21 décembre 2006

Je n'aime pas ce gars-là !

Dans le Parisien ce matin, une interview de François Fillon est prétexte à comparer la politique fiscale des programmes PS et UMP. Je ne vous invite pas à le lire. C’est incroyable le nombre de bêtises qu’on peut lire. Ou ne pas lire.

Déjà, parlons chiffres et bilans. Le nombre de chômeurs est le même maintenant qu’il y a cinq ans, mais la précarité a augmenté. Les déficits publics sont à peu près identiques, sauf pour ce qui concerne les organismes sociaux qui sont maintenant dans une situation catastrophique tout en subissant je ne sais combien de réformes toutes aussi inefficaces. Surtout la dette de l’état (et autres collectivités) a augmenté de 10 points par rapport au PIB.

Il y en a qui pourraient la fermer en matière de gestion. Surtout quand on a occupé deux ministères successifs et que les deux fois, on s’est fait viré. Ne l’oublions pas. Nicolas Sarkozy a choisi un chef de campagne qui a été viré deux fois du gouvernement pour avoir lamentable échoué. Déjà que juste après s’être fait viré, François Fillon se vantait d’avoir fait les seules réformes du quinquennat dont on se souviendrait ! Ce type ne devrait pas exister !


La droite nous explique qu’il faut « petit 1 – réduire la dette ; petit 2 – baisser les impôts ». C’est à moitié contradictoire et à peu près ce que nous expliquait Jacques Chirac en 2002, mais revenons un peu sur 1995, pour nous remémorer la dernière hausse d’impôt injuste qui a eu lieu en France : la hausse de deux points de la TVA. C’était officiellement pour pouvoir respecter les critères de Maastrich (même qu’ils pourraient avoir des noms moins compliqués leurs critères, ça éviterait de se poser des questions en écrivant des billets dans les blogs).

Ceci a été suivi d’une tonitruante dissolution qui a – ouf ! – ramené le PS au pouvoir… qui a réussi à faire respecter les critères, tout en diminuant la dite TVA (et en étant bien aidé par la conjoncture économique mondiale !). Le PS a ensuite perdu le pouvoir pour des bêtises, mais sans doute son programme n’était-il pas spécialement bandant, ça leur apprendra…

Et à nous aussi. Le gouvernement de droite a alors diminué les impôts des plus riches au prétexte de relancer la consommation. Raté ! Non seulement la dette a augmenté de façon catastrophique, mais ça n’a rien relancé. Seuls les impôts des plus riches ont été diminués, ça a surtout profité à l’augmentation de leur fortune ! Rappelons que les fortunes privées ont augmenté de 6% en moyenne ces 5 dernières années.


François Hollande s’est sans doute mal exprimé quand il a dit qu’il voulait augmenter les impôts : il s’agit uniquement d’annuler les baisses qui ont profité uniquement à la fortune des plus riches. Annoncer une augmentation des impôts juste avant les élections est amusant… Il a néanmoins raison sur un point : ça va remettre le truc au centre du débat et permettre aux Français de réfléchir réellement sur la fiscalité. Les dits Français vont bien rigoler en redécouvrant les pratiques démagogiques de la droite, comme cette interview de François Fillon.

Rappelons que dans le programme fiscal de l’UMP, il y a également la suppression des droits de donation. Ca profite à qui ? Aux héritiers. Pour des gens qui nous expliquent que la seule manière de s’enrichir, c’est de travailler. Ca fait un peu léger.

Rappelons également qu’il y a la suppression des charges sociales, voire de toute imposition sur les heures supplémentaires. Ca profite à qui ? A ceux qui ont la chance de travailler dans un secteur économique dynamique. La logique de la droite : toutes les charges doivent revenir sur les personnes en difficulté ! Adieu solidarité…


Regardons maintenant ce qu’a dit François Hollande.

Il propose de supprimer les niches fiscales de type loi Robien, qui rappelons-le permet aux gens d’investir dans des logements locatifs tout en exonérant tellement les impôts que ça revient à être propriétaire d’un logement sans avoir à payer. Ca profite à qui ? Aux gens qui payaient beaucoup d’impôts !

