  9. Hé, c'est une excellente chose que Mélenchon et ses copains aillent jouer de leur côté ! Ça va au moins clarifier un peu les choses. Depuis le temps que ces gars-là se sentaient mal au PS, n'arrêtaient pas de critiquer, etc., cela devenait urgent qu'ils aillent créer leur propre parti.

    Depuis le temps aussi que le PS est une constellation de courants qui n'ont pas grand chose à voir, et qui se tirent dans les pattes les uns aux autres... S'ils se scindent en plusieurs partis de gauche, cela ne changera pas grand-chose, à part qu'ils devront négocier entre partis différents pour les élections, au lieu de négocier à l'intérieur entre plusieurs courants.

    Bref, je ne vois pas très bien pourquoi certains paniquent ? Même en laissant de côté le cas du troll de service et son parallèle oiseux avec le FN, j'ai l'impression qu'il y a pas mal de gens ici et à gauche en général qui semblent se fier aux "interprétations" (pas du tout orientées, oh nooon) de la situation par l'UMP...

    Cela dit, on pourrait se poser la question : s'ils sont tellement ravis de voir Royal arriver en tête, ces gros malins de chez Lefebvre & co., pourquoi dépensent-ils tellement d'énergie et de temps à la discréditer ?

    La gauche vu de droite, c'est généralement bizarre, c'est sûr.

    RépondreSupprimer
  10. Irène, l'application têtue que vous mettez à toujours être égale à vous-même force l'admiration.

    RépondreSupprimer
  11. Ouais, en somme, pendant le congrès la fête continue (et même après) !

    RépondreSupprimer
  12. On a la même sympathie pour eux que pour des boat-people... Un événement politique qui donne lieu à tant de bons mots, étrange. S'ils réussissent, on pourra vraiment dire qu'ils sont partis de rien.

    RépondreSupprimer
  13. Il est vraiment fasciné par Die Linke le pére méluche

    RépondreSupprimer
  14. Die Linke ? Je lis plutôt Parti à gauche. Ciao mon gars. Dis-moi si croise encore quelqu'un.

    RépondreSupprimer
  15. Je trouve ça clair comme démarche. Au lieu de continuer à fourvoir dans un parti qui ne sait même plus être de gauche et qui planifie déjà une alliance avec le centre droit de Bayrou (avant même d'avoir mené bataille, il se déclare minoritaire ?), Mélenchon poursuit sa route tout seul.
    Je suis d'accord avec Irène pour dire que ça clarifie les choses et que bien sûr, s'il y a d'éventuels pourparlers électoraux, ce sera sur une base saine !
    :-)))

    RépondreSupprimer
  16. Quoi ? Mon secrétaire n'est pas passé répondre aux commentaires, ce matin ?

    Je m'y colle !

    Pas perdus,

    C'est sur qu'on n'a pas fini de rigoler !

    Elmone,

    Ne mets pas tout sur le dos de Mélenchon, ce n'est pas son départ qui sera l'acte fondateur, mais les causes de son départ.

    Olivier,

    Il aurait pu l'appeler : Organisation Socialiste.

    Didier,

    Pour Mégret, je ne sais pas... Pour "la chance de la gauche", peut-être (c'est que j'avais dit dans un billet d'il y a un an que j'ai rappelé récemment).

    Irène,

    Le troll dont tu parles indique aussi que c'est peut-être une chance pour la gauche, ce que tu sembles penser aussi...

    Pour ce qui concerne la droite : en la critiquant, ils la mettent en personnage central de l'opposition... et en font "leur candidat préféré" pour 2012.

    Le Coucou,

    Ce n'est pas près de s'arrêter, je crois !

    Mtislav,

    Souhaitons leur bon courage pour que ça puisse alimenter nos blogs.

    Romain,

    Faut croire.

    Juan,

    Il pourrait croiser les Verts ? (smiley...).

    Poireau,

    On est d'accord ! Si tout ce monde ne se fout pas sur la gueule en préparant les élections, ça peut être très bien.

    RépondreSupprimer
  17. C'est le départ on l'espère d'une recomposition de la gauche, et je trouve assez rigolo à quel point les gens sont méprisants :)

    Au début ils allaient même jusqu'à railler du fait qu'ils étaient seulement deux dans ce nouveau parti, le 29 au meeting de lancement ils étaient passés de 2 à 3000 ;)

    Ca pousse vite un parti de gauche en qqs jours ? ;)

    Avec la dérive du PS ce parti vient à point nommé pour les millions de gens de gauche qui ne se retrouvent plus dans la dérive du PS.
    En constituant un front de gauche, s'ils arrivent à passer en tête, devant le PS à gauche, tout peut changer ensuite.

    L'UMP qui se délecte d'avance d'avoir Royal en face aura peut être finalement une gauche recomposée et beaucoup plus combative au final, cela ne sera déjà pas la même chanson.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...