22 décembre 2006

De bonnes fêtes ?

Depuis hier soir, je suis en congés… Le blog va se mettre au ralenti. Quand je ne bosse pas je dors très bien. Je ne vois pas le rapport, je n’ai pas un boulot stressant. Tiens ! Ce matin, je me suis levé à 7 heures alors que quand je bosse, c’est plutôt 5h30 ou 6 heures… Conséquence : je n’ai plus le temps de faire de beaux billets pour vous émerveiller, vous enchanter ou vous emmerder.

Laissons passer les bouchons parisiens. Dans une heure ou deux je prends la route, passer les fêtes en famille, ce dont vous vous foutez probablement royalement, mais ne vous inquiétez pas, ce n’est que l’introduction du billet, n’ayant que ça sous la main à introduire pour l’instant.

Je vais donc passer les fêtes en famille, je me les souhaite bonnes ! Et à toute la famille ! Et à vous aussi, surtout !

Par contre, elles ne seront pas bonnes pour la famille de ce gamin de 12 ans, décédé dans un collège de Meaux hier. Elles ne seront pas bonnes non plus pour la famille de ma voisine Farida, qui, un an jour pour jour après avoir perdu son père, a perdu sa sœur lundi dernier. En fait, elles ne seront pas bonnes pour un tas de gens. Je pense bien sûr à tous ceux qui sont dans un malheur subit, mais aussi à ceux qui n’ont pas de famille, à ceux qui n’ont pas de sous pour se payer un litre de mousseux, voire pour payer un jouer à 10 euros pour leurs gamins…

Pour le nouvel an, j’invite tous les sans familles de ma connaissance du Kremlin Bicêtre. Par le biais de l’autre blog, vous en connaissez certains. A mon niveau (et dans mon 48m2 !), c’est à peu près tout ce que je peux faire.

A part piquer une des dernières colères de l’année sur ce blog !

Ce gamin de 12 ans est décédé. C’est un fait divers. Un fait d’hivers tragique ! Des gamins qui se battent à la sortie d’un mach de handball. Le prof, occupé ailleurs, à ramasser les maillots, les ballons, que sais-je ? Et même s’il avait été là… La bagarre tourne mal.

J’apprends ça ce matin par une dépêche AFP, celle dont je vous ai mis le lien là-haut. Et là, sur la fin, la colère. Le type de la FCPE qui détourne ça à des fins politiques est un con : « De son côté, Hamana Farride, le président de la FCPE, principale fédération de parents d'élèves, a mis en cause l'école et le professeur, parlant d'"un gros problème de vigilance et d'encadrement". »

La colère est là. L’idée du billet dans le blog est venue plus tard. A 9h15 précisément. C’est heure à laquelle www.boursorama.fr diffuse les cours d’ouverture de la bourse. C’est presque spontané chez moi. Boursorama 15 minutes après l’ouverture et la clôture. Avant de rentrer dans le détail, j’en profite pour lire les dépêches (Reuters souvent) affichées en Une.

Là, j’en repère une qui présente Jean-François Copé, Maire de Meaux (contrairement à Dominique Voynet qui était Maire de Môle, excellent jeu de mot que je tiens des Nuls), le patelin où a eu lieu le drame. Il était sur la défensive et disait que le collège en question avait eu un problème de moyens financiers, mais qui avait été résolu.

La colère arrive à son comble (et l’idée du billet nait), non pas contre Jean-François Copé, mais contre l’idée qu’il puisse être sur la défensive. Il y a nécessairement une raison à ça.

Je le répète, ce n’est qu’un fais divers tragique dans la banlieue parisienne. Ceux qui le récupèrent à fins politiques sont des cons.

Je ne vais pas avoir l’hypocrisie de dire que je vais beaucoup penser à sa famille pendant les fêtes. Comme tous les faits divers, ça me rentre par une oreille et ça sort par l’autre, et je ne les connais pas. Je vais juste dire que je pense à eux beaucoup maintenant, en écrivant ce billet.

« Le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, s'est dit "très choqué" par le drame. Jean-François Copé, maire de Meaux et porte-parole du gouvernement, s'est dit, lui, "bouleversé". » Paroles de politiques un jour où l’actualité est vide. Tellement vide qu’une famille dans le malheur se retrouve en son centre.

