04 décembre 2006

Je boursicote encore

Jadis (avant-hier), je faisais un billet sur la bourse et j’avouais mon boursicotage impulsif.

J’ai reçu 2135 commentaires (que j’ai tous effacés) d’insultes : « Comment ? Tu boursicotes alors que dans tes brillants précédents billets tu laissais s’exprimer quelques idées gauchisantes ?».

Je vais faire une seule réponse commune par ce joli billet dédié à ça et à d’autres âneries si j’ai des impulsions : « Oui ducon – dans le langage blog, ducon ça veut dire cher ami – tu places bien tes quelques économies dans des placements proposés à prix d’or par ta banque, comme des assurances vie. Comment crois-tu qu’arrivent les intérêts que tu touches pour ça ? ».

C’était la cinquième leçon : ne jamais se demander si c’est moral de boursicoter. Si tu ne le fais pas c’est ta banque qui achète des actions avec ton pognon et se sucre au voisinage.

Parmi les commentaires reçus, j’en avais 123 (tous effacés, sauf un pour l’exemple) qui rappelait qu’investir en bourse était un excellent moyen de perdre du pognon. Je réponds : NON. En majuscules, c’est pas plus cher. Tous les moyens sont bons pour perdre du pognon. Il n’y en a qu’un pour ne pas en perdre : ne pas en avoir. Mais ce n’est pas une solution que je conseille de bon cœur.

Par contre, je conseille de ne pas risquer de perdre de petites sommes en bourse. Si on perd 100 euros qu’en on a 100 000, c’est rien. Par contre si on en a 100 c’est beaucoup. Cette phrase ne veut rien dire mais est une excellente introduction pour la suite de mes propos qui est la sixième leçon.

La sixième donc : si vous n’avez pas beaucoup de pognon à investir, dépensez le au bistro.

Je m’explique, mais c’est un peu compliqué : quand vous passez des petits ordres de bourse, le banquier vous vole une partie de l’argent. Pardon, il prend sa commission pour rémunérer ses services. Environ 10 €. Vous achetez pour 100 € d’actions, le banquier vous en prélève 110€. Vous attendez qu’elle prenne 20% pour vendre à 120 €. Le banquier vous prend à nouveau 10€. Et verse 110€ sur votre compte…

Vous m’avez suivi ? Je résume : le banquier vous a piqué 20 euros en s’amusant avec du pognon que vous avez risqué.

Si vous êtes habitués au boursicoteur, vous vous dites : « le con, il dit encore une évidence ». Oui… Mais, au moment de « la bulle », quand le pognon rentrait à flot, j’ai vu un couple de jeunes qui s’était précipité pour investir les 300 francs qu’il avait économisés au cours du mois. Tout fiers d’eux… Le début de la fortune… Dans trois ans, on pourra acheter une maison pour élever nos enfants…

Comme par prudence, il est de bon ton de diversifier ses placements : un peu dans la banque, un peu dans les NTIC, un peu dans l’industrie, un peu dans le pétrole,… Si vous n’avez pas 5 ou 10 000 euros à placer, tournez votre chemin.

Comme au début, on s’enfonce dans les erreurs, les premiers investissements sont perdus. A classer au poste « formation ».

La première erreur est de suivre les conseils et les recommandations. Je le disais dans mon précédent billet sur la bourse. Mais je vais néanmoins en faire une septième leçon.

Imaginons que la Société d’Exportation de Xénon en Espagne annonce d’excellents résultats pour cette année et donc de gros dividendes. Le cours de bourse va augmenter directement de 3 ou 4%. Vous vous précipitez pour acheter. C’est con. Le cours a déjà augmenté. Il fallait acheter avant l’augmentation. Si vous avez une information sur une société, achetez (ou vendez) si l’information a été diffusée depuis moins d’un quart d’heure. Sinon c’est trop tard.

Entamons maintenant la huitième leçon.

Vous connaissez Alstom ? Le fleuron de l’industrie Française. C’est le truc qui construit un peu tout : des bateaux, des trains, …Il y a bientôt trois ans, Alstom était au bord du gouffre. M. Nicolas Sarkozy, alors Ministre de Notre Argent a recapitalisé Alstom.

Recapitalisé. C’est un mot un peu compliqué, qu’il convient d’expliquer. Sarko a pris un milliard dans le budget de l’état donc dans la dette dont au sujet de laquelle on va la laisser en héritage de nos enfants… et a réinjecté ce milliard dans Alstom.

Pour ma part, j’ai acheté des actions Alstom quand elles étaient au plus bas (18 euros) juste avant la recapitalisation. Le nez creux j’ai eu. Dans ma tête, je me suis dit : « l’état français de droite ne va pas laisser couler Alstom et va faire de l’interventionnisme sous prétexte de sauver les emplois ». Bien vu Nicolas. Alstom vaut maintenant près de 90 euros, soit une augmentation de près de 400%.

Qui profite à qui ? Aux actionnaires.
Qui a payé ? Les citoyens.


Comment on appelle ça ? Du chantage à l'emploi.

Au fait, vous suivez l'actualité économique ?

