24 avril 2020

Pour en sortir...

Les 5 choses à savoir sur le papillon - Geo.fr
On m'a dit d'illustrer mes billes de blogs. Des papillons, ça ira ?

Bruno Le Maire a annoncé que la décision quant à la reprise des bistros aurait lieu fin mai. Dans mon autre blog, je fais une proposition de décret pour faciliter cette réouverture. Ils n’annoncent plus de date de reprise mais une date de décision et c’est très bien. Cela ne sera pas démenti trop rapidement… Il a été dit, aussi, que les masques seraient disponibles dans les bureaux de tabac. C’est très bien (le circuit d’approvisionnement est officiel et on n’aura pas des saloperies de contrebande). J’ai vu deux dates : le 30 avril et le 4 mai

Me voilà à faire une deuxième billet sur le confinement, aujourd’hui… La raison est simple : je traîne sur les réseaux sociaux depuis ce début d’après-midi car je suis en congés et j’ai la flemme de faire autre chose. Toutes les informations que je vois me laissent perplexe. Par exemple, les députés LR estiment que l’on peut reporter les vacances de juillet à septembre en reportant la rentrée scolaire à mi-septembre, comme si les mômes avaient eu leur dose d’éducation, cette année. Tout ça pour sauver le monde du tourisme comme si les gens avaient envie de faire du camping en septembre… Déjà, à mi-août, on commence à se les geler.

Ils sont dans leur rôle : ils défendent des gens qui votent massivement pour eux. C’est joli. D’un autre côté, ils font des propositions. C’est bien. Ils feraient mieux de rappeler le constat fait par tous. Le confinement aura permis d’alléger la pression sur les hôpitaux et à laisser du temps au scientifique de trouver un médicament ou au virus de s’éteindre tout seul… et de trouver des masques qui étaient réputés inutiles il n’y a pas un mois. Ces conditions ne seront pas remplies le 11 mai sauf qu’on aura des masques ce qui nous permettra de prendre le métro sans avoir une chance sur deux de mourir dans d’atroces douleurs dans la quinzaine.

Cette année encore, les papillons monarques ont été moins nombreux ...Mais le 11 mai, il faudra déconfiner parce que cela ne rimera plus à rien de rester chez nous et qu’on ne peut pas bloquer un pays. L’immunité collective – on ne sait pas si elle existe et si oui, le virus peut muter méchamment – ne sera pas atteinte et il y aura une rechute, un nouveau risque d’engorgement des réanimations et un nouveau confinement. Cela risque de durer jusqu’à la fin de l’année, la découverte d’un médicament, d’un vaccin,… le tout ponctué de fausses informations, de polémiques diverses, d’annonce officielles contredites le lendemain.

Ce n’est qu’un scénario que j’imagine et je ne suis pas le seul. C’est d’ailleurs presque une banalité que j’égraine mais la semaine a été riche en « annonces » (y compris à titre personnel : ma boîte a sagement décidé que nous continuerons le télétravail) ce qui permet de penser un peu à l’avenir, je ne parle pas du monde d’après qui recommencera comme avant mais des six prochains mois.

Les 5 choses à savoir sur le papillon - Geo.frTout d’abord, je pense qu’il faut arrêter les demi-mesures ou les trucs ridicules comme ce qui me faisait réagir récemment : l’interdiction de circuler entre les régions. Le virus ne s’arrête pas aux frontières dessinées sur une carte et il ne faudrait pas que l’immunité collective le soit… Après « le 11 mai », on doit avoir la liberté de voyager sinon, on ne pourra plus rêver à rien. Cela n’empêche pas de dire que les zones à forte activité touristique ne pourront pas fonctionner comme avant au cours des six prochains mois (on va essayer de tenter de sauver les prochains sports d’hivers), qu’il n’y aura pas de rassemblement comme des festivals avant l’été prochain ou du moins tant que cette cochonnerie continuera à nous escagasser. Cela n’empêche pas de dire que le port du masque sera obligatoire dans les transports en commun pendant longtemps et on s’en fera une raison, on finira par s’habituer à porter le masque dès qu’on suspectera une vulgaire grippe. C’est aussi bien.

Il faut prévoir une date où les masques seront largement disponibles et proposés dans tous les commerces alimentaires, c’est la condition pour que les gens ne les stockent pas dès début mai. Il faut expliquer ce que je crois comprendre : le masque n’est pas la panacée mais est la seule solution pour continuer à éviter trop de nouveaux confinements tant que la fin ne sera pas en vue et que, paradoxalement, l’immunité collective – qui n’existe peut-être pas, je me répète – nécessite d’être infecté. Il faut recréer la vie sociale, les barbecues avec les voisins, la visite aux parents, y compris âgés. Il faut rouvrir les petits bistros et les brasseries mais pas dans les zones d’affluence ou touristiques (parce que le port du masque empêche de boire comme une épouse attentionnée et être avec plus de cent personnes n’est pas comme être avec une quarantaine).

Si je peux rendre service…

Les papillons existaient bien plus tôt qu'on ne le pensait


6 commentaires:

  1. Ben oui, c'est bien d'illustrer tes billets avec des papillons mais il manque des légendes.
    Faut dire le nom des papillons et où on les trouve, tout ça.
    Oups,c'était ma minute : je coupe les papillons en quatre ...

    RépondreSupprimer
  2. Non seulement y'a pas les noms des papillons mais en plus y'a deux fois le même bestiau.
    La flemme ok, cependant ça n'excuse pas tout !

    RépondreSupprimer
  3. Remarquez que vos illustrations de bistrots sur l'autre blog sont assez étranges...
    Je souvent passé à la Comète et ça ne ressemblait pas du tout à ça.
    C'est bien dommage d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’ai pas beaucoup de photo de la Comète originales.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.