19 février 2010

Didier Goux bande encore

Yann relate aujourd’hui un fort moment d’émoi dans la blogosphère. Didier Goux a failli passer l’arme à gauche. Oui ! A GAUCHE. Il le raconte lui-même dans un billet aux allures chiraquiennes.

Je vais vous résumer : une durit, sans doute pleine de gras, l’a fait vaciller comme Tonnégrande en sortant de la Comète, au point que sa noble, douce, tendre et délicate épouse dût appeler les pompiers pour le coltiner à l’hosto pour lui carrer un dispositif métallique maillé et tubulaire à l’endroit où il est d’usage de foutre ce bordel afin qu’il ne défunte pas immédiatement dans les meilleurs délais. Un problème Coron Aryen, ce qui, de la part de ce réactionnaire, ne nous étonnera en rien.

Pendant quelques minutes, je me suis imaginé prononcer son éloge funèbre dans le présent blog avec plein de méchancetés à dire mais je me suis dit : « Stop ! Son épouse l’aime peut-être, malgré tout. »… sans oublier sa meute légendaire, number one kénobi au classement Wikio des zanimaux.

Néanmoins, j’avais vu des commentaires de Didier dans mon blog et n’étais point spécialement inquiet : tant qu’il dit des conneries, c’est qu’il n’est pas crevé, le gros.

Comme je suis un blogueur quasi professionnel, j’ai quand même analysé les conséquences possibles du décès de Didier Goux. Elles auraient été terribles. Voilà deux ou trois ans que nous élevons ce troll réactionnaire aux grains, notamment d’orge, afin de le rendre hargneux à souhaits. En cas de décès, il nous faudrait trouver une nouvelle outre réactionnaire, la former pour faire des billets incendiaires à propos de nos propres potes, voire de nous-mêmes. Ca nous aurait coûté une fortune, vu les tarifs pratiqués à la Comète.

Un drame.

Je remercie donc, finalement, les pompiers d’avoir sauvé cet ivrogne impénitent. Je vais prier Didier de voter à gauche pour garantir le sauvetage des services publics divers : pompiers, hôpitaux, pompes funèbres, …

Par contre, ce matin, j’ai perdu Tonnégrande. Au moment où j’ai reçu le SMS de Yann (le DM Twitter, en Français), je lui ai dit : « Tiens ! Goux est crevé ». Le vieux Jacques a dit : « Un pneu, mon n’veu. ».

Tonnégrande a dit, je cite : « je vais aller consoler Catherine. » Et il est parti.



21 commentaires:

  1. Bon Tonnegrande n'est pas Djibril mais ça devrait quand même le faire !

    RépondreSupprimer
  2. Ah mince ! On savait qu'il avait (quand même) du cœur mais de là à se le faire péter !
    :-))

    [L'avenir de la réacosphère ne tient qu'à un bout de tuyau alors ? :-)) ].

    RépondreSupprimer
  3. La pire des punitions pour Didier Goux, ce serait qu'il devienne doyen de l'humanité. Des journalistes iraient le voir à l'hospice pour s'émerveiller de son formidable appétit à bientôt 135 ans ! Lui, derrière ses quintuples foyers, complètement sourdingue et anémié, répondrait "j'aime bieeeeeen le boeuffff bouuuuurguiggnooooooon".

    Peut-être arriveraient-ils à lui faire enregistrer un rap comme à Jeanne Calment...

    RépondreSupprimer
  4. Yann,

    Oui, pour commencer.

    Poireau,

    La réacosphère est peu de choses...

    Dorham,

    Oui, mais ça nous fait 80 ans à le supporter d'ici là.

    RépondreSupprimer
  5. Il vient à pieds Tonnégrande, ou quoi ?

    RépondreSupprimer
  6. Oui mais il fait probablement tous les bistros de la route.

    RépondreSupprimer
  7. Didier, vous n'avez pas le droit de mourir, je ne vous connais pas encore ! :-)

    RépondreSupprimer
  8. miam ! pourvu que les infirmières se mettent en grève ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Excellent billet ! On regretterait presque de n'être pas mort !

    Cela dit, Tonnégrande n'est toujours pas arrivé. De toute façon, Catherine est partie, alors...

    RépondreSupprimer
  10. Gaël,

    Au fait, il n'a pas précisé dans son billet si les infirmières sont bonnes.

    Didier,

    Merci. Sauf que je me suis trompé de blog (mais j'ai laissé, faut bien rigoler).

    Catherine est partie sur la route pour aller le chercher, je suppose.

    RépondreSupprimer
  11. C'est bien qu'il aille bien Didier : que j'ai quand même l'occasion de boire un canon avec lui quand je remonterai sur Paris (bordel !)

    Bon rétablissement !

    RépondreSupprimer
  12. FalconHill,

    Il est impossible de boire UN canon avec Didier.

    RépondreSupprimer
  13. Et maintenant tous, en choeur, la chanson des typos : "Hallal, hallal, hallal... Hallal santé du confrère qui nous régale aujourd'hui..."

    RépondreSupprimer
  14. Merde, je m'ai trompé de billet...

    RépondreSupprimer
  15. Des commentaires de Didier sans le libellé «posté de mon iPhone», il s'y prend comment? C'est louche!
    Remettez-vous vite!

    RépondreSupprimer
  16. C'est un billet extraordinaire, plein de pudeur, pétri de rêve, d'émotion, d'humanisme et de bière fraîche et mousseuse.
    "Je vais prier Didier de voter à gauche pour garantir le sauvetage des services publics divers" ça, ce n'est pas gagné d'avance...

    RépondreSupprimer
  17. Oh j'avais pas fait gaffe à la photo c'est ma bière préférée !

    RépondreSupprimer
  18. Le Coucou,

    Il est très fort !

    Suzanne,

    Non, c'est pas gagné... Vive l'émotion et la bière fraîche.

    Marie,

    M'enfin...

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est activée. JE SUIS LE SEUL à décider des commentaires qui sont supprimés et ils ne le sont jamais pour divergence politique sauf si les propos tiennent du harcèlement de la part d'imbéciles qui ne savent pas prendre acte d'un constat de désaccord.

Je supprime les commentaires qui n'apportent rien à l'esprit de ce blog, tel que je me l'imagine. Tant pis pour les andouilles qui voient autre chose...