30 avril 2020

Confiné jour 45 - rêve de télétravail


Rôti de porc glacé à l'érable de Diane- Kraft CanadaEn ce quarante-cinquième jour de confinement, je profite du temps de cuisson du rôti de porc pour rédiger mon billet confiné. Il sera précédé, le rôti, d’un pâté en croute aux morilles Franc-Comtois et accompagné de morilles. Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, ce matin, j’avais envie d’un rôti de porc tout simple, au four, un peu d’huile d’olive et un fond d’eau. J’en salive d’avance. Si je finis les 650 grammes, il faudra que je refasse des courses pour demain.

« Le confinement a été une épreuve psychique » explique Lucie Joly, psychiatre à l’hôpital Saint-Antoine. « La grande majorité des gens ont mis du temps à s’adapter, à trouver un équilibre, une routine » […] Le déconfinement, « tant espéré depuis plusieurs semaines, est devenu aujourd’hui source d’angoisse. Certaines personnes ne veulent pas se déconfiner. » Voila ce qu’on lit dans cet article et je partage les impressions qu’il décrit. Vis-à-vis du boulot, je n’ai pas du tout envie de me déconfiner. Je n’ai pas envie de reprendre le métro et d’y passer près de deux heures par jour. Je n’ai pas envie de recommencer à déjeuner à la cantine. Je n’ai pas envie d’arrêter mon rythme de patachon tout aussi efficace que quand je vais au travail. Je n’ai pas envie de prendre des risques avec cette maladie. Je n’ai pas envie d’être perturbé par les nécessaires discussions des collègues sur le plateau et je n’ai pas envie de les déranger avec les miennes.

J’ai envie d’aller en Bretagne, de boire des bières avec les copains au bistro, d’avoir de l’espace, de voir la famille. Tiens ! A ce sujet, à force d’écrire des trucs ici et sur Facebook, les gens pensent que si je veux rentrer, c’est pour voir ma mère. Je n’en fais pas une fixette, je lui téléphone tous les jours et on fait des visios familiales de temps en temps. J’ai tout un tas d’autres raisons pour rentrer : être dans une maison de 150m2, avec un vrai bureau pour travailler, dans une pièce plus grande que mon séjour où la température ne dépasse jamais 22 degrés, avec la vue sur autre chose que des immeubles avec des imbéciles comme moi entassés, sans avoir à prendre l’ascenseur pour vider les poubelles, avec des voisins aimables, avec un jardin et une véranda, avec une grande cuisine où l’on peut s’assoir pour éplucher les patates et manger sans avoir à déplacer un ordinateur portable, avec des chaises qui ne font pas mal au cul, avec une télé, le wifi, avec des commerces où ne s’entassent pas trop les gens (à certaines heures…). Pour ma mère, c’est autre chose, elle est en pleine forme et je ne la verrai pas plus là-bas qu’ici sauf de temps en temps par un parloir ou de la fenêtre de sa chambre. Par contre, je suppose qu’elle a besoin de me savoir près d’elle et ça n’a pas de prix. Et il y a des trucs à faire : s’occuper de son ligne, des plantes, des papiers, du courrier,…

Depuis vingt-cinq ans, j’ai le même rythme de vie que j’aime bien, par ailleurs. Depuis deux ans, j’ai découvert le télétravail dans cette grande maison, un vendredi sur deux ou trois. Avec le confinement et le télétravail permanent, je me rends compte qu’un autre rythme est possible. J’en avais d’ailleurs fait un billet en début de la crise sanitaire à l’heure où il y avait une espèce de stress ou d’angoisse. Maintenant, j’ai plus de recul.

