26 avril 2020

#confinés jour 41 - faire revivre notre gauche


Diaporama vieilles voitures années 1960 - YouTubeEn ce quarante-et-unième jour de confinement, je vais commencer par tenter de résumer une partie des propos tenus lors de notre apéro de blogueurs hier soir tout en y mettant mon grain de sel au sujet de l’avenir « politique » de la France. Les questions centrales tournaient autour de trois thèmes : « le clivage droite gauche existe-t-il toujours ? » ; « comment faire triompher nos idées ? » (nous étions tous d’une gauche, disons, modérée) et « quelles politiques seront opposées au second tour de 2022 ? ».

Electoralement, Macron a tué le clivage en question. Il l’a fait habilement en se positionnant au centre gauche tout en disant qu’il n’était ni de droite ni de gauche. Il a eu une part de chance en bénéficiant des erreurs des anciens deux grands partis de gouvernement mais aussi des casseroles de Fillon.

C’est assez facile d’expliquer les victoires électorales par la chance et les erreurs des autres puisque c’est presque toujours le cas mais il y a un fait nouveau : ces deux partis n’ont pas réussi à se refaire une santé depuis la dernière présidentielle et c’est une conséquence de ces erreurs. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet. Je me fous de LR et, des échos que j’en ai, le PS n’écoute plus les militants et est devenu une structure verticale avec des ordres qui partent d’en haut, d’un conseil national dans une bulle, même s’ils n’ont aucun sens. Force est de constater que l’électorat cumulé des deux partis représentaient plus de 50% des électeurs il y a une dizaine d’années et que l’on doit être aux alentours de 15 actuellement.

Les vieilles voitures s'exposent et se baladent à Nogent-le-Rotrou ...Une des erreurs du PS fut d’entrer en opposition totale avec LREM alors qu’une majorité des électeurs de Macron au premier tour était issu de son propre électorat. On me dira que ce n’était pas une erreur et on argumentera mais le résultat est là. Le PS a été incapable de trouver un candidat pour les européennes et si les municipales n’ont pas été un échec c’est, outre le fait qu’elles ne soient pas terminées, grâce à la personnalité de certains maires sortant et sûrement pas de l’échelon national. Aucune personnalité de se distingue pour 2022.

Je m’écarte de l’objet de mon billet. Répondons tout de suite à une question posée. Le clivage droite-gauche existe-t-il toujours ? La réponse est « oui », dans nos cœurs voire notre façon de penser, mais il ne pèse plus dans les urnes et il est submergé par un tas d’autres clivages qui rendent beaucoup de positions illisibles. Souverainiste ou européiste ? Républicain ou communautariste ? Populiste ou progressiste ? Libéral ou étatiste ? Vous pouvez compléter.

Ce qui nous amène à traduire une autre des trois questions : « quelle force politique sera opposée à une extrême droite au second tour de 2022 ? ». La dernière question devient donc : « comment faire pour que nos idées y soient ? » Elle est évidente, cruciale, tous les partis se la posent mais depuis 45 ans, le PS ne le fait plus. En 2002, il était sûr de lui. En 2017, il était sûr de ne pas y être.

RASSEMBLEMENT DE VIEILLES VOITURES: 23 juin à SEES. - Le blog de ...Certains participants à notre apéro d’hier avaient des avis qui tournent autour de l’écologie et du progressisme. Pourquoi pas ? Tout d’abord, le progressisme, en matière sociétale, on imagine ce que cela peut être. En matière économique, je ne sais pas. L’écologie, sûrement, mais de manière pragmatique. Un grand aéroport dans l’ouest, c’est mal. C’est quand même mieux que 14 aéroports dans une région. Le nucléaire, c’est mal. C’est quand-même mieux que le pétrole et encore (peut-être pas pour toujours) plus efficace que le renouvelable.

Il reste les quatre questions que je posais : « Souverainiste ou européiste ? Républicain ou communautariste ? Populiste ou progressiste ? Libéral ou étatiste ? » Il ne s’agit pas franchement d’y répondre mais de se positionner en fonction des clivages qu’ils représentent. Les sujets sont ardus. Par exemple, la gauche tape souvent sur le libéralisme mais c’est une erreur profonde : qui va foutre à la poubelle la liberté d’entreprendre ? Qui va nationaliser toutes les boîtes ? Mais qui va penser que l’Etat ne doit pas intervenir dans l’économie ?