19 commentaires:

  1. Nicolas : on en a déjà parlé, de mon point de vue (que je partage sans forcèment chercher à l'imposer !), être de gauche et aller en bourse est incompatible.
    Tu ne peux pas d'un côté vouloir améliorer la situation des moins chanceux (les employés) et de l'autre côté désirer que le capital rapporte encore plus.
    La part de rémunération du capital par rapport à la part des salaires est un des soucis dans la situation actuelle.
    Il n'en reste pas moins que mon point de vue évolue et je commence à me demander s'il ne faut pas aussi aller en bourse de manière politique. Entrer dans le capital de certaines boîtes pour influer sur son fonctionnement. Une sorte de syndicalisme boursier !
    Si un jour je trouve dix mille euros disponibles, je t'appelle !
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas incompatible.

    L'erreur est dans ta deuxième phrase : "Tu ne peux pas d'un côté vouloir améliorer la situation des moins chanceux (les employés) et de l'autre côté désirer que le capital rapporte encore plus."

    Je ne désire pas que le capital rapporte plus ! Je constate qu'il rapporte plus et j'en profite...

    Mais je suis bien d'accord quand tu dis "La part de rémunération du capital par rapport à la part des salaires est un des soucis dans la situation actuelle."

    Pour l'entrée dans le capital, je suis aussi OK (par exemple l'état à 22 ou 25% dans EADS).

    Mais je dois préciser ma remarque sur "être de gauche et aller en bourse". J'ai une copine qui est "très riche" et vraiment de gauche.

    Elle m'engueule parce que je place mon argent en bourse.

    Or elle place le sien dans des OPCVM, des plans épargne retraite, des assurances vie, des SICAV...

    Bref, que des trucs qui sont en bourse !

    "être de gauche et aller en bourse est incompatible"... Non... Par contre, oublier qu'on a des sous qui sont nécessairement placés en bourse par la banque est profondément hypocrite.

    RépondreSupprimer
  3. Fil,

    "on en a déjà parlé, de mon point de vue (que je partage sans forcèment chercher à l'imposer !), être de gauche et aller en bourse est incompatible."

    Personnellement je ne serais pas aussi tranché. On peut être de gauche et avoir un compte en banque? Et si on a un compte en banque suffisemment garni, on peut vouloir le faire fructifier au mieux. La bourse peut être le bon choix.

    Cela dit, j'ai un peu le sentiment que les "petits" (je n'irais pas jusqu'à dire que nicolas est un actionnaire corpulent...) actionnaires se font forcément gruger, car ils manquent d'informations de première main et paient plus de frais que les autres (je me trompe peut-être sur ce point).

    RépondreSupprimer
  4. non, tu ne trompes par Eric. jusqu'un certain montant, les frais pris par la banque pour un ordre sont d'environ 10€, quel que soit l'ordre (100€, 500€)...ensuite, pour les gros ordres, c'est au pourcentage.

    il est possible de gagner bcp sur de petits ordres (100€) grace aux warrants où l'effet de levier est important. J'ai fait mon meilleur coup en 2001 : achat d'un call pour 120€, revnete quelques jours plus tard à 700€. C'était en mai 2001 et le cac avait pris 7% en un jour.
    il faut toujours avoir quelques calls et quelques puts en portefeuille.
    Et comme tu le dis Nicolas, il faut diversifier. sur la fin, moi, en bon père de famille, je plaçais tous mes gains sur un fond en euros sur symphonis vie.

    en moyenne, sur mon pea, j'avais 5 lignes à environ 1000€ chacune, avec une seule avec une action très risquée (dans le domaine des technos). toujours aussi une ligne avec un action à fort dividende (j'étais un fidèle de Rubis). il faut faire attention avec les actions à fort rendement à les acheter au bon moment car au détachement du coupon, on peut l'avoir mauvaise.

    j'avais donc
    .un pea avec 5 lignes
    .un contrat assurance vie avec une dizaine de fonds très divers (oui, symphonis ne prend aucun frais et permet d'acheter des fonds de chez Carmignac ou Tocqueville
    . et un compte titre avec que des warrants. je fonctionnais bcp en vad si bien que je misais bien plus que mes possibilités. les warrants, c'est stressant mais ce n'est pas de la loterie ! il faut juste de la réactivité et du feeling. ce que je gagnais sur les warrants me servaient à alimenter le pea et symphonis.

    au total, j'ai investi 13.000€ en bourse de 1999 à 2004 et en juin 2004, quand j'ai tout arrêté il me restait...9000€. Compte tenue de la conjoncture boursière sur la prériode, c'est pas si mal.

    RépondreSupprimer
  5. Eric,

    Sur le dernier paragraphe, tu as raison à 100%... Et en plus je suis un gros actionnaire.

    Loïc,

    Je ne connais pas trop les produits louches comme les warrants, mais j'ai vu de jeunes collègues s'en amuser.

    Et perdre du pognon.

    La VAD, je n'ai pas envie d'en parler sur mon blog. C'est nécessaire pour faire marcher le truc, mais je pense que c'est 1) de la connerie 2) totalement immoral.

