17 février 2010

Retraites, socialistes et pénibilité

Le sujet social du moment est la réforme des retraites. Lundi, Nicolas Sarkozy a réussi à repousser ça après les élections en nous faisant croire qu’il ne passerait pas en force tout en exigeant une loi pour septembre. Je me demande comment il va faire…

Avant d’en venir au sujet du billet, les propositions des socialos, je vais rappeler ma position sur la question, moult fois exprimée dans ce blog, par exemple quand j’ai cité le récent billet de Julien Dray qui rappelle qu’il faut une vision globale de la société.

En outre, récemment (il y a trois secondes), j’ai sorti ma calculette et estimé que les Français travaillent globalement environ 40 milliards d’heures par an. Je veux bien qu’on essaie de me faire croire qu’il faille bosser plus, malgré le progrès technologique qui voudrait le contraire pour soutenir le poil que j’ai dans la main, pour filer de l’oseille à tout le monde, mettons 41 milliards d’heures, mais je ne crois pas totalement débile d’imaginer qu’il faudrait filer ce boulot a des gugusses qui ont envie de bosser et pas à des zigs épuisés, ceux-là même qui font des phrases trop longues dans leurs billets de blogs.


Sur le financement, mon point de vue : il faut élargir l’assiette des cotisations ce qui est très logique, la structure du PIB ayant évolué, la part du travail dans ce dernier ayant perdu 10%, la pauvre.

Ca nous amène directement à la position de certains dirigeants socialistes qui estiment qu’il faut aussi taxer la valeur ajoutée. Autant je suis d’accord sur la philosophie globale qui consiste à taxer les charges de l’entreprise « hors main d’œuvre », autant j’aimerais quelques précisions. Taxer la valeur ajoutée dans le langage commun équivaut à augmenter la TVA qui est l’impôt le plus injuste de tous les temps, à part toutes les charges qui reposent sur les brasseurs.

Faudrait voir à s’expliquer… Cela dit, je viens de dire une connerie : « Autant je suis d’accord sur la philosophie globale qui consiste à taxer les charges de l’entreprise ». Ce n’est pas la première fois que je dis des conneries : ce ne sont pas les charges qu’il faut taxer mais les produits… On n’est pas sortis de l’auberge…

La deuxième ânerie que j’entends dans la bouche de mes congénères porte sur l’âge légal de départ retraite. Martine Aubry avait commencé avant de faire un retour arrière magistral mais je crois avoir entendu d’autres dire des bêtises équivalentes, notamment François Hollande (je crois, hein !). Je ne vois pas pourquoi ils continuent à agiter ce chiffon rouge, sauf pour « faire moderne » dans la mesure où plus personne maintenant n’a « suffisamment de trimestres » pour se casser à 60 balais…

Sauf ceux qui ont commencé à bosser jeunes et qui ont, presque par définition, un boulot pénible, ce qui nous amène à la troisième chose que je voulais évoquer dans ce billet : la pénibilité du travail. C’est le dernier truc à la mode : évoquer la pénibilité quand on parle des réformes des retraites !

Je veux bien. Mais j’aimerais bien qu’on me dise comment évaluer la pénibilité d’un boulot…

Je suis sérieux. Tiens ! Prenons un cas au hasard : le mien. J’ai, certes, un boulot peu pénible où j’ai un accès à Internet qui me permet de répondre aux commentateurs du blog, mais j’ai des horaires à la con : je pars de chez moi à 7 heures et je rentre à la maison au bistro à 19 heures, parfois à 22 heures quand on a des « mises en prod ». C’est pénible. Pendant toute une partie de ma vie, j’ai passé la moitié de mon job debout ou à quatre pattes pour tester des machines dont au sujet desquelles j’avais la responsabilité du logiciel. C’était pénible. Pendant certaines périodes de ma carrière, je me tapais un ou plusieurs déplacements par semaine dans « des villes de province ». Une fois, il a même fallu que j’aille jusqu’à Papeete. C’est pénible. Pendant une partie de ma carrière, j’avais des chefs qui trouvaient amusant de nous convoquer à peu près tous les soirs à 18 heures pour un travail urgent qui nous faisait rentrer vers 21 heures. C’était pénible. Depuis une quinzaine d’années, hors périodes de vacances scolaires, il n’y a pas de semaine où je ne me tape pas au moins une journée avec plus de 6 ou 7 heures de réunion pendant lesquelles je suis obligé de bloguer à partir de l’iPhone. C’est pénible.