Le prétexte officiel était de favoriser la construction de logements. Combien de personnes ont profité de ce système ? Heu… La droite se vante de 400 000 mises en construction (toutes mesures confondues) par an mais il y a toujours autant de problème de logement et de plus en plus de SDF.

Jean-Louis Borloo a encore annoncé un nouveau truc hier. C’est un type qui aime bien annoncer. Ca permet de payer la maison d’abord puis le terrain ensuite. Ca peut être pas mal. Mais où a-t-on vu que la construction de maisons est une priorité et d’une manière générale l’accession à la propriété ? La Caisses des Dépôts va se retrouver propriétaire de terrains pendant 20 ou 30 ans… Elle ferait mieux de construire des immeubles de logements sociaux…

Au fait ! Encore un truc pour basculer la dette privée sur la dette publique, ce truc de Jean-Louis Borloo ?


A propos de Jean-Louis Borloo, il disait hier (ou avant-hier) dans le Parisien que le coût de l’immobilier à Paris avait commencé à baisser… Et aujourd’hui (ou hier) qu’un accord avait été conclu pour limiter l’augmentation des loyers à l’inflation ! Faudrait savoir… A oui ! C’est l’immobilier, pas la location, qui diminue…


Revenons à François Hollande.

Il propose de créer une espèce de CSG pour financer les retraites. Je suis contre à titre personnel (voir le programme fiscal du candidat Nicolas Dublog, en lien à gauche), je pense que les retraites doivent être le seul truc qui doit rester une charge sur le travail. Je pense qu’il faudrait plutôt augmenter les cotisations que la CSG (quitte à reporter d'autres charges sur la CSG).

François Fillon en rigole. Rappelons que sa réforme à juste réussi à repousser de deux ou trois ans le moment où les caisses de retraite seront en faillite.

Avec l’augmentation de l’espérance de vie, la droite aime bien nous rappeler qu’il faut travailler plus longtemps. Déjà avec 3 millions de chômeurs, ça me fait bien marrer, ça frise l’erreur de calcul.

L’espérance de vie a largement augmenté… mais quand on devient vieux, ça coûte beaucoup plus cher à la collectivité (soins, hébergement, …). Ceux qui essaient de nous faire croire qu’en travaillant trois ou cinq ans de plus ça va résoudre le problème sont des menteurs.

Je pourrais même dire que l’effet sera probablement inverse. Quand on a entre 60 et 65 ans, c’est là qu’on a le plus de pognon à dépenser pour alimenter gaiement la machine économique. Et c’est là qu’on est le plus en forme pour garder les petits enfants malades quand leurs parents bossent.

C’est une théorie personnelle qui mériterait d’être développée… mais qui n’est sûrement pas moins ridicule que la politique fiscale proposée par la droite.

N.B. : Billet modifié en soirée.

30 commentaires:

  1. "Il y en a qui pourraient la fermer en matière de gestion. Surtout quand on a occupé deux ministères successifs et que les deux fois, on s’est fait viré. Ne l’oublions pas. Nicolas Sarkozy a choisi un chef de campagne qui a été viré deux fois du gouvernement pour avoir lamentable échoué."

    Et ajoutons qu'il s'est aussi fait virer par les électeurs lors de la dernière élection (régionales). Je le sais, je suis sarthois comme lui (et comme d'autres!) Et c'était une défaite historique dans la région, car Fillon a toujours été maire de La Suze (ville moyenne), étant le succésseur d'un homme qui a été maire pendant des décennies. Bref, sa défaite dans son fief sonne comme un vrai cataclysme.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, mais sur le coup des régionales, ce n'est pas le seul !

    Enfin, on pouvait se croire, à La Suze, cassis confortablement dans son fauteuil de maire.

    Pardon...

    RépondreSupprimer
  3. Devenir propriétaire est une priorité, je ne parle pas que pour moi mais pour beaucoup d'ouvriers..
    Tout ce qui aide à aller dans ce sens est toujours ça de pris et l'état récupère largement ses billes (via tva sur travaux, taxes diverses..)
    Il n'y a que les loosers qui ont envie de rester en logement social toutes leurs vies.

    sinon, tu as des sources précises sur la hausse de la précarité ? je suis prêt à te croire étant donné que je ne suis pas contre la précarité. c'est peut-être parce qu'elle a augmenté que le chômage a baissé..mais je ne sais pas si elle a augmenté. le PS veut nous faire croire que si, mais c'est son rôle.

    sinon, on peut accepter que tu écrives 'je n'aime pas les idées de ce gars là' mais pas 'je n'aime pas ce gars là'..si encore c'était un dangereux dictateur...mais là, non, on a à faire à un démocrate, qui a des convictions, que tu ne partages pas certes..mais un peu de respect.
    S'il a été évincé du gouvernement, c'est peut être qu'il a engagé des réformes douloureuses. Chirac a voulu donner un signe d'apaisement en le 'virant'.

    alors, sur la précarité, as tu des chiffres ?