Qui sont les "Youngtimers", ces nostalgiques fans de vieilles ...Enfin, il faut bien penser à ce qu’est la gauche parce le cœur de l’électorat y est. Il ne veut pas qu’on l’oublie… Mais il ne faut pas une gauche idéologique mais une gauche pragmatique. Prenons la réforme des retraites. J’ai fini par me ranger contre car il devenait de plus en plus évidemment qu’on allait être arnaqués… Néanmoins, l’idée d’un organisme géré par l’Etat et auquel on cotise et qui reverse de l’argent à ceux qui ne peuvent plus travailler, à partir d’un âge raisonnable, disons 62 ans, en fonction de ce qu’ils ont eux-mêmes cotisé avec néanmoins un minimum tout en prenant en compte les modifications de la société, de la structure du travail… n’est pas idiot. C’est un régime unique et universel de retraite par points. C’est très gauchiste, on ne défend plus des intérêts particuliers ou celui de caisses de retraite, de corporatismes… C’est ballot. L’opposition systématique n’est jamais bénéfique…

Voila ma réponse aux questions d’hier soir mais il reste deux points à aborder. Le premier tourne autour de la conséquence de la crise sanitaire. Je suis persuadé qu’ii y en aura très peu au niveau électoral mais qu’elle est probablement une chance pour les idées écologistes et que le type qui fera campagne pour continuer à importer des masques de Chine parce qu’ils sont moins chers ne risque pas d’être élu… Elle est aussi la démonstration de la nécessité de l’Etat d’intervenir à certains niveaux de l’économie (tout comme la crise de 2008, mais l’argumentation a vite été oubliée).

Le dernier, sans doute le plus important, malheureusement, est qu’li faut un type ou une gonzesse pour porter tout cela, une personne connue du grand public, quelqu’un qui saura faire de la politique autrement sans se baser sur la verticalité d’un PS moribond avec un mode de fonctionnement complètement archaïque. Et avec la dose de populisme nécessaire sans l’opposer au progressisme.

Vieilles voitures place de la Mairie à Rennes le 28 janvier 2018 ...Chez LR, ils ont des candidats potentiels mais à gauche, c’est le calme plat.  A la limite, il y aurait Montebourg qui répond à certains critères mais beaucoup ne peuvent pas le blairer, dont moi, mais s’il se déclarait, il aurait probablement mon soutien, par défaut.  On sent Royal dans les startingblocks. Il faut que le PS et ses alliés naturels se dépêchent de trouver une stratégie, un enrobage de projet et la personne idéal, pas nécessairement au PS, pas dans une logique en cohérence avec les appareils des partis. La question n’est à ce jour pas de savoir si on va remplacer des vibromasseurs au gazole par les godemichets électriques mais de savoir quelle vision globale de la société on va présenter et qui sera aux manettes.

Au boulot !


Quant à moi, j’oubliais que je n’étais pas dans un billet politique mais dans mon journal de confinement. « Pour les masques en revanche, nothing as usual. Enfin presque, on apprend qu’après quatre mois de retard, et avoir verbalisé un million de français [….] (ce qui représente […] 1,2 Milliard de masques), la fameuse de livraison de masques par l’état sera en fait une vente de masques ...en provenance de Chine donc. » Vous pouvez prendre des nouvelles du gouvernement chez Seb Musset.

Pour le reste, j’ai fait une visio avec des copains de Bretagne, hier soir, et une autre ce matin avec les patrons du 1880 puis les vieux du même bar. C’est rigolo que je ne pense à faire des visios avec les potes qu’au bout de six semaines de confinement alors que j'en fais tous les jours pour le boulot...

28 commentaires:

  1. Vous devriez nous donner votre avis sur l'analyse si nuancée de votre copain (ici, un lien s'impose, ça vaut le coup !) :


    http://sarkofrance.blogspot.com/2020/04/Macronistan676.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed:+Sarkofrance+(Macronista)&m=1

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lien ne s’impose pas : il est dans ma bloguerolle. Et vous êtes hors sujet de mon billet.

      Supprimer
    2. Je n'avais pas l'impression d'être hors sujet.

      Supprimer
    3. Ben si. Mon billet est sur l’avenir du centre gauche, celui de Juan porte sur les actions du gouvernement.

      Supprimer
  2. Hé bé… ils ont l'air drôlement fun vos apéros en visio, dites-moi ! Avec des sujets de conversation pareils, je comprends que tout le monde finisse bourré et en larmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bourrés, je ne dis pas, mais en larme, non... Au contraire, on rigole bien, chaque phrase est assortie d'anecdotes diverses...

      Supprimer
    2. Je suis sûr que, une fois les ordinateurs éteints, les filles qui ont participé s'effondre en sanglots. En pensant soit à la misère de la gauche, soit à la leur propre.

      De toute façon, une fille, faut que ça pleure, pas à tortiller.

      Supprimer
    3. Pas inférieurs : juste plus humides…

      Supprimer
    4. inférieurs au niveau de la mer, donc.

      Supprimer
    5. Bourrée oui. En larmes, non.
      Surtout pas pour de la politique !

      Supprimer
    6. Si on ne savait pas que vous lisiez, on ne se fatiguerait pas à écrire des méchancetés !

      Supprimer
    7. Arf !!!
      Je pense que notre progressiste en chef, pardon en cheffe, va apprécier cet échange !

      Supprimer
    8. Bourrée, oui !
      En larmes, certainement pas.
      Et surtout pas pour de la politique.

