03 avril 2020

#Confiné Jour 18 - Un tour à Tolbiac

ibis Paris Italie Tolbiac, Paris – Tarifs 2020
Destination aléatoire

Ce dix-huitième jour est à marquer d’une croix dans le calendrier. Dûment muni de mon attestation dérogatoire, j’ai fait ma première promenade pédestre depuis des années. C’est assez plaisant d’avoir l’Avenue de Fontainebleau au Kremlin-Bicêtre et l’avenue d’Italie pour soi. Je n’étais pas seul, entendons-nous, mais il n’y avait pas les éternels badauds, les vendeurs à la sauvette, les vendeurs pas à la sauvette.

J’ai fait deux kilomètres et demi, en tout. C’est la première fois que je dépasse les 300 mètres depuis le début du confinement et, en déconfinement, je fais le strict nécessaire, genre aller du boulot au bistro, du bistro au métro, du métro au bistro et du bistro à chez moi.

Au retour, je me suis arrêté devant la Comète et regarder par la vitre. C’est étrange, le bar était comme d’habitude quand il est fermé, prêt à ouvrir pour le matin. Les serveurs avaient été prévenus le samedi soir que le bar était ouvert. Ils ont fait le tout dans la précipitation et ont agi par réflexe. Par exemple, ils ont mis les pots avec le sucre sur le comptoir. Comme si c’était utile ! Après un mois ou deux de confinement, il faudra refaire le ménage complet, désinfecter et tout ça. Ça me  semble d’autant plus bizarre qu’il y aurait dû y avoir un changement de gérance le premier du mois mais l’affaire a évidemment mise en suspens. Je ne sais donc pas qui sera au comptoir lors de la réouverture.

J’ai découvert des choses dans mon quartier où il y a plein de commerce, je ne faisais pas attention. Là, seuls les commerces alimentaires étaient ouverts et j’ai pu les regarder. Par exemple, j’ai vu une boucherie charcuterie alors que j’étais persuadé que toutes les boucheries du coin étaient halal.

Le plus drôle est que j’ai oublié de faire mes courses. Ça va me coûter une nouvelle attestation à écrire et une deuxième sortie de la journée moi qui m’étais juré de ne pas passer plus de deux fois par semaine sur l’avenue.

Hier, je parlais de la rumeur de la mort de l’ancien maire du patelin. C’était bien une fausse nouvelle, heureusement. Son épouse a fait un communiqué vu que des andouilles l’ont appelée. Ce n’est pas malin. Il est « seulement » à l’hôpital, touché par le COVID.

Côté boulot, ça va à part de nombreux problèmes techniques. Ce matin, par exemple, j’arrivais bien à accéder à internet au travers des applications (Teams, Outlook,…) mais il m’était impossible d’aller sur l’intranet ou un site web avec Chrome ou IE (et je n’ai que ça). Ces incidents sont dû à ce Covid (il  y a plus de gens en télétravail et les équipes ont dû livrer des portables, augmenter la capacité des tuyaux).

A propos de Teams, que je découvre de plus en plus, je suis assez épaté des performances de la chose. Par contre, beaucoup de collègues l’utilisent comme un outil de conversation instantanée soit avec toute l’équipe ce qui fait qu’on s’y perd. Je dois recadrer les gens un par un. Et les outils de partage de document (par exemple, une feuille Excel que l’on modifie à plusieurs en même temps).

Hier, j’évoquais la rumeur de l’ancien maire de la ville. Une copine fiable m’a appelé pour m’informer pour me le dire alors qu’elle tenait ça d’une personne fiable et bien placée à la mairie. J’ai appelé un copain bien renseigné qui venait d’apprendre « l’information » par des gens… fiables dont une copine commune qui bosse à l’agglomération. J’en ai parlé à ma mère qui n’était pas au courant et ses copines non plus. J’avais un gros doute puisque je ne trouvais pas une seule dépêche d’un canard local mentionnant ce fait. Le copain a fini par m’appeler pour me dire que c’était faux, finalement, puis m’a envoyé un SMS, ce matin, pour me dire que c’était vrai. J’y repense à 15h15 et je vois une dépêche de 15h15 (le hasard est grand et Google News est rapide pour mettre à jour ses index…) reprenant les propos de l’épouse de l’ex qui démentait formellement et était « énervée » par ses rumeurs (la pauvre, aussi bien des gens n’ont pas arrêté de l’appeler pour présenter des condoléances.

