15 avril 2020

#Confiné jour 30 - un peu d'optimisme


En ce trentième jour de confinement – autant dire un mois, je me disais qu’il serait plus rigolo de faire un compte à rebours. Il nous reste donc probablement (disons « officiellement ») vingt-cinq jours de confinement. Les choses pourraient changer en pire, évidemment, mais en mieux également. Comme je le disais encore hier : il n’y a pas de mal à se faire du bien. Je vous livre quatre informations pour mon journal de confinement pas encore à rebours.

La première est chez France Inter : les enfants sont peut-être moins porteurs du virus qu’on ne le croit. La deuxième est dans les Echos : une nouvelle sommité a déclaré se dit favorable au médicament du professeur Raoult. La polémique continue à faire rage. Mes confrères et néanmoins amis Denis et Captain Haka pensent tous les deux (sous deux angles) que les opposants au professeur sont des guignols. La sommité a un angle d’analyse qui me plait bien et qui me traîne dans la tête : il y aura plus de morts à ne pas utiliser le médicament qu’à l’utiliser… Sauf sur ce dernier point, je ne prends pas parti mais j’aimerais bien voir la tronche des lascars qui critiquent maintenant Raoult avec les mots un peu durs si des gouvernements se mettaient à défendre massivement la Chloromachine… La troisième est à prendre avec des pincettes vu qu’il s’agit d’une vidéo qui tourne dans Facebook. On y voit des policiers distribuer des masques aux gens en Espagne. Pendant ce temps, nos autorités sont mobilisées pour verbaliser ceux qui n’ont pas le formulaire. Cette vidéo arrivera peut-être aux yeux de Macron ou de Philippe quand ils joueront avec leurs smartphone en faisant caca.

A midi, j’ai préparé un billet que j’ai diffusé plus tard au sujet de la chronologie des prises de décisions de ces deux individus à la tête de l’Etat que je ne comprenais pas. Les réponses dans Facebook sont claires : incompétence.

La troisième est sur le premier hebdomadaire belge d’information. Je n’ai pas lu l’article (réservé aux abonnés) mais j’ai vu la teneur dans Facebook. Des études sérieuses ont été faites pour étudier les conditions d’évolution de l’épidémie au Pays Bas et en Belgique. La Belgique a des conditions de confinement beaucoup plus lourdes que les Pays Bas qui ne pratique pas le confinement généralisé mais a d’autres mesures. Pourtant, le covid sévit plus en Belgique (ce qui n’empêche pas les Pays-Bas d’avoir des problèmes et de devoir prendre d’autres mesures). On l’a vu, les comparaisons entre les pays valent ce qu’elles valent (tous les pays ne font pas les mêmes tests, n’ont pas autant de masques,…). Mais la conclusion de l’étude semble être que le confinement n’est pas la solution. J’aurais tendance à penser, en revanche, que le confinement pousse à la discipline des peuples un peu cons… Comme nous…

A part ça, la boîte nous oblige à prendre 5 jours de RTT. A titre personnel, ça ne m’arrange pas. D’une part, être en congés confiné dans un appartement de 48 m2 au cinquième étage en proche banlieue n’est pas réjouissant, d’autant que les seules conversations que j’ai sont avec ma mère et mes collègues. Le dernier week-end de trois jours a été pesant (et il en reste 2 avant la fin du confinement). D’autre part, je réserve mes congés, à part à Noël et en août à mes allers-retours en Bretagne. Je comprends le point de vue de la boîte, il nous faudra certainement prendre moins de congés après pour faire avancer les dossiers mais pour ma part, ça ne changera pas grand-chose…

A part ça, petite journée de travail. J’aurais dû prendre une demi de RTT. Pas de sortie.

17 commentaires:

  1. Mais pourquoi n'avez-vous pas acheté un appartement de 200 m2, comme tout le monde en région parisienne ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'il y en a peu dans des quartiers avec des bistros sympas juste à côté et le métro à 100 m...

      Plus sérieusement, dès lors qu'on a au moins deux pièces (ce qui est mon cas), ce n'est pas une question de taille d'appartement pour un célibataire. Ce qui manque, pour le confinement, est un petit jardin J'aurais pu en profiter pour y faire la sieste...

      Supprimer
  2. j'ai lu quèquepart : le directeur de l'ARS de PACA "recadre" le Pr Raoult. Le dernier boulot de ce gugusse c'était dans les offices HLM. Putaing cong !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que j'ai bien aimé ton billet : quand je l'ai lu, je venais de lire un article sur le recadrage en question...