    RépondreSupprimer
  4. pourquoi on se prend les doigts dans le clavier.... christian n est pas ici

    je t azzuse a la longue ca gonfle surtout si tu ne bouges pas...


    y a t il un comptable dans l avion pour mesurer les gens qui sont malheureux...

    plus que tout c est la solitude la precarite

    RépondreSupprimer
  5. C'est pas à moi qu'il faut reprocher de trop en demander aux études et aux stats. Nicolas est un expert en la matière.

    Mais on a quand même le droit de se demander si la précarité et la pauvreté ont augmenté depuis mai 2002. il convient par exemple de rappeler que 90% des salariés sont en cdi...

    RépondreSupprimer
  6. Loïc,

    Sois sérieux deux minutes. Juste deux minutes. Le taux "officiel" du chomage est le même qu'il y a cinq ans (par contre la dette heu...). Le nombre de rmiste a augmenté de 30 %.

    La précarité a augmenté depuis 2002.

    RépondreSupprimer
  7. Olive,

    Tu n'as pas un traducteur ? Mais je suis d'accord avec toi, le premier "indice" de précarité, c'est la solitude.

    Ca mériterait un beau billet plutôt qu'un commentaire perdu...

    RépondreSupprimer
  8. admettons...
    mais j'ai des doutes...

    sinin, tu es sérieux quand tu dis que devenir propriétaire n'est pas une aspiration de nombre de locataires ?

    RépondreSupprimer
  9. Loic,

    90 ou 80% de salariés en CDI,on s'en fout ! Il reste 10 ou 20% de la population en situation précaire. Ce n'est pas mon idéal de société...

    RépondreSupprimer
  10. Devenir propriétaire est le désir de tous, c'est évident. Mais avoir un logement est une nécessité...

    Les mecs qui couchent dehors, être propriétaires, ils s'en foutent !

    RépondreSupprimer
  11. entre 1997 et 2002 (21 avril à minuit), il n'y avait plus de sdf en France.

    allez, je vais t'aider, on va dire que la précarité a commencé a augmenté depuis 2003 parce que dans cet état jacobin, il faut au moins 6 mois pour qu'une politique nauséabonde commence à produire ses effets.
    Personnellement, je revendique la précarité.

    par ailleurs, je me suis souvent demandé pourquoi le chômage avait recommencé à augmenté courant 2001 (et non à partir de mai 2002) alors que c'était précisément en 2001 que l'effet positif des 35 heures sur l'emploi aurait dû produire ses effets.

    Je n'aime pas du tout ton article sur Fillon. il est plein de clichés et de raccourcis faciles.
    allez, on va pas se fâcher avant noel, Nicolas !
    depuis 2 jours, je me dis que j'arrête pour 15 jours de parler de politique sur les blogs mais je ne peux pas m'empêcher..
    j'espère que tu ne m'en veux pas d'être parfois très direct..et têtu aussi..mais il faut.

    RépondreSupprimer
  12. Je te pose une question : quel est ton idéal de société ?

    RépondreSupprimer
  13. Loïc a dit : «Il n'y a que les loosers qui ont envie de rester en logement social toutes leurs vies».

    C'est vrai, il n'y a que les pauvres pour ne pas réussir !

    RépondreSupprimer
  14. Nicolas : c'est bien le rôle d'un blog d'être subjectif, à mes yeux. Tu as raison de dire "je n'aime pas ce type" et d'ailleurs, je m'associe à toi !

    (ici, il reste un grand tag sur un panneau 4 par 3, du temps où ce monsieur essayait de réformer les lycées. Le tag dit : «pour sauver les lycées, mangez du Fillon»
    Aah ces jeunes… :-) )

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  16. C'est vrai je n'aime pas Fillon.

