14 décembre 2006

La charte de l'environnement

A l’instar de ses congénères Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, le Candidat Nicolas Dublog (appelons le comme ça dorénavant, il y a trop de Nicolas candidats) rencontrera prochainement Nicolas Hulot à propos de la charte de l’environnement.

Résumé de l’épisode précédent

La semaine dernière un premier billet a été fait sur l’environnement. Résumons-le : il faut arrêter d’asticoter les citoyens avec les mesures qu’ils doivent prendre pour moins polluer, il faut s’attaquer aux industriels qui vendent des produits polluants.

Il ne s’agit pas d’une mesure gauchiste visant à récupérer l’électorat d’extrême gauche en tapant sur les entreprises et les patrons. Il s’agit d’une mesure de bon sens, visant à attaquer la pollution à la source.

Pour parler clair : si ma pizza achetée au supermarché du coin a un double emballage, ce n’est pas de ma faute si je jette deux emballages à la poubelle.

Pollueur payeur ? Taxe sur les produits polluants ?

Rien de tout ça ! Faire payer pour polluer équivaut à légaliser la pollution. C’est quoi ces histoires de vendre des droits à polluer, des quotas d’émission de CO2… ? Non.

Il faut rendre illégale la pollution. Ce n’est pas une mesure démagogique comme Bernard Tapis qui voulait rendre le chômage illégal, c’est juste une mesure au cas pas cas.

Quand il est possible de produire un bien ou un service sans polluer, il faut interdire de le faire en polluant. C’est, encore une fois, une mesure de bon sens, qui ne pénalisera pas l’industriel puisque ces concurrents seront logés à la même enseigne.

C’est une mesure qui devrait plaire à la gauche et à nos amis libéraux : pour une entreprise, il vaut mieux investir dans la recherche et les infrastructures que payer des taxes pour avoir le droit de ne pas le faire et reporter la problématique sur la solidarité nationale, c'est-à-dire l’état.

Il vaut mieux des bonnes lois contraignantes qu’une usine à gaz incroyable pour rapporter des taxes.

Prenons pour exemple l’industrie automobile

Récemment notre Ministre de l’Economie, des Finances, et de l’Industrie Automobile Nationale à Caractère Européen (il fallait bien que je case un acronyme dans ce billet), Monsieur Thierry Breton nous a fait un show sur un nouveau carburant moins polluant et les voitures qui vont avec.

Ce carburant existe. Ces voitures existent. Imposons les par la loi pas par la communication !

Je propose deux articles de loi :

Le premier : « à partir du 1er janvier 2009, toutes les stations services de France devront être équipées de pompes distribuant les carburants dits moins polluant (tels que définis à l’article 110 du Code de la route). Les stations services qui ne sont pas équipées seront fermées par décision préfectorale et leurs propriétaires verseront leur salaire pendant deux ans aux employés des dites stations fermées ».

Ca laisse deux ans à Total, BP et autres, ainsi qu’aux chaînes de supermarché pour équiper leurs stations (on pourra accorder un délai aux indépendants qui existent encore dans nos campagnes). Rappelons que le bénéfice des industriels est extraordinaire ces temps-ci et qu’ils ont bien quelques sous à investir dans les stations. Ils savent bien le faire avec des carburants soit disant verts pour des campagnes publicitaires… Ils peuvent le faire avec les futurs carburants.

Le deuxième : « à partir du 1er janvier 2009, aucune voiture neuve ne fonctionnant pas avec les cartburants dits moins polluant (tels que définis à l’article 110 du Code de la route) ne pourra être vendue en France. Aucune voiture achetée à l’étranger ne répondant pas à ce critère ne pourra être immatriculée en France. »

Ca ne coûtera pas grand-chose aux vendeurs de voiture. Une fois que les moteurs soit disant non polluants seront produits industriellement, ils coûteront moins chers que lorsqu’ils le sont à titre expérimental.

Et tous les constructeurs de voiture ayant les mêmes contraintes, les règles de la concurrence seront respectées.

Des accords internationaux

Ca ne sert pas à grand-chose si cette règle n’est valable qu’en France. Ca permettra peut-être de rendre Paris respirable et de limiter les crises d’asthme, mais ça ne va pas régler la production massive de CO2 dans le monde et toutes les conséquences dont on nous parle (et dont certains doutent, mais ce n’est pas l’objet du billet).