      Supprimer
  3. Je veux bien être optimiste, je souhaite que n'importe quel traitement marche, y inclus celui de Raoult sans trop y croire ( il ressort celui qui avait fait sa gloire à l'époque de la fièvre Q -voir ce mot- mais, cette fois, en refusant obstinément de présenter toute étude méthodolgiquement sérieuse, on se demande pourquoi ), mais enfin, optimisme ne veut pas dire aveuglement :

    https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/deconfinement-le-president-du-conseil-scientifique-prevoit-entre-10-000-et-15

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et, franchement, je trouve plus sérieuse cette approche :

      https://theconversation.com/conversation-avec-yves-levy-si-le-sars-cov-2-persiste-seul-un-vaccin-pourra-diminuer-le-risque-de-pandemie-136067

      Supprimer
    2. Je ne suis pas aveugle mais arrêtez avec les liens inutiles (personne ne peut cliquer et s'ennuyez à faire un copier coller). Prenez un compte Facebook, on a plein de liens pour cliquer.

      Supprimer
  4. 668 malades sur le porte-avions Charles-de-Gaulle...
    La croisière ne s'amuse plus.

    RépondreSupprimer
  5. Tu nous parles du Pr Raoult.
    C'est très certainement un grand chercheur, je ne suis pas du tout médecin ni aucune attache dans le milieu médical mais ce qui est irritant avec ce personnage, c'est son approche qui n'est pas du tout représentative de ses qualités de médecin mais qui ressemblent beaucoup plus à un bateleur de foire .
    Il commence par affirmer sans en apporter de preuves.
    Et cela n'est pas du tout scientifique.
    Si son traitement fonctionne, tant mieux pour ceux qui en auront profité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a longtemps que les scientifiques doivent trouver tous les moyens possibles pour attirer l'attention sur eux; c'est encore préférable à la multiplication d'articles d'études à chiffres volontairement faussés, qui ne seront pas forcément toutes vérifiées: mais la compétition pour la renommée et les brevets impose le " publish or perish" (publiez ou crevez)

      Supprimer
    2. Sa dernière en date n'est quand même pas la marque du grand scientifique qu'il est et même dangereuse et à contre-courant de l'immense masse d'efforts générée par le travail des services de réanimation.

      Supprimer
    3. Einstein,par exemple, était très fort en médiatisation,et c'est pourquoi il est devenu si connu, et le "symbole del'intelligence",
      bien plus qu'un Max Planck, par exemple.. Croyez-vous que c'est parce que la majorité des gens savent trancher entre la théorie de la relativité et la mécanique quantique, en principe incompatibles, et dont personne ( mème pas Einstein, qui s'y est essayé jusqu'à sa mort) n'a réussi la synthèse ? Ou à cause de la bombe atomique,qui est surtout l'oeuvre d' Oppenheimer et de Fermi ?

      Supprimer
  6. J'aimerais tant que les Suédois aient raison !Un autre monde,si près de nous!
    _____
    Face au coronavirus, l’exception pas si folle de la Suède
    Pas de confinement obligatoire, pas de fermeture d’écoles… Non, le gouvernement suédois ne prend pas l’épidémie de coronavirus à la légère, mais il fait face autrement. En misant sur le civisme et la confiance.

    Une terrasse de café à Stockholm, le samedi du week-end de Pâques. En Suède,
    Une t

    En Suède, rien n’est formellement interdit mais la grande majorité de la population suit à la lettre les recommandations des autorités.
    Le week-end pascal a servi de test. Dans un pays qui a choisi la responsabilité individuelle plutôt que le confinement, les habitants étaient priés de renoncer à leurs projets de sortie. Pas d’interdiction, juste une recommandation, qui a valeur de directive. C’est la méthode, controversée, de la Suède face au coronavirus.


    Selon les données recueillies par l’opérateur de téléphonie Telia, les Suédois ont largement respecté les consignes. Les habitants de l’île de Gotland avaient demandé aux Stockholmois de ne pas venir : les voyages ont baissé de 96 % par rapport à 2019, selon Telia.


    Responsabilité individuelle et civisme
    Il faut dire que le ministre de l’Intérieur, Mikael Damberg, avait tapé du poing sur la table, le 9 avril : Je ne veux voir de terrasses bondées nulle part. Mercredi, la Suède affichait 11927 contaminations et 1203 décès, dont près de la moitié en maison de retraite. Un bilan bien plus lourd que ses voisins scandinaves. Et pourtant, il n’est toujours pas question d’imposer le confinement, ou de fermer les écoles.