Certes, à bientôt 45 ans, je ne suis pas spécialement usé physiquement par le travail que je mène, malgré une légère surcharge pondérale principalement due à l’absorption de liquides divers dans le cadre de mes fonctions.

J’étais, hier soir, avec le Gros Loïc, personnage héroïque de mon blog bistro. Il a un boulot très pénible : il est boulanger. Il se lève tous les jours à 3 ou 4 heures du matin, bosse jusqu’à midi et rebosse une petite heure, le soir, pour préparer ses pétrins du lendemain (il fait du très bon pain, faire les pétrins la veille permet au machin de se reposer dans des frigos dont il repasse régler la température vers 22 heures). C’est un boulot très pénible et pas seulement parce qu’il ne peut pas rester faire le con au bistro avec nous après 21 heures. Il est toujours debout, doit porter un tas de machin pour les coller dans le pétrin, dans le four ou dans tout autre emplacement où un boulanger doit coller quelque chose, comme le cul de la petite vendeuse.

Il n’empêche qu’il adore son boulot. Surtout qu’il a obtenu de son patron de faire lui-même les livraisons dans les bistros.

Mais il est pénible, ce boulot. Le Gros Loïc aussi, d'ailleurs.

Mais le gros Loïc a tendance à considérer tous les autres comme des fainéants, notamment les bureaucrates comme Tonnégrande et moi. Et surtout les fonctionnaires. Prenez un conducteur de métro. Selon le gros Loïc, c’est nécessairement un privilégié. Pourtant, je n’imagine pas de boulot plus chiant. Accélérer, ralentir, s’arrêter, accélérer, ralentir, s’arrêter, annoncer aux braves gens qu’on s’arrête pour régulation de trafic et risquer, toutes les deux minutes de zigouiller quelques désespérés. Le tout dans des sous-sols avec une succession de période de clarté et de noir profond. Pour ma part, je n’imagine pas beaucoup de travail aussi pénible, à part peut-être caissière en supermarché !

Je veux bien qu’on mette la pénibilité dans la balance mais il ne faudrait pas qu’on oppose, encore une fois, les Français entre eux. C’est comme ça que Nicolas Sarkozy a été élu.

Opposer le cadre stressé et le boucher de Rungis ne me parait pas une bonne solution pour avancer sur un sujet…


42 commentaires:

  1. Comment il va faire ? il va faire ça pendant l'été, quand tout le monde s'en fout, des retraites...quand on est en vacances, on se fout du boulot et des retraites...

    Ouais, sinon, je suis d'accord. Prof aussi, c'est super pénible. Surtout quand on se retrouve avec un couteau dans le dos...

    On n'est pas sorti de l'auberge, avec tout ça...

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi des cornichons ? C'est pénible à manger?

    RépondreSupprimer
  3. Comme on sait que Sarkozy considère son boulot de Président qu'il a comme très très pénible, il l'a moultes fois répété, je propose que cela serve d'échelle à tous les autres métiers.
    Sachant donc que président, ça vaut dix sur l'échelle du pénible, combien vaut "conducteur de chantier" ou "premier ministre" ?
    :-)))

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec toi sur la "pénibilité", que chacun s'accorde à prendre en compte... mais sans nous dire comment !
    Car cela suppose une "mathématisation" de la pénibilité, pour la faire intervenir dans le "calcul" des retraites.
    Et là, c'est le drame : qu'est-ce qui est pénible, quels sont les critères de pénibilité et donc la hiérarchie des professions pénibles ?
    L'espérance de vie ? Le nombre d'arrêts de travail ? La puissance des syndicats de la branche ?

    On est tous d'accord pour le maçon ou le marteau piqueur ; mais enseignant en lycée pro, caissière d'hypermarché, infirmière en Réanimation ou mécanicien-auto, c'est pénible aussi, non ?

    RépondreSupprimer
  5. Je me demande comment ils vont faire pour nous pondre un truc discrétos, vite fait et sans que personne ne réagisse.

    L'intervention hier de Wauquiez sur Inter était nulle, non argumentée, faible, de mauvaise foi,et franchement il aurait pu bosser son dossier un peu quand même.