Avec la boite, dans mon service (une petite trentaine de personnes), on est très organisés, sans doute mieux qu’avant ! On a un point d’équipe, tous les matins, où chacun peut vider son sac, exposer ses problèmes… Il dure environ une heure et ce n’est pas du temps perdu, on peut continuer à travailler en même temps, on aide les collègues, on connaît l’avancement des dossiers, on sait ce que font les autres,… L’entreprise est répartie sur quatre sites, nos clients sont éparpillés dans toute la France, on passe déjà une partie de notre temps en réunion au téléphone. Le télétravail ne change pas grand-chose…

Je ne plaide pas pour le télétravail en permanence. C’est indispensable de connaître physiquement les personnes avec qui on travaille pour bien le faire, les comprendre,… Et rien ne vaut la réunion autour d’une table, avec un tableau, des schémas,… et les discussions au hasard des rencontres, la bonne vieille engueulade et le partage de l’excitation… Il faut aussi rencontrer les gens avec qui on bosse régulièrement mais d’autres services voire d’autres directions.

Alors, je rêve d’une autre organisation du travail. Vous pouvez sauter ces paragraphes.

Sous mon directeur, il y a trois services, le nôtre avec une petite trentaine de lascars et deux autres avec 10 ou 15 personnes. Sur le tout, une quinzaine ne peut pas faire de télétravail ou ne souhaite pas en faire (habitant près, avec un appartement ne se prêtant pas au télétravail,..) ou doit être au bureau pendant quelques mois pour la formation. On a donc quatre groupes dont trois services, disons A, B et C. Au sein de chaque service, tout le monde doit être là de temps en temps en même temps et chaque service doit rencontrer un des deux autres de temps en temps. Par ailleurs, chacun a des contraintes particulières (moi, par exemple, c’est d’avoir beaucoup de jours consécutifs en télétravail pour aller en Bretagne). Je propose des cycles sur trois semaines. Les semaines paires, personne ne vient au bureau. L’équipe A vient au bureau la première semaine et la troisième, l’équipe B, la première et la cinquième, l’équipe C la troisième et la cinquième. Chaque équipe alterne donc des semaines au bureau et des périodes d’une semaine ou de trois semaines sans venir. Après tout, on aura réussi à passer trois mois sans mettre les pieds au bureau. Pendant chaque semaine au bureau, chacun a le droit à un jour de télétravail, le mercredi ou le vendredi exclusivement. Toutes les six semaines, chaque personne passe trois jours avec toutes les personnes d’une des deux autres équipes et chaque équipe est réunie au complet toutes les trois semaines en moyenne.

Chacun n’étant présent qu’en moyenne 8 jours tous les 30, on pourrait travailler en « flex office » (des bureaux non attribués, chacun peut se mettre où il y a de la place), on pourrait économiser 30% de la surface occupée par l’ensemble de la direction. On pourrait faire plus en alternant avec d’autres vu qu’une semaine sur deux, les bureaux sont quasiment vides. Il faut quelques contraintes sur les salariés. Par exemple, il ne doit pas être possible de sauter plus de deux semaines de travail au bureau par an à cause de congés  en dehors de ceux d’été ; dans la mesure du possible, les périodes de formation doivent être pendant les semaines de télétravail. Pour convaincre les RH, les représentants du personnel et les grands chefs, cela revient à une moyenne de 1,3 jour par semaine au bureau et permet de baisser de 75% l’utilisation du métro pour ceux qui sont concernés (de 67% pour ceux qui ont déjà une journée de télétravail). A l’échelle de la boîte, avec ceux qui sont obligés de rester présent, on devrait être à 60 ou 70.

Toutes les réunions institutionnelles seraient faites en audioconférence (sauf les gens naturellement présents ce jour-là), qu’elles soient internes ou avec des partenaires extérieures.  La direction pourrait imposer 4 journées de présence par an pour des séminaires dans des lieux ad hoc, de même que la présence à 3 cérémonies genre « vœux de la direction générale ». Les bureaux du flex office seraient équipés d’un PC fixe pour éviter aux salariés de transporter leurs ordinateurs portables professionnels.

Pour ma part, j’alternerais les périodes de trois semaines en Bretagne et à Paris, avec une semaine de télétravail à Paris, trois en Bretagne et deux au bureau en six semaines. Les jours aux bureaux se passeraient comme avant le confinement. Ceux à Bicêtre et à Loudéac seraient proches mais avec des horaires légèrement différents.