    Vue de l’étranger, la Suède donne l’impression de ne rien faire et de réagir avec désinvolture face à la pandémie. Or ce n’est pas le cas, met en garde l’historien Lars Trägårdh, spécialiste des relations entre l’État et la société civile. Il y a un sentiment de gravité, et les Suédois ont reçu les mêmes recommandations qu’ailleurs : rester à la maison au moindre symptôme, éviter les interactions sociales, protéger les personnes à risque… La différence se situe dans la méthode appliquée : au lieu d’avoir recours à la contrainte, les autorités font appel à la responsabilité individuelle et au civisme.

    « La liberté sous responsabilité »
    Lars Trägårdh explique la stratégie suédoise par les spécificités du contrat social, basé sur l’individualisme et la relation forte à l’État : En Suède, les études révèlent un très haut degré de confiance, tant des citoyens à l’égard de l’État, que de l’État vis-à-vis des citoyens, ou encore des Suédois entre eux. Dans le contexte de la pandémie, poursuit-il, lorsque les autorités émettent des recommandations, elles partent du principe qu’elles seront suivies, tandis que les citoyens ont confiance dans les recommandations qui leur sont données. Plutôt que de mettre en place un contrôle, la Suède fait appel à la liberté sous responsabilité.

    Le directeur de l’Agence de santé publique, Johan Carlsson, cite en exemple la vaccination, non-obligatoire en Suède, et qui atteint pourtant un taux de 98 % :Face au coronavirus, nous faisons ce que nous avons toujours fait, affirme-t-il. Notre stratégie est basée sur l’information et l’acceptation.

    Des scientifiques critiquent la méthode
    La Suède atteindra-t-elle, plus vite que d’autres, la fameuse immunité collective ? Quand le virus a touché plus 60 % de la population et ne circule quasiment plus ? Tout en évitant une embolie de son système de soins ? Les avis sont partagés. Des scientifiques critiquent la méthode, qu’ils jugent dangereuse.

    Selon une enquête publiée début avril, quatre Suédois sur cinq font confiance à l’Agence de santé publique. Mère de trois enfants, Anna s’étonne de la polémique : C’est bien que le gouvernement nous considère comme des adultes et nous laisse prendre nos responsabilités. On verra à la fin qui avait raison.






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prenez pas l'habitude de recopier les articles : personne ne lit. Je viens ici pour répondre aux commentaires si besoin pas pour lire des trucs, ce que je ferai plus tard, à partir de Google News d'abord, puis d'un site de presse (généralement c'est France Info mais je vaire) puis de Facebook. Vous ne comprenez donc rien à internet et aux réseaux sociaux.

      Supprimer
  7. Pas de liens,pas de reproduction d'articles: mais il faut bien que les infos viennent d'ailleurs que des réseaux sociaux! Et,là, il s'agissait de poser un vrai problème ( coercition ou civisme ?) à partir du cas très concret de la Suède, que peu de gens connaissent... On pouŕrait même aller plus loin : ne vaut-il pas mieux s'appuyer sur le seul civisme, quitte à avoir quelques morts de plus ? Je crois que oui, mais ça ferait un beau débat !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais on ne peut pas obliger les gens à lire quand ils n’ont pas envie de lire. Je vous rappelle quand même que c’est une des raisons pour laquelle je vois au viré à une occasion. Vous n’arié tez pas (si je puis me permettre un mauvais jeu de mot) de me balancer des liens pour me démontrer qu’Hollade avait tort (mais vous ne répondiez jamais à mes arguments, tant pis, c’est du passé, vous avez toujours cru que je lui donnais raison sur le fond, ce qui n’était pas le cas).

      Voir mon billet du jour : j’ai beaucoup bossé aujourd’hui et eu différents trucs à gérer. Si je vais sur mon blog, ce n’est pas pour qu’on m’impose ou le suggère une lecture. Je rédige mes billets notamment pour que les gens qui ont envie de me lire le lisent. Et j’espère une discussion en commentaires.

      Et quand je viens voir les commentaires, c’est pour animer le blog, discuter avec des gens que j’aime bien. Il y a des gens qui m’ont critique parce que je fuyais voir cassais les débats dans mon blog. Il n’est pas fait pour ça, pourtant. Ni pour recueillir de la lecture. Vous auriez pu dire : vous parlez de la Belgique et des PB mais la situation chez les suédois est atypique. Puis faire un résumé. Puis faire un lien sur lequel on puisse cliquer.

      Imposer de la lecture aux gens est contraire aux principes d’internet et des réseaux sociaux. Pour Hollande, j’étais seul contre mille. Cette fois, vous êtes seul contre des millions. Vous cassez les couilles a mes lecteurs et à moi.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.