    Et je ne parle pas de mes performances. C'est indécent...

    Mais c'est rigolo de se retrouver ici pour croiser nos expériences...

    RépondreSupprimer
  6. Nicolas, qu'est ce qui est indécent ? de dire ce qu'on a gagné ou perdu en bourse ?

    t'es bien un français toi : l'argent est tabou chez toi..

    mais tu tends la perche aussi en faisant des notes sur la bourse.

    RépondreSupprimer
  7. Filaplomb, si tu considères que la gauche et la bourse sont incompatibles, tu n'es pas socialiste mais tu es communiste, et je ne discute pas avec les communistes.

    (à l'ump, on a aussi peu de respect pour les communistes que pour les frontistes...en plus, à l'ump, on ne donne pas de ministères aux FN..nous )

    RépondreSupprimer
  8. Loic : pourrais-tu être assez aimable pour m'enlever toutes TES étiquettes et me laisser les miennes ?
    Ma liberté (tu connais ?) t'en remercie… :-)

    Nicolas : tu as bien compris ce que je voulais dire dans le fond : la répartition des revenus ! La raison exacte pour laquelle, à l'heure actuelle, c'est incompatible !
    Mais espérons que ça change. Si ça paie, que ça paie pour tous !
    :-)

    RépondreSupprimer
  9. Tiens, à propos de gars qui ont 2000 commentaires par article. Tu connais l'inénarrable diorgucci?

    http://diorgucci76.skyblog.com/

    1902 com' sur son dernier post!!!!

    RépondreSupprimer
  10. Loïc,

    Tu racontes n'importe quoi.

    Et au moins De Gaulle avait du respect pour les communistes.

    Roi,

    Merci d'être venu.

    Filaplomb,

    Oui

    Eric,

    J'y vais.

    RépondreSupprimer
  11. De Gaulle avait du respect pour les communistes ? alors qu'il vivait à l'époque de la guerre froide, des dictatures communistes en veux-tu en voilà, des goulags ?

    ça m'étonne.

    RépondreSupprimer
  12. N'oublie pas qu'il a gouverné avec des communistes et qu'il refusait de s'aligner sur les positions américaines résolumment anticommunistes.

    Et ne mélange pas les dictatures communistes qui n'ont pu vivre que par le sang et l'idée du communisme qui est le partage, l'égalité et autre...

    Les idées du PCF ne sont pas nausébondes, celles du FN, si.

    RépondreSupprimer
  13. salut le petit spéculateur,

    perso, je ne cherche pas à savoir quel est le plus supportable des extrêmes. J'ai autre chose à foutre.

    par contre, je me demande souvent pourquoi, systématiquement les pays qui ont tenté d'appliquer le communisme l'ont systémétiquement fait par la dictature, la censure et souvent dans le sang ?
    ça, c'est une question de fond autrement plus intéressante que la bourse.
    Alors, pourquoi communisme égale t-il toujous dictature ?

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  15. Loïc,

    C'est simple. Les pays qui ont tenté d'imposer le communisme ont échoué. Parce que le communisme s'oppose à la liberté d'entreprendre et donc à la liberté tout court...

    Par contre, l'idée de base de partager les profits m'est sympathique.

    Tu parles par contre d'idéologies imposées "par la dictature, la censure et souvent dans le sang ?".

    Tu veux sans doute parler du christianisme ?

    Ne rentre pas dans une polémique abrutie sur mon blog, j'ai mieux à faire.

    RépondreSupprimer
  16. le christianisme n'est pas n'est pas un système économique, si ?
    je ne crois pas en dieu, pourtant j'ai eu une éducation religieuse, mes parents étaient pratiquants...mais ado, quand j'ai dit 'stop', personne ne m'a rien imposé et je n'ai subis aucune pression.
    bien sûr, dans l'histoire du chritianisme, il y a eu ce que tu dis. mais aujourd'hui, le christianisme est la première religion au monde et en général, elle n'impose rien à personne. elle est donc arrivée à un âge mûr, l'âge de la sagesse.

    si je ne suis pas chétien, j'ai subi et je subis forcément l'influence du christianisme dans ma façon de penser, de voir les choses, dans ma façon d'être en général. et c'est le cas pour tout le monde.

    Par ailleurs, le concile du vatican reconnait que le système de l'économie de marché est le meilleur système pour l'humanité. La liberté d'entreprendre est pour les chrétiens le fondement même de la dignité de la personne humaine.

    alors bon, suis pas croyant parce que je crois pas en dieu, en jésus, aux miracles etc mais sur les valeurs défendues par le testament, j'ai peu à redire.

    sinon, pourquoi dis-tu que je fais l'abruti sur ton blog ?

    RépondreSupprimer
  17. Je n'ai pas dit que tu es un abruti (je résume ton propose), j'ai dit "ne rentre pas dans une polémique abrutie".

    Je ne peux pas me permettre de traiter un visiteur d'abruti, j'ai trop de respect.

    RépondreSupprimer
  18. «tu libéreras l'entreprise des charges du démon»
    Luc - Epître aux Corinthiens - 9-214-26


    :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.