C’est beau de rêver, non ? J’ai tout mis au conditionnel, j’espère ne pas avoir fait de faute de conjugaison sinon, je vais me faire engueuler.


Côté actualité de confinage, il n’y a pas grand-chose à raconter, on parle beaucoup de masque. Ouest-France propose un site pour répondre aux questions sur le déconfinage. J’y ai posé la mienne.

Le pâté en croute, le rôti et les pommes grenailles étaient bons.



18 commentaires:

  1. Pour les masques UN EXCELLENT TUTO.
    Même moi je l'ai réussi alors...
    Le rôti de porc j'espère que vous le prenez dans l'échine ? Sinon c'est trop sec...
    Pour finir rassurez-vous : le télétravail est encore là pour un bon moment...

    RépondreSupprimer
  2. Dans une tribune publiée par The Economist, Bill Gates co-fondateur de Microsoft et co-président de la Fondation Bill & Melinda Gates estime que: "l'essentiel de l'histoire du Covid-19 se passera lorsque l'épidémie sera terminée. Le coronavirus va accélérer l’avènement de grandes percées médicales." Challenges la publie en intégralité en français.
    Le titre est touefois moins optimiste : " Je CROIS que l'humanité va vaincre cette pandémie "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais vous pourriez mettre un lien, bordel. Smiley. Vous êtes encore bien hors sujet par rapport au sujet de mon billet qui parle de rôti de porc et de rêve de télétravail.

      Il faut que vous respectiez les blogueurs et les sujets qu'ils veulent aborder (je vous l'ai dit il y a plusieurs années, vous n'avez jamais été blogueur, vous avez tenu bénévolement une tribune pour un hebdomadaire). Je ne pense pas que ça soit difficile à comprendre et il faut vous le mettre dans le crâne.

      Mon blog n'est pas là pour recevoir de l'information mais pour donner mon avis.

      Supprimer
  3. C'est pas cacher ton rôti.mais ça fait fichtrement envie... quant au télétravail j'y ai pas eu droit et chômer techniquement c'est chiant du coup je rêve de revenir dans un vrai bureau.

    RépondreSupprimer
  4. Un rôti de porc-patates PLUS du pâté en croûte, c'est trop pour un seul repas, bon sang de bois ! Continuez comme ça et vous finirez en surcharge pondérale, mon petit ami, je préfère vous le dire !

    RépondreSupprimer
  5. "Continuez comme ça et vous finirez en surcharge pondérale," l'amitié rend aveugle que ça en est attendrissant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et alors qu'il dit dans son journal avoir pris deux kilos...

      Supprimer
    2. Mais reperdu dès la semaine suivante !

      Non mais…

      Supprimer
    3. Le journal n'est pas précis à ce sujet.

      Supprimer
  6. C'est quand même étrange que, tout ce qu'on ait trouvé contre ce virus, c'est le confinement c'est-à-dire la prison, avec sa régression humaine que vous décrivez si bien ( lavage limité aux mains, pas de vaisselle ,etc.), et, pour les sujets les plus dangereux- les pensionnaires d' EHPAD-, l' isolement total en quartiers de haute sécurité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais on a le droit d'éternuer dans son coude !

      Supprimer
    2. Cela dit, personne n'a pensé à nous dire si il fallait se branler dans son chapeau ou si on pouvait continuer de procéder as usual : grave défaut de communication de ce gouvernement.

      MA-CRON, DÉ-MIS-SION ! MA…

      Supprimer
    3. Il faut branler dans le manche.

      Supprimer
  7. Admirable imagination des fonctionnaires portugais : quand on joue au tennis, obligation, pour les droitiers, de porter un gant à la main gauche ( et, pour les gauchers,à la main droite), afin de ne pas contaminer le partenaire avec la balle qu'ils ont touchée de la main.
    Par contre, rien ne semble prévu pour ceux qui ont un revers ou un coup droit à 2 mains.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.