    RépondreSupprimer
  6. Discuter de pénibilité sera sans fin et toujours à l'intérieur du cadre, alors qu'il faut sans doute élargir la vision :
    "Quand on sait qu’un million d’emplois à plein temps supplémentaires représentent 20 milliards d’euros de cotisations vieillesse de plus en moyenne, on comprend qu’avant de faire travailler plus longtemps ceux qui ne veulent pas, il serait souhaitable d’aider à faire travailler ceux qui le veulent."
    trouvé là http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-02-16-retraites

    RépondreSupprimer
  7. Le problème de la pénibilité est finalement assez anecdotique par rapport l'âge moyen constaté de fin d'activité (57 ans de mémoire !)... Tant qu'on ne saura pas faire bosser les gens jusqu'à 65 ans (je ne dis pas que c'est souhaitable !), la pénibilité ne sera que secondaire dans le financement des retraites :-/

    RépondreSupprimer
  8. Diviser pour mieux régner, c'est bien connu ! Au lieu de se serrer les coudes les gens de disputent...
    Au fait pourquoi des cornichons ??

    RépondreSupprimer
  9. CC,

    Chacun considère son boulot comme pénible ou presque ! L'hérétique, dans son blog fait un billet sur le même sujet. En bon gugusse de centre droit, il qualifie les fonctionnaires de fainéants. Je ne sais pas s'il se rend compte, par exemple, de la pénibilité du boulot d'un administratif qui passera ses journées à traiter des dossiers sans intérêt !

    Romain,

    Aucune raison valable. J'ai horreur des cornichons.

    Poireau,

    Oui, je me demande si un politicien peut réellement parler de la pénibilité du boulot ! Sans méchanceté de ma part : on fait ce billet par passion... donc on ne doit pas le trouver très pénible.

    Thierry,

    Oui, c'est impossible de juger de la pénibilité d'un boulot. Comme je dis à CC, tout le monde trouve son boulot pénible.

    Océane,

    Je n'ai pas écouté ! Il vont s'y lancer comme d'habitude...

    Polluxe,

    Oui, c'est ce que je dis avec mon truc sur les milliards d'heures travaillées.

    Dada,

    Oui, c'est complètement annexe mais très populiste...

    RépondreSupprimer
  10. Marie et Romain,

    Bon, je vais vous expliquer sur les cornichons. Quand j'ai le temps et que j'ai un billet long, je cherche toujours une illustration. Quand je n'ai pas d'idée en rapport avec le sujet, je mets une photo de fleur, d'animal, de légume... Ou de femmes à poil.

    Alors je cherche un objet différent à chaque fois. Ca fait "nature morte".

    Mais c'est juste une mesure "ergonomique", pour rendre le blog moins austère.

    RépondreSupprimer
  11. Une idée sur la pénibilité : l'âge moyen du décès des travailleurs de chaque catégorie. La sécu peut le faire, et les écarts sont très importants.

    RépondreSupprimer
  12. j'adore quand je ne sais pas où tu veux en venir et puis à la fin.....ça y est j'ai compris où tu veux en venir.
    :)

    RépondreSupprimer
  13. 60 ans et une retraite complète pour tous... moi ça me convient.

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour l'explication, au fait ergonomique pour un cornichon, c'est pas le mot que j'aurais choisi mais bon c'est toi qui vois ;)

    RépondreSupprimer
  15. Marie,

    clique sur la photo et regarde le nom du fichier dans la barre d'adresse.

    RépondreSupprimer
  16. Mathieu donne une bonne réponse sur la pénibilité, je trouve: l'âge de décès. Sinon, à tous les coups on se retrouvera en automne avec une loi déjà prête dans les tiroirs! Au fait, la loi organique sur le référendum machin-chose, il va la faire voter quand?

    RépondreSupprimer
  17. Mathieu,

    Est-ce vraiment pertinent ? On va découvrir que les informaticiens meurent plus tôt parce qu'ils vont au bistro ? Ont-il un boulot pénible pour autant ?

    Mrs Clooney,

    Souvent, je ne sais pas moi-même où je veux en venir !

    DPP,

    Oui, mais décréter ne suffit pas ! Il faut financer... (nous sommes probablement d'accord sur les solutions).

    Le Coucou,

    En septembre si j'ai bien compris.

    Et si on découvre que les caissières de supermarché décèdent plus tard que les postières ?