    Il n'y a pas que ça que je n'aime pas. Par exemple, je n'aime pas les huitres. Ce n'est pas grave.

    Mon idéal de société ? Cf. les 230 billets qui précèdent.

    Des raccourcis faciles ? Non. Des vérités qui sautent aux yeux.

    Loïc, je te laisse revendiquer la précarité, si c'est ton idéal de vie.

    Bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
  17. 'Loïc, je te laisse revendiquer la précarité, si c'est ton idéal de vie'

    oui en effet. dans la société française actuelle avec 13% de chômeurs, c'est vrai que c'est pas super. Mais dans la société de plein-emploi que je rêve, la précarité ne pose aucun problème, au contraire même.

    Moi, c'est pas Fillon que j'aime pas (je l'apprécie même, en tant qu'homme déjà)...non, moi ce que j'aime pas, c'est la bourse ! elle est utile et est la clef de voute du système mais je ne peux plus en user, alors suis aigri, je l'aime pas. Que veux-tu, nous n'avons pas les mêmes valeurs !

    RépondreSupprimer
  18. http://crisedanslesmedias.hautetfort.com22 décembre, 2006 08:42

    Je ne sais pas si je n'aime pas François Fillon, mais j'ai le sentiement qu'il a changé depuis qu'il est devenu un ministre "important". Il avait été ministre délégué (à la recherche) et ça lui convenait. Dès lors qu'il a obtenu des ministères importants (notamment l'Education) il a atteint ses limites. Et Chirac a été obligé de le débrancher, sinon son incompétence (incapacité à organiser la concertation) aurait conduit à d'autres déconvenues.
    Et, depuis, il est guidé par l'esprit de vengeance. Il s'imagine être premier ministrable.
    Mais je crois que ce qu'il fait le mieux, c'est organiser des concerts baroques et des journées de théâtre pour la bourgeoisie sarthoise, dont il est originaire (comme moi).

    RépondreSupprimer
  19. Loïc,

    C'est justement pas qu'il y a 13% de chomeur qu'il y a précarité !

    Dans une société sans chomage, il n'y a pas de précarité.

    Tu confonds les sujets : la précarité ce n'est pas la possibilité de se faire virer, c'est celle de se retrouver sans boulot.

    Se faire virer, ce n'est pas grave, si on est sûr de retrouver du boulot après ! Ce n'est pas de la précarité !

    Le jour où il y aura plus de boulot que de gens pour le faire, on pourra envoyer chier les patrons, demander des augmentations, ...

    Mais là, on se retrouve avec une précarité réelle. On est obligé de fermer notre gueule en tremblant de peur que le patron prenne une mauvaise décision qui pousse la boite à la faillite.

    Je parle pour les gens qui ont du boulot. Pour les autres, ce n'est pas la même précarité.

    RépondreSupprimer
  20. Eric,

    Ta signature est originale.
    Oui, Fillon ferait un bon élu local, il est bien coiffé. Pour être premier ministre, ça ne suffit pas...

    Loïc,

    La première partie de ton commentaire (sur la précarité) m'a fait bondir.

    La deuxième, sur la bourse et mes valeurs, est grotesque et encore une fois insultante.

    Grotesque parce que tu nous as dit dans de précédents blogs que tu as été un gros boursicoteur, que maintenant tu n'as plus rien. Et je ne t'ai jamais vu critiquer la bourse sur ton blog, alors que moi j'ai consacré trois billets à ça...

    Insultante quand tu parles de valeurs, d'autant que tu ne me connais pas. En étant relativement aisé, je n'ai aucune honte à défendre une augmentation des impôts sur les revenus plutôt que la TVA ! Je n'est aucune honte à dire que la bourse permet de s'enrichir sans aucune moralité.

    Je ne vais pas refuser de placer mon pognon en bourse par principe. Je ne vais pas non plus faire un chèque supplémentaire aux impots sous prétexte que mes impôts ont diminué.

    Par contre, si j'étais un ouvrier smicard, je me refuserais à défendre un système fait pour maintenir les employés smicards jusqu'à la fin de la vie, à maintenir un taux de chômage élevé pour que les employés ferment leur gueule, à enrichir les riches sur le dos de la collectivité, ...