Le confinement m’interroge de plus en plus (pour vous dire, il m’a téléphoné pour m’interroger). Quand on va sortir, le virus sera encore là. Le gouvernement ne va pas nous imposer de rester à la maison. Donc on aura de nouveaux malades et un nouveau confinement. Ca pourrait durer assez longtemps, jusqu’à ce qu’une forte population ait des défenses immunitaires contre ce truc qui ne pourra plus se propager. J’imagine que ça dure jusqu’à la fin de l’année. Confiné 3 semaines. Déconfiné deux semaines, confiné à nouveau trois semaine et ainsi de suite. C’est d’une gaité. Heureusement que je n’y connais rien et rigole presque de mon propre avis.

Ou alors, ils vont faire une déconfinement alternatif. Les semaines paires sortent ceux qui sont nés un jour pair ou un truc comme ça. On n’a pas fini de rigoler.

Plus sérieusement, j’ai vu qu’ils allaient faire une application sur iPhone. On sera obligés de se déclarer sur un site web du ministère et la marée chaussée pourra vérifier avec un QR code. Les gens se réjouissent mais j’ai du mal à avoir un avis. D’une part, ça revient à obtenir l’autorisation d’un serveur du gouvernement (alors que l’attestation est un truc sur l’honneur : je jure de ne pas faire le con), c’est bien autre chose, et, d’autre part, c’est l’introduction d’un flicage généralisé. Je ne suis pas parano ou complotiste mais je regarde toujours ces machins avec circonspection.

J’ai donc fait une deuxième sortie pour faire des courses. Rien de particulier à signaler sauf qu’il y avait beaucoup plus de monde aux caisses automatiques que les trois ou quatre fois où je suis allé depuis le début du confinement mais moins de gens de le magasin. Cela vous intéresse sûrement.

Et j’ai oublié le beurre. Il va falloir faire la cuisine à l’huile. Je ne déteste pas non plus. Pendant des années, j’ai cuisiné à l’huile puis je me suis lassé et j’ai repris du beurre ; voilà enfin un propos intéressant dans ce « journal » fleuve. 

Ce qui me fait penser qu'il y a une affiche "changement de propriétaire" sur "l'épicerie fine restaurant" en bas de chez moi. Le changement, c'est maintenant. 

12 commentaires:

  1. tu réfléchis à une conversion professionnelle ?

    RépondreSupprimer
  2. Toi tu vas nous sortir un billet « confinement jours 42 : j’ai fait une séance de pilâtes et de gainage » attention 😉

    Sinon y avait des chevelus citoyens à Tolbiac où ils ont été dégagés ?

    Bon « week-end »

    RépondreSupprimer
  3. Ca pourrait durer assez longtemps, jusqu’à ce qu’une forte population ait des défenses immunitaires

    Ce sont aussi les prochaines vacances qui risquent d'être étranges (si toutefois vacances il y a). Les plages bondées de Palavas ou du Grau du roi, par exemple, interdites par crainte d'une recontamination, les terrasses des cafés pareillement interdites etc, etc..
    Nous nous dirigeons vers un été assez particulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et plus aucun festival, même pas en Avignon.

      Supprimer
    2. Ça c'est pas une grosse perte...
      Je parle de la programmation bien sûr !

      Supprimer
    3. D’accord avec Fredi. Pour une fois qu’il ne raconte pas de conneries.

      Supprimer
  4. "Le confinement m’interroge de plus en plus (pour vous dire, il m’a téléphoné pour m’interroger)". Ah ben, moi, il m'a pas téléphoné le confinement… mais j'attends, scotché au téléphone, son appel… Bon, je rigole !!! Ne pas s'énerver, c'est la source de tous les succès...

    RépondreSupprimer
  5. Encore un mois ou deux de Grand Claquemurage et on va voir notre Nicolas s'inscrire pour une semaine de trekking dans le Haut-Tibet…

    RépondreSupprimer
  6. Mieux vaut être confiné que con fini.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.