    RépondreSupprimer
  18. Le plus juste serait que chacun se débrouille pour gérer sa retraite, que chacun gère son blé comme il l'entend, que chacun gère la pénibilité de son travail comme il l'entend, qu'il s'associe et partage le risque avec d'autres s'il le souhaite, ou pas.
    Pourquoi confier nos retraites à l'Etat ? A t il fait la preuve qu'il savait gérer l'argent ?

    RépondreSupprimer
  19. Tzatza,

    Non, ça ne serait pas plus juste mais lamentable.

    RépondreSupprimer
  20. Tzatza : je viens d'appeler mon patron pour lui dire que je gère ma journée moi-même aujourd'hui, il n'avait pas l'air très d'accord !
    :-))

    RépondreSupprimer
  21. J'adore , comment les commentaires de ce blog , tournent pratiquement tous à la rigolade , c'est juste un défoulement ce blog , ou du sérieux ?

    on dirait le café du commerce !

    La pénibilité , c'est quand au bout de 20 ou 30 ans de sale boulot , tu ne sais plus arquer ! .. que t'es usé avant l'âge ! ...et quand tu prends ta misérable retraite , tu ne sais même plus te baisser ou respirer pour planter quelques misérables fleurs dans le seul coin de paradis qui te reste , avant de crever dix ans ou 15 ans après ! ..quand c'est pas avant !...

    tu parles d'une vie ! ....Et quel cadeau on lui fait , quand il doit languir jusque 60 ans , pour la prendre ...!...surtout que les périodes de chomage , ou de maladies ne comptent pas dans la loi Fillon paraphée par la CFDT dans le précédent accord ! .. double peine !

    On ne devrait même pas parler de pénibilité ...car selon la corpulence de certains , y'en a qui résistent , d'autres pas ! c'est un truc qui va en éliminer plus d'un selon les critéres définis et à définir ..ce qu'on arrivera jamais ! c'est un faux probléme !

    On conserve un âge légal , 60 ans , pour ceux qui voudraient la prendre même s'ils n'ont pas atteint les trimestres nécessaires ..( avec décote évidemment..à leur choix ) ... quand aux autres qui ont atteint tous les trimestres nécessaires , pénibilité ou pas...une fois acquis , ils pourraient la prendre , même si c'est avant 60 ans !..

    Le financement ? Revoir les exonérations de charges patronales ( 20 à 30 milliards par an ) ..

    s'attaquer au chomage véritablement , pas se contenter de truquer les chiffres ! que bizarrement on le lie pas avec cette affaire !

    Elargir l'assiette de cotisations aux gros pleins de soupe , qui gagnent du fric , sur un clic de souris ! ... Ou en dormant ! y'a pas de raison que seuls les revenus du travail soient taxés ! ... les traders qui gagnent des bonus par millions , eux ne sont pas taxés un centime de plus , déjà protégés par le bouclier de l'ami Sarko !

    En fait le probléme est vite réglé ... seulement , il faut en avoir la volonté ! ... mais avec la bande du fouquet's ... c'est une autre paire de manches ! ..

    Alors , sortez de vos claviers , et allez dans la rue .. le N.S.D C'est une bonne occas ! ...Et si vous êtes à Paris , n'hésitez pas à aller devant le siége de la CFDT ..çà va peut être faire revenir sur terre le Chéréque , et autre sbire , pret à signer n'importe quoi !

    RépondreSupprimer
  22. des pas perdus a dit...

    60 ans et une retraite complète pour tous... moi ça me convient.

    ------------------------

    Non mais çà va la tête ?

    c'est injuste ton truc ! ...t'as cotisé 30 ans , et t'arrive pile à 60 ans ... tu la prend ..?

    t'as cotisé 44 ans comme moi, et t'es obligé d'attendre 60 ans pour la prendre ? ..

    ET on a tous les deux le taux plein ? ... Moi pas un chouilla de plus que toi ? ... Parce que j'ai du attendre 60 ans .. alors que j'avais déjà rempli ma durée de cotis à 56 ans ? ...

    en quel honneur tu aurais droit de la prendre au bout de 30 annuités ( un ex ) .. à taux plein, ... et moi au bout de 44 annuités , au même taux que toi ? ..

    non ! comme je dis plus haut ! 60 ans age légal ! ..

    et c'est la durée de cotisation qui doit compter , même si c'est avant 60 ans !

    eh faut pas pousser ! si j'ai commencé à 14 ans , je dois pouvoir la prendre avant quelqu'un qui a commencé à bosser à 30 ans !