      Supprimer
    9. C'est ce que j'essayais d'expliquer à Didier : j'ai repris à ma sauce une discussion en éloignant toutes les anecdotes dont celles qui concernent notre recul par rapport au parti...

      Supprimer
    10. Exactement !
      (Et tu l’as très bien fait)

      Supprimer
    11. J'ai tout de même encore le droit de faire semblant de ne rien comprendre, non ?

      (Et en voilà une phrase qui tortille du cul pour ne rien dire…)

      Supprimer
    12. « Si on ne savait pas que vous lisiez, on ne se fatiguerait pas à écrire des méchancetés ! »

      C'est l'évidence même ! On pourrait d'ailleurs élargir le concept en affirmant que toutes les conneries que disent ou font les hommes disparaîtraient d'elles-mêmes si les femmes n'existaient pas. Ou si nous devenions brusquement tous pédés (ce qui est une façon plus directe de s'élargir le concept).

      Supprimer
    13. Ah mais on se fouterait de la gueule de tous les pédés passif et nous tournerions en rond.

      Supprimer
  3. Les masques ? vaste programme !
    C'est vrai que notre pays a laissé disparaitre son dernier fabricant. Donc on achète là ou ça va le plus vite donc en Chine (avec quand même quelques méfiances pour des malfaçons). Depuis plus de 250 entreprises se sont mises au travail et produisent (en 3 X 8 si j'ai bien compris).
    Mais le problème n'est pas forcément résolu pour autant.
    Il faut de la matière première que nous n'avons pas en France. (Coton ou produits issus du pétrole)
    Il nous faut aussi de toute urgence des médocs indispensable pour la réa dont le curare que nous devons importer soit des régions amazoniennes soit d'Afrique équatoriale.
    L'autosuffisance de notre pays ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas à l'auto suffisance et ne suis pas opposé à une certaine mondialisation. Après tout, si les Chinois produisent des smartphones beaucoup moins chers que nous, on peut en importer. Il y a par contre, d'autres trucs qu'il est complètement crétin de produire au bout du monde.

      Supprimer
    2. Pas évident: dans quelques années (et c'est peut-être déjà un peu le cas, sans que nous nous en rendions compte), on n'existera plus, sans smartphone... Alors, s'il y a pénurie et qu'on ne sait plus en fabriquer...

      Supprimer
    3. Peut-être... Mais c'est plus préoccupant pour d'autres technologies de pointe qu'on a laissées partir, notamment en terme de télécom, d'équipements réseau,... (je parle pour le domaine que je connais un peu).

      Prenons les masques : on sait maintenant qu'il faut environ deux ou trois mois pour se remettre à en produire en masse. Donc, hors crise, on devrait avoir un stock qui nous permette de tenir deux ou trois mois. Les masques sont périssables donc il faut les renouveler périodiquement, ça ne me dérange pas qu'on le fasse par les importations. Tant qu'on est sûrs de pouvoir en produire en deux ou trois mois.

      Supprimer
    4. Mais on a toujours conservé, justement,une réserve de masques correspondant aux besoins de 2 mois en temps normal (et régulièrement renouvelés, car ils se périment avec le temps ). Ce qu'on n'avait pas prévu, c'est que ces besoins se trouveraient multipliés si rapidement par ce virus et bouffés en temps record... et personne ne l'avait prévu, d'où la pénurie généralisée, les masques détournés sur les tarmacs des aéroports du pays auquel ils étaient destinés et qui les avait déjà payés par un autre qui offrait un prix plus élevé, l'envoi par la Chine de masques inutilisables mais déjà payés, etc.
      Même problème avec les respirateurs :le Portugal en avait commandé 5 000 à la Chine, payés d' avance ( c'est toujours comme ça, avec la Chine) : il vient de recevoir les 500 premiers... tous inutilisables.

      Supprimer
    5. Non, ils n'étaient plus renouvelés pour différentes raisons, notamment le fait que la loi a changé et qu'il est devenu aux employeurs d'avoir le stock nécessaire pour assurer le boulot. Les types en charge du stock d'Etat se sont rendus compte en 2018 que le stock était encore moins bon que prévu et le professeur Salomon (Directeur de la santé publique de mémoire) en a été informé en début 2019 mais qu'il n'a rien fait alors que la production de masques ne coûte pas grand chose, disons 100 millions pour les 900 000 qui manquaient.

      Il y avait un article dans Challenges hier récemment.

      Ceci est un lien sur lequel on peut cliquer.

      Supprimer
  4. Comme vous le dites, le clivage existe..mais j'ai l'impression qu'une grande partie de la gauche et une autre de la droite se rejoignent sur la nécessité d'un socle social et solidaire pour garantir une société sereine et stable et garantir un minimum de liberté d'entreprendre. Ce n'est pas du ni droite ni gauche..parce qu'il ne faut pas gommer les différences.
    Mais peut être ai je tort..
    Sylvie

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...