    Si tout le monde pensait plus à l'intérêt collectif qu'à son propre intérêt en se trompant complètement, on en serait pas là !

    RépondreSupprimer
  21. Nicolas : bravo !
    On retombe encore à ce que je disais par ailleurs : le libéralisme avec ses valeurs individuelles s'oppose au fonctionnement collectif nécessaire de la société…

    Tu connais Joseph Schumpeter (1883-1950) ?

    RépondreSupprimer
  22. je suis désolé Nicolas, je suis en total désaccord avec toi. Au point où on en est, on n'a plus en commun que d'être démocrates et républicains.
    La gauche n'a pas le monopole de la lutte contre la pauvreté et de manière générale, contre les effets pervers du système.
    Et explique-nous (par rapport à ton projet fiscal), comment tu pourrais demander aux sdf de payer 500€ d'impôt sur le revenu.
    Explique-nous de façon générale, comment on peut augmenter la pression fiscale en France sans axphysier l'économie. le jeu en vaut-il la chandelle ? Quelle est la garantie qu'une hausse générale des impôts permette de résoudre les problèmes de pauvreté en France ?

    RépondreSupprimer
  23. Je n'ai jamais parlé d'augmenter la pression fiscale, juste de modifier "l'assiette" des cotisations.

    D'autre part, pour les 500 € des plus pauvres, j'en parle dans le billet du candidat Nicolas sur la réforme de la fiscalité.

    Qui suivait d'ailleurs un billet qui montrait que la France était largement inférieure aux autres pays pour ce qui concerne la part d'impôt sur le revenu.

    Et aussi que la France a beaucoup plus de charges sur le travail qu'ailleurs.

    Dis moi objectivement si tu es contre cette idée de rééquilibrer l'imposition entre le revenu et le travail, pour la rendre plus juste, et pour se rapprocher des autres pays ?

    Ce n'est pas un truc de droite ou de gauche. C'est du bon sens. Même l'UMP a dans son programme de diminuer les charges sur le travail.

    Mais l'UMP a aussi l'idée de supprimer l'imposition des plus riches. Des fous dangeureux !

    Et dans un des mes précédents commentaires, je rappelle que la précédente hausse de la pression fiscale en France est l'augmentation de 2% de la TVA par Juppé.

    En fait je crois que tu ne lis pas lis billets. Tu viens sur les blogs uniquement pour polémiquer.

    RépondreSupprimer
  24. Filaplomb,

    Quel Schtroumpf a pété ?

    RépondreSupprimer
  25. J'ai oublié de rappeler à Loïc qu'en 2002, la fiscalité représentait 43,1% du PIB et qu'en 2006 elle en fait 44% !

    Alors côté pression fiscale, j'en connais qui pourraient avoir l'honnêter de ne pas dire des bêtises.

    Sans compter la dette qui a augmenté de 10 points par rapport au PIB.

    Alors, Loïc, réfléchis bien sur le côté politique où se trouvent les gestionnaires compétents !

    RépondreSupprimer
  26. Tu ne vas quand même pas reprocher à la droite d'avoir augmenter les impôts..

    RépondreSupprimer
  27. Si Loïc, je vais le faire. Ils ont augmenté des impôts injuste, de type TVA, et diminué les impôts payés par les plus riches.

    RépondreSupprimer
  28. Mais ta réponse prouve soit que tu ne lis pas les commentaires pour autre chose que de polémiquer... soit que tu n'y comprends rien.

    RépondreSupprimer
  29. Joseph Schumpeter «Capitalisme socialisme et démocratie» (Payot 1983). M'sieur Schumpeter, par ailleurs libéral et économiste, à la fin de sa vie, essaie d'étudier honnêtement les deux systèmes et leur avenir.
    Il arrive à la conclusion que le libéralisme ne peut que s'autodétruire alors que la sociale démocratie est faite pour réussir à long terme.
    Il est très honnête intellectuellement puisqu'il publie quand même le livre…

    Sinon, t'es pas obligé de le lire, c'est un peu roboratif. Mais intéressant.
    Pour les bases politiques, je m'y réfère souvent, même si le livre date déjà de 1951, les grands traits sont les mêmes !
    C'était notre page culturelle, on peut maintenant à nouveau dire des conneries ! :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.