    C'est d'une logique élémentaire ! Avec ta proposition, tu crée une injustice ! .. et tu es au PG ? :-)

    RépondreSupprimer
  23. Machin,

    Tu viens de démontrer ton incohérence en parlant à DPP. Tu es donc contre la retraite à 60 ans.

    RépondreSupprimer
  24. Et tu n'as pas démontré sur quel critère objectif on mesure la pénibilité.

    Un type qui a commencé à 23 ans comme maçon puis qui au bout de 20 ans a changé pour être chauffeur de bus, il a droit à quoi ?

    Pauvre type !

    RépondreSupprimer
  25. En me relisant , j'ai le sentiment de n'avoir pas été clair

    -60 ans . qui reste l'age légal ( ou tout le monde pourrait la prendre , au choix , même s'il a pas atteint les trimestres .. dans ce cas décote ) ..ce qui existe déjà.

    -et avant l'âge légal , pour ceux qui ont atteint les trimestres , avant 60 ans .. çà existe déjà aussi depuis le dernier accord , mais dans l'état actuel on ne tient pas compte des périodes de chomage ou de maladie ( ce qui est injuste.. bien que ces périodes sont validées dans le régime général .. or dans cet accord , elles ne le sont pas )

    soit l'une ou l'autre condition.

    RépondreSupprimer
  26. Ou tu as vu que je suis contre la retraite à 60 ans ! ..

    60 ans c'est l'age légal ! tu sais ce que çà veut dire ? je ne le remets pas en cause ! .. je pose même la condition de la prendre avant .. si on a cotisé ce qu'il faut en trimestres !

    pénibilité ! sinon, ce que j'ai dit , j'ai pas de critéres ! .. et on en aura jamais ! ... le seul que j'ai perso, c'est de ne plus savoir arquer après 40 ans à monter les échelles dans la sidérurgie ..

    le macon devenu chauffeur , c'est sa durée de cotis qui doit être prise en compte ! .. car comme je dis .. la pénibilité est indéfinissable ! d'ailleurs c'est toi même qui le dit AUSSI dans ton article ! ...

    et je te serai gré de tes insultes ..

    çà ne m'étonne pas de toi ..Un peu de respect ! comme c'est facile derrière un clavier , les insultes , hein ? Le number one ! Me dit jamais çà en face !

    salutations

    RépondreSupprimer
  27. et ce que j'ai voulu signifier à pas perdus , c'est que quelqu'un qui a plus de 163 trimestres actuellement , pouvait et devrait pouvoir la prendre avant 60 ans ! ... alors que lui fixe pour tout le monde : 60 ans !

    je persiste ! c'est une injustice ! et même une regression selon les accords signés sous Fillon antérieurement sur les carrières longues ! ..

    Pas perdu et toi même devriez réviser vos leçons !

    RépondreSupprimer
  28. Pour te rafraichir la mémoire lis çà

    http://www.notretemps.com/depart-en-retraite/2251454-56-60-ou-65-ans-a-quel-age-partir-a-la-retraite-.html

    et tu me diras ou ici même , je remets en cause la durée légale ! si ma foi, tu sais ce que c'est ! et j'en doute !

    Pas perdu et toi êtes en régression ( vu que tu le soutiens ) .. par rapport à ce qui existe déjà et que moi, je propose d'améliorer ! ( carrières longues qui ne tiennent pas compte des périodes de chomage et de maladies ) ..

    c'est qui le pov type ? .. :-)

    RépondreSupprimer
  29. Je ne sais pas si vous êtes un ou plusieurs, je vais donc résumer... Tu nous fais chier. Tu joues sur les mots et pendant ce temps, Sarko progresse. Le problème de la gauche, en France, est qu'elle est trop pourrie par des connards comme toi.

    Et bientôt, la retraite ne sera qu'un souvenir...

    RépondreSupprimer
  30. mais oui, continue ! ...connard , etcétéra ! ...

    c'est tout ce que tu trouves à répliquer ? ...à des arguments purement techniques ? ..connard ?.. allez , manque andouille ! :-)

    TOI ,OUI t'es vraiment un pov type ! ... comme si j'attendais après toi pour me battre contre Sarko ! ...et toute la clique de droite ! ..

    ah c'est sûr je te fais chier , et je dérange ta tranquilité ... :-)

    PS je ne suis pas plusieurs ! suffit de cliquer sur mon lien , fait pas le bébête ! tu verrais que c'est le même blog ! ...d'ailleurs je te fais l'honneur de t'avoir fait un article ! ..

    sur que tu vas savourer ! ..la vedette ! ... :-) ..