Il faut donc des accords internationaux, surtout avec nos voisins européens. Ca aura le mérite d’être possible ! Et l’union faisant la force, il est possible que cela fasse bouger l’industrie mondiale.

Imaginons par exemple que la Chine soit en train de développer son réseau de stations services. Ca ne leur coûtera pas cher de mettre des pompes permettant d’utiliser nos voitures non polluantes, qui, de toute manière, sont construites dans des usines en Chine.

Par delà ces évidences, n’en oublions pas deux : il serait ridicule d’obliger les industriels à fabriquer des bagnoles qui ne seraient vendables qu’en France. Et surtout, il serait complètement con d’obliger les Français à acheter des bagnoles qui ne pourraient pas être utilisées pendant les vacances en Italie.

Généralisation

Ce principe décrit ci-dessus est : « si l’industrie et la technique permettent de faire des trucs non polluants, interdisons les trucs polluants. »

Cela doit être une règle générale.

Par exemple, les 10 commandements du bon citoyen contient ceci, de mémoire : « je préfère utiliser des produits non jetables ». Ce n’est pas parce que j’achète des rasoirs jetables que ça va dépolluer le monde. Il faut interdire les rasoirs jetables.

Autre exemple : les 10 commandements contiennent un truc de type : « je préfère acheter des produits non polluants avec peu d’emballage ». Si le lait en bouteille pollue moins que le lait en boite, il faut interdire le lait en boite. A mon avis d’ailleurs c’est plutôt le contraire mais je n’en sais rien.

Une seule exception : le pinard doit rester dans des bouteilles en verre avec des bouchons en liège. Où alors dans des tonneaux.

13 commentaires:

  1. Nicolas : tu as mon soutien pour ces mesures de bon sens.
    Ce qui est étonnant quand on te lit avec ton vrai-faux programme, c'est que tu nous montres combien il suffirait de quelques décisions politiques pour avancer et donc, en contrepoint, combien nos hommes politiques ont démissionné de ce terrain ! :-)

    Je pense que Tetrapak (pour le lait) est hypercher à recycler (couches superposées de plastiques et d'aluminium) alors que la bouteille n'est que du plastique simple. Il faut donc maintenir la bouteille.
    Ou bien lancer de la recherche sur les emballages non-polluants. Tiens, ca peut lancer un secteur d'econmie, ca !
    :-)

    RépondreSupprimer
  2. le lait rend beau non.....

    RépondreSupprimer
  3. Pour revenir à cette histoire de bouteille de lait, ils ne pourraient pas les faire en verre ?

    Ca serait plus lourd, mais tant pis !

    RépondreSupprimer
  4. Nicolas : le poids, on s'en fout puisqu'on n'en achète pas ! :-))

    (cela dit, l'écologie, ça peut aussi être de perdre un peu de confort, n'est ce pas ?)

    :-)

    RépondreSupprimer
  5. hem une langue presidentielle

    tres d accord avec filaplomb sur tetrapark

    et suez et veolia et les voitures propres.......

    RépondreSupprimer
  6. refresh : pour le pinard que le bon non bouchonneZ

    RépondreSupprimer
  7. Putain ! J'ai des commentaires partout à répondre ce soir, il faut que j'arrête de diffuser...

    Mais pas de recevoir des commentaires ! Merci !

    Filaplomb,

    On peut ne pas perdre de confort ! Je m'en fous du modèle de rasoir que j'utilise et de passer 10 secondes à changer de lame.

    Au contraire, l'écologie ne doit pas faire perdre du confort. Au contraire (bis). Si tous mes déchets sont dégradables et que je peux les mettre dans la même poubelle, je gagne en confort !

    Oliver machin,

    Ca fait deux fois que tu commentes chez moi, et je t'en remercie, mais à chaque fois ton dernier commentaire est difficilement compréhensible...

    Tu ne passerais pas un peu trop de temps au bistro après le boulot ?

    RépondreSupprimer
  8. «le lait rend beau» c'est pas une contrepéterie, ça ?
    :-)

    (et encore un commentaire à répondre, un ! :-) )

    RépondreSupprimer
  9. Moi je suis pour l'interdiction des bagnoles.

    (Et je rigole pas)(Et je me sers beaucoup de la mienne).

    RépondreSupprimer
  10. On pourrait pas trouver un con promis ? Interdire toutes les bagnoles sauf la mienne ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.