Qui pense aux deux enfants de ma voisine Farida, qui, pendant que la plupart des enfants ouvriront leurs cadeaux, penseront au Noël de l’année précédente, quand la famille était réunie ?

15 commentaires:

  1. J'ai le même problème de sommeil quand je travaille le lendemain. C'est quasiment magique. Et je n'ai pas non plus un boulot spécialement stressant. Sans doute l'ambiance générale du boulot qui produit le stress ?

    Je me demande, s'il n'y avait pas la télé, est-ce que la radio, les journaux et internet accorderaient autant d'importance, et surtout de façon aussi précipitée aux faits divers ?

    RépondreSupprimer
  2. allez, un lien pour la route : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16933

    je m'en vais quelques jours. tu vas avoir un peu de répit, Nicolas ! Mmais je reviens très vite, frais comme un gardon...et pour la dernière ligne droite..

    et comme d'hab, toujours dans le respect et la bonne humeur.

    bisous à tous.

    RépondreSupprimer
  3. Franssoit,

    J'ai passé une partie de la journée d'hier dans la voiture à écouter la radio : ils font bien chauffer l'histoire aussi...

    Loïc,

    N'oublie pas le respect, parce que ces derniers temps, c'était limite !

    RépondreSupprimer
  4. Loïc,

    Quand tu envoies un lien sur un truc d'Agoravox, tu devrais lire les commentaires avant... Instructifs ceux-là.

    RépondreSupprimer
  5. bonnes fetes nicolas!
    bisous et a tres bientot

    RépondreSupprimer
  6. cadeau de noel
    une blague de nicolas

    et moi des messages sans des blagues que personne ne puisse etre en capacite de ne pas comprendre

    illusoire

    oui

    je vais aller faire une soiree crepe.... vive la bretagne et les bretons

    RépondreSupprimer
  7. je sais c est mon cote sarksego tout dans les cliches - les bretons et les crepes - ils/elles sont souvent meilleur(e)s en galette

    RépondreSupprimer
  8. bravo pour cet article
    saine réaction
    tout ce battage médiatique et cette récupération politique sont écoeurants et indécents

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas : après qu'on ait appris qu'en fait le gamin décédé a été l'objet d'une crise cardiaque (ce qui fait quand même un mort), on peut s'inquièter du démarrage médiatique aussi prompt.
    L'impression que les médias sont à l'affût d'un nouveau "cas symbolique" pour relancer les sujet de l'insécurité, thème central du Sarko.

    Quoiqu'il en soit, salue le Père Noël de ma part et n'abuse pas de bûche.
    Passe un bon Noël, Nicolas !
    :-))

    RépondreSupprimer
  10. Je crois que c'est une journée sans rien dans l'actualité. Les journalistes ont donc profiter pour faire des sujets sur la sécurité, les manques de moyens dans les écoles, ....

    Et paf !

    En milieu de journée : la nouvelle tombe : une malformation cardiaque.

    Les journalistes ayant chauffé les syndicalistes, les parents d'élève... n'ont pas voulu perdre leur travail et ont diffusé quand même pour meubler...

    Ca m'attriste, mais je suis d'accord avec Robien qui critiquait la récupération politique !

    RépondreSupprimer
  11. Nicolas : 2006 n'aura pas été une année inutile : une fois au moins tu as été d'accord avec De Robien !
    (d'ailleurs, je trouve qu'il se sape super bien ce type. Mais ça n'a rien à voir, bien sûr !).
    :-)



    PS : mais je doute quand même que ce soit la vacance médiatique qui ait fait monter la sauce sécurité de cette manière. Ce soir sur France2, le 20heures : en 1er, un accident de voiture et en 2, un autre fait divers local (donc d'intérêt local !). Ensuite, la floppée de connerie du moment, du fruit de mer aux saveurs pâtissières… J'ai éteint juste après les titre d'ouverture, de toute façon !

    RépondreSupprimer
  12. Tu regardes le JT de F2 le jour du réveillon !

    RépondreSupprimer
  13. Nicolas : bin oui, c'est soir de fête ! (en fait pour l'info, je regarde Arte en general et le Oueb en particuliers. France2 c'est un hasard. D'ailleurs, j'ai éteint après les titres, c'est dire !)
    :-)

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.