    Moi connard qui pourrirait la gauche ! ... elle est bonne ! mais c'est moi, la gauche , pas des zozos comme toi !

    RépondreSupprimer
  31. "mais c'est moi, la gauche"

    Un tel propos me met de bonne humeur dès le matin.

    RépondreSupprimer
  32. Tant mieux, reste y du matin au soir , tous les jours , çà t'enlévera peut être ta fâcheuse habitude à insulter !
    Quand on tient un blog , la moindre des choses , c'est de respecter ses interlocuteurs !

    RépondreSupprimer
  33. Quand on commente un blog, on respecte le taulier et on ne le force pas à lire des trucs trop longs.

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour à tous,
    Joël fait partie d'une espèce en voie de disparition : celle des ouvriers de l'industrie française (donc, industrie française en disparition = ouvriers de l'industrie en disparition). Ces ouvriers, en particulier ceux de la métallurgie, avec les syndicats qui les représentaient ont été de toutes les luttes qui ont permis, entre autres, d'obtenir des conventions collectives plus favorables pour les ouvriers. Joël pourrait très bien vous en parler, au double titre d'ouvrier métallurgique et de syndicaliste engagé.

    La retraite a 60 ans a été un des acquis majeurs du début de mandat de Mitterand. Que celui qui n'a pas senti un vent d'espoir souffler en 1981 me contredise. Les dérives libérales de la gauche, le retour d'une droite très offensive sur les acquis sociaux qui fondent comme neige au soleil, le contexte économique national et international… bref, nous assistons à une remise en cause drastique de notre modèle de société.

    Alors, au lieu de s'envoyer des noms d'oiseau à la figure, en attendant que le parlement nous ponde une loi une nuit d'août prochain, il serait bien de poser les vrais questions, car les poser, c'est déjà y répondre :
    - pourquoi le gouvernement décide des dépenses de la CNAM quitte à la mettre structurellement en déficit chronique sans lui donner la possibilité de fixer librement les recettes à mettre en face ?
    - pourquoi une partie du fond de réserve des retraites institué par Jospin a été fort "judicieusement" placé en bourse par la caisse des dépôts et consignation et a ainsi perdu plus de 20 % de sa valeur ?

    - pourquoi devrait-on travailler après l'âge de 60 ans alors qu'à partir de 55 ans ont a de grandes chances de se retrouver à la case "chômage" au même titre que nos jeunes, même diplômés, qui peinent, eux à trouver un premier CDI ?

    J'arrête là, posons nous des questions…

    RépondreSupprimer
  35. Sylvie,

    ce n'est pas une question de noms d'oiseaux mais de débattre sur des détails alors qu'on est tous d'accord sur le fond.

    Tu es la troisième personne à dépenser de l'énergie pour défendre les retraites dans mon blog alors que je suis déjà convaincu. Ça apporte quoi ?

    Un des clowns ci-dessus a même fait un billet pour m'enfoncer. Pendant ce temps là, Sarko continue ça casse.
    Et, plus drole, l'andouille me faisant un lien, je monte au Wikio alors su'il dénonce ma position.

    RépondreSupprimer
  36. "Quand on commente un blog, on respecte le taulier et on ne le force pas à lire des trucs trop longs."

    Le taulier qui poste un article long peut tout a fait respecter un commentaire long, non ?

    PS : mes excuses pour les fautes d'orthographe sur mon premier commentaire.

    RépondreSupprimer
  37. Sylvie,

    je n'oblige personne à lire mon blog mais je suis obligé d'y lire tous les commentaires.

    RépondreSupprimer
  38. Le clown et l'andouille… dommage que mon tout dernier com ait croisé ta réponse…
    Alors, il y aura deux clowns et deux andouilles avec moi. Au lieu de mettre l'accent sur un "respect" virtuel de bloggueurs, respect d'abord à la personne. J'espère que mes 3 coms nourriront ta montée au wikio : le jour où le wikio te nourrira si toutefois tu devais avoir faim, fais moi signe…

    RépondreSupprimer
  39. Sylvie,
    le fait d'être premier au machin me permet justement de savoir comment ça marche. Et voir des andouilles dépenser de l'énergie dans mes commentaires me désole. Et Sarko progresse.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.